Le gaz de schiste à l’origine d’un nouveau scandale en Pologne

Польша протест Польша

Photo : EPA

En Pologne, la confrontation entre la population et la société américaine d’extraction de gaz de schiste gagne en vigueur. Depuis quelques jours des tracteurs bloquent les abords du territoire où sont menés les travaux de forage. Selon les paysans polonais « les murs de leurs maisons se sont lézardés et l’eau de puits est devenue trouble ».

Au début les habitants de Zurawlow, une localité dans le sud-ouest de la Pologne, étaient en liesse à l’idée que le gaz apporterait un mieux-être. La société américaine Chevron a promis d’extraire des mille milliards de mètres cubes de gaz de schiste. De telles quantités étaient en mesure d’assurer les besoins de l’économie polonaise pour 200, voire 300 prochaines années. L’extraction devait être menée sur les champs et les prés entourant Zurawlow. Cependant, les espoirs de prospérité prochaine et les rêves de l’indépendance énergétique du gaz russe ne se sont pas réalisés. D’après les estimations de l’Institut géologique de Varsovie, les réserves du gaz de schiste sont beaucoup moins grandes qu’annoncé. Elles ne suffiront que pour 70 ans, peut-être même pour 26 seulement. Leur opinion est partagée par Andreï Frolov, expert russe et coprésident de l’Union des organisations écologiques sociales :

« Toute intervention dans la nature est déjà dangereuse. L’extraction du gaz de schiste conduit à la formation des vides sous la terre ce qui peut entraîner l’affaissement du terrain. L’extraction à ciel ouvert détruit la surface. Dans les deux cas, cela cause un préjudice à la nature ».

La confrontation entre les habitants de Zurawlow et Chevron a commencé mercredi dernier. Lorsque des ouvriers ont voulu clôturer un champ pris à bail par Chevron avec une grille, les villageois ont remis tous les matériaux apportés dans le même camion et ont bloqué l’entrée du champ avec des tracteurs. Les tensions montent également suite aux informations provenant d’un village voisin où la prospection du gaz a déjà commencé. Les paysans polonais racontent que la vaisselle est tombée dans les placards et que les murs se sont lézardés. Mais le fait le plus menaçant pour les habitants de la voïvodie de Lublin, célèbre pour ses réserves d’eau pure, est l’eau trouble dans leurs puits.

La première tentative de Chevron d’entamer la prospection du gaz de schiste en Pologne, entreprise au printemps, a échoué, notamment grâce à la loi sur la protection des oiseaux pendant la nidification du 1er mars au 1er juillet. La société américaine s’est vue obligée de reculer. Selon les Américains, cette fois rien ne les empêchera : ils possèdent tous les documents autorisant les travaux de prospection et de forage. Les opposants se sont déjà adressés aux juristes qui cherchent les raisons de retarder le forage. Des écologistes de la République tchèque et de Lituanie sont venus soutenir les paysans polonais. Les fermiers des Etats-Unis, d’Irlande, de Roumanie, ainsi que la veuve de John Lennon, Yoko Ono, ont exprimé leur soutien.

En Equateur, Chevron a été condamné à une amende de 19 millions de dollars pour la pollution de l’environnement. Le plus grand préjudice à la nature a été causé par la nouvelle méthode d’extraction du gaz de schiste utilisée par les Américains : la fracturation hydraulique ou le fracking. Elle consiste dans l’injection sous très haute pression d’un fluide en vue de fissurer la roche. La France et la Bulgarie ont déjà renoncé à cette technique. Selon le professeur de l’Institut du pétrole et du gaz Goubkine, Alexandre Loboussev, le fracking est très dangereux pour l’écologie de Pologne :

« L’utilisation de cette méthode peut pratiquement assécher toutes les sources d’eau, même les sources de surface. L’extraction aura des conséquences catastrophiques pour l’environnement polonais. Des réserves de gaz similaires existent en Allemagne. Les Allemands ont commencé de s’en occuper mais en sont venus à la conclusion que ce n’était pas écologique ».

Selon les écologistes britanniques, une telle méthode d’extraction du gaz de schiste renferme des menaces sismiques. En 2011, une société britannique a commencé le forage dans l’ouest de l’Angleterre pour arrêter les travaux au bout d’un an, suite à deux légers séismes enregistrés à proximité de la région où les travaux étaient menés.

Source: La voix de la Russie

25 commentaires

  • Zangao

    De quand date cette histoire ? ça n’a pas l’air récent. Ne serait ce pas ce qui est relaté dans le film fait par un réalisateur allemand ?

    • do39

      Excellent reportage !
      en complément, à voir sur ARTE 7/7 (voir ci-dessous)

      Il s’agit d’un événement MAJEUR pour les décennies à venir !

  • yann

    Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a souhaité que l’exploitation des gaz de schiste soit confiée à une compagnie nationale publique et non au privé si une technique non polluante était mise au point.

    http://www.midilibre.fr/2013/07/11/gaz-de-schiste-montebourg-veut-une-compagnie-publique-avec-une-exploitation-ecologique,731774.php

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    L’homme le seul animal à être assez con pour scier la branche sur laquelle il est assis ! …je crois que cette simple phrase résume tout à elle seule !

  • Itsmie

    A PROPOS DES ÉNERGIES ALTERNATIVES :

    Aujourd’hui, à l’heure où le président de la République élu, François Hollande, a promis d’enclencher la transition énergétique du pays, et qu’un “débat national sur la transition énergétique” est organisé, une question se pose :
    mais qui décide de la trajectoire énergétique du pays ?

    Les citoyens ? On en doute. Les reponsables politiques ? Pas sûr… Examinons de plus près les influenceurs de la politique énergétique française. Penchons-nous sur leurs intérêts TRÈS précis.

    Entrez dans les coulisses de l’énergie

    Qui sont-ils, quelle est leur influence, que défendent-ils et comment? C’est ce que nous allons exposer.

    http://www.greenpeace.fr/qui/?codespec=N13ESEAD&utm_source=silverpop&utm_medium=email&utm_campaign=20130711%20%282013L47%29%20-%20QUI%20%281%29&utm_content=bouton

  • do39

    Pour ceux qui souhaitent prendre le temps de s’informer :
    ============================================================
    Arte 7/7 à voir avant Samedi 13/07 19h30
    —————————————-
    http://videos.arte.tv/fr/videos/le-dessous-des-cartes–7575770.html

    Le Dessous des Cartes
    =====================
    D’ici 2020, le Canada fera partie des premières puissances énergétiques mondiales grâce à ses ressources de type non conventionnel. Le pays dispose en effet d’immenses réserves de sable bitumineux et de gaz de schiste. Le dessous des cartes s’intéresse à la nature de ce potentiel énergétique et aux conséquences sur l’environnement et l’économie du pays.
    (France, 2012, 12mn)

    ============================================================
    Arte 7/7 à voir avant Mardi 16/07 08h55
    —————————————-
    http://videos.arte.tv/fr/videos/la-malediction-du-gaz-de-schiste–7578252.html

    La malédiction du gaz de schiste
    ================================
    Zamosc, en Pologne orientale : au hasard d’un tournage dans cette région rurale, Lech Kowalski rencontre en 2009 des paysans sur les terres desquels de grandes firmes américaines ont commencé à prospecter pour extraire du gaz de schiste. Fissures dans les murs des fermes, pollution des eaux, bulldozers investissant des champs à quelques dizaines de mètres des habitations… Les villageois sont inquiets. Or cette situation locale n’a rien d’anecdotique et témoigne d’un phénomène qui menace aujourd’hui toute la planète. Bradford County, aux États-Unis, est au gaz de schiste ce que l’Arabie Saoudite est au pétrole. Mais on est loin de l’image idyllique d’une « énergie non conventionnelle » propre et d’exploitation aisée que veulent donner les industriels. Dans ce petit comté du nord-est des États-Unis, le réalisateur filme des paysages dévastés et l’épuisement physique et psychologique des habitants…

    Combat inégal
    Cinéaste underground, passionné par les groupes à la marge (les SDF dans Rock soup, les punks dans Born to lose) et les grandes tragédies de l’histoire européenne (Hitler’s highway), Lech Kowalski s’aventure ici dans les profondeurs de la campagne polonaise. Il dépeint le combat inégal de petites gens victimes de contrats léonins, pour la sauvegarde de leurs villages, de leurs maisons, de leurs exploitations agricoles, de leur eau et de leur santé – et qui remportent quelques victoires inattendues. L’enjeu est de taille : la Pologne voit dans cette énergie nouvelle une promesse d’indépendance vis-à-vis du gaz russe. À l’instar du travail d’investigation entrepris il y a deux ans aux États-Unis par Josh Fox dans Gasland – disponible en DVD chez ARTE Éditions -, ce documentaire constitue une mine d’informations sur les pratiques des compagnies de forage et sur les conséquences de cette exploitation sur la vie quotidienne des Européens.
    (France, 2012, 83mn)

    ============================================================
    Arte 7/7 à voir avant Mardi 16/07 20h50
    —————————————-
    http://videos.arte.tv/fr/videos/gasland–7578292.html

    Gasland
    =======
    Le point de départ de Gasland est une lettre adressée à Josh Fox, le réalisateur. Elle lui propose cent mille dollars pour pouvoir forer des puits d’exploitation du gaz de schiste sur sa propriété, en Pennsylvanie, un Eden forestier bordé par une rivière cristalline, affluente du Delaware, où ses parents, dans les années 1970, ont construit une maison de bois idyllique. Sachant que George W. Bush, en 2005, a dispensé les industries de l’énergie du respect des lois environnementales protégeant l’air et l’eau, et que la multinationale Halliburton, qui fut dirigée par l’ex-vice-président Dick Cheney, est pionnière dans l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique, Josh Fox, pour savoir à quoi il s’expose, entreprend d’enquêter à travers le pays armé d’une caméra, de son banjo et d’une curiosité naïve mâtinée d’humour noir. Puisqu’il s’agit d’injecter violemment dans le sol, à quelque 2 500 mètres de profondeur, un cocktail de 596 substances chimiques, dont beaucoup sont dangereuses, comme les éthers de glycol, comment les compagnies, et les autorités qui leur délivrent des permis d’exploitation, garantissent-elles la sécurité de ceux qui vivent à proximité ? La réponse, stupéfiante, apparaît d’emblée, pour se confirmer tout au long d’un périple à travers les dizaines d’États concernés : elles ne la garantissent pas !
    (Etats-Unis, 2010, 103mn)
    ============================================================
    http://www.atlantico.fr/pepites/gaz-schiste-ayrault-tacle-montebourg-et-reaffirme-interdiction-784030.html

    Bon visionnage de ces vidéos très instructives !