Zone euro: un groupe d’experts sur une mutualisation de la dette

Le logo de l’euro devant le siège de la Banque centrale européenne (BCE), à Francfort, le 6 juin 2013 ( AFP/Archives / Daniel Roland)

La Commission européenne a annoncé mardi à Strasbourg la formation d’un groupe d’experts pour évaluer les avantages et les risques d’une mutualisation partielle de la dette au sein de la zone euro, vue comme une première étape vers la mise en place d’obligations communes (euro-obligations).

La Commission avait décidé de mettre en place ce groupe d’experts en contrepartie d’un renforcement de la discipline budgétaire décidée au printemps, et sous la pression du Parlement européen.

Le rôle de ce groupe est d’analyser les avantages et obstacles à la mise en place d’un fonds d’amortissement, qui permettrait de mutualiser une partie de la dette de la zone euro, ou la mise en place d' »eurobills », des titres de dette communs à court terme.

Le sujet est particulièrement délicat car l’Allemagne, qui emprunte à très bas coût sur le marché de la dette, refuse toute forme de mutualisation de la dette au sein de la zone euro. Le sujet a été maintes fois évoqué, et toujours repoussé à plus tard, sous la pression de Berlin.

Sujet particulièrement délicat

Pendant la partie la plus aigüe de la crise, de nombreux responsables politiques et économistes plaidaient pour la mise en place d’euro-obligations, afin de faire baisser la pression sur les pays les plus fragiles de la zone euro, dont les taux d’emprunt atteignaient des niveaux insupportables.

Source et suite sur Boursorama

2 commentaires

  • derdesders

    l’europe des escrocrates , mutualisations des dettes et privatisation des bénéfices !

    pendant ce temps, la part de PIB pour le travail diminue au profit exclusif de la finance , l’escroquerie du cout horaire enfle en faisant croire que l’assistanat en est la cause …..

    nous allons vers une scission ; ceux qui cautionnent ce système et ceux qui le subissent !

    attention risque de dégâts collatéraux

  • Fenrir

    Le capitalisme neo-libéral est en situation de mort clinique. Il est maintenu actuellement sous perfusions.
    Tout va être bon pour le maintenir le plus longtemps possible pour le plus grand profit de la minorité dirigeante.
    De plus en plus d’individus s’en rendent compte et demandent des comptes.
    Dans ce cas présent, les oligarques recherchent des solutions pour créer des usines à gaz afin de maintenir leurs priviléges.
    Dés que la pression montera trop, ils déclencheront une guerre pour éliminer les déviants, occuper la populace, tout détruire afin de refaire de la « croisance » en reconstruisant….