Brest : des failles de sécurité sur la base des sous-marins nucléaires

Dormez tranquilles braves gens, notre armée en piteux état, démontée, dépouillée, reste un des derniers signes de la « grandeur » de la France, du moins, ce qu’il en reste… Et cet exemple n’a vraiment rien de rassurant…

La base des sous-marins nucléaires de l'Ile-Longue, dans la rade de Brest (Finistère), présenterait des dysfonctionnements liés à la sécurité.

La base des sous-marins nucléaires de l’Ile-Longue, dans la rade de Brest (Finistère), présenterait des dysfonctionnements liés à la sécurité. | (Capture écran/ministère de le Défense)

Selon une enquête publiée mardi par le «Télégramme» de Brest (Finistère), la base des sous-marins nucléaires de l’Ile-Longue, en rade de Brest, compte de «nombreuses failles de sécurité». Des badgeuses à bout de souffle, des clôtures en mauvais état, des chicanes inexistantes, du personnel inexpérimenté.

.. Le quotidien estime  que la base devrait renforcer ses mesures de sécurité.

La base, cœur de la dissuasion nucléaire française, abrite quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE). Ils sont entretenus, entre deux patrouilles, dans cette base où sont également assemblés les missiles intercontinentaux, pouvant emporter chacun six têtes nucléaires, qui arment ces sous-marins.

Et pourtant il n’y a «pas de système de contrôle biométrique, qui offre pourtant une incomparable garantie d’authentification grâce à la reconnaissance digitale et/ou de l’iris de l’œil», note le quotidien, ajoutant que, pour l’instant, l’identification des personnels autorisés à y pénétrer «s’effectue au moyen de badges nominatifs équipés d’une simple bande magnétique (très facilement copiable) et d’une photo».  En outre, écrit le journaliste qui signe l’enquête, Hervé Chambonnière, «ces badges ne permettent pas de tracer leurs porteurs, et notamment de savoir s’ils ont bien quitté la base en fin de journée».

Impossible d’empêcher un camion-suicide de parvenir au site

Quant aux véhicules, le sésame consiste en «un vulgaire morceau de feuille de papier blanc, où figurent quelques informations basiques», selon le quotidien, qui se demande «(…) pourquoi les nombreux camions-bennes et toupies qui y pénètrent, et qui peuvent cacher de grandes quantités d’explosifs ou de nombreuses personnes, ne sont pas systématiquement inspectés, comme nous l’avons constaté à plusieurs reprises à l’entrée de la base ?» Et de noter que l’absence de chicane devant l’entrée de la base et dedans est un vrai problème. «Impossible, assure aussi le quotidien, d’empêcher un camion-suicide de parvenir jusqu’à la cathédrale, principal sas d’accès au cœur du site, où plusieurs centaines de personnes se pressent aux heures de pointe.» De plus, toujours selon cette enquête une bonne partie des 115 gendarmes maritimes affectés à la surveillance «sont des gendarmes adjoints volontaires, donc débutants, très jeunes, peu formés (…) et peu payés».

L’enquête du Télégramme souligne également d’autres failles, comme la vulnérabilité des «transrades» – des bateaux qui effectuent la navette entre Brest et l’Ile-Longue et transportent la moitié des effectifs (1 200 personnes) travaillant sur le site – ou encore de la ligne électrique desservant l’Ile-Longue, «parfaitement accessible» et qui menace l’autonomie du site si un ou plusieurs pylônes étaient détruits.

Source: Le Parisien

6 commentaires

  • arcadia grand marabout arcadia grand marabout

    cet article est fort inquiétant quand on sait déja que des activistes anti-nucléaire avaient réussi a pénétrer,circuler,et faire la démonstration flagrante de la facilité d’intrusion,pour arriver a leur fins(pacifiques).

    imaginons des personnes qui feraient un remake avec plus de motivations non pacifiques,ça promet!avec le nombre de centrale(ou de réacteur).
    y’a plus tune pour rien,c’est de la rustine dans tous les coins!
    les rustines ne collent plus avec la colle Mr Bricolo et les VRP en PiPo.

    • Eagleeyes Eagleeyes

      Hello Yael,

      Depuis 2005 et jusqu’à ce jour, il y a eu sporadiquement des distributions de ces pastilles. Et depuis 2010 aux alentours des centrales de Penly et dernièrement et étonnamment, Paluel.
      C’est en fouillant sur ce type d’information que je suis tombé sur celle concernant ce dernier site. Ça, à rajouter avec l’article d’hier, ça fait un petit peu, beaucoup !

      • yael

        Bonjour Eagleeyes,
        oui ça fait beaucoup… Moi je vais te dire ce que je ressent je vois comme une addition d’événements (événements naturels + événements bien préparés en corrélation avec le premier…) oui Eagleeyes je deviens complétement parano! lolll Mais plein de signes me font pensé ça…

      • Eagleeyes Eagleeyes

        Nous ne sommes pas seuls, je pense ! pas dans le sens ET !

      • Natacha Natacha

        Je me demande ce qui est le plus inquiétant : La perméabilité évidente des installations nucléo-mortifères à peu près partout autour du globe, la prolifération nucléaire anarchique civile et militaire pour le bénéfice de quelque-uns, l’autorisation donnée à de tristes mégalomanes de faire l’abominable boum, l’indifférence quasi totale devant l’agonie du pays du soleil bientôt couchant, l’oubli des souffrances des enfants sacrifiés de Tchernobyl … la prise d’iode en pastilles …
        L’énergie atomique ne cesse de montrer ses désordres et ses limites ; une technologie de mort accomplie.
        Peut-on croire pas que les mauvais clowns contrôlent encore ?
        Pachamama unie à d’autres énergies poursuit sa lourde tâche purificatrice et nous pouvons l’aider en nous délivrant de nos fardeaux, de nos résistances intérieures, en changeant profondément nos consciences car nous sommes partie de l’ensemble.