Réglementation de l’achat d’or en France: La ruée dans l’impasse…

Ce n’est pas pour contrôler les acheteurs, c’est pour les pro-té-ger…Il y a certainement des abus, le contexte économique s’y prête fortement, et les margoulins ne s’y trompent pas, ils s’informent eux!! Par contre il y a aussi les acheteurs traçables, ayant pignon sur rue, si vous êtes vendeurs potentiels, réfléchissez avant de vous déposséder de vos « bijoux de famille » ou autres valeurs jaunes… Sachant que l’or est maintenu à la baisse volontairement…(c’est mon avis!).

Wikipedia

Les parlementaires entendent encadrer un marché qui évolue sans règle, bien souvent aux dépends des consommateurs…

Comme sur chaque nouveau marché, un besoin de régulation se fait sentir quand le nombre d’acteurs explosent. Le métier d’acheteurs d’or en France connait cette situation avec près de 4.000 intervenants œuvrant dans les comptoirs d’or et commerçants éphémères, qui pourraient bientôt voir leur activité encadrée à la demande du gouvernement et de certains députés PS, via des amendements à la loi sur la consommation qui seront déposés à la fin du mois de juin.

Les nombreuses escroqueries et pratiques douteuses voire mafieuses, à en croire le rapporteur du projet de loi sur la consommation, sont les motivations des parlementaires.

La première étape sera d’afficher les tarifs précis de rachat d’or aux particuliers afin que ces derniers sachent exactement combien vaut leur pesant de métal précieux – un prix qui oscille entre 48 et 66 euros pour une même médaille avec chaîne en or, selon le Parisien. Le deuxième ordre de marche est d’imposer la signature d’un contrat entre le professionnel acheteur et le particulier avant la transaction afin de garder une preuve écrite de l’achat.

Ainsi si le prix auquel s’est négocié le métal est volontairement fixé trop bas par le professionnel, le particulier peut se retourner contre son acheteur pour dissimulation volontaire d’information indispensable à la transaction.

Les professionnels craignent pour leur sécurité…….

Lire la suite

Un article de Bertrand de Volontat pour 20Minutes

Voir aussi sur le Point, un article de 2011:

3 commentaires