Le président Poutine lance un exercice militaire surprise de grande ampleur

A son retour d’Afrique du Sud où il a assisté à un sommet des cinq grands pays émergents (les BRICS), le président russe, Vladimir Poutine, a décidé, le 28 mars, de lancer un vaste exercice militaire dans la région de la mer Noire.

La durée de ces manoeuvres n’a pas été précisée. L’on sait qu’elles mobilisent pas moins de 36 navires de guerre appartenant à la Flotte russe de la mer Noire, dont l’état-major est basé à Sébastopol, en Ukraine, des avions de combat, des hélicoptères, 250 blindés ainsi que “des troupes d’intervention rapide, des troupes aéroportées, ainsi que des unités des troupes spéciales de l’état-major général des Forces armées.”

“Ces manoeuvres non planifiées ont pour objectif de tester les capacités de combat et le niveau de coopération entre différentes unités des forces russes, a expliqué Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin. “La Russie n’a pas informé préalablement ses partenaires étrangers de ces manoeuvres”, a-t-il précisé, soulignant que cela n’était pas nécessaire étant donné que les effectifs militaires mobilisés sont inférieurs à 7.000 hommes.

“Les unités engagées aux manœuvres effectuent des marches forcées de 500 km vers les régions où les militaires devront accomplir plusieurs missions et participer aux tirs sur les polygones “Raïevski”, “Temriouk” et “Opouk”. Les navires de la flotte russe de la mer Noire effectuent aussi des manœuvres et des tirs d’entraînement”, a, de son côté, expliqué le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Une opération amphibie est également au programme. Elle consistera à faire débarquer une brigade “dans un secteur inadapté par un mauvais temps” près de Sebastopol.

D’après le chef d’état-major de l’armée russe, le général Valéri Guérassimov, des manoeuvres similaires ayant eu lieu en février dernier n’avaient pas donné entièrement satisfaction. Et Vladimir Poutine de demander une amélioration du fonctionnement des armées et de promettre la tenue de nouveaux exercices avec un court délai de préparation. Pour le coup, il aura tenu promesse.

Par ailleurs, le fait que ces exercices se déroulent en mer Noire doit susciter quelques inquiétudes chez les pays voisins. “Nous allons suivre très attentivement ces manoeuvres étant donné que la Géorgie a sa propre expérience avec la Russie’, a ainsi affimé Tedo Japaridze, le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement géorgien, avec un sous-entendu à la guerre russo-géorgienne d’août 2008.

Source: opex360.com

5 commentaires

  • Simsi

    « Une opération amphibie est également au programme. Elle consistera à faire débarquer une brigade “dans un secteur inadapté par un mauvais temps” près de Sébastopol »

    Un conflit en mer noir ne nécessiterait pas particulièrement de débarquement mer-sol.

    La Russie peut très bien envahir la Géorgie sans mettre une chaloupe à la mer.

    De telles manœuvres n’indique qu’une chose, il se prépare à une guerre proche de côte dans un climat difficile et sur des plages boueuses et difficile d’accès.

    Reste à savoir où peuvent se trouver de tels rivages.

    J’en vois peu dans ces pays dont la Russie doit se méfier et dont il est nécessaire de passer par bateau: Corée du Sud, Corée du Nord, Japon, Turquie, Alaska ou éventuellement débarquer des troupes pour assister un pays allié: Venezuela, Afrique du sud, Chine, Argentine, Brésil etc…

    De tous ces pays peu sont en quasi-état de guerre.

    En conclusion, je ne retiendrai que les Corées, l’Alaska (au cas où) et la Turquie qui est probablement le pays le plus hypocrite d’Eurasie.

  • galouleo

    Même si un pays est accessible à la Russie par la terre, rien n’empêche de multiplier les points d’entrées pour désorganiser la défense adverse… non?

  • Natacha Natacha

    La mer Noire relie de manière stratégique l’espace européen à l’Asie centrale, le Caucase et le Moyen-Orient ; zones de production et de contrôle du transit des hydrocarbures très importante pour la Russie qui ne veut pas perdre son nouvel empire …

    150 000 personnes pour la conscription de printemps de l’armée russe.

    Les Russes n’oublient peut-être pas « la révolution des roses » en Géorgie, « la révolution orange » en Ukraine, l’entrée dans l’Europe de la Bulgarie et la Roumanie ((et l’installation de bases militaires américaines dans ces pays) …

    Que dit la Chine ?

  • La France justifie les mensonge gloabliste ici et le rends COMPLEXE pour se déguiser en érudits et en faux-prêtres de la globalisation ! La vérité est simple, c’est le mensonge et la confusion (Baal) qui est complexe ! Ou comment retourner le vrai en faux, le mal en bien !