Etats-Unis: 149 tours de contrôle américaines vont fermer à partir d’avril

Pour faire des économies, ils ferment les tours de contrôle, rien que ça! Suivant les aéroports privés, ça va être folklorique la gestion des gros n’avions…

La tour d contrôle de l’aéroport régional de Salisbury le 22 mars 2013

Pour ses détracteurs, rien n’illustre mieux le caractère « stupide » de l’austérité généralisée américaine que la fermeture prévue de la tour de contrôle de Salisbury, un petit aéroport régional à deux heures de Baltimore, sur la côte Est américaine.

En 1999, le comté local a investi 640.000 dollars pour ajouter une tour à cet aérodrome utilisé par des pilotes amateurs, des avions militaires et quelques vols US Airways. Depuis, l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) paie le salaire des contrôleurs aériens, sous-traitants privés, comme dans de nombreux autres aéroports.

Mais la FAA se voit aujourd’hui forcée d’économiser environ 600 millions de dollars d’ici septembre 2013, sous le coup de coupes budgétaires automatiques votées par le Congrès et promulguées par le président Barack Obama.

Conséquence: le gouvernement a annoncé vendredi que 149 tours de contrôles privées (sur 251) allaient fermer à partir du 7 avril, un chiffre légèrement réduit par rapport à une liste prévisionnelle publiée en février.

A celles-ci devaient s’ajouter 49 autres, directement gérées par la FAA, qui avaient été marquées en février pour fermeture plus tard dans l’année, soit au total 38% des tours du pays –pas dans les grands aéroports comme New York, mais dans les aérodromes où elles ne sont pas jugées cruciales, comme Salisbury.

Ces coupes affectent chaque agence gouvernementale uniformément et ont été qualifiées de « stupides » par des élus car elles ne distinguent pas les services importants des autres.

Le directeur de l’aéroport de Salisbury, Robert Bryant, veut toutefois mettre les points sur les « i »: un pilote sait atterrir sur une piste sans tour.

L’intérieur de la tour de contrôle de l’aéroport de Salisbury le 22 mars 2013

Mais les contrôleurs aériens ont un travail de chef d’orchestre pour séparer les avions, à l’atterrissage et au décollage, et faire en sorte qu’ils n’entrent pas en collision.

Sans tour, « il sera de la responsabilité des pilotes de communiquer sur la même fréquence radio et de se parler pour dire quelle est leur position, quelles sont leurs intentions, et on espère que tout le monde écoutera bien la même fréquence » dit-il à l’AFP.

Dans sa tour, un contrôleur veille, une paire de jumelles sur son plan de travail. Ce jour-là il neige et la visibilité est mauvaise.

« Quand il y a des vols commerciaux, des avions militaires, beaucoup de trafic, on a vraiment besoin d’une paire d’yeux supplémentaire », explique Tom, 46 ans, qui s’attend à perdre son emploi.

A Salisbury, 53.000 « opérations » (un décollage ou un atterrissage compte comme une opération) ont eu lieu en 2012, et le gouvernement a fixé la barre éliminatoire à 150.000 par an.

Les six vols quotidiens d’US Airways seront maintenus. Mais le président du comté, Richard Pollitt, craint que les passagers n’évitent son aéroport.

Ses premiers mots fusent: « la sécurité ne sera pas affectée », assure-t-il.

Suite de l’article sur Boursorama.com

5 commentaires

  • Natacha Natacha

    Attention aux tours !

  • Badboy

    Ils doivent avoir la technologie pour palier a l’absence de tour de contrôle, et puis ça fait quelques centaines de contrôleurs en moins donc des économies et des compagnies aériennes avec des tarifs compétitifs, c’est le fmi qui va être content et Lagarde qui va mouiller sa petite culotte.

  • deussabaoth deussabaoth

    allo allo la tour de controle ???

    hé patate attend un peu suis tout seul pour 6 avions et mon collegue est au toilette il a la coulante…

    non mais c’est pour signaler que j’ai des problemes technique grave!!!

    m’en fout t’attend comme tout le monde…

    ok

    15min plus tard » allo ici la tour de controle allez y vol ayant des probleme….allo…..allo….bordel vous repondez ou quoi….pppff encore un connard qui savait pas attendre.

    le lendemain dans la presse « un avion s’ecrase des talibans on fait s’ecraser l’avion sur un immeuble »
    et pan l’amerique attaque les talibans pour la enieme fois

    dans la foulée des moutons enragés denonce qu’il n’y avait pas d’attentat et que c’etait juste un probleme de personnel et manque de tour …on les enfermera pour 25ans pour terrorisme agravé…