Mouvement des plaques tectoniques : l’Amérique du Sud va-t-elle se séparer de l’Amérique centrale?

(Source : Le Veilleur)

En février 2013, la région des îles Salomon ont vu naitre un violent essaim sismique à proximité des îles Santa cruz, avec des tremblements de terre atteignant une magnitude de 8.0 sur l’échelle de Reichter. Ces manifestations ont durés de nombreux jours ou s’en étaient suivis un nombre impressionant de violentes répliques, atteignant même les côtes Japonaises et répercutant de fortes secousses jusqu’au Kamchatka.

Si ces évènements n’ont une fois de plus pas défrayé la chronique chez les médias officiels, il apparaissait évident qu’il n’était pas ici question d’une manifestation naturelle sans gravité, bien qu’impressionante, mais d’un effet provoqué par de bien plus grandes forces : un changement radical est en train de s’opérer au niveau des plaques tectoniques, ce qu’explique la suite de cet article…

Un grand merci à Golden Awaken pour la traduction de la source ;-)  Le veilleur

Une des attentes des chercheurs sur le mouvement du globe terrestre, c’est que les éléments de preuve du plissement des plaques tectoniques sous l’océan Pacifique et de l’effondrement ou de la subduction des régions occidentales de l’Anneau de feu dans l’Extrême-Orient, entraineront finalement l’effondrement de ces plaques des Régions du Nord de l’Amérique du Sud à l’ouest dans l’Océan Pacifique et arracheront l’Amérique du Sud à l’Amérique Centrale.

Récemment, il a été remarqué que les bouées le long des plaques de Cocos et de Nazca ont été désactivés. Dans le même temps les tremblements de terre le long des régions orientales de ces mêmes plaques qui se dressent contre l’Amérique du Sud le long de la Cordillère des Andes, de la pointe vers le haut de l’Amérique du Sud au Pérou ont augmenté de façon exponentielle.

Alors que la côte sud-américaine se glisse au-dessus de la plaque de Nazca, ce qui est appelé le « South American Roll » a été l’élément déchencheur de tremblements de terre,qui ont été constatés par la montée ou l’affaissement des bouées avec les tremblements de terre roulants, est maintenant silencieux.

On peut s’attendre à ce que les responsables du déploiement et de l’activation des bouées hésitent à indiquer au continent sud américain, la dévastation qui va bientôt se dresser sur son chemin.

Les points de stress le long de la côte menant à la belle et majestueuse Cordillère des Andes du Sud va bientôt devenir le point focal alors que la partie nord des Andes glissera sur la plaque de Nazca. Ceci cause un stress important sur la plaque tectonique sous les Andes du Sud. Alors que les secteurs du nord de l’Amérique du Sud sont tirés vers l’ouest, certains chercheurs pensent maintenant que le point d’effort principal sera le long de la région courbée le long de la côte Pacifique de l’Amérique du Sud.

Ce qu’on croit c’est que la pointe sud de l’Amérique du Sud est ancrée et est un point de pivot où la plaque antarctique bute contre les Andes du Sud. Avec la plaque continentale solide de l’Antarctique refusant de céder à toute compression, les régions du Nord de l’Amérique du Sud semblent glisser, vers le haut et vers l’ouest, de 200 miles dans la région de l’océan Pacifique.

La preuve de ces changements cataclysmiques des plaques continentales de notre planète a été mis en évidence avec le tremblement de terre du 6 Février 2013, à Santa Cruz suivi quelques jours plus tard par un tremblement de terre de magnitude 7.0 beaucoup plus important dans le sud-ouest Britannique de la province de Narino. Il a été ressenti à 240 miles dans la capitale colombienne Bogota de Columbia.

Quelques heures plus tard une série de tremblements de terre a parcouru le long de la colonne vertébrale de la Cordillère des Andes. Cela a déclenché une deuxième série de tremblements de terre sur la bordure orientale de la plaque sud-américaine, qui est venu buter contre le Rift Atlantique, et une troisième série de tremblements de terre le long des régions du Sud nord-américaines où le bord de la plaque continentale se joint à la plaque Caraïbe.

Avec les chaleurs torrides qui vont de Amérique du Sud à l’Amérique centrale, l’exploit d’ingénierie le plus grand au monde, le canal de Panama, se disloquera. Il ne pourra tout simplement plus être utilisé comme voie navigable de l’Atlantique à l’océan Pacifique puisque le continent américain ne sera plus uni.

Traduction par Golden Awaken – Le Dormeur doit se Réveiller

 

Note du veilleur :

Lors de mes recherches connexes, un article de futura-sciences m’a interpellé, car il met en évidence une corrélation entre les mouvements ou déplacements tectoniques et les mécanismes d’inversion des pôles de la terre que cette dernière a déjà connu dans le passé et qui est en ce moment même en train de s’opérer. Le rapport établi entre activité géologique/sismique de la terre et sa magnéto-dynamique tend donc non plus à démontrer, mais bel et bien à confirmer que nous sommes bien à l’aube d’énormes changements de notre belle bleue.

En effet, les simulations effectuées avec VKS (Von Karman Sodium, collaboration ENS-Paris, ENS-Lyon et CEA-Saclay –wiki) ainsi que des travaux théoriques ont montré qu’une inversion magnétique survenait sur Terre lorsque les mouvements du fer en fusion dans le noyau n’étaient plus symétriques par rapport au plan de l’équateur. Plus précisément, ce phénomène commencerait d’abord juste sous l’interface noyau-manteau puis gagnerait l’ensemble du noyau. Or, on sait que même s’ils ne se mélangent pas chimiquement, noyau et manteau ne sont pas indépendants physiquement et des panaches de matière mantellique prennent probablement naissance juste à la base du manteau, au-dessus de l’interface noyau-manteau cette fois-ci.
 
On pouvait donc soupçonner que les courants de convections, qui influencent la tectonique des plaques et qui sont eux-mêmes influencés en partie par la répartition des continents en surface, établissaient un couplage entre les inversions magnétiques et la répartition des continents. En dressant un bilan de la surface des continents situés dans l’hémisphère nord et ceux dans l’hémisphère sud, les chercheurs ont pu calculer un degré d’asymétrie (par rapport à l’équateur) dans la répartition des continents depuis quelques centaines de millions d’années et tenter de tester leur hypothèse.
 
Il semble bel et bien que le degré d’asymétrie ait varié au même rythme que le taux d’inversions magnétiques depuis le début de la dislocation de la Pangée il y a environ 200 millions d’années. On constate ainsi que plus le centre de gravité des continents s’éloignait de l’équateur, plus le rythme des inversions s’accélérait (jusqu’à atteindre huit par million d’années pour un degré d’asymétrie maximal). Laurent Sacco, Futura-Sciences – 31 octobre 2011

Via etat-du-monde-etat-d-etre.net

6 commentaires