Les enfants tyrans

Refus de l’autorité, des interdits, des exigences scolaires, ou bien encore caprices et colères : autant de manifestations de l’enfant tyran. Pourquoi ces comportements ? Comment est il possible que des enfants en arrivent à tyranniser leurs parents ? Les explications du Dr Le Heuzey, psychiatre.

Les parents ne sont pas là seulement pour aimer les enfants et pour que les enfants les aiment, mais aussi pour leur transmettre un certain nombre de valeur.

Les nouvelles perceptions de l’éducation ont fait de l’enfant un individu à part entière. Mais pour les parents, jongler entre épanouissement (satisfaire les désirs de l’enfant) et éducation (aller à l’encontre de ses envies les plus immédiates) n’est pas toujours aisé.
Emancipation de la femme, deux parents qui travaillent, familles recomposés, l’implosion de la famille a réduit le temps réservé à l’enfant ce qui a pour conséquence que les parents voient si peu leurs enfants que ce qu’ils ont envie de partager avec eux, c’est du plaisir et non de la contrainte.
Le point avec Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste.

Une vidéo de Jean Claude Michéa qui explique que l’éducation libérale s’intègre dans le projet libéral.

La jeunesse est en effet objet de célébration dans l’imaginaire de la modernité. Une société qui met à la place de la philosophie, l’imaginaire de la science et de la technique va nous familiariser que pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les enfants sont les parents de leurs parents. Les parents se sentent désorienté et culpabilisent dès qu’il s’agit de transmettre quelque chose, de signifier une limite et un interdit puisque c’est à eux d’apprendre des enfants l’essentiel de la vie.

Pourtant quiconque a vu un enfant dans le bas âge sait qu’il existe un idéal de toute puissance infantile que l’éducation va devoir dompter car l’enfant n’est pas spontanément dans le « donner /recevoir /rendre », ne sais pas spontanément attendre son tour, doit savoir passer après le frère ou la sœur. »

C’est pourquoi les enfants uniques ont plus de facilité à s’intégrer dans les mécanismes de la modernité et du marché !
Eduquer l’enfant c’est aller à rebours de sa nature, c’est de lui apprendre à savoir donner, recevoir et rendre et pas à devenir un tapeur et un futur exploiteur.

Les principes de l’éducation libérale c’est le contraire : mettre l’enfant au centre de tous les processus et de le laisser s’ exprimer alors que je dois précisément lui apprendre à devenir humain çàd à civiliser sa volonté de puissance infantile faute de quoi il deviendra un de ces êtres égoïstes et égocentrique qui fournissent les élites du monde actuel.

Source: Agoravox.tv

34 commentaires

  • Nevenoe Nevenoe

    C’est sympa les généralités mais il n’existe pas de recette type, ça dépend aussi du caractère de l’enfant.

    Il y en a qui donnent plus de fil à retordre que d’autres.

    • Zeitgeist Zeitgeist

      SI SI ! Il existe une recette type : http://www.ted.com/talks/lang/fr/ken_robinson_says_schools_kill_creativity.html

      ET un extrait recomposé d’un livre de Catherine Dumonteil-Kremer :

      Une des conséquences de notre éducation est d’être indigné à chaque fois que notre enfant réclame quoi que ce soit que nous n’avons pas pu obtenir de nos propres parents.

      Lorsque nous sortons du système bien/mal, bonnes actions/mauvaises actions, et que nous comprenons que les « dysfonctionnements » de l’être humain ne sont plus que des expressions de sa souffrance présente ou passée, nous pouvons avoir une autre vision du monde et la transmettre à nos enfants.

      Cette vision du monde est très optimiste car si la violence se transmet au travers des générations, l’amour aussi !

      Notre enfant n’est pas une marionnette faite pour répondre présent aux personnes qu’il aime le plus au monde, en lesquelles il a le + confiance : ses parents. C’est une personne sensible qui vit comme nous des deuils, des déceptions, qui a des désirs, des besoins et qui, caractéristique de ses premières années, s’attend au meilleur dans la vie…

      Notre enfant va toute son existence apprendre à vivre dans le monde des humains. Si nous le respectons, il n’obéira pas aveuglément à des ordres, mais sera capable de comprendre les personnes et de choisir de faire ou non ce qu’on lui demande. Notre rôle de parents est bien heureusement devenu complexe. Il nous faut réfléchir à une autre manière de communiquer avec nos enfants, nous former, prendre des informations et des encouragements au sein de groupes, de travailler sur nous.

      C’est le projet d’une vie, mais il en vaut la peine.
      Il y a un monde meilleur au bout de cette route !

      CDK

  • sinouhelartiste sinouhelartiste

    Quelle merveilleuse constatation…si en plus les psy ont un avis c’est encore mieux…Mais demandez à Sylvie Simon, elle fait mieux encore…d’abord elle vous parlera des vaccins , et ensuite des enfants indigo qui sont là pour nous sauver …Et oui les vaccin sont dans un cas à l’origine de tout les problèmes comportementaux …mais de l’autre côté rien puisque des enfants vacciné a mort peuvent être des enfants indigo…et pendant ce temps les super psy y vont de leurs analyses…et bien sur par derrière les médoc a vie pour les enfant sur actif sur doué sur dingo avant d’âtre indigo…
    Aller voir sa:
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-enfants-actuels-une-nouvelle-conscience-planetaire—conference-de-sylvie-simon-115838166-comments.html

    Non mais vraiment sa par en « biberine » …

  • nootrope12

    La famille s’occupe moins des enfants ?
    Les enfants étaient laissés bien plus souvent seuls et en autonomie avant que maintenant, ils avaient par contre le même statut que les femmes il n’y a pas si longtemps : leur seul droit étant de se taire et d’obéir.
    Donc avant les enfants se « démerdaient » dans leur coin et entre eux et acquéraient ainsi une autonomie, avec le but principal de ne jamais se faire chopper par un adulte à faire une bêtise.
    Aujourd’hui les enfants sont au contraire surprotégés et sur-surveillés dans tout leurs mouvements, ils ont peu de vie privée et d’intimité, leurs parents veulent tout savoir et tout contrôler.
    En fait les enfants d’aujourd’hui sont complètement et très longtemps dépendants de leurs parents et c’est donc normal qu’ils leur réclament toujours plus, les parents deviennent la solution à tout.
    Et plus tard ils seront complètement dépendant de la société, attendant tout de l’extérieur au lieu de réfléchir par eux-même…

    • Zeitgeist Zeitgeist

      Allo Mc Fly ?!?!

      Y a qqun à l’intérieur ?

      Cher Nono,

      Ne penses-tu pas qu’un enfant a « naturellement » besoin de Popy et de Momy pour apprendre à apprendre dans la vie ?

      Ho non, il faut au plus vite les confier à autrui ! Et si possible dès le + jeune âge !!! (ironie)

      Penses-tu qu’il faille (comme la plupart des enfants) les enfermer de 8h à 16h-18h, dans des bâtiments carrés (? semblable à une prison… ?) pour en faire des HOMMES et des FEMMES libre d’esprit ?

      Il me semble que les enfants réclament leurs parents, car ceux-ci (papa ET maman) sont pressés comme des citrons (heu… excusez-moi), comme des moutons, et ne sont guère présent à la maison…

      Quel parent (peut) PREND (re) 1h/jours pour jouer avec ses enfants ? Une vraie heure de jeux, yeux dans les yeux, pas en regardant un écran entre 2 gouzii-gouziii !!!

      Hein ?

      ABE
      A+
      Z.

  • nootrope12

    Et concernant le transmissions des « valeurs », en réalité les parents ne jouent pas un rôle principal (de l’ordre de 20-25%), ce sont les pairs du même âge qui jouent se rôle, ce qui est assez logique puisqu’une fois adulte les enfants ne vivront pas dans la société de leurs parents mais la leur.
    Ce qui est transmis c’est la façon de s’occuper des enfants et de former un couple, soit à l’identique (répétitions des actes et des paroles, souvent au mot près !), soit à l’opposé de ce qu’on a subi, et souvent un mélange des deux.

  • Tesla

    ou des parents ? pfff

  • cats75

    comment voulez qu une generation perdue sans aucune morale ni valeur ni notion de « sociabilisation » puisse elever des enfants
    les parents eux meme sont des tyrans ds notre societee qui deshumanise a gogo il recolte ce qu ils sement

    les principes des psy c est pas mal mais c est l education des parents qui est a refaire

  • Bisounours

    J’ai pas regardé les vidéos.

    Mais, j’ai constaté dans mon entourage 2 cas (en simplifiant) de familles avec 3 enfants entre 3 et 10 ans chacun :

    -> 1 cas : il y a des règles et quelques obligations :
    – on est poli, on dit bonjour, on dit merci (le minimum)
    – on range ces affaires le week-end
    – on fait ces devoirs
    – on joue à la console que le week-end et parfois le mercredi
    – on aide à mettre la table
    – on mange ce qu’il y a sur la table
    – on a de temps en temps des punitions et des fessés (oh oui, je sais c’est horrible !)

    ->2 cas : les enfants rois
    – on est pas obligé de dire bonjour, n’y de répondre quand on vous pose des questions, (oui il sont soit disant timide, mon oeil)
    – on fait ce qu’on veut, c’est les parents qui rangent
    – on aide surtout pas les parents, on met tout en vrac
    – on réclame trois fois des plats différents lors de chaque repas (véridique), on rechigne à manger ce qu’il y a table, on mange principalement des bonbons ou des barres chocolatées au petits déjeuné et pour 4 heures. (bizzarement, on a des problèmes de dentition ? a bon ?)
    – évidemment, on n’a jamais de punition, n’y de fessés, c’est le principe même des enfants rois
    – comme on n’est pas très communiquant, et que l’on joue a monter les parents entre eux, on va bien sur chez le psychologue depuis l’age de 4 ans (véridique). Le psychologue et autres therapeutres disent ce que les parents ont envie d’entendre : c’est des enfants surdoués ! (Ha bon, donc on a pas besoin d’être poli? je vois pas le rapport?)

    Je vous laisse deviner que chez moi, c’est le cas 1. Ils ne sont pas traumatisés, ont de bons résultats à l’école, jouent avec leurs copains.

    Maleureusement, et c’est mon avis, je vois de plus en plus de cas 2.

    • Nevenoe Nevenoe

      @Bisounours.

      Nous sommes d’accord.

      Je me souviens qu’à l’école nous n’apprécions pas les instituteurs laxistes parce que c’était le bordel.
      Les profs un peu sévères mais justes étaient plus appréciés.
      Les enfants ont besoin d’un cadre, de repères donnés par les parents, c’est rassurant et le chemin est tracé ce qui ne résout pas tout mais aide bien. C’est aussi vrai pour les adultes d’ailleurs.

      Après en grandissant on leur laisse de plus en plus de marge au fur et à mesure qu’ils gagnent en maturité.

    • Bidule

      En résumé, on accorde des droits aux enfants mais on oublie de leur inculquer les devoirs…

  • rouletabille rouletabille

    Dans une société ou on ne respecte pas les parents qu’on jette au chômage,qu’on empoisonne aux OGM et à la farine animale,ou on leur mens et divertis de manière débile ,comment voulez vous avoir du respect des enfants ????,l’école,un travail ???C’est la société qui est COUPABLE,les parents comme les enfants sont des aliénés que la société produit….

    • Nevenoe Nevenoe

      Je ne marche pas avec « C’est la société qui est COUPABLE »

      C’est le genre de discours déresponsabilisant que la gauche assène quand ça l’arrange et qui tend à nous infantiliser et à tout accepter.

      Au contraire, ce sont des raisons supplémentaires pour assurer nous même la transmission de valeurs à nos enfants. Nous devons même souvent aller à l’encontre de certaines inculquées par des profs qui les nourrissent au biberon franc maçon.

      • rouletabille rouletabille

        Infantiliser les parents n’est ni de Gauche ni de Droite mais d’un consensus au dessus des partis,si vous croyez qu’en voiture rouler en appliquant une réglementation débile ne rend pas fou et que les exclusions du chômage et autres joyeusetés sont une source d’équilibre pour les enfants ???
        La TV et autres Malformations intellectuelles alimentaires etc sont pour l’épanouissement d’une famille harmonieuse ?
        merci de votre intervention

      • Nevenoe Nevenoe

        Libre à toi d’accepter l’infantilisation et de plier.

        Ca ne justifie pas d’abandonner l’éducation de ses enfants.

      • rouletabille rouletabille

        C’est que les parents ayant été infantilisés,leurs enfants ne bénéficient plus d’un encadrement raisonnable,je n’approuve pas cet état mais c’est ce qui arrive souvent avec la désespérance des sans travail et de ses conséquences,alcool,drogues,disputes etc.. etc etc.
        Pour les enfants vivre dans une société qui fais l’apologie des GAY et qui a dans son Gouvernement des Pédophiles et autres prédateurs financiers etc n’est pas un EXEMPLE,ne pensez vous pas ?

      • Nevenoe Nevenoe

        Pour les enfants vivre dans une société qui fais l’apologie des GAY et qui a dans son Gouvernement des Pédophiles et autres prédateurs financiers etc n’est pas un EXEMPLE,ne pensez vous pas ?

        C’est exactement ce que je dis plus haut, raison de plus pour prendre en main l’éducation morale de nos enfants, leur transmettre des valeurs …

      • Zeitgeist Zeitgeist

        Nevenoe : Toi, tu vas mettre un panneau au bord de la route  » Attention ! Trous en formations ! »

        Rouletabille : Lui, il veut réparer les trous !

        Ai-je bien saisi ?

        Informer ne sert à rien ! C’est TOUT qu’il faut changer !

        A+
        :-)
        Z.

      • Ce que sont ou font les dirigeants n’entre pas en ligne de compte dans l’éducation d’un enfant puisque l’enfant ignore tout de cela. Pour lui, ce qui l’entoure, ce qu’il voit ou entend influe sur sin éducation, mais la morale politique est trop éloignée de sin univers pour y jouer un rôle.

      • rouletabille rouletabille

        Ha bon,le cinéma,les jeux débiles ou on tire sur tout ce qui bouge,les idoles genre Madona et autres Gaga drogués suicidaires souvent,la coke et les meurtres dans chaque film/dessins animés,tout ces jeux érotiques et autres ne sont pas le produits approuvé et encouragé par les gouvernements ?

  • labichedesbois labichedesbois

    > Michel doit aller dans la forêt après la classe. Il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabriquer un lance-pierre.
    > > 1969 :
    > > Le directeur voit son couteau et lui demande où il l’a acheté pour aller s’en acheter un pareil.
    > >
    > > 2012 :
    > > L’école ferme,
    > > on appelle la gendarmerie,
    > > on emmène Michel en préventive.
    > > TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l’école.

    > >

    > >
    Discipline scolaire.
    > > 1969 :
    > > Tu fais une bêtise en classe = Le prof t’en colle deux.
    > > En arrivant chez toi = ton père t’en recolle deux autres.
    > >
    > > 2012 :
    > > Tu fais une bêtise = Le prof te demande pardon.

    Ton père t’achète une console de jeux et va casser la gueule au prof.!!!

    > > Dominique et Marc se disputent. Ils se flanquent quelques coups de poing après la classe.
    > > 1969 :
    > > Les autres les encouragent,
    > > Marc gagne.
    > > Ils se serrent la main
    > > et ils sont copains pour toute la vie.
    > > 2012 :
    > > L’école ferme.
    > > FR3 proclame la violence scolaire, relayé par TF1 au journal de 20 heures
    > > Le lendemain, Le Parisien et France Soir en font leur première page et écrivent 5 colonnes sur l’affaire.
    > >

    > > Jean tombe pendant une course à pied Il se blesse au genou et pleure.
    > > Sa prof Jocelyne le rejoint, le prend dans ses bras pour le réconforter.
    > > 1969 :
    > > En deux minutes Jean va beaucoup mieux
    > >
    > >
    2012 :
    > > Jocelyne est accusée de perversion sur mineur et se retrouve au chômage,
    > > elle écopera de 3 ans de prison avec sursis.
    > > Jean va de thérapie en thérapie pendant 5 ans.
    > > Ses parents demandent des dommages et intérêts à l’école pour négligence
    > > et à la prof pour traumatisme émotionnel.
    > > Ils gagnent les deux procès.
    > > La prof, au chômage est endettée, se suicide en se jetant d’en haut d’un immeuble.
    > > Plus tard, Jean succombera à une overdose au fond d’un squat!!!
    > >
    > > Arrive le 25 octobre.
    > > 1969 :
    > > Il ne se passe rien.
    > >
    > > 2012 :
    > > C’est le jour du changement d’horaire : les gens souffrent d’insomnie et de dépression.
    > >
    La fin des vacances..
    1969 :
    Après avoir passé 15 jours de vacances en famille, en Bretagne,
    dans la caravane tractée par une 403 Peugeot,
    les vacances se terminent.
    Le lendemain = tu repars au boulot, frais et dispos.

    2012 :
    Après 2 semaines aux Seychelles,
    obtenues à peu de frais grâce aux « bons vacances » du Comité d’Entreprise, tu rentres fatigué et excédé par 4 heures d’attente à l’aéroport, suivies de 12 heures de vol.
    Au boulot = il te faut 1 semaine pour te remettre du décalage horaire !

    Comme dit l’autre : On vit une époque vraiment formidable !

  • labichedesbois labichedesbois

    NÉS ENTRE LES ANNÉES:
    1930 et 1960
    > > > NOUS ÉTIONS PLUS FORT

    > > > Premièrement, nous avons survécu à l’accouchement par
    > > > des mères qui fumaient et /ou buvaient pendant qu’elles étaient enceintes.
    Elles prenaient de l’aspirine, mangeaient de la vinaigrette, des desserts, et n’étaient pas testées pour le diabète ou le cholestérol.

    Après ce traumatisme, on s’endormait n’importe où, ou on nous couchait sur le ventre dans des lits à paillasse dans des chambres peintes au plomb.

    > > > Nous n’avions pas de serrures aux portes. Lorsque l’on faisait de la bicyclette, on avait des casquettes, mais pas de casques de protection.
    Bébés et enfants, on nous emmenait dans de vieilles guimbardes sans chauffage, sans ceintures ni sièges pour bébés, ni air bag.
    > > >
    > > > Être dans la benne arrière d’une camionnette par une belle journée ensoleillée était toujours quelque chose d’extraordinaire.

    > > > Nous buvions l’eau directement de la fontaine.
    > > >
    > > > Nous mangions des gâteaux secs, du pain rassi, du vrai beurre, du saindoux, du lard. Nous buvions du chocolat avec du vrai sucre. Et nous n’étions pas obèses.

    > > >
    > > > POURQUOI ?
    > > >
    Parce que nous étions toujours en train de bouger, de jouer dehors…

    > > >
    Nous sortions de la maison le matin pour jouer toute la journée au grand air, à condition d’être revenus quand les lampadaires s’allumaient.
    > > >
    > > > Nous prenions des heures à construire nos planches à roulettes avec lesquelles nous descendions les côtes, sans freins. Après avoir foncé dans les buissons une paire de fois, nous avons appris à gérer les problèmes.

    > > >
    Nous n’avions pas de Playstations, Nintendos, X-box, iPod.
    Il n’y avait pas de jeux vidéos, pas 150 canaux au câble, pas de films vidéos ou dvds, pas de son stéréo ou de cds, pas de cellulaire, pas d’ordinateur et pas d’Internet .
    > >>
    NOUS AVIONS DES AMIS et nous sortions dehors pour les retrouver !

    > > > Nous tombions des arbres, en faisant le parachute, on se coupait, se cassait des os, des dents et il n’y avait pas de poursuites judiciaires pour cela.

    > > > On nous offrait des fusils à plomb pour notre anniversaire, faisions des jeux avec des bâtons et des balles, des lance-pierres, des épées, des arcs et flèches, des fléchettes, nous faisions et jouions avec des radeaux de fortune sur les rivières, nous faisions des pistes de glissades sur les inondations des prairies gelées en hiver, nous sautions et plongions des souches d’arbres des rivières non fréquentées, nous bricolions avec toutes sortes d’outils réputés dangereux des ateliers de nos parents, nous jouions avec des pétards à mèches, nous fumions des P4 à l’unité, nous sucions toute la journée des boite de coco, aux heures les plus chaudes les lessiveuses étaient nos plus belles piscines, nous descendions à toute allure les côtes en herbes des vergers sur des plaques de linoléum ou balatum d’asphalte en guise de luge.
    Les soirées exceptionnelles de grandes chutes de neige, nous avions la permission de jouer à la lueur des réverbères dans les rues enneigées, glissades et traîneaux en bois fabriqués le jour même avec de vieilles planchettes et des cerclages métalliques d’emballages sous les patins occupaient notre temps et gelaient nos mains violettes sans gants et même si on nous disait que tout pouvait arriver, nous sommes pour la plupart toujours là.
    Nous roulions sur nos vélos sans frein et sans éclairage ou
    > > > marchions jusqu’à la maison d’un copain de classe ou de quartier et frappions à sa porte, nous entrions simplement, nous étions très bien accueillis.

    > > > L’idée que nos parents auraient un jour à nous faire sortir de prison était impensable, ils étaient AVEC la loi.
    L’idée que nos parents puissent être contre l’avis de l’instituteur, du professeur, du policier, du gendarme, du Maire, du curé, qu’ils puissent en venir aux mains ou aux insultes étaient inimaginables.

    > > > Ces générations ont produit quelques-uns des meilleurs preneurs de risques, têtes pensantes et inventeurs de tous les temps, chefs d’entreprises, souvent autodidactes au bon sens débordant.

    > > > Ces 50 années ont été une explosion d’innovations et nouvelles idées.
    > > > Nous avions la liberté et la peur de l’échec, le succès et les responsabilités qui vont avec, mais nous avons appris comment gérer tout çela.

    > > >
    Si vous êtes un de ceux-là, si vous vous reconnaissez:
    FÉLICITATIONS!

    • rouletabille rouletabille

      C’était au temps ou les biches couraient dans les bois…

      • labichedesbois labichedesbois

        mon fils de 28 ans a été élevé comme ça !!
        c’est la generation de ceux qui ont de 10 à 20 ans que ça a commencé a deconner !!
        alors ceux de moins de 10 ans , la plupart je les tuerais !!
        quand j’en vois un de bien élevé , je dis aux parents : ça existe encore des enfants comme ça ? et les parents me repondent : heureusement !!

    • bilyboy

      arrète la biche cela me rapelle mon enfance et j’éduque le mien comme cela, il faut qu’il soit dur à l’intérieur et non mou comme tout ces enfants tyrans que je voie et dont les parents souffrent énormément.
      Mais monsieur comment vous faites?
      Il suffit de le recadrer et ne pas le laisser croire que c’est lui qui fait les règles et les lois à la maison ainsi qu’à l’école le professeur est le chef dans sa classe.

  • labichedesbois labichedesbois

    la nouvelle generation est entrain d’engendrer des tyrans et des couilles molles !! et souvent ça va ensemble , ils sont les deux à la fois !!

  • delaney

    Travailler avec des jeunes qui arrivent sur le marché du travail, c’est une vraie galère ! Il en font le minimum ! Il ne faut rien leur dire et surtout pas les engueuler, ça veut pas travailler le week end et pas trop tard le soir non plus !
    ça vient travailler quand ça veut et ça prévient pas quand ça vient pas bosser !

    J’ai meme eut une stagaire (3ème) à qui j’ai fait passé la serpillère pour la 1ère fois de sa vie ! j’ai littéralement halluciné !!

  • rouletabille rouletabille

    je vous cite

    J’ai meme eut une stagaire (3ème) à qui j’ai fait passé la serpillère pour la 1ère fois de sa vie ! j’ai littéralement halluciné !!

    Vous engagez des stagiaires pour apprendre quoi svp ? à passer la serpillière ? Les jeunes que vous caricaturez vous remercie ,travailler stagiaire au salaire ridicule et se trouver caricaturer de manière obscène est encourageant .

  • labichedesbois labichedesbois

    faut arrêter de mettre les enfants dans du coton !!
    le premier stage que mon fils a fait pour lui faire connaitre le monde du travail (en 3eme ) a été de rempoter les rayons à intermarché !!
    et meme s’il n’a pas eu la pièce, il a été tres content et a meme envoyé un rapport de stage au patron !!
    ce n’etait pas toujours facile vu qu’il est hemiplégique mais il a fait son boulot comme les autres !!
    au fur et a mesure de ses etudes , les stages n’etant jamais rémunérés , il a eu la pièce au vu du travail fourni !!
    faut atterrir !!