Le risque d’un coup d’Etat en Espagne n’est plus totalement illusoire et pourrait chambouler les marchés

Et en France! Et en France! Et en France!

coup dtat_espagneJusqu’à il y a quelques années, le risque politique était considéré comme quasiment inexistant en Europe. Cependant la crise de la dette souveraine est venue changer brutalement la donne. Le spectre des défauts de paiement sur le Vieux-Continent est réapparu et avec lui les mesures d’austérité qui entraînent toujours les mêmes fléaux: mouvements sociaux, rejet de la démocratie et repli sur le populisme…pouvant jusqu’à entraîner un changement de régime.

On a tort de croire que la paix et la démocratie sont définitivement installées dans la zone euro. C’est une croyance qui fait fi des nombreux défis de l’Union. Il suffit par exemple de s’arrêter sur la situation de l’Espagne pour se rendre compte qu’un changement de paradigme est possible à tout moment.

Le taux de chômage dans le pays est autour de 26%, avec un taux de chômage des jeunes qui est à près de 60% selon les derniers chiffres. L’actuel gouvernement est aux prises avec un scandale massif de corruption qui semble toucher tous les niveaux de décision au sein du Partido Popular et, enfin, le 23 janvier dernier, l’Assemblée de Catalogne a déclaré solennellement que la région est une « entité légale et politique souveraine« . En d’autres termes, la Catalogne est prête à faire sécession. Bref, l’Espagne est au bord du précipice même si on l’oublie trop souvent.

De nombreux observateurs pourront toujours affirmer que les principes démocratiques sont bien ancrés dans le pays et que le risque d’un changement de régime est infinitésimal.

Pourtant, c’est faire l’impasse sur l’histoire récente de la péninsule que de croire cela. Le dernier coup d’Etat remonte en effet au début des années 80 et a échoué seulement grâce à l’aura du roi Juan Carlos qui a beaucoup terni depuis.

Ainsi, une conférence organisée le 6 février denier par un centre de réflexion à Madrid et qui portait sur les forces armées et la Constitution a mis en lumière un certain malaise au sein d’une partie des officiers supérieurs de l’armée, notamment face à la gestion de la question catalane. Plusieurs officiers à la retraite ont pris la parole à l’occasion de ce colloque. Rien d’inhabituel à cela jusqu’à l’intervention du Général Juan Antonio Chicharo qui a commandé le corps d’élite de la marine jusqu’en 2010 et fait désormais partie de la réserve.

Il a notamment fait part « d’un sentiment général de préoccupation, de peur, d’incertitude et de confusion » au sein de l’armée espagnole au sujet de la sécession possible de la Catalogne, allant jusqu’à regretter la démission en 2006 du Général José Mena qui s’était publiquement prononcé en faveur de la possibilité d’une intervention militaire afin de mettre un terme aux demandes d’autonomie plus importante de la région.

Il a demandé ensuite, pendant son discours, d’imaginer un scénario qui a de grandes chances d’arriver: si le parti au pouvoir perd sa majorité absolue lors des prochaines élections générales et que les Catalans, en échange de leur soutien, demandent à abroger dans la Constitution la doctrine de « l’indissoluble unité » de l’Espagne, que pourra-faire alors l’armée, s’est-il interrogé. Il n’a pas apporté de réponse mais tout le monde a plus ou moins compris ce qu’il sous-entendait.

Depuis, le général a été réprimandé par sa hiérarchie mais, les propos qu’il a tenu montrent en tout cas une déstabilisation évidente du cadre institutionnel dans le pays sous l’effet des manifestations quasi-quotidiennes contre l’austérité, d’un rejet grandissant de la Maison Royale et du gouvernement et sous les coups de boutoir de la Catalogne. Une situation tout simplement explosive.

Le pays est entré dans une ère de difficultés croissantes et l’évolution actuelle de la situation n’augure rien de bon. Jusqu’à présent, la figure du roi Juan Carlos servait d’unité à la Nation mais ce n’est désormais plus le cas puisque même la monarchie constitutionnelle est de plus en plus critiquée en tant que système de gouvernement. L’armée qui est garante de l’unité de la Nation et du respect de la Constitution pourrait tout à fait intervenir en cas de total discrédit des gouvernants et de risque réel d’implosion de l’unité espagnole. Ce n’est évidemment pas le scénario le plus probable mais, dans tous les cas, on aurait tort de croire que l’Espagne est sur le chemin de la stabilisation. Le pays peut à tout moment s’enflammer, et faire avec lui basculer toute la zone euro dans un cycle infernal.

Source: Forex.fr

25 commentaires

  • vanvoght

    vous sentez arriver le doux picotement des gaz lacrimogenes ?le siflement des balles en cahoutchouc ? le ran des matraques sur les boucliers ?
    ben moi je le sent bien . meme le bruit des bottes et le ronronement des chenilles .
    a ne pas avoir voulus faire confiance aux vrais nationaliste ont vas se retrouver avec le pire qui puisse arriver a un peuple : une dictature militaire .
    un gouvernement des colonels en grece , un nouveau mussolini en italie et un nouveau franco en espagne ……. et en France ????
    sory ,mais ce matin je me sent pessimiste .

    • slaine

      tout a fait..C’est potentiellement un leurre pour nous preparer à l’inéluctable dictature européenne qu’ils nous préparent..

    • Maverick Maverick

      Bah ! Avec un homme à poigne comme Hollande, rien ne peut nous arriver ;-)
      Honnêtement, je dois manquer d’inspiration, aujourd’hui ; au-delà d’une explosion sociale, je ne vois rien du genre « coup d’état militaire qui nous remet Sarkozy à l’Elysée », aucun scénario vraiment crédible et cohérent. Juste un innommable boxon …

      • Lilith Lilith

        ou pire que Sarko l’homme aux cache oeil……….

        franchement je ni crois pas a la révolution, pour la bonne raison que les gens on trop a perdre et qu’ils ont perdu leur capaciter a ce révolté, on s’indigne, on s’insurge mais tout va telement vite et puis pire l’info est devenu un objet de consommation.

        vous pouvez dormir tranquille braves gens.

      • +1

        Quelques manifs, des casseurs dans le tas, mais surment pas de grandes révoltes ou une révolution.
        Sans but donc sans envie de tout changer, jamais il n’y aura de révolution en france.

      • Maverick Maverick

        « Jamais il n’y aura de révolution en France » … Il y en a qui dormaient en classe … 1789, la Commune, c’était quoi ?
        Les pétages de plombs individuels ont déjà commencé ; voir les suicides au travail, les chômeurs qui s’immolent. Faute d’avoir des armes comme les américains, nous ne pouvons que retourner la violence contre nous-mêmes. Le jour où ça débordera vraiment, ça sera comme un feu de brousse, et ça fera tout drôle à certains. L’eau qui dort derrière un barrage ne demande pas un grand trou pour se mettre à bouger. Et une fois que ça prend de la vitesse …

      • galouleo

        J’ai une question toute perso mais qui concerne beaucoup de ces gens qui ont soit disant tout à perdre.

        Qu’ai-je à craindre d’un effondrement du système bancaire vis à vis du fait qu’il me reste 20 ans de crédit à rembourser pour mon appartement? Si ma banque fait faillite qui viendra me réclamer ce que je n’ai pas fini de payer?

      • Maverick Maverick

        Les liquidateurs, c’est comme ça qu’on les appelle. Si ma banque fait faillite, ils « réaliseront » les actifs de ma banque pour payer ses créanciers. Ca va de la vente de certaines branches de la banque à la saisie de ma maison si je ne peux plus payer les traites, en passant par des affaires du genre Adidas/Tapie. Il suffit de regarder ce qui s’est passé avec le Crédit Lyonnais. Ca sera tout pareil, ou presque.

      • Maverick Maverick

        J’oubliais de mentionner ce qui s’est passé aux States avec les « foreclosures » et en Espagne … En Andorre, c’est au point que les gens vont rendre les clés à la banque.

      • galouleo

        J’ai eu du mal à suivre les échanges ces derniers jours, merci pour la réponse. Ca fait peur… Toute fois, ce que tu décris c’est ce qui se passe dans un scenario ou une banque fait faillite mais que le système tente de la sauver pour se sauver lui même. Si ça se passe dans le cadre d’une « révolution », c’est quoi le scenario, on est capable de se faire une idée?

  • kanarlakais

    ça c’est moins sûr, si le mou continue à serrer les cordons de la bourse(la nôtre pas l’institution) et à balancer des pots de vin à ceux qui s’aplatissent pour lui, il y a des risques de voir une amorce d’explosion se préparer..

  • Michel

    Il n’ y a pas plus violent que les moutons …

    Qui d’ autre a commis toutes les atrocités de toutes les guerres ? L’ obéissance est le pire crime de l’ humanité.

    La coopération bien réfléchie est toute autre chose. Il faut vraiment se tourner le dos aux flics et militaires, qui obéissent sans réfléchir. J’ accueille tout mutin bien motivé avec grande joie.

  • POPP

    Hé les gars des commentaires, je ne vous comprend pas !
    Au lieu de prévoir d’éventuels coups d’états, des révolutions, ou à contrario, rien de tout ça et justement la politique qui prend le pas et qui nous enfume ou pas;
    pourquoi vous ne commencez pas par construire en dehors de l’Etat, hors du système, hors de ce que vous connaissez chaque jours vous savez: le boulot, les transports personnels ou encore la consommation, l’individualité. Pourquoi vous essayez pas de former VOUS AUSSI, un groupe de gens d’ACTION PACIFIQUE INTELLIGENTE par exemple créer des éco villages en campagne ou en ville, préparer la transition quand toute cette connerie sera fini.
    A quoi ça sert d’aller dans les manifs si ce n’est pour perdre un oeil ou bien pour marcher avec les autres moutons pas content.
    Il faut se réveiller, le systeme n’est rien si on construit à coté, il y a déjà tout, et c’est bien plus lumineux et positif que de s’attarder sur des attardés.
    C’est bien plus pacifique qu’une manifestation pacifique;
    c’est bien plus prometteur que ce que vous pensez…

    S’il vous plait organisez vous sinon on sera foutu, vous serez toujours en retard.

    • Nevenoe Nevenoe

      Parce qu’une révolution ou un coup d’état se fait dans la violence 99 % du temps, il n’y a pas d’autre alternative.

      Ils ne lâcheront pas le pouvoir comme ça.

      Sinon c’est que ça a été validé par ailleurs et que les révolutionnaires se font baiser.

    • odin29

      Popp. Essayer de sortir du système c’est le bon sens même. Mais justement dès que tu essaies d’en sortir…tu prends le système sur la gueule. Rien que pour installer un bungalow, un mobil-home ou une yourte sur ton propre terrain c’est la croix et la bannière! Faut des autorisations en veux-tu en voila qui te sont pratiquement toujours refusées. Tout est fait pour t’empêcher d’obtenir une certaine indépendance vis à vis du système. Je crois que le seul moment favorable pour essayer de mettre ça en pratique, c’est juste avant le chaos ou pendant mais là ça demande de l’instinct, du pif…faudra savoir anticiper. Si des milliers de gens profitent de la conjoncture ( chaotique ) les tribunaux seront débordés et se déclareront incompétents en la matière. Enfin, je vois ça comme ça…

      • odin29

        Ceci dit pour en revenir à l’Espagne. Un putch des militaires n’est pas invraisemblable. En fait c’est peut-être la derniere chance pour le Peuple Espagnol d’éviter le marasme total et son cortège de misère. C’est aussi la seule institution ( l’armée ) qui pourrait mettre les banksters hors d’état de nuire. Je connais les Espagnols…ils ont le sang chaud et une étincelle peut mettre le feu aux poudre et seule l’armée pourra calmer le  » jeu  » pas les politichiens pourris qui ne sont plus écoutés ni crus.

      • bilyboy

        Bien vu l’ami.

      • odin29

        Salut Bilyboy…bonne soirée à toi. Et aux M.E.

      • walter kurtz walter kurtz

        Après 40 ans de dictature MILITAIRE qui ont fait baver plus d’un espagnol au sang chaud,si les sous-dit militaires sortent des casernes,c’est l’explosion.
        On ne parle pas des perdants…jamais.Ce coup ci les catalans l’ont compris,pas de république espagnole,mais catalane,après s’être fait enfilé pendant plus de 70 ans,ils ont compris,du moins les dirigeants.Aujourd’hui il y a un procureur de la justice (fiscal en espagnol)de la capitale catalane qui c’est fait « renvoyer » du boulot pour avoir ouvert sa gueule en pro d’une indépendance hier.Pas le droit de pas être d’accord,faut obéir au pouvoir central.
        Les perdants se sont les peuples,s’il y a bobo c’est eux qui vont morfler,comme d’habitude.

      • vanvoght

        il est sur que si les militaires prennent le pouvoir ils ne seront PAS DU COTE DU PEUPLE mais avec le NOM , ne revez pas . je me demande meme si ce n’est pas prevus au  » programe  » afin d’instaurer plus vite leur dictature mondial ;

      • Nevenoe Nevenoe

        Nom, le NOM fonctionne avec la pseudo démocratie qui donne aux gens l’impression d’avoir le choix.

    • nootrope12

      Complètement d’accord avec POPP, il faut être le plus autonome possible et s’organiser en petits groupes.
      Le peuple ne sera jamais au pouvoir, l’élite succède à l’élite depuis la nuit des temps.

  • jul

    QUEL EXEMPLE A SUIVRE ! BRAVO

  • kalon kalon

    Et si c’était le peuple italien qui commencait ? pourquoi pas ?
    Une chose est devenue certaine: demain ne sera plus comme hier ni aujourd’hui, et cà, c’est une certitude !

  • kalon kalon

    Il nous faut convenir d’une chose, nous imaginons toujours la futur guerre comme ressemblante de la derniére vécue.
    Hors l’histoire nous montre qu’aucune guerre ne se ressemble, et la prochaine guerre ne ressemblera pas à la derniére que certains d’entre nous ont connu.
    A tel enseigne que cette future guerre se passe déjà maintenant alors que nous attendons, tous, qu’elle se déclare, eh ben, nous sommes en plein dedans !
    N’est’elle pas belle cette guerre ? une guerre ou méme les combattants ne se rendent pas compte qu’ils se battent, ni qu’ils y perdent, non pas leur vie, mais l’envie de la vivre !
    Est’il rassurant de vous écrire que ce n’est pas l’homme qui détruira la terre, c’est la terre qui détruit, de temps à autre, l’homme !, mais il revient car la terre est son seul univers.