Comment Bruxelles veut protéger les abeilles sans bannir les pesticides

On continue avec les abeilles tout en restant dans la crétinerie humaine avec Bruxelles qui veut interdire les pesticides, mais pas pour tout le monde, et pas pour longtemps non plus, bref, c’est comme « pisser dans un violoncelle » comme le dit l’expression. Si des abeilles lisent le blog (ça serait sympa…), je leur conseille de se rendre en essaim jusqu’à Bruxelles et de faire un carnage auprès de ces crétins!

Abeille domestique - Apis mellifera

La Commission européenne a annoncé, jeudi 31 janvier, une série de restrictions concernant trois pesticides, suspectés par l’Agence européenne de la sécurité des aliments (EFSA) d’accroître la mortalité abeilles. Ces trois néonicotinoïdes – le Clothianidin, l’Imidacloprid et le Thiametoxam, omniprésents dans l’agriculture sous les noms, par exemple, de Cruiser ou de Gaucho – pourraient voir leur usage limité au sein de l’Union européenne pendant deux ans, à compter du 1er juillet, si les Etats membres valident les mesures proposées par Bruxelles.

La Commission avait déjà annoncé qu’une « interdiction totale ne serait pas justifiée ». Elle a finalement choisi de cibler uniquement les cultures attractives pour les abeilles pollinisatrices (le colza, le tournesol, le coton et le maïs) et non les céréales d’hiver, comme le blé ou l’orge. La Commission prévoit aussi de limiter leur usage aux professionnels, alors qu’ils ont largement fait leur entrée dans les jardins et les potagers des particuliers.

Pour le moment, ce sont les Etats membres qui, chacun de leur côté, ont pris des mesures contre ces substances. Comme la France, qui a retiré l’autorisation de mise sur le marché du Cruiser en juillet, accusé d’égarer les abeilles, qui meurent de ne jamais retrouver leur ruche. S’il est banni des champs de colza, ce produit est toutefois encore autorisé dans ceux de maïs. L’Italie et l’Allemagne interdisent quant à eux ces trois pesticides pour le maïs, les Pays-Bas les ont exclus des cultures qui attirent les abeilles, tandis que la Slovénie les a totalement proscrits.

« COMPLÈTEMENT INEFFICACE »

La proposition formulée à Bruxellesa suscité de sérieuses réserves de la part de plusieurs pays, notamment l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne. En France, la confédération paysanne a jugé « scandaleux » que les restrictions de ces pesticides ne concernent que certaines cultures. Le syndicat dénonce une proposition « qui indique une totale méconnaissance de la question », à moins « qu’il ne s’agisse encore une fois de défendre les intérêts industriels ».

Le fait que ces interdictions ne ciblent que certaines cultures, et pour une durée de deux ans seulement, est aussi dénoncé par l’Union nationale de l’apiculture française, qui prône l’interdiction totale de ces néonicotinoïdes. Son président, Olivier Belval, qualifie la mesure de « complètement inefficace » dans ces conditions, même s’il s’agit d’un « premier pas », « attendu depuis une vingtaine d’années ».

En effet, ces pesticides ont la particularité de persister pendant des années dans la terre. Ainsi, si un agriculteur traite son champ pour son blé d’hiver, le produit sera toujours bien présent dans le sol au printemps, pour sa nouvelle culture. En outre, explique Olivier Belval, les plantes, en transpirant, concentrent ces substances toxiques dans les goutelettes qui perlent au bout de leurs feuilles – la guttation. Or les abeilles puisent dans ces goutelettes, riches en sucre et sels minéraux, mais aussi en pesticides, pour boire et ramener, chaque matin, de l’eau à la ruche. Autre source d’exposition : les pesticides présents dans les poussières sont emmenés par le vent et déposés sur les fleurs butinées par les abeilles à des kilomètres des champs traités.

De son côté, Dave Goulson, professeur à l’université de Stirling, au Royaume-Uni, estime que la durée de l’interdiction proposée par la Commission sera trop limitée pour percevoir une amélioration de la santé des abeilles, « étant donné la longévité des néonicotinoïdes dans le sol« . La mesure a cependant un avantage à ses yeux : elle donnera l’opportunité de mesurer le rôle réel de ces pesticides dans l’augmentation des rendements, loin d’être prouvé selon lui.

UN DANGER DÉSORMAIS RECONNU

Mi-janvier, déjà, l’EFSA avait pointé la dangerosité de ces trois pesticides dits « systémiques » qui, au lieu d’être épandus sur les cultures, enrobent la graine avant qu’elles ne soit semée. La plante sécrète ensuite la substance toxique tout au long de son développement. La dose létale de ces produits étant de quelques milliardièmes de gramme par abeille, un simple contact peut être fatal à l’insecte.  

Lire : Pesticides : un risque enfin admis pour les abeilles

La reconnaissance de cette dangerosité était attendue de longue date par les apiculteurs et écologistes. Mais pour le président de l’UNAF, le tout n’est pas simplement d’interdire ces pesticides, mais aussi de « régler le scandale à l’origine de la mise sur le marché de ces néonicotinoïdes, due à des conflits d’intérêts et à l’entrée systématique de puissants lobbies industriels dans les décisions européennes ».

Sur ce point l’EFSA admettait en juillet que les protocoles conçus pour évaluer les risques de ces pesticides, et pour autoriser leur mise sur le marché, présentent une série de faiblesses et d’incohérences sérieuses. Par exemple, rien n’est prévu pour tester les produits qui, comme les néonicotinoïdes, imprègnent la plante tout au long de sa croissance ; l’exposition des abeilles par inhalation, aux poussières, à la guttation, ou encore l’exposition des larves, ne sont pas prises en compte ; la taille des champs testés représentent une portion dérisoire (de 0,01 à 0,05 %) du territoire exploré par l’abeille, etc.

Source et article complet: Le monde

16 commentaires

  • TREMENER

    Ils ne cèderont pas, il y a trop d’intérêts en jeu. alors que faire?

  • Bidule

    Ben oui!!
    JUSTEMENT! Dave Goulson a raison!
    Comme ça, dans 2 ans, ils pourront dire :

    « La baisse du taux de mortalité des abeilles lors des 2 années de non emploi de pesticide n’étant pas significative, nous ne voyons donc aucune raison d’en prolonger l’interdiction »

    ET LE TOUR SERA JOUÉ!
    Ils pourront retourner lécher les bottes des industriels!
    Bande de criminels… vendus et inconscients.

    Le crétinisme fait de sérieux ravages… qd je pense qu’on se laisse gouverner par ces enfoirés… en fin de compte, on a bien les problèmes qu’on se cherche…!

  • article 35

    Pense vous qu’il y a une chose qui ne soit pas planifiée par ces charognards mondialistes? La disparition des abeilles c’est la fin de la pollinisation naturelle. Avec leur fin on verra la mise en vente de couvain spéciaux pour pouvoir assurer cette pollinisation .
    VOILA CE QU’IL FAUT RETENIR
    http://www.apiterra.fr/2010/04/prix-en-hausse-de-la-pollinisation-aux-etats-unis/
    Vous avez compris maintenant ?
    Ceux qui tiennent les semences et la pollinisation tiennent le monde .

    • Bidule

      Pas sûre que ce soit le but… c’est plutôt la conséquence…
      Enfin, j’espère que l’homme n’est pas fou à ce point!

      • article 35

        Malheureusement même si l’homme dans sa grande majorité n’est pas assez fou pour éradiquer une espèce dans un but mercantile , il n’en est pas de même pour les tarés psychopathes qui tirent les ficelles . Demandez vous l’intérêt d’un dépôt de semences sous les glace du Svalbard?
        Les génomes des différentes espèces font aussi l’objet de stockages . Après avoir joué à l’apprenti sorcier ces fous furieux jouent maintenant à Dieu . Ils sont décidés à faire main base sur la biodiversité et la gestion des espèces . Que valent quelques millions de tonnes de pesticides alors qu’ils peuvent décider si oui ou non les plantes produiront de la nourriture .
        Je suis en milieu rurale et je travaille aussi la terre en complément . Je suis consterné de voir à quel point les espèces parasites se sont multipliés et se portent à merveille, Metcalfa pruinosa, Cynips et autres frelons asiatiques… la liste est trop longue. Mais l’évolution des espèces utiles est inversement proportionnelle à celle des parasites et ce n’est pas un hasard . Quoi de plus juteux que de rependre un parasite pour proposer ensuite une contre mesure à coup de plantes OGM . Depuis l’année dernière l’ONU a déjà prévu d’une famine mondiale pour 2013
        http://www.wikistrike.com/article-l-onu-annonce-une-crise-alimentaire-mondiale-pour-2013-112480268.html
        Les seules fois ou les pseudos spécialistes ne se plantent pas dans leurs prévisions c’est parce qu’ils organisent leur coup montés et que les dés sont pipés , il me semble que c’est le cas .

      • 195402

        oui pour moi les choses sont claires ! tout va dans le sens d’une réduction mondiale de la population…pour finir avec 500 millions d’esclaves !?!?! nos petites vies n’ont pas d’importances pour LA RACAILLE PSYCHOPATHE….c’est incroyable mais vrai ! il n’y aura pas de 3ème guerre mondiale…les guerres ont lieu MAINTENANT… partout où c’est nécessaire…il nous faut raisonner, VOIR , au-delà des formatages tels que pays , départements, frontières , éducation etc etc. les zélites , les zinitiées (de mes 2) ne raisonnent pas comme vous et moi, eux ont une vision globale ,mondiale des choses et évènements tout comme , à plus petite échelle,les énarques entre eux (et ça j’en ai été personnellement témoin) ne parlent pas d’orientation politique mais de tel ou tel collègue de telle ou telle promotion…PROMOTION TIENS TIENS

  • fotoulaver fotoulaver

    Les abeille sont des êtres bien plus évolués que nous. Elles n’ont pas besoin de l’homme pour vivre alors que l’homme sans les abeilles n’a aucune chance de vivre.

    L’abeille est composé de 3 êtres, mars, vénus et mercure. Vénus est la reine mais toutes les décisions sont prise par mercure (les « ouvrières ») mars (les mâles) participe au travaux aussi (trophallaxie)

    L’homme n’a pas la composante de mercure ce qui peut expliquer en partie l’esclavage.

  • labichedesbois labichedesbois

    http://www.youtube.com/v/xHkq1edcbk4?version=3

    bien garder dans ses souvenirs parce qu’on ne verra bientot plus ça avec leurs saloperies !!

    ne pas manquer au cinema le 20 fevrier la sortie du film « des abeilles et des hommes »

  • walter kurtz walter kurtz

    Ces mêmes pesticides sont retrouvés dans l’eau du robinet.Ainsi que les nitrates.Dans mon village à l’entrée de la mairie il y une affiche de la qualité de l’eau,le fluor y est,mais la petite note explicative le dit bien .Ces produits sont retrouvés sous forme de fluor.Il est interdit de rajouté du fluor dans l’eau en france.Ce lui ci est retrouvé parce que les pesticides sont à base de fluor , tout comme le raticide.A ne pas confondre fluor industriel dérivé de la production d’aluminium (bauxite) qui est mortel et le fluorophosphate de calcium qui lui est naturel.

    • fotoulaver fotoulaver

      Quand je filtre l’eau du robinet avec ma fontaine stefani le filtre et céramique se bouche en 2 mois par une matière grasse et jaunâtre je pense que c’est du fluor industriel. Les filtres sont prévus pour servir 6 mois.
      Maintenant je ne filtre que de l’eau de pluie.

      • walter kurtz walter kurtz

        J’utilise un filtre a osmose inverse = 25000 litres
        un filtre de charbon actif + une cartouche de coton et je sors l’eau à 03 ppm.Pour faire de l’eau à 0 ppm (pour fabriquer du nettoyant pour w.c à base d’eau d’argent colloidal)je rajoute un filtre de resine.Des gens achettent ça à 400 euros et se le font installer chez eux ,dans la toile c’est possible avec 70 euros.Toute ma famille en boit.

  • labichedesbois labichedesbois

    http://www.youtube.com/watch?v=Divzq4SImHo

    croyez vous que les abeilles y vont butiner !!
    c’est vraiment une horreur !
    j’ai hate de semer et planter les miennes !!