Immobilier : la bulle commence à imploser

L’immobilier a un sale avenir devant lui en France. Les professionnels que nous fréquentons dans le domaine, les banquiers et les sources ministérielles parlent toutes dans le même sens. Les beaux jours de l’immobilier sont terminés. Ne vous pressez pas pour acheter, les rabais viendront à des prix que l’on ne peut même pas imaginer aujourd’hui. Pour le moment, on annonce un effondrement des prêts pour 2012 alors que la crise n’a pas encore commencé en France.

Pour l’ensemble de l’année 2012, les crédits immobiliers accordés par les banques devraient être d’un peu plus de 115 milliards d’euros, soit une baisse de près de 30% par rapport à 2011 (un peu moins de 162 milliards), loin du record absolu de 2007 (170,2 milliards), estime Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris-Ouest. Son commentaire est intéressant : « Une chute d’une telle ampleur et d’une telle rapidité, on ne l’a jamais connu. Durant la dépression de 2008-2009, il aura fallu deux ans pour en arriver là. Cette fois-ci, il aura suffit d’un an ». Attendons la suite… les réquisitions et tout ce qui va bien avec un système COMMUNISTE, car c’est bien là l’UNIQUE objectif des gouvernements UMP/PS.

Marché de l’immobilier – Commentaire d’un lecteur

Je suis un ancien de ce secteur (filiale immobilière d’une grande banque Française) et peu donc en parler.
L’activité décroit en effet depuis 2007, moins de demande, avenir incertain, augmentation du coût de la vie et pour certains prise de conscience… la liste pourrait s’allonger sans difficulté.
Les banques achètent l’argent autour de 0.5%, elles revendent le crédit autour de 3% sur du court terme et plus de 4% sur du plus long terme (crédit sur 20 ans et plus).
Les marges enregistrées par les banques sont importantes, elles le sont beaucoup plus que dans les années 2002 à 2007 car le coût de l’argent était tout autre.


La baisse de l’activité pour le moment a été compensée par ce différentiel, mais la crise de la zone Euro engage les organismes bancaires à renflouer leurs filiales en difficulté. La contraction de l’activité crédit à la personne qui se confirme va s’amplifier et aura pour conséquence d’affaiblir les capacités de toutes les banques, ce sera donc encore moins de crédit… Les rotatives prendront le relais… mais le papier va manquer….
Le crédit Immobilier de France qui finançait les dossiers des classes populaires à des taux souvent plus élevés que ses concurrents est HS.
Ces classes populaires ont de moins en moins accès au prêt immobilier car les conditions dans les banques commerciales sont drastiques, la contraction de la demande engagera la baisse des prix.
L’augmentation de la précarité professionnelle aura pour conséquence d’augmenter les risques d’insolvabilité des ménages avec pour conséquence le non remboursement des prêts (immo, perso….) du particulier et de l’entreprise.
Le résultat sera une faillite générale ou bien une mort lente des structures et des institutions telles que nous les connaissons. Cette restructuration faillitaire aura pour conséquence d’engendrer une déstabilisation civile des pays avec des mouvements sociaux d’envergure…  Cela à déjà lieu en Europe avec des manifestations des fonctionnaires de Police et des forces armées qui commencent à avoir des difficultés de paiement des salaires et des soldes… et des populations.
Nous avons à nous inquiéter de la position de la Suisse qui est à mon avis un signal d’alarme sur la situation de l’Europe. Mettre en place un exercice militaire (liens ci-dessous pour ceux qui ne l’auraient pas vu) avec comme thème principale l’écroulement sociale des pays d’Europe du sud, donne le « LA » de notre avenir.

Source et article complet: Liesiia Conscience du peuple

2 commentaires