Pas de malentendu sur l’économie française assurent Paris et Berlin

Une dépêche AFP tellement belle que je ne pouvais que la mettre ici! Nous voilà rassurés, puisque tout va bien…

Les gouvernements français et allemand ont assuré lundi qu’il n’y avait ni malentendu ni craintes sur l’économie française, après des informations de presse affirmant que Berlin avait commandé une étude à un groupe d’économistes sur le sujet.

Il n’y a pas de malentendu franco-allemand, a déclaré lundi le ministre français de l’Economie, Pierre Moscovici, interrogé en marge d’une conférence d’entrepreneurs à Paris.

Des médias allemands avaient écrit vendredi que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, avait chargé un groupe de cinq sages – des économistes de haut rang qui conseillent le gouvernement – de plancher sur des propositions de réformes pour la France.

Il n’y a aucune demande en ce sens, a démenti lundi une porte-parole de M. Schäuble, interrogée par l’AFP lors d’un point presse gouvernemental régulier.

L’hebdomadaire allemand Die Zeit, à l’origine de l’information, expliquait que les sages devaient trouver des solutions pour aider la France à retrouver le chemin de la croissance et à réduire ses déficits.

Le gouvernement allemand est confiant sur le fait que la France respectera les exigences du Pacte de stabilité et de croissance, a souligné la porte-parole allemande.

Nos économies sont tellement liées, tellement interconnectées, leur dynamisme conjoint est tellement nécessaire à l’Europe que ce malentendu me semble être une tempête dans un verre d’eau, a insisté, de son côté, M. Moscovici.

Nous allons nous en expliquer s’il en était besoin mais en réalité les choses vont bien entre la France et l’Allemagne, a-t-il ajouté.

Selon Libération lundi, la direction du Trésor aurait envoyé un courrier à Berlin demandant des explications sur ces allégations. Interrogé par l’AFP, Bercy a refusé de confirmer cette information et côté allemand on a assuré ne pas avoir connaissance d’une telle lettre.

Jérôme Cahuzac, le ministre délégué chargé du Budget, s’est montré plus dubitatif soupçonnant quelques motivations tactiques Outre-Rhin. Je préfère y voir de la part des Allemands l’expression d’une amitié sincère qu’autre chose, a-t-il dit à quelques journalistes en marge de la même conférence organisée au ministère de l’Economie.

Ces dernières années, l’Allemagne a incontestablement conquis un leadership en Europe, un leadership qui jusqu’alors était exercé au moins conjointement par la France et par l’Allemagne, a-t-il poursuivi.

Et on peut s’interroger sur les raisons tactiques qui feraient que l’Allemagne douterait de la politique de la France, moins parce que cette politique ne lui conviendrait pas que (parce que) l’Allemagne, notre voisin, souhaiterait précisément garder ce leadership, a-t-il lancé.

Mais je crois que c’est l’intérêt de l’Europe, c’est l’intérêt de l’Allemagne et c’est évidemment l’intérêt de la France que la gouvernance en Europe soit aujourd’hui plus équilibrée qu’elle ne le fut ces cinq dernières années, a-t-il ajouté.

Source: AFP via Romandie

2 commentaires

  • yael

    Magnifique… mdrrrrrrrrr…. On nous prend pour des cons? non, non Mme la marquise tout baigne!!! Vaut mieux lire ça que d’être aveugle… Scandaleux!!!

  • fotoulaver fotoulaver

    On sais comment ça marche. Chaque gouvernement attend que les autres s’écroule pour profiter des bonnes affaires.
    Comme tout ces tordus dans leurs HLM qui se réjouissent du malheur de leurs voisins.