Promesses écologiques de président-candidat… tout un programme !..

Il avait dit « Je ne vous trahirais pas, je me battrais, je, je , je »………………..[.n’ai rien fait pour l’environnement! pire j’ai encouragé les lobbies]. c’est ce qu’il pourrait rajouter pour être enfin honnête!

Titre initial :
Le bilan des promesses écologiques de président-candidat… tout un programme !

La politique est-elle l’art de valoriser le temps des promesses pour mieux occulter l’heure du bilan ?

À la veille d’échéances électorales essentielles, cette question doit être posée tant est grand le fossé existant entre le dire et le faire !

Cinq ans durant, l’actuel chef de l’Etat a fait assaut de belles formules censées régler d’un coup de baguette magique les crises écologiques, climatiques, énergétiques, sanitaires, sociales, économiques… Cinq ans durant, le culte de l’urgence orchestré par le locataire de l’Elysée a pu anesthésier celles et ceux qui avaient pourtant pour mission de contester.

Mais les chiffres ont la vie dure et nous aurions tort de passer par pertes et profits le bilan de l’action menée.

Les données collectées ont le mérite d’établir un bilan sur des bases objectives. En tous les domaines, l’échec écologique de cette présidence est établi. 

Entre les objectifs fixés dans la loi Grenelle1 et les résultats mesurés… il existe une différence de même nature qu’entre le jour et la nuit.

Quelques exemples :

FRET FERROVIAIRE : objectif raté

Objectif : La loi Grenelle1 prévoyait de porter à 25% la part du fret ferroviaire d’ici à 2012.

Résultat : Le fret non routier est passé de 12,6 % en 2008 à 11,3 % en 2010

ELECTRICITE RENOUVELABLE : objectif raté

Objectif : 21 % d’électricité renouvelable en 2010

Résultat : La part de l’électricité renouvelable n’était plus que de 14,5 % en 2010, contre 18 % en 1995. Entre 2008 et 2009, seulement la France et la Finlande ont vu la part des énergies renouvelables dans la consommation d’électricité régresser.

AGRICULTURE BIOLOGIQUE : objectif raté

Objectif : Un plan « Agriculture biologique : horizon 2012 », a été initié suite au Grenelle de l’environnement, avec un objectif de 6 % de la SAU.

Résultat : Avec 4,6 % des surfaces françaises en bio fin 2011, les 6 % visés pour 2012 ne sont pas atteints.

PESTICIDES : objectif raté

Objectif : Plan Ecophyto 2018, réduction de 50% de la quantité de pesticides utilisés d’ici à 2018
Résultat : +2,6% en 2011

RECYCLAGE DES DECHETS : objectif raté

Objectif : Le taux de recyclage matière devra atteindre 75 % en 2012 pour les déchets d’emballages ménagers

Résultat : Pour la première fois depuis 1992, le taux de recyclage des déchets d’emballages ménagers a stagné en 2009, pour plafonner à 63%.

NOMBRE DE KILOMÈTRES DE NOUVELLES VOIES AUTOROUTIÈRES PRÉVUS DANS LE SNIT : autorisation donnée ou en voie de l’être

Environ 1200 kilomètres de nouvelles autoroutes, soit une extension de plus de 10% du réseau existant ; inauguration de l’A65, de l’A19bis, débat public mené et autorisation donnée ou en voie de l’être : Contournement Ouest de Strasbourg, RCEA, A831, RN126, A45, RN154

CONSTRUCTION D’UN NOUVEL AÉROPORT À NOTRE-DAME DES LANDES : autorisé

CONTRIBUTION CLIMAT ÉNERGIE : abandonnée

TAXE POIDS LOURDS : reportée

TAXE PIC-NIC : abandonnée

PERMIS D’EXPLORATION DES GAZ DE SCHISTE : accordés puis (vaguement) suspendus

SOUTIEN FINANCIER AUX AGROCARBURANTS : maintenu

NANOTECHNOLOGIES : incontrôlées

NUCLÉAIRE : soutien indéfectible

Agir pour l’Environnement ne notera donc pas le programme des candidat-es car les promesses n’engagent que celles et ceux qui s’en souviennent.

Par contre, il est désormais possible de décerner un « 0 » pointé au président sortant au regard de son bilan.

Jamais un responsable politique de premier plan n’aura autant promis pour autant renoncer.

Alors que l’urgence écologique nécessite courage, détermination et ténacité, le Grenelle de l’environnement n’aura été qu’un produit d’appel dont l’ambition (à peine cachée) fut de verdir une politique qui ne l’a finalement jamais été.

Les cinq ans qui viennent de s’écouler auront donc été cinq années de perdues pour l’environnement !

Au regard des menaces qui pèsent sur notre planète, cette perte de temps est non seulement insupportable mais scandaleusement irresponsable !

Un article de Agir pour l’environnement publié par naturealerte

Auteur : Rédaction Agir pour l’Environnement

Source : naturealerte.blogspot.fr via TerreSacrée

 

 

16 commentaires