La France championne européenne de la vente d’armes à l’Arabie Saoudite

Mais il faut bien payer les intérêts de la dette, et on prend où l’argent quand les français n’ont plus un rond en poche? La guerre aura toujours de l’avenir…

Selon un article de la revue allemande Der Spiegel, l’Union européenne est le plus important exportateur d’armes vers l’Arabie Saoudite. De tous les membres de l’Union, la France arrive au premier rang des exportations avec 2168,6 millions d’euros en 2010. En seconde position, loin derrière, vient l’Italie avec 435,3 millions d’euros, devançant la Grande-Bretagne avec 328,8 millions d’euros en exportations.

Graphic: EU Weapons Exports to Saudi Arabia
Source: Der Spiegel

En armant le royaume saoudien, les membres de l’Union transgressent les règles européennes sur le contrôle des exportations, rappelle Der Spiegel citant la section du règlement sur la non-prolifération et le désarmement intitulée Contrôles des exportations à des fins de sécurité II – Équipements militaires, laquelle stipule :

[…] les États membres [sont] déterminés à empêcher les exportations de technologie et d’équipements militaires qui pourraient être utilisés à des fins indésirables telles que la répression interne ou l’agression internationale, ou pour contribuer à l’instabilité régionale.

Or, une partie des armes que les pays de l’Union ont vendues à l’Arabie Saoudite se sont ultimement retrouvées dans les mains de « rebelles » libyens et syriens, contribuant ainsi considérablement à l’agression internationale et à l’instabilité régionale : « L’Arabie Saoudite et surtout le Qatar ont contribué au développement des événements en Syrie et en Libye en fournissant des armes, un appui financier, des combattants clandestins, ainsi qu’un appui diplomatique solide aux soi-disant « conseils de transitions ». »

De plus, comme le rappelle Der Spiegel, l’Arabie Saoudite a participé à la violente répression des révoltes populaires à Bahreïn, révoltes et répressions somme toute ignorées par les médias occidentaux.

Les membres de l’Union, surtout la France, se disent préoccupés par les droits humains en Libye et en Syrie, et pourtant, ils ferment les yeux sur le mépris de l’Arabie Saoudite envers ces mêmes droits humains. Ils sont les principaux fournisseurs de l’armement de ce régime monarchique, l’un des les plus répressifs de la planète, servant les intérêts stratégiques des États-Unis et de l’OTAN au Moyen-Orient.

Le magazine allemand note que le commerce mondial des armes est en plein essor, ayant connu une « augmentation de 24% durant les cinq dernières années, malgré les efforts visant à l’endiguer ». (EU Nations Sell the Most Arms to Saudi Arabia, Der Spiegel, 19 mars 2012.)

Les plus importants exportateurs d’armes sont paradoxalement les pays ayant le devoir de préserver la paix, à savoir les membres du Conseil de sécurité de l’ONU : Les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni et la Chine. (Richard F. Grimmett, CRS Report for Congress; Conventional Arms Transfers to Developing Nations, 2003-2010 , 22 septembre 2011.)

Le « commerce de la guerre » se chiffrait, selon le Stockholm International Peace Research Institute, à environ 1,6 billions de dollars en 2010.

Source: Mondialisation.ca

5 commentaires

  • Maverick Maverick

    Notons quand même que les données pour l’a Grande-Bretagne et l’Allemagne sont incomplètes (le astérisque passe-partout) ;)

  • Tex

    L’argent n’a pas d’odeur…

  • pokefric pokefric

    Je penche pour une conversion des arsenaux  dans la fabrique d’ outils de jardin et de pompe à eau solaire en quantité suffisante pour nourrir les peuples et non pas les tués .

  • pikpuss

     » La France  » voilà encore une belle entourloupe…. Non un groupe d’hommes d’affaires opérant sur le sol français fait de juteuses affaires en vendant des armes à un des pays les plus rétrograde de la planète. Si la plupart on des passeports français, certains en ont un deuxième, un israélien…. Franchement, je ne sens pas du tout concerné par ces trafics d’armes bleu blanc rouge.

  • crillon CGT

    Pas étonnant que le 11 juin 2012 le Président Hollande se soit entretenu avec le le Prince Mitaab Bin Abdallah Bin Abdelaziz Al Saoud, chef de la Garde nationale, ministre d’Etat du Royaume d’Arabie Saoudite et propriétaire de l’hôtel de Crillon afin de « réaffirmer son attachement à l’amitié entre la France et le Royaume d’Arabie Saoudite et sa volonté d’approfondir le partenariat stratégique entre les deux pays dans tous les domaines : économique, universitaire, scientifique, culturel mais aussi en matière de défense et de sécurité. Quant aux 350 salariés du Crillon qui va fermé pendant 24 mois à la fin de l’année 2012, ils sont aujourd’hui dans l’inquiétude total avec un PSE qui ne fait état que de plan de départs volontaires trés généreux pour les salariés ayant 1 an d’anciennété jusqu’à 15000 € et beaucoup moins pour les anciens et fidéles a qui ont octroie un baréme discriminatoire. Pour ceux qui décident de rester c’est l’incertitude totale puisque le projet d’accord présente des clauses illicites et que le maintien de la rémunération est conditionné à l’obtention des aides de l’état (APLD) sur 2013 et 2014. on estloin des conditions de fermeture d’autres palaces comme le Meurice propriété du sultan de Brunai qui lui a conservé à sa charge l’ensemble de ses salariés pleinement rémunérés sans condition pendant la durée de la fermeture. Une assignation en justice est lançé au civil contre l’insuffisance du PSE et les multiples délits d’entraves aux Institutions réprésentatives. L’état français va-t-il intervenir pour préserver l’emploi à l’hôtel de Crillon? il est vrai que l’emploi de 350 salariés pèse peu par rapport aux millions d’auros des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite.