MES, le nouveau dictateur européen…..

On en avait parlé dans ce sujet, sans qu’il y aient eu beaucoup de réponses. C’est important vu les conséquences que ça peut avoir sur les pays. Ce nouveau dictateur est capable de ruiner un pays dans les 7 jours! Informez vous sur cette nouvelle façon d’asservir les peuples, et pour les complices?? tous les dirigeants qui ont signé ça!! Merci Tex!

Pour une brève présentation du traité du MES, voyez la vidéo de moins de 4 minutes sur YouTube:

MES, un coup d’état dans 17 pays
Par Rudo de Ruijter
Note préliminaire: Ne confondez pas le MES avec les fonds de secours actuels MESF et FESF.

Comme mentionné dans l’article précédent sur ce même sujet « MES, le nouveau dictateur européen« , les Ministres des Finances des 17 pays de l’euro ont signé un traité pour l’établissement du Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Le but est de faire payer les citoyens pour les centaines de milliards d’euros dépensés pour les « actions de secours » pour sauver l’euro et de tenir les parlements dans une prise d’étranglement.

Bruxelles ne veut apparemment pas que vous preniez connaissance du contenu de ce traité. Jusqu’au jour de la rédaction de cet article, je n’ai pu trouver qu’un seul exemplaire en anglais sur l’internet. (96,5% de la population de la zone euro parlent d’autres langues!)

(La photo n’est pas pour usage commercial)

Curieusement aussi, la signature de ce nouveau traité européen n’a pas été remarquée du tout par la presse internationale, bien que des dizaines de journalistes étaient présents à la conférence de presse l’annonçant. (Voir photo ci-dessus.) Peut-être est-ce par ce que Juncker l’annonça brièvement en français, avant de poursuivre la conférence en anglais?

D’ailleurs, beaucoup de journalistes confondent encore ce nouveau traité MES avec ses prédécesseurs (illégaux), le Mécanisme Européen de Stabilité Financière (MESF) et la Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF). Ils sont plus connus sous leurs noms anglais European Financial Stabilisation Mechanism (EFSM) et le European Financial Stability Facility (EFSF). La FESF / EFSF a une capacité de prêt de 440 milliards.  (1.000 milliards depuis le 27 oct 2011, ça fait 3.300 euros par euro-citoyen!)  Le MES est sans limite.

Quelques parlementaires qui ont entendu parler du MES croient faussement qu’ils y gardent le pouvoir via leur Ministre de Finances. Cependant, comme ce dernier sera promu Gouverneur du MES, il n’aura plus de comptes à rendre au parlement national (ni à qui que ce soit d’autre) pour les décisions qu’il prend dans le cadre du MES. Si le Parlement ratifie le traité, c’est ce traité international qui devient prioritaire aux législations nationales.

Au moment d’écrire, le traité doit encore être ratifié par les Parlements nationaux dans tous les 17 pays, à moins que ceci aussi ait été fait silencieusement déjà ici et là.


MES, un coup d’état dans 17 pays

Si par coup d’état nous entendons la prise du pouvoir réel et la limitation du pouvoir du Parlement national démocratiquement élu, alors le traité du MES est un coup d’état dans 17 pays simultanément.

 

C’est entièrement en accord avec la philosophie de la Commission Européenne, qui, selon son Président Barroso, doit être le gouvernement économique de l’Union, qui doit définir les actions que les gouvernements nationaux doivent exécuter. (28.09.11) [1]

 

Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) n’est pas tant un mécanisme, qu’un nouvelle administration de l’Union Européenne (UE). Le but déclaré est de fournir des prêts (sous conditions strictes) à des pays de l’euro qui ne peuvent plus remplir leurs obligations financières. Il reprendra les tâches des FESF et MESF mentionnés plus hauts et sera géré par un Conseil de Gouverneurs. Ce seront les 17 Ministres des Finances des pays de l’euro situés dans l’Union Européenne.

Le traité du MES dit, dans son article 8, que cet organe disposera d’un capital social de 700 milliards d’euros. Ensuite, dans son article 10, il est précisé que le Conseil des Gouverneurs peut décider de changer ce montant et d’adapter article 8 en conséquence. Dans l’article 9 il est dit, que le Conseil des Gouverneurs peut exiger à tout moment le versement du capital social non encore payé (et ceci en moins de 7 jours.) En fait, il est dit que le MES peut exiger de l’argent des pays membres de façon illimitée. Le traité ne prévoit pas de droit de veto pour les Parlements nationaux.

Unanime

Selon l’article 5.6 le Conseil des Gouverneurs doit prendre les décisions ci-dessus à l’unanimité. Le Conseil entier doit donc voter « pour ».

A première vue il est très étrange, que le fonctionnement du traité dépende entièrement de l’unanimité des 17 Ministres des Finances de la zone euro. Quand on voit combien de peine leur coûte en ce moment la conclusion d’un accord sur la délivrance de prêts déjà promis à la Grèce, on ne s’attendrait pas à ce que l’Union Européenne bâtisse un traité, qui part justement du principe, que cette unanimité existe ou peut être atteinte.

La zone euro consiste en une réflexion bariolée de la diversité de l’Europe: les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et la France et puis l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Malte, la Grèce, la Slovaquie, la Slovénie et finalement l’Estonie et la Finlande. En fait, les 17 Ministres forment également une compagnie bariolée. Chacun d’eux représente un pays avec des intérêts différents. Et d’eux, on attend l’unanimité? Comment est-ce possible?
[…]
LIRE LA SUITE

Source Courtfool.info

 

32 commentaires

  • Tex

    Ca n’a l’air d’inquiéter personne…. c’est pourtant  très grave ce traité signé, en catimini, le 11 juillet par les 27 pays de l’union européenne!!!
    Encore un truc fait dans notre dos!

  • observateur

    oula ,c’est quoi cette mesure de merde?prise par des personnes qui ont eux meme provoquées la catastrophe,du genre au point où ils en sont ,ils vendent notre vie à chacun,pour rembourser leur dettes et leurs dettes futures.En plus ces salopards ont l’immunité ,mais dequel droit,aucun droit ne peut etre admis sans avoir un consentement des parties requise,et c’est le peuple qui va payer ,alors qu’il n’a meme pas été mis au courant.Putain je vais etre vulgaire ,mais faut les descendre ces connards et les banquiers avec…………..

  • Tex

    Encore une bonne raison pour SORTIR VITE, TRES VITE DE L’EUROPE!!!!!!

    • delphine

      A TEX 

      en effet,
      barrons-nous,

      et laissons le peuple retrousser ses manches
      pour créer sa propre richesse,
      pas l’illusion de richesse basée sur la consommation effrénée
      mais crois-tu que nos châtrés de politiciens véreux :pig: :handcuffs:
      en auront le courage?

  • Très très flippant   a voir et revoir…

  • delphine

    Salut à tous

    Cela fait un moment que je suis cette histoire de MES

    à mon grand désespoir car en effet,
    personne bouge,
    rien dans les merdias 

    sortir de l’Europe why not, mais la question est
    quelle autre forme de dictature à visage pseudo démocratique
    nous imposera-ton à la place.

    la question est :
    SORTIR de l’EUROPE,
    ET DE LA DICTATURE DE LA FINANCE MONDIALE

    • Tex

      On reviendrait déjà à la France d’il y a 40 ou 50 ans, je veux dire du point de vue des libertés et du boulot… ce ne serait pas si mal, si??

      • delphine

        exact Tex,

        il y a 50 ans les gens avaient du travail  sans réel problème,
        ,’était au chômage que les chômeurs pro :-))) 

        quand aux libertés
        c’est un combat de tous les jours!
        je ne suis pas sure que la France sous De Gaulle était un pays de totale liberté,
        mais il y a au moins des sottises qu’on ne laissait pas faire.

  • Tex

    Sidérée de voir le peu de gens que ça interpelle!!! ?:-) ?:-) ?:-)

    • Tex

      Les gens seront interpellés par ce genre de traité quand les taxes seront tellement élevées que pour les payer on viendra saisir leur baraque!
      Ce jour-là ils seront très, très étonnés… tiens que se passe t-il donc????
      … on ne m’avait rien dit!

  • ce qu’on peut endire pour l’instant c’est que c’est une usine à gaz qui ne fera rien car il faut l’accord de tous pour fonctionner donc c’est inutile!!!
     

  • la solution est simple, arreter d’aller bosser et vivre exclusivement du troc de biens et de services…
    pas possible?
    on verra lorsque suffisamment de personnes auront perdu leur emploi… ce qui ne va plus tarder!!
    vive la crise :-D

    • Tex

      Ce n’est pas parce que tu vis du troc que tu n’auras plus de taxe à payer… ceux qui possèdent des biens seront tellement taxés qu’ils auront avantage à les revendre (à l’état ??) ou bien  ils seront obligés de les vendre pour payer leurs taxes…

  • Corinne Corinne

    Voici les dernières nouvelles du MES que je viens de recevoir et rien aux infos bien entendu, c’est vrai que cela ne nous concerne pas(lol).

    Veuillez trouver ci-dessous une mise à jour sur le traité du MÉCANISME EUROPÉEN DE STABILITÉ (MES)

    MES, le nouveau dictateur européen& MES, un coup d’état dans 17 pays
    http://www.courtfool.info/fr_MES_le_nouveau_dictateur_Europeen.htm
    http://www.courtfool.info/fr_MES_un_coup_d_etat_dans_17_pays.htm

    Une nouvelle version du traité MES
    a été signée le 2 février 2012
    : (en français  :) http://www.european-council.europa.eu/media/582863/06-tesm2.fr12.pdf

    Traité associé,
    Pas encore signé (en anglais): http://www.european-council.europa.eu/media/579087/treaty.pdf

    Tout comme ce fût le cas pour la première version du traité du Mécanisme Européen de Stabilité, la presse a apparemment décidé que le public ne doit pas être informé sur la signature de la nouvelle version de ce traité.

    TRAITÉ INSTITUANT LE MÉCANISME EUROPÉEN DE STABILITÉ (MES)
    http://www.european-council.europa.eu/eurozone-governance/esm-treaty-signature

    Une grande différence avec la première version c’est que les signataires s’obligent à payer, mais pour pouvoir être bénéficiaire en cas de besoin, ils doivent signer également un autre traité, qui n’est pas encore prêt, le TREATY ON STABILITY, COORDINATION AND GOVERNANCE IN THE ECONOMIC AND MONETARY UNION
    http://www.european-council.europa.eu/media/579087/treaty.pdf
    Ce traité transférera encore beaucoup plus de pouvoirs vers Bruxelles.

    Le MES devra encore être ratifié par les parlements nationaux avant de prendre effet le 1 juillet 2012, si les pays qui représentent au moins 90% des actions l’ont ratifié à ve moment-là.

    Si la presse passe ce traité sous silence il sera difficile d’organiser des débats publics sur l’utilité et les conséquences du MES, comme le transfert de pouvoirs parlementaires et ministériels vers le MES dictatorial.

    NOUVEAU TRAITÉ DU MES:
    french:
    http://www.european-council.europa.eu/media/582863/06-tesm2.fr12.pdf (if unavailable, here a copy)
    short video: http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU

    • voltigeur voltigeur

      Merci Corinne, c’est tellement énorme cette enfoirerie qu’ils nous préparent, que malgré
      les articles, pas beaucoup ont conscience que nous sommes en route pour l’asservissement….
      Ce que les Grècs ont l’air de refuser!, pour nous ce sera en douceur et en profondeur comme d’hab!!
      préparons la vaseline, on va avoir besoin d’un sacré stock, si on ne bouge pas avant la sodomie
      finale :(

  • delaude

    Juillet 2012 ??  C’est vraiment bientôt…
    Plutôt que la vaseline, préparons d’abord un casque un masque et une bonne paire de baskets ! Tiens ! je vais finalement arrêter de fumer, pour courir plus vite !
    En attendant, je m’en grille une :cigarette:

  • Corinne Corinne

    n’y -a-t-il rien que l’on puisse faire de concret? j’ai vraiment l’impression d’être inutile dans ce monde de pourris. Mais comment faire bouger les choses? comment ne pas se sentir désarmé devant notre incapacité à faire quelque chose. Et tous ses clowns qui veulent être président pour encore mieux nous………. Bon, je vais réveillé les p’tits loups que je garde. Une question: savez vous combien est payé de l’heure une assistante maternelle?…………2 euros 58 de l’heure.

  • Corinne Corinne

    Les choses s’accélèrent: 

    MES, ratification accélérée en France
    Par Rudo de Ruijter,
    Chercheur indépendant
    le 13 février 2012
    Le 2 février 2012 la nouvelle version du Traité du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) a été signé par les représentants légaux (Ambassadeurs de CoRePer) des 17 pays de la zone euro. [1]
    Déjà Alain Juppé à déposé une loi en procédure accélérée pour faire ratifier ce traité par l’Assemblée Nationale [2].
    La séance de ratification est prévue le 21 février 2012
    Fin du pouvoir suprême du parlement
    Comme j’ai dénoncé dans mes articles sur le MES, ce traité met fin à la souveraineté nationale des pays membres et réduit de façon significative le pouvoir des parlements nationaux, en particulier leur pouvoir suprême, celui de décider du budget de leur pays. Le traité qui sera associé au MES réduira encore davantage les possibilités des gouvernements nationaux pour gérer leur pays et pour faire face aux problèmes.
    S’engager financièrement sans connaître les conditions
    Si les pays de la zone euro ratifient le traité du MES [3], ils s’engagent à contribuer financièrement. Cependant, ils ne pourront pas bénéficier des contreparties, car celles-ci seront conditionnées par un autre traité qui n’est pas encore définitif (et donc ni signé, ni ratifié.) Curieux? Oui. Cette contribution financière n’est pas qu’un petit montant. Avec les chiffres actuels il s’agirait, au démarrage, d’un montant assez comparable aux impôts sur les revenus annuels. Le montant est dû en cinq tranches annuelles. Mais il est déjà prévu, que seulement quelques jours après la ratification française, au mois de mars, les nécessités financières pour le MES seront réévaluées. Des montants plusieurs fois supérieurs ont déjà été annoncés.
    Procédure accélérée, information incomplète
    En raison de la procédure accélérée on a toutes les raisons de craindre que les députés n’aient pas assez de temps pour prendre connaissance de quelques informations essentielles, qu’on leur a cachées.
    En particulier on peut craindre que la plupart des députés ignorent toujours,
    1. que l’euro ne peut pas fonctionner dans une zone si hétérogène;

    Voici la raison:
    Rien n’empêche les consommateurs dans des pays à faible productivité de préférer des produits meilleurs et moins chers venant de pays à plus forte productivité. Cela entraîne un flux permanent d’euros des pays faibles vers les pays forts. Il en suit, que les pays faibles manquent en permanence d’euros et doivent emprunter toujours plus pour pouvoir disposer d’euros. (Avant l’euro, ces pays pouvaient dévaluer leur monnaie de façon à rendre les produits d’importation plus chers pour leurs habitants et rendre les produits d’exportation moins chers pour les acheteurs étrangers. Cela freinait les importations, augmentait les exportations et rétablissait la productivité du pays.)
    Dans la zone euro les pays participants ont beaucoup trop de différences dans les conditions qui déterminent la productivité, comme par exemple le climat local, la situation géographique, la fertilité du sol, le volume d’eau douce disponible, la présence ou non de sources d’énergie, les distances à couvrir et les difficultés de transport. Ces conditions déterminent en grande mesure l’échec ou la réussite d’activités économiques. La Grèce, l’Italie, l’Espagne, le Portugal (pour n’en mentionner que quelques uns) ne ressembleront jamais à l’Allemagne.
    En outre, la Banque Centrale Européenne ne dispose que d’un seul taux d’intérêt pour 17 économies différentes. Un changement de ce taux, dont on a toujours dit qu’il est si important pour guider l’économie, ne peut que profiter à certains pays, tandis que les autres devront en subir les conséquences. Monétairement cette zone n’est pas gérable.

    2. que la méthode des « fonds de secours », qui consiste à charger plus de dettes sur des pays qui en ont déjà trop, ne rime à rien;

    Les projets que les prêteurs financent ne profitent pas à la population dans les « pays bénéficiaires ». Ces projets sont généralement exécutés par des entreprises étrangères, qui viennent le plus souvent avec leur propre personnel. L’argent n’entre même pas dans ces pays, mais va à ces entreprises étrangères. Et comme l’argent n’est pas dépensé dans ces pays, ces pays ne disposent pas de cet argent et donc ne pourront pas le rembourser. En fait, les pays « bénéficiaires » ne se noient que davantage dans les dettes.

    3. que le MES, en tant que traité international, a priorité sur la législation nationale, ce qui veut dire, en particulier, que le parlement ne dispose pas d’un droit de véto lors des rehaussements de capital du MES;

    Il convient de lire très soigneusement l’article10, qui est rédigé de telle façon qu’un ignorant peut croire que les « procédures nationales applicables » signifient un droit de véto. Cependant, même si cela était le cas, ne pas accepter les hausses du capital du MES signifierait sortir du MES, et par définition sortir de l’euro, et par définition sortir de l’Union Européenne. (Bruxelles, dans son insolence, a ficellé tous les traités ensemble pour vous faire peur de dire non. Le Général De Gaulle n’est plus là, alors qui ose?

    4. que les coupes budgétaires détruisent inutilement l’économie et les acquis sociaux;

    La discipline budgétaire n’a rien à voir avec une quelconque nécessité pour chaque pays pris individuellement. Aucun des pays membres de la zone euro n’avait des problèmes insurmontables au moment de son adoption de l’euro, malgré ses dépassements budgétaires et malgré ses dettes.
    Dans tous les états membres le gouvernement est à la base de beaucoup d’activité économique. Les coupes budgétaires réduisent cette activité et mettent les gens au chômage. Apparemment, ces têtes du Troïka pensent que miraculeusement ces chômeurs trouveront un emploi plus productif. Au contraire, le plus prévisible sera, qu’on devra soutenir des millions de gens en détresse avec une population active de plus en plus réduite. Viendront s’y rajouter tous les expatriés des autres pays en difficulté, qui espèrent trouver un emploi – même mal payé – dans les pays réputés plus riches.

    5. qu’il existe une solution saine qui rapporte gros…

    Vous connaissez l’alternative, qui consiste à retourner au franc d’antan. C’est une possibilité. Comme la création de francs ne coûte quasiment rien et qu’on les échange contre tous les euros en circulation dans le pays, cela fait une jolie cagnotte d’euros. L’histoire qui dit que quitter l’euro coûte cher est archi-fausse. Il en va de même pour les histoires effrayantes que la coopération européenne s’arrêterait, si l’on quitte l’euro.
    Réintroduire le franc c’est un bon pas. Mais si l’on veut éviter que les crises financières continuent à ravager notre société, il faudra aller un pas plus loin. La cause profonde de ces dérapages du monde financier, c’est la croissance démesurée et exponentielle de la masse d’argent. Elle est causée par la multiplication de l’argent par les banques privées. Les banques privées créent de l’argent sous forme d’avoirs chaque fois qu’elles émettent des prêts. Et plus elles émettent des prêts, plus elles gagnent des intérêts.
    La solution est donc de créer une Banque Centrale de l’État (il ne faudra pas l’appeler BCE, mais Banque de l’État Français), qui sera seule habilitée de créer de l’argent. (C’est d’ailleurs la façon dont la majorité des gens pensent que cela fonctionne, ce qui hélas! n’est pas le cas actuellement.) Dans ce nouveau système, les banques privées actuelles n’auront plus le droit de créer de l’argent du néant et elles pourraient – si elles veulent – devenir des guichets de la Banque d’État. Elles ne recevraient plus d’intérêts, mais, à la place, un dédommagement pour leurs services. Si elles acceptent, les usagers pourraient même garder leurs comptes actuels.
    Pour une explication facile, lisez l’article Des dettes d’État au franc d’État.

    Parlementaires sous pression
    Normalement les représentants du peuple doivent pouvoir voter librement et sans être mis sous pression. Si l’on juge les informations très subjectives et alarmistes qui leurs sont données et le peu de temps qui leur est laissé pour s’informer plus correctement, il y a un risque évident que le vote du 21 février 2012 ne respecte ni l’éthique, ni les règles démocratiques. Il en va de même pour l’absence de référendum pour connaître l’opinion du peuple sur le transfert de souveraineté vers le MES.
    Et si l’on refuse le MES?
    Si nos représentants refusent le MES, nous devons quitter l’euro. Va-t-on perdre des marchés? Non, au contraire, on devient plus compétitif sans les coûts démesurés de l’euro. Est-ce que cela met fin à la coopération européenne? Bien sûr que non, l’Europe ne peut pas se passer d’une forme de coopération et cela continuera, quel que soit la monnaie de ces membres.
    Vive l’Europe
    Si l’Europe veut être une communauté de gens qui travaillent ensemble en respectant les différences de chacun, elle ne devra plus laisser le monde financier détourner ses aspirations. Nous n’accepterons pas une dictature Bruxelloise, ni sous prétexte qu’il faut sauver l’euro, ni sous prétexte qu’il faut sauver les banques, ni sous quelque prétexte que ce soit.
    Références:
    [1] Texte du nouveau Traité du MES (du 2 février 2012) 
    http://www.european-council.europa.eu/media/582863/06-tesm2.fr12.pdf (si pas disponible, copie ici)
    video de 3’51 »: http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU
    [2]. Projet de loi d’Alain Juppé en procédure accélérée pour la ratification française du traité.
    http://www.assemblee-nationale.fr/13/projets/pl4336.asp
    [3] Selon l’article 48 du traité il n’y a pas besoin que tous les pays membres ratifient le traité. Il suffit que ceux qui détiennent ensemble 90% des souscriptions du capital se déclarent d’accord. Le nombre de souscriptions par pays est dans le tableau II sous le texte du traité. (Ils ont donc déjà tenu compte de l’éventualité que la Grèce et/ou un autre petit pays quitteraient l’euro ou refuserait de se rendre.)
    bonne lecture 
    Corinne

  • Corinne Corinne

    voici le dernier message que je viens de recevoir:

    Voici une message très urgent.

    Avec la procédure accelérée pour faire voter l’Assemblée Générale sur la ratification du traité du MES (le 21 février 2012, soit en moins d’une semaine) il n’y a guère le temps pour informer les citoyens et d’organiser des débats publics.

    Les députés auront à voter pour ou contre le MES, autrement dit pour le transfer de pouvoirs vers Bruxelles ou pour le maintien de la souveraineté du pays et un frein à la folie Bruxelloise. (On peut faire tous les beaux discours que l’on veut, mais cela ne changera pas que la zone euro est beaucoup trop hétérogène pour une seule monnaie. A cause de la monnaie unique tous les pays avec de moins bonnes conditions de productivité (en gros tous les pays du Sud) finiront automatiquement endettés sans possibilités de s’en sortir. L’euro est voué à l’échec.) [Explication : http://www.courtfool.info/fr_MES_les_votes_des_deputes.htm ]

    Il est plus que probable, qu’avec des discours alarmistes les députés seront mis sous une pression énorme pour ratifier le MES. D’un autre côté les députés savent aussi, qu’aux prochaines élections législatives ils auront besoin des votes des citoyens pour garder leur siège.

    Ce que l’on pourrait donc faire, c’est d’établir une liste avec tous les noms des députés sur laquelle on marquerait qui a voté pour ou contre le MES. On informerait les députés dès maintenant, qu’on va établir une telle liste et que l’on la publiera où que nous pourrons pour que les citoyens apprennent comment ils auront voté. Cela aura au moins pour effet qu’ils réfléchiront deux fois avant de voter. S’il faut craindre qu’une partie des députés soient prêts à se laisser impressionner par les discours alarmistes, un appel au bon sens et à la responsabilité individuelle ne me semble pas inutile.

    Qui veut participer ?

    Personnellement je n’ai pas les moyens de faire une telle liste et d’informer tous les députés tout seul. Je trouve aussi, qu’une telle liste aurait plus d’effet si elle était organisée par des Français. Il y a plusieurs tâches à répartir. D’abord, qui veut et peut établir la liste des députés ? Pour que cette liste soit facile à consulter, il faudrait qu’elle comporte les noms des députés, le département et, si possible, la ville et le parti politique. Ensuite, il faudrait plein de volontaires pour recueillir les informations sur comment chaque député a voté (à moins que quelqu’un sache si une liste avec le vote de chaque député est établie lors du vote à l’Assemblée Générale et comment on pourrait l’obtenir.) Joint à la liste, on pourrait également publier les prises de position sur le MES des différents partis politiques. Là aussi il faudrait des volontaires pour envoyer des photocopies d’articles de journaux ou des liens vers des articles sur l’internet. (Les données doivent être vérifiables !) Quels sont les sites internet qui acceptent de publier cette liste au moins jusqu’aux prochaines élections législatives et de la mettre à jour régulièrement (c’est-à-dire de la copier régulièrement d’une liste mère sur mon site ou un site à définir) ? Bien entendu, nous offririons aux députés la possibilité d’indiquer eux-mêmes comment ils ont voté et de rectifier d’éventuelles erreurs. Finalement, qui est disponible et capable de prendre en main l’organisation générale d’un tel projet ?

    Je viens d’ouvrir une page où les résultats pourront être publiés : http://www.courtfool.info/fr_MES_les_votes_des_deputes.htm

    Je ne sais pas si on peut trouver toute la liste des députés, je vois cela tout de suite

    Il y a urgence, vous ne croyez pas!

    Corinne

  • Corinne Corinne

    voici la liste des députés avec leur parti politique et le département

    http://www.assemblee-nationale.fr/11/tribun/comm3.asp

  • Corinne Corinne

    Suite a ce que j’ai écrit précédemment, il a été décidé de faire une lettre à tous les députés que nous enverrons par email. Je n’arrive pas à baisser les bras, je dois aller jusqu’au bout de ma démarche. JE SUIS CONTRE LE MES et je le crie bien fort. Pour une fois, je veux que les députés sachent pour quoi ils votent. ( je sais, j’ai encore des illusions: peut-être, mais j’essaie d’y croire)
    Si cela vous intéresse allez voir sur:

    http://www.courtfool.info/fr_MES_les_votes_des_deputes.htm

    Corinne

    • Tex

      Bonjour Corinne,
      Je suis allée voir la lettre…
      Je crois que le plus alarmant est que le MES puisse réclamer n’importe quelle somme d’argent à un pays, somme  payable dans les 7 jours et que ses membres bénéficient de l’immunité totale!! Le MES peut ruiner un pays en 7 jours car s’il y a défaut de paiement, il peut employer tous les moyens pour se faire payer!!!!!
      CA C’EST GRAVE!!!!! C’EST CA QUI EST INADMISSIBLE! Or nulle part dans la lettre on n’en parle !!! il faut la revoir!

      • Tex

        Voici le texte…
        Article9 §1
        Article 9 – Appels de capital
        1. Le conseil des gouverneurs peut appeler à tout moment le capital autorisé non libéré et fixer un délai de paiement approprié aux membres du MES.
        2. Le conseil d’administration peut décider à la majorité simple d’appeler le capital autorisé non libéré pour rétablir le niveau du capital libéré si, du fait de l’absorption de pertes, son montant est inférieur au niveau établi à l’article 8, paragraphe 2, qui peut être modifié par le conseil des gouverneurs suivant la procédure prévue à l’article 10, et fixer un délai de paiement approprié aux membres du MES.
        3. Le directeur général appelle en temps utile le capital autorisé non libéré si cela est nécessaire pour éviter que le MES ne puisse honorer ses obligations de paiement, programmées ou autres, envers ses créanciers. Il informe le conseil d’administration et le conseil des gouverneurs de cet appel. Lorsqu’un manque de fonds potentiel du MES est décelé, le directeur général lance un appel de capital dès que possible,   « afin que le MES dispose de fonds suffisants pour rembourser intégralement ses créanciers aux échéances prévues. Les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à verser sur demande les fonds demandés par le directeur général en vertu du présent paragraphe dans les sept (7) jours suivant la réception de ladite demande. »
        4. Le conseil d’administration adopte les modalités et les conditions applicables aux appels de capital lancés en vertu du présent article.
         

      • Corinne Corinne

        Tex, j’ai envoyé ta réponse à l’auteur de la lettre voici la réponse, j’espère qu’elle te satisfera :

        Bonjour Corinne,
        Le Mouton a raison. Dans les références je mettrai le lien vers la vidéo http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU
        Meilleures salutations,
        Rudo

  • Corinne Corinne

    URGENT

    A ceux qui ont des sites web. Si vous aussi, vous avez l’intention de participer en publiant une copie de la liste avec les résultats des votes individuels, pourriez-vous me faire un courriel au plus tôt pour que je puisse avoir une idée combien de sites participeront? Si je le sais à temps, c’est un détail qu’on pourrait mentionner dans la lettre aux députés. Merci d’avance!

    pour le site voir adresse message précédent.

    SVP Répondez

    Corinne