Des abeilles, des parasites, des pesticides….

Problèmes créés, solutions proposées!! sauf que ce sont les mêmes qui créent les problèmes et proposent les solutions, pour leur plus grand profit!…ça va de soi.. :no:

Des articles sont actuellement publiés un peu partout sur un “parasite des mouches” qui provoquerait la mort des abeilles.par Marc Giraud

Une première précision : contrairement à ce qui est avancé, il ne s’agit pas d’un parasite de mouche, mais d’un diptère Phoridae, un parasite habituel des bourdons. Les bourdons appartiennent comme les abeilles à l’ordre des hyménoptères, et non aux diptères comme les mouches. Il est plus logique que ce parasite passe du bourdon à l’abeille.

Mais il y a plus important. Il faut surtout souligner que l’affaiblissement des abeilles est la cause de leur vulnérabilité aux parasites, et non la conséquence. La malnutrition (due entre autres aux monocultures, qui les privent de diversité et de continuité dans leurs ressources alimentaires) et les pesticides sont les premières et les vraies raisons de leur vulnérabilité.

Le chercheur Pierre Lumaret suggère une autre piste, qui évidemment n’enlève rien aux autres : les vermifuges donnés au bétail, dont les molécules intoxiquent toute une chaîne alimentaire. En effet, plusieurs espèces d’abeilles et de bourdons (Apis et Bombus) lèchent souvent l’urine et les déjections des animaux, car elles sont à la recherche d’azote. Qu’on se le dise !

En complément de cet article, voici un commentaire de Natacha Calestrémé, membre des JNE et auteure du documentaire Disparition des abeilles, la fin d’un mystère, diffusé sur France 5.

Bravo à Marc Giraud pour sa précision d’importance sur la mortalité des abeilles.

Le parasite n’y est en effet pour rien, une ruche non affaiblie n’attrape pas de parasites.

Je rajoute, (car c’est grave) que les 2 chercheurs qui ont pondu cette étude incriminant le parasite appartiennent à une structure d’état qui dépend du ministère de l’agriculture américain… financé par les firmes phytopharma. Le double intérêt de “choisir” un parasite comme cause est que 1: on n’incrimine plus les pesticides, 2: pour tuer les parasites, il faut un produit phytopharma.

Je vous mets mon billet que ce petit produit miracle est déjà sur le marché…. Prêt à l’achat.

Merci de diffuser…

Auteur : Marc Giraud

Source : jne-asso.org partagé avec Sauve-La-Terre

6 commentaires