Ils sont en train de piller l’Afrique….

Et que deviennent les Africains dans ce saccage?? Encore des richesses qui ne profiteront pas aux populations, et qui dégraderont un peu plus l’environnement.. Est ce qu’avant de re-polluer, ils vont nettoyer le Delta du Niger? ou Pointe-Noire au Congo?, rien n’est moins sur… :no:

Titre initial :
TOTAL : Mines et pétrole. Une terre pleine de ressources
Pétrole, or, diamants, bauxite, bois, coton, café, cacao… l’Afrique est un eldorado pour les matières premières et donc une terre de conquête pour les multinationales présentes dans ces secteurs.

Eu égard à son histoire, la France entretient, bien sûr, une proximité forte avec le continent noir et personne ne sera étonné de découvrir que l’Afrique sera, à l’avenir, la première zone de production de Total.

Notre compagnie nationale y est présente depuis 1928. Ses activités d’exploration et de production sont naturellement situées dans les très riches zones du golfe de Guinée, en offshore, notamment au large de l’Angola, du Nigeria et du Congo.

Nouvelles terres d’exploration pétrolière

Ce n’est pas d’hier que l’Afrique de l’Ouest fait rêver les compagnies pétrolières mondiales. Total y est devenu le premier opérateur mondial en offshore profond, notamment grâce à des champs géants. Celui de Pazflor en Angola a demandé un investissement de 9 milliards de dollars et va produire à terme en plateau 220.000 barils par jour.

Ce qui est nouveau et moins connu, c’est que Total est en train de défricher avec succès d’autres territoires, comme la Côte d’Ivoire (formation géologique similaire à la Guyane française, où une découverte majeure vient d’être faite) ou l’Afrique de l’Est.

Grâce à sa position de premier distributeur en Afrique (stations-service…), Total a pu négocier avantageusement afin d’obtenir de nouveaux domaines miniers et des permis d’exploration prometteurs dans plusieurs pays : Ouganda, Kenya, Tanzanie…

L’autre grand acteur pétrolier français en Afrique, c’est Maurel & Prom, qui va d’ailleurs distribuer à ses actionnaires les actions de sa filiale Maurel & Prom Nigeria, le 15 décembre. Ces actifs au Nigeria (11 % de la production de Maurel & Prom), repris à Shell en 2010, regroupent quatre gisements en production et des permis d’exploration valables jusqu’en 2019 et renégociables pour dix ans. C’est une nouvelle aventure africaine qui commence pour les investisseurs français.

Forte teneur en or au Ghana et en Tanzanie

Les sociétés minières ne sont pas en reste. Eramet, producteur de manganèse au Gabon, va se lancer dans la transformation du minerai sur place en 2013, un projet qui était souhaité par le gouvernement local depuis longtemps.

De son côté, ArcelorMittal, qui travaille depuis des années au développement de sa filière amont, s’intéresse de près au Sénégal, à la Guinée, à l’Afrique du Sud et au Liberia. C’est dans ce dernier pays que le sidérurgiste a lancé récemment la production commerciale de minerai de fer.

Réserve majeure en or, l’Afrique attise les convoitises des sociétés aurifères. Après l’Afrique du Sud, qui souffre aujourd’hui de coûts de production élevés, les chercheurs d’or explorent les sous-sols du Ghana et de Tanzanie, « où les teneurs sont de quatre à cinq fois supérieures à celles du Nevada et où le coût d’extraction est faible », souligne Aurélien Bonneviot, analyste chez SMA Gestion. African Barrick, filiale du géant Barrick Gold, mais aussi Newmont et Kinross y sont actifs. « Le problème, c’est le manque d’infrastructures.

Le développement de l’industrie minière suppose des investissements très lourds: ports en eaux profondes, lignes de chemin de fer…?» ajoute-t-il.

L’exploitation du minerai africain a longtemps peu profité à l’économie du continent. « L’enjeu pour l’Afrique serait de renégocier les contrats conclus avec les compagnies internationales sur une base plus équitable afin d’optimiser les revenus », pointent les analystes de CM-CIC. Mais la donne évolue : certains Etats réforment la fiscalité minière en ce sens.

Auteur : Rédaction Investir

Source : www.investir.fr partagé avec Sos-Planète

9 commentaires