Sommes-nous vraiment à l’abri d’un séisme destructeur, en Europe de l’ouest ?[MàJ de la carte sismique]

Au deuxième jour du sondage que j’ai démarré sous le titre « comment appréhendez-vous un séisme majeur », je vois une importante proportion de réponse « je n’ai pas peur », soit 33 %.

Nouveau zonage sismique de la France (entrée en vigueur le 1er mai 2011) Zonage sismique de la France d’après l’annexe des articles R563-1 à R563-8 du Code de l’Environnement modifiés par les Décret no 2010-1254 et no 2010-1255 du 22 octobre 2010 ainsi que par l’Arrêté du 22 octobre 2010.

:Carte des séismes en France(de1980 à 2007)

Un séisme majeur est un évènement pouvant occasionner d’énormes dommages et, dépasser les capacités de réactions  et de désorganiser les autorités et toute la société à bien des niveaux de fonctionnement. Un tel évènement est définit en premier par les critères précédents, et il sera définit également par « l’enjeu », c’est-à-dire tout ce qui se rapporte aux personnes et biens, susceptibles d’être affectés, et se calcule suivant leur vulnérabilité. Il se caractérise aussi par sa faible fréquence et par son énorme potentiel de gravité.

Certains se disent, avec une certaine légitimité, que cela dépend où on se situe, et comme bien des participants sont de l’hexagone autrement dit la France, mais aussi de Belgique, pensent qu’il est impossible d’avoir un séisme avec de telles conséquences, dans nos régions. Il faut se mettre à l’évidence, que nos villes se sont étendues, mes aussi gonflées en population, et que, qu’elle que soit la localisation d’un épicentre, des cités des mégalopoles,  même éloignées, peuvent subir des dommages, rien que par le fait que les normes parasismiques n’y sont pas appliquées. Seuls certains immeubles administratifs récents, et les centrales nucléaires en bénéficient.

Connaissez-vous vraiment  le passé sismologique de votre région, et pour d’autre, le volcanique voire les deux, ensemble.  Si c’est non ou par curiosité, je vous invite à consulter http://www.sisfrance.net (le plus complet et précis à mon sens) pour se rendre vraiment compte du passé régionale en matière de sismologie.  Depuis  le 21 novembre 2005 la France a, dans le cadre du « Plan Séisme », établi une cartographie des aléas sismique et le site http://www.planseisme.fr/ vous permet de vous informer dans bien des domaines, et notamment à la prévention. Mais voilà, ce zonage est devenu réglementaire en 1991(décret n°91-461 du 14 mai et depuis, remplacé par les articles R563-1 à R563-8 du code environnement). Le hic, c’est qu’il est fondé sur des travaux scientifiques datant de 1984, et basé sur la sismicité historique avec une approche pseudo statistique. Est venu de l’UE les Eurocodes, le dernier en date est le 8, il est sensé préciser les normes de construction et de les harmoniser, tout en tenant compte du zonage et de la probabilité, ce qui aurait du pousser les états membres à réviser leur zonage, se qui n’est toujours pas fait pour aucun des pays de l’Union !!!

Malheureusement, comme il est dit plus haut, les zonages tant français que belges, ne sont pas actualisés, mais ceux existants se reposent sur un archivage historique, que bien des confrères et moi, jugeons trop récent, géologiquement parlant. Cela fait 4 ans que je travaille sur le cas de Legnica en Pologne, il y a eu par le passé récent, quelques séismes, sans grandes conséquences. Il y a quelques mois encore, un analyste belge me disait, alors que je venais d’évoquer un aléa sismique pour cette région, il m’a répliqué ironiquement,  il ne peut y avoir un séisme de plus de 2 voire 3/ER, car la plupart sont d’origine minière. Un mois et demi après, il s’en est produit un de 4.3 ! Il m’a rappelé en me demandant si j’avais des données susceptibles de m’avoir conduit à ma conclusion. Je l’ai envoyé sur les roses. En fait les études du sous-sol ont permis de déceler une fracture très ancienne, survenue probablement entre le Trias et le Jurassique.

Il en est de même pour nos régions, le Nord-Pas de Calais est traversé de plusieurs petites failles traversant le Chanel, la région minière des Corons, avec une faille datant de la même époque que celle de Legnica. Il y a les Vosges, qui sont assises sur une chambre magmatique située qu’à 4 km de profondeur, et alimentée en permanence et dont le Laacher (super volcan allemand) est à l’extrémité nord. La région des Puys avec ses volcans qui appartiennent à une fissure formée dans le plissement des Cévennes, les Pyrénées, les Alpes et la côte niçoise où une faille a été récemment évoquée. Nous tentons de faire comprendre aux autorités qu’elles font fausse route, mais une frange de scientifiques accrédités par les pouvoirs politiques, font barrage, car ils ne veulent pas admettre que leurs travaux sont obsolètes, d’autres les prennent pour argent comptant. En attendant les populations sont prises en otage et risque leur vie à tout instant. Exemples types, Espagne, Lorca, 29/01/2005, 4.6; 11/05/2011, une première secousse de 4.4 suivie quelques minutes plus tard d’une de 5.1, bilan huit morts, plusieurs millions de dégâts, soit 56% d’immeubles inhabitables. L’Italie n’est pas en reste 05/05/1990, 5.8; 13/12/1990, 5.8; 26/09 et 03/10/1997,5.6 et 5.8; 2001, 5.2; 2002, 6.0 et 5.9; 2009, L’aquila 6.3, 200 morts. En France Pas de Calais, 1998 3.2, 1976 Maubeuge 4.2, 2011 rien que pour novembre et décembre, Vendée 2.7, 2 fois, Var 2.8 (2x), 2.4, Pyr Atlant. 2.5 et 2.6, Ain 2.3, Haute-Loire 2.1, Aude 2.5, Pyr Atlant. 3.4, Somme3.0, Alpes-Marit. 2.7, Savoie 2.9 et 1.9, Maine et Loire 2.4, Puy de Dome 3.3, Pyr Atlant. 2.6, Seine maritime 3.2, Isère 2.5, et ce juste pour un mois et demi, partenaires AFPS, BCSF et CSEM. On observe au cours de ces trois dernières années une augmentation significative des séismes dans la partie nord du Golf de Gascogne, dont la région de Nantes, tant sur terre qu’en mer, et également plus au nord dans la région du Havre ainsi que dans le Chanel et la Mer du Nord.

En Belgique, plus rare et ignorés, 2008 Court saint Etienne 3.2 et La Gleize 3.1, 1996 Spa 3.8, 1995 Le Roeulx 4.5, 1983 Liège 5.3, 1968 Région du Centre 4.1, 1967 Carnières 4.5, 1966 Chapelle lez Herlaimont 4.5 et 3.3, etc …. Dans chacune des listes historiques consultées, on observe qu’au fil des siècles, plus on se rapproche du 20e, plus les intensités augmentent.

CLIC POUR VOTER

By: Eagleeyes

31 commentaires

  • Eagleeyes

    Merci à toi Voltigeur.

  • Endehors

    bon en clair, tout va mal quoi…
     

  • viking

    c’est bien comme infos

    Ou peut on trouvez une histoire des Séisme en France ex : en l’an 1000, 1500….il y en a surement eu…

    Dans un vieux livre de géographie : j’ai appris  » la Loire se jetais dans la Seine, le débit de la Seine était extrément puissant pour avoir entaillé les falaises pour creuser son lit. Il y aurais eu un séisme avec un affaissement coté Ouest de la France, ce qui as changé le cours de la Loire pour lui donner son tracé actuel

    • voltigeur voltigeur

      Pour éviter les crues, il faut rendre de la liberté aux rivières
      http://www.20minutes.fr/article/842292/eviter-crues-faut-rendre-liberte-rivieres
      Il faudrait savoir depuis qu’elle date les séismes sont recensés, et Eagleeyes doit savoir ça

      • Eagleeyes

        Pas seulement, réinstaurer les haies aux abords des champs, les fossés et les entretenir régulièrement. Sur les grandes parcelles cultivées, imposer un sillon profond en sens transversal de l’inclinaison, tout les 80 m et le reste du sillonnage devrait être parallèle. Vu les quantité plus importantes en moins de temps, imposer aux administrations municipales d’établir un cadastre des zones à risques de débordement des rivières et d’établir tout au long des bassins collecteurs, mais aussi en utilisant le relief naturel. Voilà déjà quelques pistes d’ouvrages à établir en amont des cours d’eau.

      • homme des bois

        ya aussi la question des pesticides qui imperméabilisent la terre. ya pas mal de gens qui vont dans ce sens.

      • viking

        il y a énormément de terrain agricole ou autre (terrain de foot) drainé pour permette une partiquablité sitôt après les pluies…. autrefois avec les chevaux de trait il attendait pour travailler la terre, c’est une aide aux ruissellement….

        Faut refaire des marres dans les champs, enfant on aimait les marres source de pêche aux têtards, grenouille…. pousser ou être poussé dedans…. 

        A coté de chez moi, dans une ancienne grande marre, ils y a des pavillons d’un lotissement dont l’un a un garage souterrain… le maire était Socialo a l’époque de la viabilisation de cette parcelle… avait – il des faux écolos au conseil Municipal ? je ne sais pas

  • Eagleeyes

    Ça dépend des pays et des régions. Certains relevés ont commencé à être transcrits par les curés qui tenaient un journal paroissial, un des plus anciens à ma connaissance puisque proche de chez moi soit dans le département du Nord daterait de 922. Plus tard ils ont été estimés suivant les dégâts relatés dans ces journaux, jusqu’à l’arrivée du sismographe. Le tout premier est le fruit du travail de l’inventeur chinois ZHANG HENG en 132.

  • La carte du Renass ne me semble pas exacte ou alors mes informations sont fausses:
    Voir sur mon blog un article en lien avec l’EPR et la sismicité du Cotentin. 
    http://leblogdejeudi.wordpress.com/2011/09/25/sismologie-et-sensibilite-du-cotentin-aux-tsunamis-l%E2%80%99epr-disqualifie/
    Merci pour vos commentaires et avis.

  • Tex

    Oui, merci pour l’info mais que peut-on faire à part déménager??

  • Geologue

    le problème qui se pose, c’est qu’il y a un tas de séismes qui n’ont pas laissé de trace détectables, et quand il y en a, in-quantifiables.
    Dire que les données sont fausses est donc une malhonnêteté, elles sont seulement incomplètes et donc leur résultat imprécis.
    Pour autant faut-il, pour commencer à vivre, être sûr que l’on ne va pas mourir ?
    Et arrêtez de vous hausser du col en traitant les autres d’incapables.

    • voltigeur voltigeur

      Nous sommes tout ouïe pour que tu nous apporte tes lumières :)

    • Loin de moi de critiquer qui que ce soit, bien au contraire; il s’agit de partager des informations pour avancer dans la connaissance. Pour être concret l’EPR est « prévu » pour un séisme de 5.7 alors qu’un séisme de 6 à 6.5 aurait eu lieu en 1927 et n’aurait pas été pris en compte par EDF, selon mes informations.

      • Eagleeyes

        Le même fait s’est produit pour le tunnel sous la Manche. Le séisme du 21 mai 1382 fut volontairement écarté des débats, 7.5, 23 avril 1449 ignoré, 6avril 1580 7.5 minimisé volontairement par les promoteurs pour obtenir les autorisations, car situé sur le tracé, 28 novembre 1776 6.8 écarté aussi par manque d’information de la part de l’Angleterre (??)(mais dégâts importants en Angleterre, côtes nord France et littoral belge)

    • Eagleeyes

      Hello Geologue,

      Lorsqu’un séismes ne laisse pas de traces détectable on appelle cela un micro-séisme, sa période étant très soudaine et d’une très faible amplitude, et sont généralement provoqués par d’autres sources qu’un tremblement de terre.
      En dehors de ça même un micro tremblement de terre compris généralement entre 1 et 2 laisse une micro fissure, et cette dernière est détectable au monitoring.

      Si pour vous, dire que les données soient fausses, est malhonnête, que dire alors du fait d’utiliser des données incomplètes et imprécises pour pratiquer un zonage en vue d’établir des normes de constructions parasismiques salvatrices ? Excusez-moi, dans ce cas, le terme que je devrais utiliser est de loin plus grave et plu approprié, c’est criminel. Le fait de laisser la population à la merci d’effondrement de bâtisses, est de l’irresponsabilité de la part d’organismes sensés apporter l’éclairage professionnel, afin de conseiller les politiciens pour qu’ils puissent prendre les bonnes dispositions, pour ensuite les transmettre aux professionnels de la construction !!!

      Vous me voyez navré et sincèrement désolé si vous vous êtes senti visé en traitant certains parvenus, d’incapables !

      • viking

        peut on et il faut….(yaka Faucon) le récupérer pour l’utiliser en chauffage, butagaz ?

      • Eagleeyes

        Hello Bouffon,

        Ce n’est malheureusement pas nouveau, et c’est bien là mon cheval de bataille, dans le réchauffement, l’homme n’est intervenant que pour un très faible pourcentage, comparativement aux dires de certains scientifiques en chevilles avec les politiciens. (GIEC) Leurs théories sont occupées à fondre comme la glace des pôles, l’origine est ailleurs, et ils le savent, mais pour ne pas perdre la face, ils persistent dans leur mensonges. Même des membres de la NASA pourtant très influents au sein du GIEC se battent pour rétablir la vérité, des instituts, des universités, des labos qui ont été cités dans les travaux de recherches, emboîtent le pas, c’est pour dire ! 

        Quant à son utilisation, je ne suis pas partisan, car sa combustion, que donnera-t-elle ? Le système de combustion devra être tout autre que ceux que nous utilisons, donc concevoir, le coût sera énorme, la situation financière actuelle ne le permet pas. Et enfin la récupération, le transport augmenteront le risque de pollution et d’accident.

    • Eagleeyes

      Hello Brujitarf,

      C’est certain, et depuis deux ans après le premier rapport du GIEC, bien des voix se sont élevées dans le monde scientifique s’insurgeant contre ce mensonge. Sur les 1980 chercheurs initialement accrédités au GIEC, actuellement il n’en reste que 18. Le souci est que se sont de grosses pointures et « largement » sucrés par les politiciens. Dès le deuxième rapport ce n’est pas moins de 1200 de ces chercheurs qui ont quitté le navire. Le pire est que ceux qui osent contester les dires, sont aussitôt exclus des travaux et étiquetés de dissidents.

  • Geologue

    prenons le séisme « Fukushima » : à part des traces à terre (artéfacts brisés de l’activité humaine) qui perdureront quelques temps avant d’être érodées, nos suivants n’auront pas grand chose à se mettre sous la dent pour le détecter dans  quelques millénaires. Quand au déplacement quasi-instantané pharamineux de quelques mètres, il n’en restera que quelques stries de glissement anonymes sur des miroirs de faille, le déplacement lui même étant noyé dans une vitesse moyenne de convergence qui sera calculée sur 10 à 60 millions d’années.
    On est peut de chose en vérité

  • Eagleeyes

    Bonsoir Geologue,

    Permettez-moi de vous rappeler que l’épicentre du séisme principal de Fukushima, a eu lieu à 24.4 km de profondeur, qui pour cette région, se situe en pleine zone de subduction, soit dans la couche inférieure. L’avant-veille et bien avant encore il y a eu une série non négligeable de séismes les derniers du 09/03 évoluaient de 6.0 à 6.5 le 10 ils tournaient autour des 5.4, le dernier était de 5.0, qu’on peut qualifié de prémonitoire, a eu lieu à 22:44 UTC, suivi par celui de 9.0 à 05:46 UTC le 11 mars. On suppose que celui de 5.0 à 30 km de profondeur a occasionné une fracture partielle de la voûte qui par la suite a cédé de manière extrêmement violente avec d’énormes dégâts dans la strate d’où le nombre impressionnant de répliques et nouvelles secousses qualifiées dans la foulée, de répliques.
    Effectivement, les générations futures n’en trouverons pas traces, elle sera depuis belle lurette fondue.
    De plus l’avant du prisme d’accrétion du socle insulaire présente quant à lui une kyrielle de nouvelles fissure, un risque d’effondrement est à craindre pour cette zone, avec un aléa de 90% d’un nouveau mégatsunami pour tout le Pacific.