PARIS – Aéroport, agrocarburants, nucléaire, au palmarès des « Pinocchio » de l’écologie…

Si on commence à distribuer des prix « Pinocchio »…….., sortez les bazookas et tirez à vue, la distribution est gratuite! il y en aura pour tout le monde :-D

Le PDG de Vinci Xavier Huillard à Paris, le 2 mars 2011 Eric Piermont afp.com

Le constructeur d’un aéroport contesté, un groupe agro-alimentaire et une banque investissant dans le nucléaire: les Amis de la Terre ont remis jeudi leurs prix « Pinocchio » visant à épingler les entreprises aux discours « faussement développement durable ».Plus de 13.000 internautes — soit plus du double de l’an dernier — ont voté pour désigner les lauréats de cette quatrième édition, dévoilés lors d’une cérémonie à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), ont souligné l’ONG les Amis de la Terre et le CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement), un collectif de 54 associations de solidarité internationale.

« Le principal intérêt des Pinocchio, c’est de faire comprendre aux citoyens la réalité de certains projets et le décalage entre les discours des entreprises et les réels impacts sociaux et environnementaux », selon Romain Porcheron, des Amis de la Terre.

Dans la catégorie « Plus vert que vert », réservé à « l’entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles », les internautes ont retenu le groupe de BTP Vinci, concessionnaire du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes.

« Pour tenter de justifier ce projet rejeté depuis 40 ans par les riverains, Vinci a proposé la création d’une Amap permettant de distribuer des paniers bio aux salariés de l’aéroport et d’un observatoire agricole pour permettre aux agriculteurs d’exposer leurs bonnes pratiques », dénonce Romain Porcheron.

Pour récompenser la « politique la plus agressive en termes d’appropriation et de surexploitation des ressources naturelles » (prix « Une pour tous, tout pour moi »), les internautes ont retenu Tereos, un « groupe agro-industriel français spécialisé dans la transformation de la betterave, de la canne à sucre et des céréales » destinés, selon l’association, à la production d’agrocarburants.

Pour les Amis de la Terre, la pratique de cette entreprise implantée au Mozambique s’apparente à « un accaparement de zones forestières et de terres agricoles qui servaient à nourrir les populations locales pour nourrir les voitures des Européens ».

Dans un communiqué à l’AFP, Tereos a contesté « le caractère mensonger » de ces affirmations.

Le groupe, se présentant comme « un acteur engagé au Mozambique » qui « participe activement au développement économique et social de ce pays », « précise qu’il ne produit pas de biocarburants au Mozambique et qu’il n’y a entrepris aucun travail de déforestation ».

La Société générale a pour sa part été « plébiscitée » dans la catégorie « Mains sales, poches pleines » pour son lobbying en faveur de ses investissements dans le nucléaire au Brésil, ont indiqué les Amis de la Terre.

Importé par 20minutes.fr