11-11-11. Pas d’armistice pour Miss Misère !..

Tout est dit, et bien dit!

Image/jeanzin.fr

À peine le nouveau plan d’austérité promis a-t-il été déclamé par le Premier Ministre, l’ancienne chèvre de Monsieur Séguin, devenu le bouc émissaire de la Sarkozie en folie, que voici la France, encore sous le choc, rappelée à l’ordre par la dictature capitaliste de la Commission de Bruxelles. « Ce n’est pas suffisant !, lance-t-elle dans sa déclaration, la grande Pythie shootée à la croissance. C’est quoi, cette rigueur d’opérette, avec cette TVA relevée pudiquement comme une robe de nonne – 1,5%, vous voulez rire ? –, avec ces demi-mesures folkloriques pour gratter 7 milliards dans la poche des plus faibles et des survivants ? Allons, ne rêvez plus, ne scrutez plus ces urnes qui seront funéraires ! Les Français doivent faire davantage d’efforts, des vrais ! ».
La Commission de Bruxelles, avant le FMI et avant les marchés, se met à parler à la France comme l’empereur César parlait jadis aux Gaulois vaincus, comme les Français eux-mêmes ont parlé à l’Allemagne après la Der des Ders pour la mettre à genoux, préparant ainsi le lit de la suivante, en portefeuille, bien sûr, et le landau d’Hitler.

Pas d’armistice pour les vaincus de cette grande guerre mondiale du capitalisme : l’Irlande, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Italie, et désormais la France ! Tous ces États qui ont vécu à crédit, qui ont dépensé sans compter et qui, même en ces heures sombres, continuent à jeter l’argent par les fenêtres – carnaval du G20, et autres G plus rien, Sarko Force One, salaire des députés, des ministres et des sénateurs, frais de mission invraisemblables, logements de fonction où l’on s’accroche, privilèges répugnants, etc. –, tous doivent participer à présent à l’effort de guerre afin de sauver la gouvernance internationale des grandes fortunes industrielles et le train de vie des spéculateurs !

Que la France ait perdu sa souveraineté dans cette vaste supercherie démocratique qu’est l’actuelle Europe des financiers, c’était un secret de polichinelle – ça tombe bien, nous en avons un –, mais que, 48 heures seulement après que les médias aient titré sur la grande rigueur, elle puisse être humiliée et ridiculisée à ce point par une poignée de technocrates jamais élus, là c’est une nouveauté, et il convient de la souligner.

Nul doute qu’on verra ces jours-ci, dans le sillage poudré d’une Pécresse à grande bouche, dans l’ivresse exaltée d’une Morano ou les crampes facio-rectales d’un Fillon, d’un Copé, le banc et l’arrière-banc de l’UMP & associés effectuer quelques danses du ventre sur les écrans de télévision pour continuer, sur les pâquerettes de leur Président, à expliquer la crise aux payeurs de la redevance.

Mais les marchés leur montreront qu’elles ne servent à rien, qu’il n’y a plus à expliquer, mais à imposer, que ce sont eux les maîtres et qu’ils ont tout pouvoir, puisque, au nom de la sainte-croissance, on le leur a offert gracieusement.

Dans la France d’aujourd’hui, la France de Sarkozy, la solution alors sera simple, une fois de plus, un remake endurci : augmenter les impôts, encore et encore, augmenter les tarifs – eau, gaz, électricité, nourriture, transports, frais scolaires, etc., ces cases “dépenses” dont les nantis ne se soucient guère dans leur budget –, diminuer les salaires, les prestations sociales, laminer un peu plus le monde de l’éducation, de la santé, de la culture, faire payer le plus grand nombre pour que les sacrifices exigés par les forces obscures, par effet de levier, deviennent indolores aux plus riches.

En ce 11-11-11, point d’ésotérisme ! Le symbole est facile à décrypter et le message est clair : Français, sacrifiez-vous ! Devenez les héros et martyrs de ce capitalisme fou, de cette spirale sans fin ! Admettez l’inadmissible, acceptez la rigueur et votre pauvreté, contentez-vous de votre triste sort car ailleurs, c’est bien pire ! Regardez la Libye, la Syrie, regardez la Chine ! Endettez-vous encore, si vous le pouvez, c’est bon pour la croissance, et remboursez par petites mensualités ! Si vous perdez votre travail, cherchez bien, vous en trouverez un autre encore plus mal payé ! Mais bon, faut pas faire la fine bouche dans une situation comme la nôtre, vous dira le Sarcome gluant, avec ses métastases dans tous les paradis de la finance opaque… Sacrifiez-vous, je ranimerai la flamme du solvable inconnu ! Ah ah ah !

11 novembre 2011. Il n’y aura jamais d’armistice avec le capitalisme ! Cette guerre est sans pitié, sans limite : tant qu’il y aura des peuples qui accepteront de payer, de se faire dépouiller, le capitalisme vaincra, car nous sommes, par notre soumission et nos compromissions, les artisans de notre défaite, de notre humiliation.

Nous devons résister de toutes nos forces au génocide des Peuples programmé par cette Bête invisible, impalpable, morbide, qui nous ronge chaque jour davantage, qui veut faire de nous des esclaves et des abrutis corvéables !

Refusons les diktats de cette sinistre mafia financière ! Soufflons la flamme des sacrifices – pour qui ? pour quoi ? –, pissons dessus et rallumons le flambeau de l’espoir ! Insurrection européenne contre le capitalisme, contre les marchés, et les politiques incompétents qui en vivent comme des porcs !

Mobilisation et Grève générale ! Sinon, demain, vous n’aurez plus de salaire, plus de maison, plus de soins, plus de retraite, plus de droits, vous serez sous des tentes, sous des ponts, dans des espaces publics… Pas comme des Indignés, non, comme des Insolvables… comme moi !

Nous sommes déjà près de 3 millions en France dans ce cas, et 8 millions sous le seuil de la pauvreté… Sarkozy, en moins d’un quinquennat, aura fait presque autant de morts-vivants que toute la Grande Guerre aura fait de morts allongés…

Debout ! Courage ! Notre champ d’honneur, c’est la rue !

Un article de Christophe Leclaire

Source AGORAVOX partagé avec l’Eveil2011

Voir aussi cet autre excellent article de l’auteur:
Pujadas et les Laurel et Hardy de la planète G20

3 commentaires

  • observateur

    bonjour à tous,un exellent article qui dépeind la situation actuelle ,il est clair que pour faire avancer les choses ,il faut agir,un peu comme au Portugal,mais ce qui me sidère c’est la totale inaction de la population Française,à croire qu’ils sont tous « shootés » pour resté immobile et presque applaudir cette situation.Serait on infecté par l’eau ,l’air ou la nourriture pour etre aussi impassible.Je voudrais pas me faire de film mais vu la sournoiserie de certains états et de bcp depersonnes (pas besoin de tous les citer,ils ont pignon sur rue pour bcp)ce serai dans le domaine du possible.

  • Michèle DRAYE

    LE SAVEZ-VOUS?
     
    La CADES (Caisse d’amortissement de la dette sociale) s’octroie le droit par décret de verser de l’argent liquide (combien) c’est à dire caché
    à un autre pays d’Europe (lequel)
    Ils ont changé le texte qui l’annonçait, mais l’article ci-dessous est tout de même interessant
     
    Loi n° 2005-1719 de finances pour 2006 (art 73)

    Extrait de la loi N°2005-1719 du 30 décembre 2005 de finances pour 2006 ,art 73
    Article 73
    L’article 5 de l’ordonnance n° 96-50 du 24 janvier 1996 relative au remboursement de la dette sociale est complété par un II ainsi rédigé : « II. – A compter du 1er janvier 2006, par dérogation au I, le ministre chargé de l’économie et des finances est autorisé à procéder, pour le compte de la Caisse d’amortissement de la dette sociale, dans des conditions fixées par décret, à des emprunts à long, moyen et court termes libellés en euros ou en autres devises, à des conversions facultatives, à des opérations de prises en pension sur titres d’Etat, à des opérations de dépôts de liquidités sur le marché interbancaire de la zone euro, à des rachats, à des échanges d’emprunts, à des échanges de devises ou de taux d’intérêt, à l’achat ou à la vente d’options, de contrats à terme ou d’autres instruments financiers à terme, conformément aux obligations et à la mission de l’établissement. »
     
    Je recherche l’ancien texte…
     
     
     

  • Francia

    La rue ? Comme si faire la grève changeait qqch !

    Non, ce qu’il faut, c’est travailler vraiment pour rien, ne plus rien facturer. Ça c’est une grève, qui ne fait rien gagner au patron. Si votre facture d’E.D.F., d’Internet, d’Eau, etc ne vous coûtait plus RIEN ?

    C’est ce qu’ils font en Grèce. Et la, faire la grève prend du sens.

    Plus rien de payant. Ni autoroute, ni vêtement, ni nourriture, ni soins.