FMI / Pékin : ce sera donnant donnant pour l’après ORDO AB CHAOS

La situation évolue entre le FMI et la Chine, Christine Lagarde doit aller pleurer auprès des chinois pour que l’économie européenne tienne encore un peu, et leur fait de jolies promesses en échange…

En visite à Pékin pour deux jours, pour sa première visite en Chine en tant que directrice générale du Fonds, Christine Lagarde doit examiner avec les responsables chinois les conséquences de la crise de la dette en Europe et les conditions dans lesquelles la deuxième économie mondiale pourrait être amenée à davantage aider le Vieux continent, notamment par le biais éventuellement d’un nouvel instrument lié au FMI.Hier, Christine Lagarde s’est exprimée en qualité de directrice générale du FMI et elle a publiquement relevé un « risque de spirale d’instabilité financière mondiale » si les économies de la planète ne réagissent pas ensemble face à la crise. Elle a encore souligné que l’Asie n’était pas à l’abri. Autrement dit, tout le monde est dans le même bateau. La cause ? Le risque de la dette. Hier, tous les dignitaires des organismes supranationaux se fichaient totalement des dettes et quelques-uns mettaient surtout en avant la dette des Etats-Unis. Aujourd’hui, changement brutal de décor : la dette souveraine est le sujet brûlant. Un sujet qui permet aux forces de marchés de faire flamber les taux, de justifier des mesures d’austérité draconienne des gouvernements potiches pour aspirer la richesse restante des peuples et surtout  celle de classe moyenne où l’on trouve des patrons de PME PMI qui sont de sérieux employeurs, vitaux, pour l’économie nationale.

Quel aveuglement de nos contemporains pour ne pas voir que cette entreprise de destruction correspond au programme mondialiste que résume si bien la formule maçonnique Ordo ab Chaos ? Comme disait quelqu’un : « Plus c’est gros, mieux ça passe ! » Pourquoi les G-20 ne servent-ils pas à dire aux banquiers : on s’endette désormais auprès de nos banques centrales à 0% et on ne paie plus les intérêts ? Non ! Il faut surtout justifier le maintien d’un système qui ne peut mener qu’à la misère des peuples, au profit d’une caste d’individus qui cherche le POUVOIR absolu.

Le FMI joue bien son rôle dans ce spectacle de très mauvais goût. Après s’être planté durant des années, C. Lagarde qui serinait sur « la reprise » lorsqu’elle était ministre des Finances, semble avoir trouvé une pythie de qualité pour lui annoncer cette fois le bon scénario. La directrice générale du FMI n’y va pas par quatre chemins: « L’économie mondiale est entrée dans une phase dangereuse et incertaine ».

Les fossoyeurs de notre société espèrent tirer de juteux profits sur la misère des gens, mais ils se trompent lourdement. Certes, il y aura sans doute le chaos recherché, mais l’ordre à partir du chaos ne sera très certainement pas celui qu’ils attendent. Mais c’est là un autre sujet.

Après sa rencontre avec le gouverneur de la banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, la directrice du FMI doit se rendre au Japon. Rappelons que la Chine est le premier détenteur mondial de réserves de change, dont le montant, colossal, s’élève à 3.200 milliards de dollars. Le Japon arrive en deuxième position.

Cadeau… Echange ?

Le FMI demande à la Chine de consentir à perdre de l’argent pour maintenir provisoirement le Machin européen, en échange de quoi les Familles du cartel bancaire, c’est-à-dire les parrains du FMI, deviendraient plus souple sur la réforme des quote-parts et des droits de vote au sein du Fonds, permettant à la Chine de devenir le troisième pays en termes de droits de vote au sein de l’institution.

La Chine a reçu une petite menace : tout en saluant la bonne santé économique chinoise et son rôle moteur auprès d’autres pays en développement, la patronne du FMI a estimé que l’Asie n’était pas « immunisée » contre une « contagion » des maux frappant les nations occidentales. « L’Asie n’est pas à l’abri. Que ce soit par le biais du commerce ou du secteur financier qui peuvent jouer un rôle d’accélérateur de crise, l’Asie doit se préparer », a mis en garde Christine Lagarde. Le décodage est très transparent pour Pékin… pour nous aussi. Entendons qu’un CARNAGE se prépare sur les marchés financiers… Le lecteur de ce blog en est sûrement pleinement conscient ! Il faut s’y préparer… dans le calme et l’espérance…

Source: liesidotorg