Des nouvelles de l’indignation londonienne

Dans le cœur de la City de Londres, des protestataires rassemblés à Finsbury Square dénoncent les dérives de la finance mondiale.

Dans le cœur de la City de Londres, des protestataires rassemblés à Finsbury Square dénoncent les dérives de la finance mondiale.AFP/BEN STANSALL

La municipalité de Londres a annoncé mardi qu’elle suspendait son action légale pour contraindre les militants anticapitalistes à lever leur camp du parvis de la cathédrale Saint-Paul, en plein cœur de la City à Londres. La municipalité a expliqué qu’après la décision des responsables de la cathédrale de se retirer de la procédure, elle avait décidé « d’appuyer sur le bouton pause » en vue de « travailler à une solution mesurée ». Il s’agit d’une « question de jours », a précisé la municipalité, promettant une nouvelle annonce mercredi midi.

Dans un premier temps, la municipalité, qui gère le district de la City de Londres, avait annoncé une démarche devant la justice pour obtenir le démontage des tentes sous quarante-huit heures. Mais la municipalité a indiqué dans la soirée que la lettre d’injonction « n’avait pas été remise » aux manifestants et que la situation serait « revue » le lendemain.

Les responsables de la cathédrale St-Paul, profondément marqués par la démission de trois de leurs membres, dont leur doyen, ont choisi de ne pas se joindre à la procédure de la municipalité, préférant trouver « une solution pacifique ».

 

L’ÉGLISE ANGLICANE DIVISÉE

D’abord bien accueilli par la hiérarchie de la cathédrale, le campement, initié le 15 octobre sur le modèle du mouvement Occupy Wall Street de New York, s’est étendu au fil des jours, passant de 70 à 200 tentes. Ce qui a contraint Saint-Paul à fermer ses portes aux visiteurs le 21 octobre pour quelques jours, pour « des raisons de sécurité et d’hygiène », une première depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le manque à gagner a été estimé à 16 000 livres (18 300 euros) par jour de fermeture, l’entrée pour les touristes étant payante.

L’Eglise anglicane s’est divisée sur l’attitude à adopter à l’égard des campeurs qui gênent l’accès à la cathédrale. Trois responsables de la cathédrale ont démissionné, dont Graeme Knowles, le doyen, critiqué pour sa gestion de la crise et pour avoir demandé le départ des manifestants. La ministre de l’intérieur, Theresa May, a demandé aux responsables de la cathédrale, la municipalité et la police de « travailler ensemble pour s’assurer que les manifestants partent le plus vite possible ».

Source: Lemonde.fr

By: nuelillustrateur