Le Vatican dénonce «l’idôlatrie du marché» et propose ses solutions contre la crise économique..

Si même SS Benoit XVI se met à demander une gouvernance mondiale….

 

Le pape Benoît XVI au Vatican, le 14 septembre 2011 T.GENTILE / REUTERS

Le Vatican propose une autorité supranationale sur l’économie…
Le Vatican a appelé lundi à la création d’une « Autorité publique universelle » et d’une « banque centrale mondiale » pour réguler les institutions financières dans la période actuelle de tourmente et d’incertitudes.

Le document de 18 pages, intitulé « Pour une réforme du système financier international dans la perspective d’une autorité publique à compétence universelle », devrait trouver un certain écho chez les « indignés » du monde entier qui protestent contre les dérives du système économique actuel.

Contre « l’idôlatrie du marché »

« La crise économique et financière que traversent les pays interpelle tout le monde – les personnes comme les peuples – à effectuer un discernement approfondi des principes et des valeurs culturelles et morales qui sont à la base de la vie sociale en commun », indique le Conseil pontifical pour la Justice et la Paix dans une note. Le Vatican met en garde contre « l’idôlatrie du marché » et « l’idéologie néo-libérale » selon laquelle les problèmes actuels seraient exclusivement d’ordre technique.

« La crise a révélé des attitudes d’égoïsme, de cupidité collective et d’accaparement des biens sur une vaste échelle », poursuit-il, ajoutant que les économies mondiales devaient assumer une éthique de la solidarité entre pays pauvres et riches. « Si aucun remède n’est apporté aux différentes formes d’injustice, les effets négatifs qui s’en suivront au plan social, politique et économique seront de nature à engendrer un climat d’hostilité croissante et même de violence, jusqu’à miner les bases mêmes des institutions démocratiques, celles qui sont également considérées comme les plus solides et les plus sûres », peut-on lire dans le document.

Le Saint-Siège appelle à la mise en place d’une autorité supranationale à dimension planétaire et à une juridiction universelle chargée de guider les politiques et décisions économiques. Une telle autorité devrait prendre comme référence l’Organisation des Nations unies pour gagner ensuite en indépendance.

Un manifeste pour les « indignés »?

A la question de savoir si ce document pourrait devenir le manifeste des « indignés », le cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, a déclaré : « Les gens à Wall Street doivent s’asseoir et réfléchir avec discernement pour savoir si leur gestion actuelle des finances mondiales sert les intérêts de l’humanité et l’intérêt général ». « Nous appelons l’ensemble des groupes et organisations à s’asseoir et à repenser la situation », a-t-il dit lors d’une conférence de presse lundi. Le Fonds Monétaire International (FMI) a perdu sa capacité à réguler la création globale de monnaie et de veiller sur le montant du risque de crédit que le système assume, estime le Conseil Pontifical.

« En matière économique et financière, les difficultés plus importantes proviennent de l’absence d’un ensemble efficace de structures capable de garantir, en plus d’un système de gouvernance, un système de gouvernement de l’économie et de la finance internationale. »

Le monde a besoin « d’un corpus minimum, partagé, de règles nécessaires à la gestion du marché financier mondial. » « On voit, sur le fond, se dessiner en perspective l’exigence d’un organisme assurant les fonctions d’une sorte de ‘Banque centrale mondiale’ réglementant le flux et le système des échanges monétaires, à la manière des banques centrales nationales », note le document.

Le Conseil pontifical reconnaît que la mise en place de ces deux instances prendra des années et se heurtera à une résistance de la part des acteurs mondiaux. « Cette transformation s’effectuera au prix d’un transfert, graduel et équilibré, d’une partie des attributions nationales à une Autorité mondiale et aux Autorités régionales, ce qui s’avère nécessaire à un moment où le dynamisme de la société humaine et de l’économie, ainsi que le progrès de la technologie, transcendent les frontières qui se trouvent en fait déjà érodées dans l’univers mondialisé. »
T. S. avec Reuters
SOURCE

19 commentaires

  • Subtil

    A chaque fois que je vois le Vatican, à travers des infos tel qu’elle qui parlent d’économie, je ne peux m’empêcher de repenser à 777, la chute de Wall Street ET du VATICAN par Pierre Jovanovic bien sur.  L’économie est au bord du gouffre, nous voyons le Vatican de plus en plus présent la dedan.. une manière ou pas d’anticiper la chute pour embarquer le Vatican dedan ?  

    • domdom26

      JE SUIS COMME TOI SUBTIL JE PENSE AU LIVRE DE PIERRE ……. CAR TOUT CE QU’IL A DIT EST EN COUR DE ROUTE ………..

      • Subtil

        Le danger c’est que quand quelque chose est trop anticipé trop précis, c’est qu’au final, ce qui a été prévu se réalise..

        Le Vatican représente une religion, le plan en cours vise à détruire les religions. La chute du Vatican est donc une des étapes.

        Nous sommes en plein dans le tout détruire pour mieux reconstruire, on ne peut de toute manière pas continuer comme ça, donc la destruction vers laquelle nous nous dirigeons a tendance à nous faire envie finalement.
        Le MAXIMUM de notre ATTENTION devra être la le jour de la RECONSTRUCTION.

  • Texcaltex

    Benjamin Fulford du Dragon Blanc cite le pape comme faisant partie des dirigeants du N.O.M!

    • Nad !

      ça fait TILT !!! :)

      • Ben non : ça ne fait pas si tilt que cela. De quoi est-il question ? Du « Vatican », du « Saint-Siège »… ou encore (pour ce qui est des personnes) du cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix. Bref, si « SS Benoit XVI se met à demander une gouvernance mondiale…« , voilà qui est un peu vite dit, non ? Surtout si on place sa photo en tête d’article… alors que nulle part il n’y intervient à titre personnel.
        Bref, gaffe les moutons : on ne vous hérissera pas la laine si on vous apprend que si le Vatican rime parfaitement avec l’homme en blanc, ce lieu n’est pas nécessairement le reflet fidèle à tout point de vue de la pensée de son chef. Aussi petit soit-il, c’est aussi un État… avec le langage « diplomatique » qui sied à cette identité. Sans parler des infiltrations qui relèvent du secret de polichinelle…
        « La fumée de Satan est entrée dans le peuple de Dieu » : phrase prononcée par Paul VI… en 1972 ! Apparemment, cela ne s’est pas beaucoup arrangé depuis, c’est le moins que l’on puisse dire. Bref, sans pour autant mettre tout le monde dans le même panier sulfureux, ce serait sympa de ne pas illustrer systématiquement un article relatant ce qui se dit depuis le Vatican… en laissant entendre que cela fut dit par Benoît XVI lui-même : de quoi faire enrager quelques cathos, et toc ! :reallypissed:

      • voltigeur voltigeur

        Bonjour Michel,
        Désolée, si j’ai été un peu vite, dans mon intro :) mais quand je reprends un
        article et qu’il est illustré, je reprends l’image avec.
        Merci à toi d’avoir explicité le texte de cette homélie et
        mes excuses aux croyants.. :angel:

      • No problem ! (Ce que c’est de pomper les dépêches brutes de fonderie, pas vrai ?) Mais la prochaine fois, le châtiment sera à la hauteur de l’incartade : il pourra consister, par exemple, à aller changer la couche d’Odette pendant que son papa discute le coup avec Angela et que sa maman est au cinoche. (Je sais : c’est terrible comme menace :pain: ; mais au moins, c’est dissuasif…):clown:

      • voltigeur voltigeur

        Mea culpa, mea maxima culpa!
        Pitié! pas la couche de Oh! Dette….. :)

    • Ah : là évidemment, vu la nature du texte, difficile de ne pas l’attribuer personnellement à Benoît XVI ! Cela dit, il y a le paragraphe 3… mais également les paragraphes 1, 2, 4, 5, 6, 7 et 8. Je précise cela, histoire d’éviter la délicieuse tentation d’extraire le mot ou la phrase qui fait tilt et de l’isoler de son contexte. Notons qu’à cet égard, on n’a attendu ni le Vatican (et ses pompes) ni les encycliques pour y céder : ça marche aussi très bien -depuis un bail- avec les seuls textes de l’Évangile ! (Qui n’a pas connu le coup de la paille et de la poutre, de la baffe sur la joue droite, et j’en passe ?…)
      Cela exprimé, le lien de VOYAGEUR nous dirige très exactement sur une homélie : soit, un texte dont la vocation est avant tout de nature spirituelle. Plutôt délicat de s’essayer à le réduire à quelque traité d’ordre géopolitique, mais passons. Bon : on sent bien ce qui peut faire tilt, en effet, dans ce fameux paragraphe 3. Citons entre autres : « Apparaissait l’exigence d’élaborer un nouvel ordre mondial politique et économique, mais… » (car il y a un « mais » !) « …, dans le même temps et surtout, spirituel et culturel; c’est-à-dire un humanisme renouvelé. » Maintenant, observons deux minutes ce qu’il y a APRÈS le « mais » : franchement, est-ce que cela ressemble beaucoup à un blanc-seing inconditionnel et une bénédiction apostolique accordés à des forces otanesques balançant des milliers de bombes sur un pays souverain et indépendant ? Je ne sache pas que même chez de parfaits mécréants, on considère que réduire des millions de civils en chair à pâté soit un moyen recommandable de « renouveler l’humanisme »…
      Un peu plus loin dans le paragraphe 3, nous avons : « Un nouvel ordre mondial économique et politique ne fonctionne pas s’il n’y a pas de renouveau spirituel, si nous ne pouvons pas nous approcher à nouveau de Dieu et trouver Dieu parmi nous. » (Encore une fois, il s’agit d’une homélie : il ne devrait donc pas être extrêmement choquant qu’on y cause de Dieu O:-).) Bref, s’il y a effectivement ce « nouvel ordre mondial économique et politique » qui peut légitimement faire tilt, il ne faut tout de même pas oublier qu’il est explicitement CONDITIONNÉ à un « renouveau spirituel ». Sinon, ça ne fonctionne pas : ce n’est pas moi qui l’écrit. Par ailleurs, j’ose espérer que je ne trahirai pas la pensée de Benoît XVI si, dans sa « nouvelle approche de Dieu parmi nous », je suppute qu’il ne songeait pas immédiatement à Wall Street, l’OTAN et autres machins supranationaux sans âme !

      En somme, attention aux mots. Rappelons que tout récemment encore, on nous a servi à tire larigot de la « démocratie », de la « libération », de la « mission de paix » et autres pommes exquises que Blanche-Neige n’aurait pas reniées (les marchands d’armes non plus…). Plus récemment encore, sans surprise l’affaire s’est soldée par l’instauration de la charia : pas sûr que tout le monde la prenne spontanément pour le prince charmant… :ghost:
      Maintenant, qu’il y ait des têtes qui, au Vatican, veulent du NWO, why not ? C’est même plus que plausible. Mais certainement pas dans l’esprit de cette homélie que nous indique VOYAGEUR ! Nous laisserons donc Benjamin Fulford du Dragon Blanc citer le pape si cela lui chante. Mais bon : le Dragon Blanc n’est pas le Vatican non plus, hein ? :-D

    • VOYAGEUR

      http://www.vatican.va/roman_curia/secretariat_state/2004/documents/rc_seg-st_20040929_lajolo-un_fr.html
       
      je maintiens que ça fait une plombe qu’ils veulent le NWO,
      le vatican s’exprime à l’onu, doc de 2004.

  • zoé

    C’est clair voyageur, ils le veulent de toutes leurs forces ! Et on y va droit ! Cela s’accèlère même ! Mais qui sera à sa tête …………………????????

  • brujitafr

    Des rumeurs annoncent que le Pape pourrait démissionner au mois d’avril prochain: l’arrivée prochaine du « faux prophète », le « dernier Pape »  ?

    http://www.brujitafr.fr/article-des-rumeurs-annoncent-que-le-pape-pourrait-demissionner-au-mois-d-avril-prochain-l-arrivee-prochain-96321125.html