L’UE envisage une recapitalisation de 108 milliards d’euros de ses banques

Décidément, ce n’est pas de chance pour les banques! Tout va très bien (Madame la marquise…) suivant ce qu’ils nous disent, et de l’autre coté c’est la recapitalisation des banques qui est réclamée! Et pas des moindres, 108 000 000 000 d’euros, 108 milliards!!! Les banquiers ont tendance à ne pas voir se coté là, un petit souci de vision périphérique? ;)

http://citizenkane.fr/wp-content/uploads/2011/09/banques.jpg

BRUXELLES – Les pays européens envisagent une recapitalisation de leurs banques à hauteur de quelque 108 milliards d’euros afin de leur permettre d’absorber les pertes substantielles qu’elles devront subir pour aider la Grèce, a-t-on appris samedi de source proche du dossier.

Au terme de plus de dix heures de réunions à Bruxelles, les ministres européens des Finances sont parvenus à un accord sur la recapitalisation des banques, a déclaré le Belge Didier Reynders.

Mais nous avons besoin de négocier avec le secteur bancaire, a-t-il ajouté, sans préciser les détails de cet accord.

Le Polonais Jacek Rostowski, dont le pays préside actuellement l’UE, a précisé qu’il allait transmettre des propositions de consensus aux chefs d’Etat et de gouvernement qui se réunissent dimanche.

Selon la source proche du dossier, un début de consensus s’est dégagé sur un chiffre de 107 ou 108 milliards d’euros, découlant d’un relèvement à 9% d’ici mi-2012 du seuil minimum de fonds propres dits durs à respecter par les établissements financiers.

Jusqu’ici, un montant compris entre 80 et 100 milliards était évoqué.

La recapitalisation, jugée nécessaire pour éviter la propagation de la crise de la dette, dépend étroitement de négociations menées en parallèle pour alléger substantiellement la dette grecque et pour renforcer le pare-feu de la zone euro: le Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Or, sur ces points, les tractations sont en cours et butent, s’agissant du FESF, sur un différend franco-allemand sur les modalités et les montants.

Selon la feuille de route des Européens, les banques devant se renflouer devront d’abord essayer de le faire par leurs propres moyens, ensuite si ce n’est pas possible faire appel à leurs gouvernements nationaux, et enfin en dernier recours au FESF.

L’Espagne insiste pour avoir un accord global, pas seulement sur la recapitalisation des banques mais aussi sur le renforcement du Fonds européen de stabilité financière, a expliqué une source diplomatique européenne.

Le ministre polonais a reconnu que les propositions sur la recapitalisation devaient faire partie d’un paquet global pour garantir la stabilité de l’économie européenne, notamment via un pare-feu vaste et crédible.

Or, concernant le renforcement de ce mécanisme, il reste du travail à faire, a convenu le ministre suédois Anders Borg.

Son homologue britannique George Osborne a abondé dans ce sens. Nous sommes parvenus à des décisions importantes pour renforcer les banques européennes, a-t-il dit. Il s’agit seulement d’une partie d’un ensemble global et donc il reste du travail à faire, a-t-il ajouté.

Au sujet de la dette grecque, les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d’accord vendredi soir sur une augmentation substantielle de la contribution des banques, sous forme d’une dépréciation de leurs créances, a annoncé leur chef de file, Jean-Claude Juncker.

Selon des sources diplomatiques, les ministres se sont entendus pour négocier avec les banques une décote d’au moins 50%, contre un objectif de 21% décidé le 21 juillet avec le secteur bancaire.

Un négociateur a indiqué à l’AFP que les tractations avec le secteur bancaire se passaient plutôt bien et que les gouvernements étaient confiants sur la possibilité d’aboutir à un accord.

La zone euro s’appuie sur un rapport de la troïka des bailleurs de fonds de la Grèce (UE, FMI et BCE) selon lequel les banques doivent accepter des pertes de 50% à 60% pour que la dette grecque soit viable.

Source: AFP via Romandie.com

4 commentaires

  • zaza

    le scénario de cette crise économique est aussi fin que les films hollywoo-yankees de notre époque. Dès les trois premières minutes tu as compris l’intrigue, et si tu n’es pas sensible aux effets spéciaux,  t’as plus qu’à bouffer du pop corn en attendant la fin du navet.
     

  • chafy

    ils fabriquent de l’argent comme des rouleaux de papier toilettes, c’est ding !!!

  • Gribouille

    Ce matin, sur France Inter, les banques annonçaient qu’elles n’avaient pas besoin d’être recapitalisées, et qu’elles pouvaient supporter un défaut de la Grèce. Donc que tout allait très bien pour elles, car la faillite de la Grèce, c’est au mieux un trimestre de profits des banques (j’imagine que des éléments de langage ont été apportés sur un plateau pour faire passer le message par les journalistes). 
    Comment comprendre, la décision de l’UE et la fin de non recevoir des banques ?
    En réalité, l’UE n’a pas ouvert le carnet de chèques, elle donne jusqu’à juin 2012 pour que les banques se conforment à certains ratios de fonds propres. D’ici là, les banques qui ne rentreraient pas dans les clous se verraient interdire de distribuer, dividendes à leurs actionnaires, et bonus à leurs dirigeants.

  • Bouffon

    Il va falloir gardé un œil sur l’inflation.