Moody’s donne un premier coup de canif à la note «AAA» de la France…

L’agence de notation se donne trois mois pour réévaluer la note française…

Les banques européennes connaîssent des plus bas historiques en Bourse. J. BRINON / AP / SIPA

L’agence d’évaluation financière Moody’s Investors Service a donné ce lundi un premier coup de canif à la sacro-sainte note «AAA» de la France, en annonçant qu’elle se donnait trois mois pour déterminer si sa perspective «stable» était toujours justifiée au vu de la dégradation de la situation économique. 

«Au cours des trois prochains mois, Moody’s va surveiller et évaluer cette perspective stable (de la note du pays), au regard des progrès effectués par le gouvernement pour mettre en oeuvre» les mesures annoncées de réduction du déficit budgétaire, souligne l’agence de notation dans un communiqué.

La France bénéficie actuellement de la meilleure note possible de la part de Moody’s (un «AAA»), comme de la part de ses grandes concurrentes Standard & Poor’s et Fitch Ratings. Cette note élevée lui permet d’emprunter sur les marchés dans des conditions très favorables pour financer ses déficits budgétaires.

Un abaissement à moyen terme

Si la perspective de cette note devait être revue à «négative», cela impliquerait que Moody’s serait susceptible de l’abaisser à moyen terme (le plus souvent à une échéance de trois à douze mois). Et la France deviendrait ainsi le nouveau grand pays, après les Etats-Unis, à perdre le précieux talisman financier.

L’agence prend bien soin de préciser que cet examen entre dans le cadre de son étude annuelle sur les comptes de la France et qu’il ne s’agit pas encore –à ce stade– d’une décision sur la note du pays. Mais elle est la première des trois grandes agences de notation à jeter ainsi une ombre sur le «AAA» français.

La semaine dernière, Moody’s avait encore confirmé la solidité de la note française, après l’annonce du plan de restructuration de la banque Dexia.

Outre la capacité du gouvernement français à tenir ses engagements budgétaires, Moody’s indique qu’elle prendra en compte dans sa réflexion «tout nouveau développement négatif de l’économie ou des marchés financiers» Dans son communiqué, Moody’s relève que la solidité financière du gouvernement français, certes encore très élevée, «s’est affaiblie, comme c’est aussi le cas pour d’autres pays de la zone euro, car la crise économique et financière dans le monde a conduit à une détérioration de ses ratios d’endettement, qui sont désormais parmi les plus faibles des pays notés ‘AAA’».

Conserver la confiance des investisseurs

Pour Moody’s, il est donc «crucial» pour la France de conserver «la confiance des investisseurs sur sa capacité et sa volonté de s’attaquer à des défis imprévus».

Or «la France pourrait faire face à un certain nombre de défis dans les mois à venir — comme par exemple la nécessité d’apporter un soutien additionnel à d’autres pays européens ou à son propre système bancaire, ce qui pourrait accroître de manière significative les engagements que doit supporter le budget du pays», note Moody’s.

«La détérioration des ratios d’endettement et la possibilité de voir apparaître de nouvelles dettes potentielles exercent une pression sur la perspective stable de la note ‘AAA’ du pays», souligne l’agence. Pour Moody’s, le gouvernement français a désormais moins de marge de manoeuvre (…) qu’en 2008» lors de la crise des «subprimes».

«La poursuite de l’engagement à mettre en oeuvre les mesures de réforme économique et budgétaire, ainsi que des progrès visibles dans les objectifs visés» en matière de réduction de la dette «seront importants pour maintenir la perspective stable» de la note du pays, prévient l’agence.

Importé par 20minutes.fr
VOIR AUSSI

La France promet de «tout faire» pour ne pas voir sa note dégradée

François Baroin n’a pas explicitement ouvert la perspective de nouvelles mesures d’austérité, comme l’avait fait le Premier ministre la veille, mais l’a laissé entendre car il juge l’objectif officiel de croissance pour 2012, 1,75%, « probablement trop élevé ». « Nous ferons tout pour ne pas être dégradés », a-t-il dit, ajoutant cependant que les éventuelles mesures prendraient garder d’éviter un basculement dans une récession. Le seuil fixé pour de nouvelles mesures est celui d’une croissance de 1,5%, a-t-il dit, comme François Fillon la veille.

Qu’est ce que ça va être en plus de ce qui est déjà en place……

11 commentaires

  • pokefric pokefric

    Bloomberg nous explique maintenant, et implicitement, que les deux stress tests précédents avaient été bidonnées et qu’avec le dernier, 66 banques européennes iront au tapis en cas de baisse des marchés, de Grèce et de grippe aviaire..
    Voltigeur et benji, plein de bonnes infos à développer aujourd’hui sur
    http://www.jovanovic.com/blog.htm

  • Bouffon

    Ouh la, ça va être dur la fin d’année, comme il peuvent pas rembourser la dette pour gardez le AAA, ils doivent agir sur les impôts et le budgets. Comme les exportations sont au plus mal, il va falloir faire un plan d’austérité digne d’un film d’horreur, comme l’Angleterre. Genre 400€ en moins par mois sur votre salaire… Dites adieu à votre AAA.

  • Gribouille

    Il sera intéressant, quand il s’agira de sauver les banques, quel camp la France choisira. Il est bien souligné que Moody’s s’inquiète de nouvelles dettes qui seraient contractées à cette occasion par la France. Nouvelles dettes qui remettraient en cause sa notation.
    Entre les banques et son triple A, la décision sera suivie avec intérêt. La France sauvera t-elle ses banques ? ou les laissera t-elle tomber au nom de la nécessité de ne pas déséquilibrer ses comptes publics et de conserver son triple A ?

  • domdom26

    voici un lien pour voir NOTRE HERO ANGLAIS NIGEL  s’en prendre a ses collegue du palement européen

    http://www.youtube.com/watch?v=msmcK5rTPrA&feature=player_embedded

    vidéo prise sur L’EXELLENT SITE DE NOTRE AMIS PIERRE JOVANOVIC …….. au faite allez donc y jettez un oeil il y a des choses VRAIMENT ENORME CETTE SEMAINE

    SALUT A TOUS

  • breizhjoker breizhjoker

    La seule qui propose la bonne solution pour ne pas devenir esclaves des banquiers c’est Marine LE PEN avec la sortie de l’Euro et le rétablissement de la Banque de France avec la capacité de prêter à l’État !!!
    Il n’y a pas d’autre solution !!!

  • Mathieu

    Pas besoin de sortir de l’Euro pour pouvoir de nouveau emprunter à la BDF. Il suffit de réviser les articles des traités par lesquels les Etats se sont interdits le recours à leurs banques centrales, organisant la mainmise des banquiers privés sur cette poule aux oeufs d’or…
    Quant aux agences de notation, qu’est-ce qu’on en a à foutre? Si on vote Hollande, la note sera dégradée?
    C’est les peuples, ou les agences, qui décident?

    • breizhjoker breizhjoker

      Il « suffit » de réviser le traité de Maastricht ?
      Parce que vous croyez que nous aurons l’unanimité des 17 pour le faire ?
      Vous rêvez !
      Nos dirigeants actuels ne le souhaitent pas, par idéologie, par lâcheté, par indifférence ou par intérêt …
       

  • Le crash financier est proche, si la note de la France baisse, c’est que nous touchons pratiquement à la fin de l’attaque des USA contre l’Europe, tous les pays doivent finir déclassés, franchement, ça sent très très mauvais tout ça…

    • breizhjoker breizhjoker

      Oui, d’autant plus que les dirigeants européens ne prennent pas les décisions qui s’imposent …
      Ils me font penser à la noblesse d’avant 1789 …