Primaires socialistes ,le point de vue d’un ancien conseiller à la Présidence de la République

http://www.fnj-npdc.com/wp-content/uploads/2011/08/parti-socialiste-rose-logo.jpg

Ces primaires socialistes ont quelque chose de déplaisant. Le déferlement de propagande sur les ondes de la radio et de la télévision est évidemment inadmissible au regard des valeurs démocratiques. Pourquoi ne pas donner aux autres partis, à l’UMP, aux écolos, aux centristes, au parti anticapitaliste, au FN et au PCF l’équivalent du temps accaparé par les socialistes c’est-à-dire un quasi monopole de l’actualité politique depuis dix jours? Que se passera-t-il si quinze partis décident de faire des primaires aux prochaines élections, les médias leur accorderont-ils à tous la même audience? Et alors que restera-t-il de la radio et de la télévision?

Mais surtout, ces primaires relèvent d’une logique redoutable. Soyons clair, la démocratie française est fondée sur le pouvoir du peuple, d’un peuple unique qui s’exprime par le suffrage universel . On n’a pas le droit de découper, de cloisonner, de scinder le peuple en fonction des affinités idéologiques. Il n’y a qu’un seul peuple et qui s’exprime comme un tout par le suffrage universel.

Faire appel à un électorat socialiste pour des élections limitées aux sympathisants socialistes signifie que le peuple se morcelle en catégories idéologiques, que les non sympathisants sont exclus du vote et que la division l’emporte sur l’unité nationale. Il n’y a plus un peuple français mais un peuple socialiste + un peuple UMP + un peuple écolo + un peuple communiste, etc qui ont vocation, chacun, à aller voter séparément de son côté pour désigner son candidat. C’est la remise en cause de l’unité du peuple français dans une sorte de communautarisme idéologique.

Rien n’est plus étrange que ce consensus général autour des primaires socialistes. Un vent de conformisme souffle, obligeant tout un chacun à approuver et à s’extasier: à gauche bien sûr, mais aussi à droite, Copé, Debré, Acoyer, Mme le Pen, Fillon, pour ceux que j’ai entendus… Ils devraient critiquer, dénoncer, au moins s’interroger; mais non, ils se confondent en admiration et s’émerveillent. Hallucinant, vous dis-je…

Maxime TANDONNET

Ref: maximetandonnet.wordpress.com

By: Gascon

Un commentaire