Gaspillage d’argent public pour l’hôpital de Corbeil Essonne

Voilà encore un exemple qui en dit long sur la gestion de l’argent public, et surtout sur les compétences de ces  entreprises à qui on octroie des marchés pour des sommes faramineuses et qui ne sont pas fichues de livrer un établissement de soins aux normes. Pourtant les interrogations étaient nombreuses, et ce depuis le début de l’année …….Pas moins de 8000 malfaçons relevées, c’est carrément dingue, et l’entreprise n’entend pas renoncer à ses loyers. (source audio RMC) Entre autres aberrations, des meubles en aggloméré dans les salles de réanimation, des réseaux de gaz médicaux non conformes, des portes trop étroites pour sortir les lits, des toilettes pour handicapés avec des marches, pas de biberonnerie en service néonatal, du matériel médical monté à l’envers. Un centre hôspitalier tout neuf et VIDE…………BRAVO!!!!

Le nouvel hôpital Sud Francilien qui va regrouper les sites de Courcouronnes et de Corbeil sur un territoire situé à Corbeil sera ouvert progressivement aux usagers théoriquement à partir du 17 mai 2011.

Il remplacera ainsi l’hôpital Louise Michel de Courcouronnes, et Gilles de Corbeil à Corbeil et regroupera en outre les lieux de soins de Yerres.

 

BEREZINA FINANCIERE

Pour le comité de défense de ses hôpitaux, remplacer des structures construites dans les années 70 constituent déjà un premier gâchis financier.
A ce gâchis, tout indique déjà que l’ouverture de ce nouvel hôpital ultramoderne et géant d’une superficie de 110 000 m2, avec 1017 lits, 20 blocs opératoires, 130 salles de consultation, risque très rapidement par se traduire par une double bérézina financière et humaine.   

Le milliardaire Serge Dassault, maître d’œuvre de ce projet, ancien Maire de Corbeil, homme influent du régime,  pour un hôpital qui un jour probablement portera son nom, souligne déjà : « quelques problèmes financiers qui son à résoudre », et pour cause…

D’un coût de construction estimé à 344 millions d’€, le prix global en y ajoutant la totalité des frais (construction, aménagement routier, mises en réseaux, déménagement, démolition ou réaménagement des hôpitaux actuels) dépassera d’après de nombreuses estimations plus d’un milliard d’€.

Les collectivités locales déjà étranglées financièrement par les réformes de l’Etat et la suppression de la Taxe Professionnelle sont largement mises à contribution, en particulier le département, et avec eux les habitants de l’Essonne au même moment où des moyens financiers manquent cruellement au conseil général pour intervenir dans le domaine social, qui est pourtant de sa compétence première.

La construction de cet hôpital a été confié à une société privé Heveil, filiale du groupe BTP Eiffage dans le cadre d’un partenariat public-privé malgré les fortes réticences du Conseil Constitutionnel qui dans un avis daté de 2003 estimait : « que généraliser ce type de construction serait contraire aux exigences constitutionnelles d’égalité et bon usage des fonds publics ».

Le remboursement de cette opération sera effectué par le biais d’un loyer annuel payé par le centre hospitalier qui prévu à l’origine à 30 millions d’€ est aujourd’hui fixé à 42 millions d’€, abondé au 2/3 par l’assurance maladie pour un coût total final de 1,2 milliard d’€ sur toute la durée du bail prévue initialement jusqu’en 2041 mais risque fort d’être repoussé. La société Heivel sera également responsable de la maintenance et de l’exploitation de ce bâtiment.

Un rapport de la chambre régionale des comptes d’Ile de France publié en juillet 2010 indique que « le recours à la maîtrise d’ouvrage publique financée par un emprunt aurait été une solution moins coûteuse, moins hasardeuse et surtout davantage maîtrisable », « une stimulation pour un emprunt de 344 millions d’€ sur 30 ans donne un coût final de 757 millions d’€, soit une économie de 550 millions d’€ ».

BERIZINA HUMAINE

Les 3000 à 4000 emplois dont la Direction a approuvé la suppression à l’Assistante Publique de la Région Parisienne sont un petit avant goût de ce qui attend les salariés de ce nouveau hôpital après la fusion des deux autres.

Aujourd’hui ce sont plus de 3000 personnes qui travaillent dans les  hôpitaux Sud Francilien, les prévisions données dans les dossiers de presse sur le nombre de personnes qui seront alors employées après dans cet hôpital unique est de 1500 précisément. Le « dégraissage »  sera massif, même si le chiffre annoncé est discutable et ne prend pas en compte sans doute toutes les données.

Ce sont des centaines d’emplois qui vont être supprimés, des dizaines de services fermés, des milliers d’usagers « éjectés » vers les cliniques privés, où qui ne recevront plus de soins. Le maire d’Evry a avoué que l’ouverture de cet hôpital de traduira également par le « siphonage » des emplois de tous les autres hôpitaux du secteur. Le regroupement envisagé pour tout le Sud de l’Ile de France des urgences uniquement vers l’hôpital sud francilien en est la malheureuse illustration.

Le déficit structurel de ce centre hospitalier est aujourd’hui de 15 millions d’€, auquel va s’ajouter le coût du surloyer à payer à Eiffage.

Gérard Vincent, délégué général de la Fédération Hospitalière de France a averti. « La masse salariale des hôpitaux représentent 68 à 70 % des charges, et reste la seule variante d’ajustement pour rester dans les enveloppes accordées ». Enveloppes qui de fait se réduisent d’année en année. La piste est tracée.

Pas sûr que salariés, usagers, élus acceptent ce scénario sans réagir.

Article actualisé le 7 février 2011

SOURCE

Cliniques privées : plus personne ne répond !

Le PPP ? (partenariat public privé)
Ce CHSF est le plus gros chantier sous étiquette PPP (Partenariat Privé-Public) avec une construction estimée à 344 millions d’€. Par un Bail emphytéotique hospitalier (BEH), la société Héveil devait assurer la conception, la construction et l’exploitation de l’ensemble hospitalier pendant 30 ans. En contre partie, le CHSF devait payer un loyer annuel de 38 millions sur 30 ans.

Les surprises
Nous apprenons par un article d’Essonne Info sous la plume de Lucie Manister, qu’à la remise des clefs en janvier 2011 de nombreux défauts de conceptions et de construction ont été recensés : 130 constats d’huissier, 8000 malfaçons. Celles-ci vont du flexible des douches trop courts, aux cabinets de toilettes pour handicapés avec marche, en passant par l’absence de biberonnerie en néonatalogie, le réseau Voix –Données-Images (VDI) inadapté, l’absence de purge dans les tuyauterie ; ce qui a entraîné la présence de bactéries. Etc , etc.

Conséquences
Le CHSF a été livré sans les normes règlementaires. Le coût des travaux supplémentaires va s’élever à 10 millions d’€. Ce qui contractuellement va faire passer le loyer de 38 à 42 millions d’€ par an, ce qui va représenter un coût global de 1, 2 milliard d’€ et un déplacement important des calendriers de transferts des services des hôpitaux de Corbeil et d’Evry.

Trouvé sur Lourdes actu, daté du 18 septembre 2011

5 commentaires

  • pokefric pokefric

    Les défauts de conceptions et de construction ne sont pas à la charge des entreprises ?

    • voltigeur voltigeur

      Avec la garantie décennale oui!! mais avec les magouilles en cours et à venir, je me le demande!!
      Payer un loyer de millions d’€ chaque mois pour un « truc » fermé…….
      Il faut tous les mettre en taule ces profiteurs, incompétents et escrocs !!! :(

  • pokefric pokefric

    Pff ça me dégoute mais à un point….
    Bonjour voltige certaines heures :D

  • VOYAGEUR

    faut pas s’étonner de voir dans quelle merde se trouve le pays, quand les mecs sont mêmes pas foutus de gérer au plus juste la construction d’un hosto.
    crindiou ! à ce point là, c’est tellement énorme, que c’est à se demander si c’est pas fait exprès !