Afrique: bientôt le nouvel Eldorado nucléaire?

L’information est très inquiétante! On a vu ce que pouvais donner le nucléaire en Ukraine ou au Japon (pour ne pas citer les problèmes non-officiels), imaginez ce que cela pourrait donner dans un pays chaud, très chaud qui aura du mal à refroidir le réacteur en cas de problème? Cela ne sera même plus une catastrophe nucléaire, cela sera une éradication des populations, et cela au nom de l’argent! Pessimiste? Si le nucléaire était une énergie d’avenir, cela se saurait non? Voilà néanmoins une futur source de revenus pour la France…

Riche en uranium, l'Afrique tentée par l'énergie nucléaire

Près des deux tiers de la population de l’Afrique subsaharienne vit sans électricité. Pour y remédier, plusieurs gouvernements africains se tournent vers le nucléaire, à l’heure où plusieurs pays européens comme la Suisse et l’Allemagne veulent débrancher leurs centrales atomiques.

Pour l’instant, seule l’Afrique du Sud possède une centrale nucléaire civile. Mais la situation devrait radicalement changer dans les deux prochaines décennies. Les gouvernement africains se tournent de plus en plus vers l’atome civil.

Les Etats d’Afrique ont leurs propres préoccupations, soit le développement du continent. Et pour cela, l’électricité est nécessaire.

Le Maroc ambitionne de faire son entrée dans l’énergie atomique en 2017 et la Namibie en 2018. Au Nigéria et en Égypte, les premières centrales électronucléaires devraient fonctionner d’ici à 2020. Le gouvernement kényan, de son côté a investi dans la construction d’un réacteur qui devrait produire 1000 mégawatts d’ici à la fin de cette décennie. Le Ghana, l’Angola, l’Algérie, la Tunisie et l’Ouganda envisagent aussi d’opter pour l’énergie nucléaire.

Même les nations les plus pauvres de l’Afrique comme le Burundi, la République démocratique du Congo et le Cap Vert ont fait un pas vers le nucléaire en rejoignant l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Sur le continent, l’Afrique du Sud reste le leader incontesté en termes d’énergie nucléaire : le pays veut construire d’ici à 2023 six nouvelles centrales et couvrir ainsi près d’un quart de ses besoins énergétiques.

« L’Afrique du Sud veut aussi exporter son savoir-faire dans la région », analyse David Fig, expert nucléaire sud-africain. Premier client, l’Algérie qui a décidé de confier à l’Afrique du Sud la création de deux réacteurs nucléaires.

Face à cette vague pronucléaire, le Sénégal semble bien isolé. Le pays d’Afrique de l’Ouest est revenu en arrière sur ses plans de construire une première centrale après la catastrophe du Fukushima au Japon. Au mois d’avril, le président Abdoulaye Wade a même soumis une résolution à l’Union africaine (UA) pour déclarer le continent « zone zéro nucléaire ». Mais ses chances de succès sont minces.

De l’uranium en abondance

Le combustible nucléaire est pour de nombreux pays africains -riches en matière première -le moindre de leur souci. Le continent regorge d’uranium. Le Niger, la Namibie et l’Afrique du Sud ont d’énormes gisements d’uranium qui représentent ensemble, environ 15% des ressources connues d’uranium dans le monde. Et beaucoup de leurs voisins extraient eux aussi ce métal radioactif.

Les risques engendrés par le nucléaire ne font guère l’objet de débats en Afrique. Combler le déficit énergétique passe en premier. Les risques de catastrophe nucléaire et le problème du stockage des déchets ne font pas le poids face aux promesses du lobby nucléaire de croissance économique et d’emploi.

La propagande pro-nucléaire est particulièrement acharnée, car le marché africain attise les convoitises des entreprises nucléaires, qui peinent désormais à vendre leur technologie dans les pays du Nord. La concurrence est rude entre les firmes russes, françaises et chinoises pour séduire les dirigeants africains. Pour David Fig :

« Les sociétés d’énergie nucléaire tentent désespérément de trouver de nouveaux clients et d’attirer les gouvernements africains avec des offres alléchantes ».

Pour faire son entrée dans le nucléaire, l’Afrique doit toutefois passer encore quelques obstacles. Avoir son réacteur a un coût, des milliards d’euros, que de nombreux gouvernements sans l’aide d’investisseurs étrangers ne peuvent se permettre. Mais la barrière la plus forte reste le manque de connaissances techniques. Entre deux cents et mille scientifiques et ingénieurs spécialisés sont nécessaires pour faire fonctionner une centrale nucléaire.

Or, moins de 10 000 personnes travaillent actuellement dans l’ensemble du secteur nucléaire en Afrique. « Il faudra encore longtemps avant que l’Afrique ait les compétences nécessaires », confie Tristen Taylor, expert en environnement à l’organisation Earthlife.

« Sans compter que la plupart des pays ne disposeraient pour l’instant même pas d’un réseau électrique suffisamment dense et puissant pour raccorder un réacteur. »

Un article de Kristin Palitza, publié par Rue89

Article relayé par le site Sauve la planète

9 commentaires

  • BARJABUL

    IL SEMBLERAIT QUE L’ALGERIE POSSEDE 2 CENTRALES NUCLEAIRE !!

  • Foued

    ‘Pour l’instant, seule l’Afrique du Sud possède une centrale nucléaire civile’
    Faut, l’Algérie en possède 2 aussi
    15 MWatt http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_d%27A%C3%AFn_Oussara
    1MWatt(R&D) http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Draria
     

  • Frank

    « Il faudra encore longtemps avant que l’Afrique ait les compétences nécessaires »
    Cette bonne blague !  Il suffit d’observer les pays du nord de l’Afrique (Maroc, Algérie, Tunisie, pour ne prendre qu’eux) et de voir avec quelle motivation les ingénieurs locaux fuient vers l’Europe, quand les ingénieurs européens vont vers l’Afrique (à cause des crises, la hausse du prix de la vie, la baisse ou la stagnation des salaires, y a le choix parmi les raisons probables) pour avoir un salaire meilleur.
    L’Afrique est une mine d’or (dans les 2 sens du terme) pour les secteurs de l’énergie, il n’est pas rare de trouver le même boulot (qu’en France par ex.) mais en Afrique, payé 3 fois plus. Travailler en plein milieu du désert, c’est dur pour certains, mais très rentable financièrement. On peut concevoir qu’un suédois n’arrivent pas à se faire au climat du Sahara…..On peut aussi concevoir qu’un méditerranéen préférera mettre sa vie privée de coté pour 10 ans, se ramasser une fortune, et revenir en Europe après.
    Et pour côtoyer des universités du Maghreb, je trouve effrayant de voir le nombre de diplômés qui sortent de là, avec des ambitions beaucoup plus importantes que les nôtres…..

  • Fantômette Fantômette

    Le petit Nicolas est allé en Afrique me semble t-il pour proposer des centrales nucléaires aux pays Africains, pas la dernière génération d’EPR, non, celles qui sont un peu moins « fiables » suffiront.
    Dans un autre registre, ça fait peur quand on voit que le survol, par des avions de lignes, du continent Africain est un des plus risqué de la planète. Non pas ce qu’ils ne savent pas faire mais parce qu’on leur vend des avions poubelle. C’est d’ailleurs le continent où il y a le plus d’accidents aériens graves.
    ça fait peur, oui.

  • mémé

    Ils n’ont pas assez de soleil pour faire du photovoltaïque ?

    • texcaltex

      Exactement!!! Si eux ne profitent pas de l’énergie solaire qui le fera???
      C’est dingue ça de continuer à mettre toute la planète en danger après ce qui s’est passé au Japon et en sachant que les problèmes de séismes s’intensifient.
      On dirait que Nicolas et les autres dirigeants inconscients croient pouvoir s’expatrier sur une autre Terre quand ils auront rendu celle-ci inhabitable…toit ça pour ce sale pognon.
      L’argent est le crottin du diable!! :twisted:

  • willy74150

    ils veulent vire comme nous peut on leurs reproché ? je dit que non !!! l’homme blanc a inventer le nucléaire faut pas l’oublier ! les pays Africain eux sont en harmonie avec la terre (ce qu’il en reste) ils on rien inventer de con comme nous !!! : voiture , nucléaire , machine à laver , frigidaire , ordinateur , conservateur , engrais chimique , colorant ect ect des millions de connerie qui ne servent à rien !!! le blanc a tout inventer les japonais aussi bien sur , maintenant on ne peu par leur reprocher de vouloir du courant pour l’eau courante , le frigo bien plus indispensable que chez nous ainsi de suite ! reste le refroidissement de ces centrales absolument impossible la bas quand on voit la quantité monstrueuse d’eau qu’il faut ! nous on a déjà des soucies de ce côté la depuis quelques années il me semble (top secret bien sur tout va bien) si la terre ne nous tue pas (je pense que si) le nucléaire aura notre peau de toute façon on est déjà échec et mat  :mrgreen:

    • texcaltex

      Qui leur reproche de vouloir accéder au confort??? Personne!
      Ce qu’on dit c’est qu’il est temps d’arrêter les conneries avec ce nucléaire..
      Ce n’est pas parce qu’on a été irresponsables qu’ils doivent s’empresser de faire la même chose, il y a d’autres moyens plus sûrs de produire de l’électricité.
      On doit se servir de l’expérience des autres afin d’éviter les catastrophes, il me semble non??? :wink:

  • Sylvain

    Un premier projet, avec des EPR, a été abandonné il y a quelques années. Espérons que ce sera la même chose. Pour un pays comme celui-là, riche de soleil et de vent, le nucléaire est une absurdité.

    D’ailleurs, la Commission de l’énergie d’Afrique du Sud a montré dans une étude du mois de mars 2011 que le nucléaire est deux fois plus cher que l’éolien ou le photovoltaïque.

    Le nucléaire est aussi beaucoup plus cher que le solaire thermodynamique avec stockage de l’énergie, qui permet d’avoir de l’électricité solaire la nuit comme le jour.

    Cité ici : http://energeia.voila.net/nucle/reacteurs_trop_chers.htm

    Mais l’industrie nucléaire a les moyens financiers et les commis voyageurs politiques pour exercer des pressions en sa faveur.