La religion des cons

Haaaa les belles paroles que voilà et qui résument bien la situation actuelle! Bien beau d’être un « fidèle » si c’est pour se faire autant manipuler tomber dans le premier piège venu! On en revient à « l’affaire du moment » qui occupe bien les gens et les médias, le pseudo-film islamophobe dont personne n’a vu la moindre trace concrète hormis une séquence de 15 minutes sur internet! Aussi réaliste que le premier bébé cloné des raéliens!!!

S’il y a bien une chose que partagent les croyants de toutes les religions, c’est la connerie ! Il faut me pardonner ce langage quelque peu abrupt (qui reviendra plusieurs fois), mais il y a un moment où les termes classiques ne suffisent plus pour exprimer cette insondable bêtise humaine qui consiste à défendre une religion censée prêcher l’amour universel par la haine des autres religions qui prêchent…. la même chose !

Ce qui est en train de se produire en ce moment dans le monde à propos des différentes obédiences religieuses montre à quel point les partisans de l’une ou de l’autre des religions n’ont rien compris aux messages délivrés par celles-ci, car le Dieu qu’ils croient pourtant tout puissant ne peut décemment être sensible à ce genre de preuves d’affection. Qui peut croire enfin qu’on peut s’offusquer d’une caricature d’un prophète dont l’image n’existe pas, qui peut croire qu’en brûlant un livre on entache la toute-puissance supposée d’un Dieu qui se doit d’être au dessus de ces enfantillages, qui peut croire qu’en attaquant un fonctionnaire d’Etat on puisse défendre une religion qu’on croit attaquée ? Lire la suite

Quand le Quai d’Orsay s’offre une exposition privée…

C’est la criiiise!…enfin!  avec l’argent des contribuables on peut se permettre des privautés. C’est Monsieur Fabius qui a fait voter l’ISF en omettant les œuvres d’art ( son papa est antiquaire, ceci explique peut être cela)..

Elie Delaunay Madame Georges Bizet en 1878 huile sur toile H. 1.05 ; L. 0.753 musée d'Orsay, Paris, France ©photo musée d'Orsay / rmn

 

< == Une des toiles en exposition

Selon le Canard enchaîné, le ministère des Affaires étrangères aurait fait installer neuf toiles de maîtres, dont deux Renoir, pour une exposition de trois mois et non accessible au public. Coût de l’opération selon l’hebdomadaire satirique: 85.000 euros.

En période de restrictions budgétaires, la nouvelle a de quoi surprendre.Dans son édition de ce mercredi 19 septembre, le Canard enchaîné révèle que le ministre des Affaires étrangères,Laurent Fabius, aurait fait installer neuf tableaux de maîtres dans des salons du ministère. Un prêt du musée voisin d’Orsay qui en aurait assuré le transport.Mais l’opération représenterait tout de même un coût de 85.000 euros, précise l’hebdomadaire satirique. L’exposition, qui doit durer un peu plus de trois mois et n’est pas ouverte au public, a en effet nécessité par exemple la mise en place d’un système de sécurité ainsi que la réalisation d’un livret explicatif des oeuvres.

Les relations privilégiées entre Laurent Fabius et le patron du musée d’Orsay, Guy Cogeval, sont mises en avant par le Canard enchaîné. Les deux hommes seraient ainsi deux grands amateurs d’art impressionniste et membres du conseil d’administration du Musée des impressionnismes de Giverny, dans l’Eure. « Depuis 2002, la loi empêche les ministères et autres bureaux d’Etat de bénéficier de dépôts à long terme d’oeuvres provenant de musées. Ils peuvent juste se meubler en empruntant – après déclaration dûment remplie – au mobilier national. Mais rien n’interdit, en revanche, des expositions temporaires », explique Le Figaro.

Cinq exemples des neufs tableaux exposés :

Madame Charles Max , Giovanni Boldini (1896)

Portrait de Madame Colonna Romano , Auguste Renoir (1913)

Madame Georges Bizet , Elie Delaunay (1878)

La Comtesse de Keller, Alexandre Cabanel (1873)

La Carmencita, John Singer Sargent (1890)

Voir l’article de La Tribune.fr relayé par Planete.fr

 

Gaz de Schistes : NON CE N’EST PAS FINI !

On ne va pas se priver du droit de faire circuler l’info….L’enfumage continue et on joue sur les mots..Merci à Folamour du site Crashdebug.

Si vous n'allez qu'à une seule manif dans votre vie, allez à celle-là.

Tract à imprimer et à reproduire ici. Merci.

A Paris, mobilisation au Trocadéro sur le parvis des droits de l’homme à 11h30.
http://www.stop-petrole-de-schiste77.com/

MERCI DE TRANSMETTRE A TOUS VOS CONTACTS

Pétrole de schiste en Ile-de-France : pourquoi le Bassin parisien est-il toujours en danger ?

Pourquoi est-il faux de dire que « la France ferme la porte aux gaz et huile de schiste » ?

Réaction des collectifs citoyens à l’annonce de François Hollande.

Paris, le 17 septembre 2012

« Gaz de schiste, c’est terminé ? ». C’est ce que le discours du Président de la République à la Conférence environnementale de ce week-end laissait croire. Pourtant, au-delà de l’effet d’annonce escompté, il n’a évoqué que le rejet des 7 demandes de permis en cours d’instruction.  Lire la suite

Une technique d’exploitation propre du gaz de schiste en vue ?…

Houla!! Pas de ça chez nous……. Il n’existe à ce jour aucune technique « propre » pour extraire le gaz et huiles de schiste! dixit la ministre de l’écologie Mme Batho, interviewée sur France Inter (oui je sais!!!!). Nous n’avons pas les grands espaces du Mexique ni de l’Amérique….Imaginons de telles infrastructures chez nous, même « propres »…des régions entières ravagées par ces verrues! Le nom de cette société, Chiméra Energy Cop est pour le moins bien trouvé.

La société Chimera Energy Corp a mis au point une technologie qui pourrait débloquer les choses en Europe en matière d’exploitation des gaz de schiste. Cette nouvelle technique permet d’extraire l’huile de schiste sans utiliser la fracturation hydraulique, c’est à dire sans les produits chimiques ajoutés à l’eau qui sont reprochés à la méthode actuelle.

L’extraction exothermique, voie d’avenir pour le gaz de schiste ? Lire la suite

Canular : la France n’a jamais livré de lapins génétiquement modifiés (OGM) à la Chine !…

Je reprends la dernière phrase de l’article de C.Noisette qui donne à réfléchir… Après la fausse annonce de la fabrication de chaussures en peau de raie transgénique qu’Inf’OGM a démenti, ce nouveau faux pas ne banaliserait-il pas l’existence de ces animaux génétiquement modifiés ?

Le mardi 18 septembre 2012, en première page du supplément « éco » du journal Le Figaro, un article mentionne l’envoi en Chine de 15 000 lapins génériquement modifiés (sic) : « Hycole, une société hexagonale basée dans le nord et spécialisée dans la reproduction et la sélection génétique, vient d’expédier 15.000 femelles modifiées et triées sur le volet, par avion-cargo et pour la modique somme de 82 000 euros ».

Cette information est immédiatement reprise par France Info.

Surpris par cette nouvelle, Inf’OGM a enquêté. En effet, à l’heure actuelle, aucun lapin transgénique n’est autorisé à la commercialisation.  Lire la suite

Une utopie anti-crise en Andalousie

C’est un article qui n’est pas des plus récent puisqu’il date du 21 aout mais qui mérite d’être lu, c’est plein d’espoir, de leçons de vies, et renforce mon intention de quitter cette ville pourrie qui est la mienne pour partir dans un coin de nature à la recherche d’un potager, d’une cage à poule, une petite maison et un puits! Merci à Nrico pour me l’avoir fait connaître via le forum des moutons enragés.

Osuna, Espagne - Juan Manuel Sanchez Gordillo (au centre) discute avec des activistes lors d'une action de protestation, août 2012

© AFP Osuna, Espagne – Juan Manuel Sanchez Gordillo (au centre) discute avec des activistes lors d’une action de protestation, août 2012

Marinaleda est une ville sans chômage et aux loyers modiques. Alors que la politique d’austérité bat son plein en Espagne, son maire, Juan Manuel Sanchez Gordillo, a pris la tête d’un mouvement de résistance populaire.

Juan Manuel Sánchez Gordillo a fait la une des journaux ces derniers jours après avoir mené une “expropriation forcée” de produits alimentaires dans plusieurs supermarchés, au côté de ses camarades du Syndicat andalou des travailleurs (SAT), pour les distribuer aux plus défavorisés. C’est dire si cet homme est un dirigeant singulier au sein de la classe politique espagnole. Anticonformiste, il a été critiqué pour ses dernières actions, y compris dans les rangs de la coalition de gauche Izquierda Unida [l’équivalent du Front de gauche français], dont son organisation, le Collectif uni des travailleurs-Bloc andalou de gauche, fait partie depuis 1986.

Sánchez Gordillo est un dirigeant historique du Syndicat des ouvriers agricoles (SOC), colonne vertébrale de l’actuel SAT. En outre, depuis 1979, il est maire de Marinaleda, une petite localité [de près de 3 000 habitants] de la région de Séville. Là, grâce à la participation et au soutien des habitants, il a lancé une expérience politique et économique originale qui a fait de ce village une sorte d’île socialiste dans la campagne andalouse. Lire la suite

« Divide ut regnes, stultorum » (partie 1: la politique)

Traduction du titre: « Diviser pour mieux régner, imbéciles ».

Allez-y, entretuez-vous, acharnez-vous à vous attaquer les uns les autres, défoulez-vous, si une guerre civile il doit y avoir un jour, vous ferez le ménage vous-même et ferez même partie de ce ménage. Pourquoi tout cela au fait? Pour une simple différence? D’origine? D’opinion? De politique? Ou d’équipe de foot? Ben oui, même pour le foot le pire est possible…

Jamais cette expression n’a eut autant de sens, jamais son pouvoir n’a été aussi grand et formidablement mis en pratique sur la planète! Mais pour bien comprendre celle-ci, pour en saisir toute sa saveur et sa teneur, quoi de mieux qu’une explication détaillée de celle-ci?

En politique et en sociologie, diviser pour régner est une stratégie visant à semer la discorde et à opposer les éléments d’un tout pour les affaiblir et à user de son pouvoir pour les influencer. Cela permet de réduire des concentrations de pouvoir en éléments qui ont moins de puissance que celui qui met en œuvre la stratégie, et permet de régner sur une population alors que cette dernière, si elle était unie, aurait les moyens de faire tomber le pouvoir en question. (Source Wikipedia)

Nous avons tous au moins quelque chose à reprocher à autrui et nous avons tous ce point commun, nous avons grandi sur cette planète, de ce fait, à différents niveaux, nous avons eu affaire au « système », une matrice à la Matrix qui dès le plus jeune âge s’est évertué à nous expliquer les règles, l’histoire (vraie ou remaniée), le pourquoi du comment, les problèmes et leurs origines, les solutions possibles, même si tout cela est totalement inconsistant, faux, de la pure poudre aux yeux qui n’éblouit pas que les plus naïfs, c’est généralisé. Mais penchons nous un peu sur ces différences puisqu’elles sont si importantes:

 

La politique:

Incontournable dans un tel sujet, la politique est à l’image du « diviser pour mieux régner« . En France, nous avons de nombreux partis politiques s’affichant de droite, de gauche, d’un extrême, d’un milieu, sachant que cela à tendance à se mélanger avec le temps puisque la gauche anti-raciste s’attaque elle aussi aux roms et en deviendrait par moments pour le coup plus à droite que la droite elle-même… En 2009 nous avions 230 partis politiques recensés dans le pays, des parlementaires, des non-parlementaires, des locaux ou/et des régionalistes, mais seulement quelques uns sont vraiment médiatisés, ce sont ces partis qui nous intéressent ici, ceux qui font des promesses à longueur de temps. Ces partis jouent un jeu dangereux mais qui fonctionne depuis des lustres, la langue de bois, également appelée ironiquement la novlangue! Lire la suite

Arte : Nestlé et le business de l’eau en bouteille…

Bien public, gain privé…

Une enquête édifiante sur trois continents qui montre comment la multinationale fait main basse sur les ressources en eau pour les vendre au prix fort.

Sur ARTE, mardi 11 septembre 2012 à 20:50

Rediffusions : 20.09.2012 à 15:00

Réalisateurs : Urs Schnell, Res Gehriger

 

Une enquête édifiante sur trois continents qui montre comment la multinationale fait main basse sur les ressources en eau pour les vendre au prix fort.

Comment transformer de l’eau en or ? Une entreprise détient la recette : Nestlé, multinationale basée en Suisse, leader mondial de l’agroalimentaire, grâce notamment au commerce de l’eau en bouteille, dont elle possède plus de 70 marques partout dans le monde (Perrier, San Pellegrino, Vittel ou Poland Spring aux États-Unis). Lire la suite

Alerte sur des gélules au plomb…

L’alerte est venue des Etats-Unis et depuis les autorités françaises s’en sont emparées. Des médicaments utilisés en diététique, fabriqués selon la technique traditionnelle indienne dite « ayurvédique », peuvent contenir du plomb et être dangereux pour la santé. L’Institut de veille sanitaire a décidé de lancer une opération de surveillance.

« Nous sommes en lien constant avec les centres antipoison qui vont tâcher, sur tous les cas d’intoxication qui leur arriveront, d’identifier précisément les produits responsables », indique le docteur Georges Salines, directeur du département santé-environnement de cet organisme. Lire la suite

Nicolas Baverez, cet économiste qui anticipe une guerre civile en France

Le discours est implacable et effrayant, et pourtant il y a cette logique qu’on ne peut que reconnaître… Quand un économiste nous explique qu’une guerre civile est possible en France, on peut le prendre pour un « doux dingue », mais ils se multiplient, et au fil de leurs analyses, tous en viennent à parler de guerre civile probable dans le pays. Un, cela va, quand ils sont plusieurs à faire le même constat, on peut commencer à s’inquiéter…

L'économiste et historien, Nicolas Baverez._
L’économiste et historien, Nicolas Baverez._ Crédits photo : Maurice ROUGEMONT/Opale/Maurice ROUGEMONT/Opale –

EXTRAITS – Dix ans après La France qui tombe, magistrale analyse des raisons du déclin français, Nicolas Baverez lance un nouvel avertissement. Comme à son habitude, il le fait sans chercher la polémique. Le constat qu’il dresse n’en est que plus glaçant.

Réinventer les modèles

La France, menacée de ne plus figurer parmi les dix premières puissances économiques mondiales, se trouve confrontée à des décisions et des enjeux déterminants. Son modèle économique ne génère plus de croissance. Son modèle social produit un chômage de masse et bloque la mobilité. L’Etat surendetté verra rapidement son financement atteindre des coûts prohibitifs, voire se tarir. La France n’est plus un leader européen mais un risque majeur pour l’euro et pour l’Union. Elle ne peut plus se sauver seule mais reste en mesure de détruire la construction communautaire. Les décennies de déclin tranquille appartiennent au passé. Sa poursuite entraînerait une brutale chute du niveau de vie qui déboucherait inéluctablement sur la violence politique et une guerre civile froide. La France se trouve ainsi devant l’alternative d’une thérapie de choc décidée et appliquée par elle ou d’un ajustement contraint sous la tutelle de l’Allemagne, de la Commission européenne et du FMI.

Après deux décennies de bulles, après cinq années de déflation larvée, l’heure est à la reconstruction ou à l’implosion, à la déflagration retardée façon années 1930 ou à la réinvention des modèles comme en 1945. Chacun devra faire ses choix et assumer ses responsabilités. Le temps est passé des stratégies indirectes ou des logiques floues qui ne font qu’aggraver les difficultés. Et les écarts se creuseront très vite entre les individus, les entreprises, les nations et les continents qui sauront se mettre en mesure de répondre à l’urgence et de s’adapter, et ceux qui décrocheront et se trouveront marginalisés. (…) Lire la suite

1 501 502 503 504 505 574