Scandale en vue : la cigarette électronique est menacée…

Les interdits se succèdent, et les rapaces sont à l’affut du danger que peut représenter pour leurs bénéfices, la cigarette électronique. Je vous avais proposer un article sur cette menace. Avec la loi sur l’interdiction de fumer dans les lieux public, je vous conseille de regarder ces deux vidéos, qui expliquent ce qu’est vraiment cette loi, et à qui elle va profiter. On le sais déjà, mais il est utile de le répéter et de le faire savoir. La bonne question à se poser, cigarette électronique avec 5 composants connus, ou cigarette « tueuse » et ses 4000 substances mortifères?? Merci à Pixal.

Lire la suite

Le « confidential memo », ou comment la crise financière mondiale a débuté

La merde dans laquelle vous êtes vient d’un petit message envoyé il y a 16 ans

Un contact dont je tairai le nom m’a fait lire le contenu du End Game memo – il s’agit d’un truc si fou et si diabolique que je ne n’arrive toujours pas à croire qu’il puisse être vrai.

Le Mémo confirme le fantasme le plus fou des conspirationnistes de tous bords : à la fin des années 1990, l’élite des fonctionnaires du Trésor américain complotait main dans la main et en toute discrétion avec une petite cabale de pontes du système bancaire afin de réduire en cendres les régulations financières à travers le monde. Quand on voit les chiffres du chômage en Espagne, le désespoir et la faim qui frappent la Grèce, les émeutes en Indonésie et la faillite de Detroit, un retour sur ce End Game memo s’impose, puisque ce document constitue la vraie genèse de l’horreur.

Le responsable du Trésor américain qui jouait à ce petit jeu secret avec les banquiers, c’est Larry Summers. Aujourd’hui, Larry Summers figure en haut de la liste de Barack Obama pour le prochain poste de président de la Réserve fédérale américaine, la banque qui tient le monde entier. Si ce mémo confidentiel était finalement authentique, alors Summers ne devrait pas être envoyé à la Réserve fédérale, mais plutôt dans un cachot réservé aux plus gros fils de pute, et pour longtemps.

Le mémo est authentique. Lire la suite

Bachar El-Assad : « La Syrie ne deviendra jamais la marionnette de l’Occident »

Nous connaissons tous à peu-prêt les positions des politiques qui souhaitent intervenir, ainsi que les différentes accointances avec d’autres nations pas toujours recommandables, mais qui donne réellement la parole au président Bachar Al Assad? Car avant de le condamner, peut-être pouvons-nous parler de « présomption d’innocence » non? Un argument sans cesse utilisé par les « droits de l’hommistes » de tout poil qu’ils ont également tendance à oublier quand cela les arrange.

Le quotidien russe Izvestia a recueilli une longue interview du dictateur syrien plus que jamais droit dans ses bottes. Intervention américaine, utilisation d’armes chimiques, relations avec la Russie, conférence Genève-2… En voici les principaux moments.
"Il ne faut pas être pour le terrorisme en Syrie et contre au Mali, le soutenir en Tchétchénie et le combattre en Afghanistan" - A Damas, Bachar El-Assad donne une interview au quotidien russe Izvestia. - AFP / HO / SANA « Il ne faut pas être pour le terrorisme en Syrie et contre au Mali, le soutenir en Tchétchénie et le combattre en Afghanistan » – A Damas, Bachar El-Assad donne une interview au quotidien russe Izvestia. – AFP / HO / SANA
Monsieur le président, la question d’actualité la plus brûlante aujourd’hui est la situation en Syrie. Quels sont les territoires qui restent sous le contrôle des insurgés ?Notre terre n’est occupée par aucun ennemi. Nous avons affaire à des terroristes qui pénètrent dans nos villages et la périphérie de nos villes. Ce sont des criminels qui tuent des citoyens innocents et détruisent des infrastructures. L’armée et la police tentent de les déloger des agglomérations, et de les anéantir. Ceux qui parviennent à survivre passent sur d’autres territoires et se joignent à d’autres bandes de criminels. Les combats ne cessent à cause du nombre impressionnant de terroristes qui débarquent en permanence sur le territoire de la Syrie. Chaque mois, ils sont des dizaines de milliers à affluer, et leur financement et leur armement depuis l’étranger ne se tarissent pas non plus.

Notre entretien va être traduit dans de nombreuses langues, de nombreux chefs d’Etat, dont certains sont vos adversaires, vont le lire. Que voulez-vous leur déclarer ?

Parmi les chefs d’Etat, il y a aujourd’hui de nombreux politicards, et peu de dirigeants. Le fait est qu’ils ne connaissent pas l’histoire et n’en tirent pas les leçons. Certains oublient même le passé très récent. Ont-ils appris quelque chose des cinquante dernières années ? Ont-ils seulement feuilleté les documents de leurs prédécesseurs qui ont perdu toutes les guerres depuis celle du Vietnam ? Ont-ils compris que toutes ces guerres n’ont apporté que destruction et instabilité au Proche-Orient et dans d’autres régions du monde ?

C’est précisément à ces hommes politiques que je voudrais expliquer que le terrorisme n’est pas un atout que l’on peut sortir de sa poche, l’utiliser comme bon vous semble, puis le remettre en place. Le terrorisme, c’est comme un scorpion qui pique n’importe quand. Lire la suite

Sur les cimes de l’obscurantisme

Voilà à quoi servent ces « clubs de réflexion »……

Titre original:

Sur les cimes de l’obscurantisme. Avec les nababs du Bildeberg.

Les observateurs de la montée en puissance de la globalisation ne cessent d’exprimer leur surprise devant la cuistrerie abyssale de cette nouvelle classe. Pourtant, les nouveaux riches ont toujours été ainsi: ils sortent du ruisseau et ne tiennent le haut du pavé qu’en descendant du trottoir. Il ne saurait en être autrement de la super classe mondiale directement issue des entreprises de « faux-monnayeurs », émergeant de sectes ou encore propulsée à partir du statut de domestique en livrée. Sa pensée vole au niveau des argousins. Un exemple mérite d’être rappelé.

Tous des terroristes

Le 31 mai 2007, les nababs du Bildeberg traînaient leur flegme et leur ennui du côté d’Istambul. Un de leurs saint homme, le dénommé Kissinger, accepta de prononcer quelques paroles devant une collection de pions interchangeables. Il déclara que pour le pouvoir américain, ce niveau indépassable de la perfection humaine, ce groupe de parfaits et d’élus, tous chargés de mission du bien en soi, on appelait terroriste toute personne qui rejetait le système international taillé à leur mesure.

Leur système international consiste à monopoliser les moyens de coercition. Il est composé de financiers avides d’exploiter tranquillement. Chez les gens civilisés, qui lisent Platon, on sait que le pouvoir n’est pas mauvais en soi. C’est l’homme qui peut être infâme. On en a régulièrement de nouvelles démonstrations. Le pouvoir global est tellement aliéné par ses obsessions de trafic qu’il n’arrive plus à percevoir sa propre aliénation. Ses membres entrent en délire, le fanatisme s’étend et chacun devient un terroriste aux yeux de ces vieux cornichons.

Un gang à la double morale Lire la suite

Les preuves de l’attaque chimique ont-elles été détruites? (Mise à jour)

© ap.

syrie Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a déclaré dimanche que les preuves d’une attaque chimique du régime de Damas en Syrie « pourraient avoir été détruites ».

« Le fait est que la plupart des preuves pourraient avoir été détruites », a dit M. Hague au cours d’une conférence de presse à Londres, quelques heures après le feu vert donné par le régime de Damas à une mission d’inspection de l’ONU dans la zone, près de la capitale syrienne, théâtre mercredi dernier d’une attaque chimique présumée.

« D’autres preuves peuvent avoir été endommagées au cours des derniers jours et d’autres peuvent avoir été trafiquées », a-t-il dit.

Dans le sillage de Washington, le ministre britannique a déploré que le régime syrien ait tardé à autoriser les experts de l’ONU à se rendre sur place, permettant la disparition de preuves. Lire la suite

Savants maudits, Chercheurs exclus

L’introduction de l’article à l’avantage de tout résumer en un minimum de mot, toute la tristesse d’une réalité à laquelle il est difficile d’échapper réellement sauf en optant pour le déni. Les dogmes et l’argent sont devenus sacrés, les remettre en cause sont devenus sacrilège, et de ce fait, il n’y a plus de vérité que celles qu’ils veulent bien nous montrer… Peut-être tout ceci vous incitera à fouiller un peu le sujet, à rechercher, à aller au delà et surtout à remettre en cause ce qu’on a bien voulu vous montrer…

Le documentaire de Pierre Lance, « Savants maudits, Chercheurs Exclus » relate les déboires Savants maudits_de certains scientifiques, pour la plupart méconnus, oubliés, attaqués en justice, ou encore volontairement décrédibilisés parce qu’ils remettaient en cause les dogmes et les croyances établis. Le profit conditionne désormais nos recherches et a remplacé le bien-être de l’humanité, la terre tourne t-elle encore rond dans le milieu scientifique ?

  • Paul Kammerer, biologiste autrichien, qui, en 1924, prouva par des expériences sur les salamandres l’hérédité des caractères acquis. Accusé à tort par des savants américains d’avoir falsifié le résultat de ses expériences, il fut « suicidé » par les nazis, car sa découverte ruinait le dogme de l’immuabilité génétique. Les savants occidentaux maintinrent le dogme, refusant de réhabiliter Kammerer.
  • Antoine Béchamp, professeur de toxicologie et de chimie médicale à la Faculté de Montpellier, qui découvrit l’élément primordial de la cellule vivante qu’il dénomma « microzyma ». Il démontra que celui-ci pouvait devenir bactérie ou virus et en déduisit le « polymorphisme bactérien ». Il dénonça l’erreur du monomorphisme de Pasteur qui entraînait la médecine vers la phobie du microbe et la négligence du terrain.
  • Jules Tissot, professeur de physiologie générale au Museum d’Histoire naturelle, qui confirma les thèses du précédent et en apporta les preuves par des photographies de haute précision de cellules végétales et animales. Il démontra que les organismes vivants, quand ils se dérèglent, produisent eux-mêmes bactéries pathogènes et virus. Il fut victime, comme Béchamp, de la conspiration du silence entretenue par les pasteuriens.
  • René Quinton, scientifique autodidacte, qui découvrit la similitude de notre milieu intérieur et de l’eau de mer. Il acquit en 1906 une célébrité mondiale en sauvant, par l’injection d’eau de mer isotonique, des milliers d’enfants atteints du choléra et il démontra que la transfusion d’eau de mer pouvait remplacer la transfusion de sang. Salué au début du XXe siècle par la presse américaine comme le « Darwin Français », il a été totalement effacé de notre culture.
  • Marcel Ferru, professeur de sciences fondamentales, titulaire de la chaire de clinique médicale infantile à l’École de Médecine de Poitiers, qui démontra l’inefficacité et la nocivité du vaccin antituberculeux BCG. Il lutta énergiquement mais sans succès contre son obligation légale adoptée en 1958. ( La France est le seul pays d’Europe où ce vaccin nocif est encore obligatoire. ) Lire la suite

Cameron et Obama ont dit oui à une intervention en Syrie

C’est fait, c’est tombé, ils vont intervenir! Se basant sur des faits non-prouvés au sujet de l’utilisation de gaz chimique en Syrie, « l’empire » qui voulait renverser Al Assad avant de s’attaquer à l’Iran va donc intervenir, alors que jusqu’à présent, chaque info pointait les responsabilités vers les rebelles, aidés, financés et entrainés par les USA, Israël et les pays du golfe. Je vous laisse seuls juge des conséquences que cela implique, surtout si on prend en compte le fait que la Russie va augmenter sa présence en mer Méditerranée.

David Cameron et Barack Obama ont convenu la nuit dernière d’entreprendre une action militaire contre la Syrie suivant le Sunday People.
Le président américain a scellé l’affaire durant un appel téléphonique de 40 minutes au Premier ministre Cameron, David-Cameron-and-Barack--010en vacances à Cornwall. Les deux dirigeants ont convenu que le tyran syrien Bachar al-Assad était responsable de l’utilisation d’armes chimiques contre des enfants. M. Obama et M. Cameron discuteront des options militaires dans les prochains jours. sic…

« Le Premier ministre et le président se penchent maintenant sur toutes les options. »

Les forces Assad ont hier bombardé la zone de l’attaque gaz neurotoxique pour détruire les preuves.
sic…
La télévision d’Etat syrienne a affirmé que des soldats patrouillant dans la banlieue de Damas Jobar avaient trouvé agents d’armes chimiques dans les tunnels rebelles.
Lire la suite

Juppé appelle à une intervention en Syrie

Le gouvernement d’Assad nie avoir utilisé de telles armes et il n’y a  aucune véritable preuve de la responsabilité de ce gouvernement dans une telle attaque, mais ce n’est pas grave pour Alain Juppé qui parle déjà à intervenir dans ce conflit à côté des rebelles! Mais on n’en attendait pas moins du gouvernement français…

Plusieurs voix se sont élevées depuis mercredi pour dénoncerh-20-2422612-1299083219 l’utilisation probable d’armes chimiques lors des bombardements de mercredi sur la banlieue de Damas. Mais pour l’heure, les capitales occidentales sont dans la condamnation verbale. En cause : l’impasse des discussions à l’ONU, en raison des positions de Moscou et Pékin. Sur son blog, Alain Juppé appelle à « s’affranchir des blocages onusiens » et à « aider militairement la résistance syrienne.

« Innommable. » C’est le mot choisi par Alain Juppé sur son blog pour qualifier les bombardements de mercredi en Syrie, probablement réalisés à l’aide d’armes chimiques. Mais l’ancien ministre des Affaires étrangères estime que désormais « les mots ne suffisent plus à nommer ce qui se passe en Syrie ». Un constat qui résonne alors que les puissances occidentales, paralysées à l’ONU par les positions russe et chinoise, n’ont pu faire que condamner les attaques perpétrées par le régime syrien.

Une situation qu’Alain Juppé appelle à dépasser. « Il faut aujourd’hui s’affranchir des blocages onusiens et aider militairement la résistance syrienne », juge-t-il. « Je sais bien que le Conseil de sécurité est bloqué par le veto des complices du régime syrien, Russie en tête. Je sais que le respect de la légalité internationale, c’est-à-dire l’autorisation dudit Conseil préalablement à tout emploi de la force, est un principe de base de notre diplomatie. Mais il n’est pas besoin d’invoquer Antigone pour se souvenir qu’il existe des lois non écrites qui l’emportent sur le droit positif », ajoute-il. Lire la suite

La réserve fédérale des Etats-Unis empêche l’Allemagne de rapatrier son or

« Qui détient les plus grosses réserves d’or du monde? Selon les dernières données du World Gold Council publiées août 2013, les banques centrales des différents pays qui déclarent leurs avoirs conservent dans leurs coffres près de 31.910 tonnes d’or. La zone euro, si on y inclut les réserves de la BCE, détient à elle seule 10.783 tonnes du précieux métal ». Ok, l’article pointé ci-dessus est intéressant mais avec des données officielles! Les USA seraient ceux qui détiennent le plus gros stock à Fort Knox, seul petit souci, si les USA avaient encore autant d’or, pourquoi avoir demandé à l’Allemagne d’attendre plusieurs années pour récupérer son or? Mais si un débat devait être lancé ici sur les stocks d’or, il faudrait également s’intéresser à celui de la France, en partie dilapidé par Sarkozy pour sauver le dollar…

Les Etats-Unis refusent de rendre l’or que l’Allemagne a mis à l’abri dans la Réserve Fédérale des USA et a, par ailleurs, empêché les représentants allemands de visiter le coffre de la Banque Centrale de ce pays pour vérifier l’état des tonnes d’or entreposées.

La méfiance par rapport au dollar ORpourrait s’intensifier après que la Bundesbank allemande ait demandé le rapatriement de son or entreposé dans la Réserve Fédérale des États-Unis, mais que Washington ait refusé de le faire avant 2020.

L’agence d’information russe, RT, a publié que les représentants allemands se sont vus refuser le permis de visiter le coffre de la Banque Centrale des États-Unis.

« L’Allemagne, qui y a entreposé près de la moitié de ses réserves en or, a de bonnes raisons de s’inquiéter. En général, les institutions financières des USA sont connues pour vendre ce qui n’existe pas réellement », écrit RT sur la publication de son portail Web.

Ils citent l’exemple de 2012, lorsque la banque Goldman Sachs vendait des certificats d’or en assurant qu’ils étaient garantis par l’or authentique de ses coffres. Cependant, comme cela s’est su par après, il n’y avait pas d’or dans ces coffres, et la banque travaillait sur base d’un système de réserve fractionnaire, en supposant que peu de dépositaires exigeraient de récupérer leur or. Lire la suite

Syrie: les rebelles épaulés par la Jordanie, les USA et Israël

Faut-il vraiment être étonnés d’apprendre qu’ils sont du côté des rebelles? Et bien sur, la plupart des pays vont suivre comme des toutous car on ne va pas à l’encontre de ceux qui se considèrent comme « les maîtres du monde » du haut de leur orgueil, quitte à déclencher une guerre comme il y en a eut peu sur cette planète, quitte à multiplier les morts civiles et la dévastation… Rien de bien nouveau donc.

bachar-al-assad-salut-president-syrie

INFO LE FIGARO – Selon nos informations, des opposants au régime, encadrés par des commandos jordaniens, israéliens et américains, progressent vers Damas depuis mi-août. Cette offensive pourrait expliquer le possible recours du président syrien à des armes chimiques.

S’il est encore trop tôt pour pouvoir écarter catégoriquement la thèse défendue par Damas et Moscou, qui rejettent la responsabilité du massacre sur l’opposition syrienne, il est d’ores et déjà possible d’apporter des réponses à une troublante question. Quel intérêt aurait eu Bachar el-Assad à lancer une attaque non conventionnelle au moment précis où il venait d’autoriser des inspecteurs de l’ONU – après les avoir bloqués pendant plusieurs mois – à enquêter sur l’utilisation d’armes chimiques?

Une logique opérationnelle d’abord. Selon les informations recueillies par Le Figaro, les premiers contingents syriens formés à la guérilla par les Américains en Jordanie seraient entrés en action depuis la mi-août dans le sud de la Syrie, dans la région de Deraa. Un premier groupe de 300 hommes, sans doute épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, ainsi que par des hommes de la CIA, aurait franchi la frontière le 17 août. Un second les aurait rejoints le 19. Selon des sources militaires, les Américains, qui ne veulent ni mettre de soldats sur le sol syrien, ni armer des rebelles en partie contrôlés par les islamistes radicaux, forment discrètement depuis plusieurs mois, dans un camp d’entraînement installé à la frontière jordano-syrienne, des combattants de l’ASL, l’Armée syrienne libre, triés sur le volet. Lire la suite

1 418 419 420 421 422 512