La petite pub d'Areva: souriez c'est vous qui payez!

On paye déjà pour le nucléaire qui est loin, très loin d’être une énergie propre, que deviennent les déchets à votre avis? Recyclés? On ne peut pas recycler des déchets qui restent de toute manière radio-actifs, c’est comme croire les marabouts qui vous transforme de la merde en billets, pareil, c’est juste une manière de présenter les choses pour que cela passe au mieux auprès du public. En nous avons Areva qui vous vend du nucléaire, et sa jolie campagne actuellement diffusée à la télé a été payée avec…..nos sous! Tant qu’à faire…


Pour fêter ses 10 ans, Areva, le géant français du nucléaire, a décidé de se faire plaisir. Et sans lésiner sur les moyens ! Depuis le 15 janvier, pas moins de 1.500 spots déferlent sur 30 chaînes de télé. Le contribuable français sera ravi d’apprendre qu’il participe à cet anniversaire. L’État, actionnaire à 90% d’Areva, met la main à la poche pour la diffusion de cette « nouvelle prise de parole publicitaire » (sic), qui a coûté la bagatelle de 15,5 millions d’euros.

15 millions d’euros, c’est le montant que « les candidats à l’élection présidentielle étaient autorisés à dépenser avant le premier tour » en 2007, rappelle le journaliste Hervé Kempf. De quoi s’assurer une belle autopromotion ! Les publicitaires d’Euro RSCG, l’agence en charge de la réalisation du clip, s’en sont donnés à cœur joie pour cette superproduction [1], digne du cinéma hollywoodien.

La vie made in Areva

Lire la suite

Uderzo n'est plus le créateur d'Asterix

Quand le fisc et donc le gouvernement doit trouver de l’argent pour payer les salaires du gouvernement, « Air Sarko One » (alors qu’un Cesna aurait suffit vu la taille de l’intéressé…), alors on tombe bien bas! Uderzo n’est donc administrativement plus le créateur d’Asterix, juste l’illustrateur, et fiscalement, il y a une différence entre « créateur » et « illustrateur », une différence qui risque de lui couter 200 000 euros! Une question alors? Qui a créé Asterix?

Le créateur d’Astérix doit plus de 200 000 euros aux impôts. L’administration fiscale considère qu’il n’est que l’illustrateur et non le créateur du fameux Gaulois. D’où un redressement fiscal.

Le 27 décembre dernier, Albert Uderzo, créateur d’Astérix, a reçu une lettre de l’administration fiscale. Ce courrier lui indique qu’il est sous le coup d’un redressement fiscal. Motif : Albert Uderzo n’est pas le créateur d’Astérix, mais l’illustrateur. Or, l’imposition n’est pas la même pour ces deux métiers. On peut dire que le ciel est tombé sur la tête d’Albert Uderzo.

Lire la suite

Compétitivité : Paris lance des pistes pour réduire l'écart

Avant de s’aligner sur l’Allemagne, il faudrait donner à tous les possibilités qu’offre l’Allemagne, les Allemands ne tuent pas la créativité, ils l’encouragent! et il y a des tas d’initiatives pour booster la compétitivité! ici créez et vous serez sur-archi-taxés….et coulés
Alors jalouse la France, de l’essor de l’Allemagne??
Regardez les fondements qui font la croissance, monsieur le sinistre (non ce n’est pas une faute d’orthographe!), ne regardez pas d’un œil gourmand, la réussite de nos voisins, c’est votre politique insensée du tout taxer à outrance,  de paupérisation qui est responsable! , prendre le travail comme source de profit, au lieu de le prendre comme source de richesses, ajoutez un zeste de délocalisation, et on voit le résultât.
Il n’y a pas d’égalité des chances chez nous! chez eux OUI!

Le ministre va soumettre ses propositions à partir de début février à la Conférence nationale de l'industrie. AFP/SEYLLOU

Dans la foulée d’un rapport soulignant la divergence des coûts salariaux et proposant un « pacte de compétitivité industrielle » en France, le ministre de l’industrie français, Eric Besson, a ouvert jeudi 20 janvier le débat sur les moyens de réduire l’écart de compétitivité avec l’Allemagne.

Une étude réalisée par l’institut Coe-Rexecode montre en effet que le différentiel négatif de compétitivité avec l’Allemagne est « un phénomène nouveau », remontant au début des années 2000, et qu’il « s’accroît » avec des risques pour l’industrie française, a souligné M. Besson. Outre des facteurs structurels anciens, ce décrochage est « lié à une divergence significative en matière de coûts salariaux » entre les deux pays.

Les vingt mille entreprises françaises qui exportent vers l’Allemagne représentent 16 % des exportations françaises, mais le solde des échanges de marchandises s’est creusé pour atteindre aujourd’hui 200 milliards d’euros, soit 10 % du PIB français. « Dans la dernière décennie (…), la France a perdu le seul avantage comparatif qu’elle avait par rapport à l’Allemagne, d’avoir des prix en moyenne moins élevés », a confirmé le président de Coe-Rexecode, Michel Didier.

Cette évolution est d’autant plus préoccupante que l’Allemagne est « notre principal client, notre principal fournissseur, notre principal partenaire et notre principal concurrent », a souligné M. Besson.
source

Plus d'un tiers des français contre l'euro

Ils sont 35% officiellement à être contre l’euro et à vouloir revenir au franc, pas une bien grande surprise en sommes, l’euro est fini, cette monnaie est en train de siffler sa propre oraison funèbre, et parmi les personnes qui soutiennent cela, nous avons en vrac: Joseph Stiglitz prix Nobel d’économie, François Asselineau, président de l’Union Populaire Républicaine, Christian Saint Etienne qui est économiste lui également:

Plus d’un tiers des Français souhaitent que la France abandonne l’euro au profit du franc, mais cette option est en léger recul par rapport au printemps dernier, au plus fort de la crise de la dette, selon un sondage Ifop à paraître vendredi. D’après cette enquête menée les 10 et 12 novembre, 35 % des personnes interrogées souhaitent que « la France abandonne l’euro et revienne au franc ». Elles étaient 38 % en mai.

Une majorité d’ouvriers (52 %) et la moitié des employés appellent désormais de leurs voeux une sortie de la zone euro. À l’inverse, seuls 15 % des sondés des professions libérales et des cadres supérieurs y sont favorables.

Lire la suite

L'UMP veut mettre au chômage 80% des fonctionnaires

Il y a des infos qui font mouche, d’autres qui font mal. Il y en a qui sont catastrophiques, d’autres tout simplement apocalyptiques. Souvenez-vous de ce que j’avais dit au sujet de la France dans l’article les milices privées aux USA, voici mes mots exacts: « Cela confirme bien qu’actuellement il y a une vague de privatisation de tout et n’importe quoi, on appelle cela le capitalisme. Le service actuellement complètement détruit aux USA, les effectifs de police comme de pompiers sont disloqués, et cet exemple de milices privées en est un bon exemple, avec les risques qu’il peut y avoir: manque de formation, dérapages en tout genre, etc…Ceci va arriver en France, c’est une garantie, préparez-vous y!!! »

Nous y sommes, le gouvernement à déposé une loi pour supprimer le statut de la fonction publique à 80% des personnels ! Demain, tous chômeurs! Faites des réserves et bougez bordel!!!!!

Communiqué de l’UNSA Finances et Industrie : «Après les déclarations de M. JACOB, COPE et compagnie sur la volonté de supprimer la garantie de l’emploi dans la Fonction Publique, l’UMP met ses menaces à exécution en déposant une proposition de loi voulant réduire à la portion congrue les bénéficiaires du statut de fonctionnaire.

Cette proposition, consultable sur le site de l’Assemblée Nationale (1), a été déposée le 13 janvier 2011 par M. MANCEL, mentor de M. WOERTH dans les années 90.

L’exposé précise qu’une « telle mesure viendrait renforcer la volonté de rationalisation des dépenses de l’État ». En d’autres termes : ça permettrait de licencier à tour de bras au lieu de se limiter au non remplacement d’un départ sur 2.

Par ailleurs, la volonté serait d’offrir des passerelles entre public et privé. Il est évident qu’il s’agit de faciliter la privatisation de secteurs entiers grâce à la tristement célèbre méthode France Télécom (même droit d’option pour ceux en place, droit privé pour les entrants).L’UNSA Finances et Industrie s’insurge contre cette nouvelle attaque visant la Fonction Publique. Lire la suite

Bientôt la fin des retraites

Alors que la France grondait au sujet de la réforme des retraites, j’annonçais de partout qu’il n’y aurait plus de retraites d’ici là et que nous pouvions être tranquille, le problème sera réglé très prochainement! Beaucoup se moquaient de moi, peu me croyaient malgré les infos que nous donnions Voltigeur et moi dont dans ce sujet: ce que cache la réforme des retraites (infos également disponibles via cet article), mais voilà que petit à petit cela se confirme. Petit indice donnée peu après la création de ce blog, des retraites qui ne sont plus versées par la CRAM pour ceux qui bénéficiaient de leur retraite via cet organisme.  L’article nous parle ici initialement d’un autre continent qui actuellement est en train de chuter malgré les illuminés économistes qui nous ressassent que la reprise est là (haaa que de belles paroles, si seulement c’était vrai…), mais nous ne seront pas épargnés, l »état empruntant chaque mois pour verser des retraites et même des salaires!!!

 

Fonds de pension en voie d’extinction

Par François Marginean

Le scénario était pourtant simple: le travail pendant une quarantaine d’années pour en arriver en fin de parcours à la retraite. Question d’assurer un certain revenu minimal durant ses vieux jours, la plupart des travailleurs ont dû cotiser pendant toute leur vie à un fonds de pension. Jusque-là, ça va. Le hic, cependant, c’est que les travailleurs qui arriveraient normalement à leur retraite risquent d’y parvenir les mains vides. Les fonds de pension disparaissent plus vite que neige au soleil alors des hordes de nouveaux retraités arrivent à la caisse pour réclamer leur dû. À partir du 1er janvier 2011,  plus de 10 000 Baby Boomers vont quotidiennement atteindre l’âge de la retraite de 65 ans. Cela continuera de se produire à chaque jour pour les 19 prochaines années.

Lire la suite

Le hold-up des pseudos-socialistes

C’est le jour dirait-on! Ce n’est pas le premier article que je met aujourd’hui sur les socialistes, hasard du calendrier et surtout de mes flux RSS. Donc nous avons ici un texte qui ne fait ni dans la dentelle, ni dans la poésie, il accuse, colle au mur, épingle, fait plutôt mal et est très incisif. Je ne le valide pas, ne le nie pas son contenu, je vous le propose juste car ce brulot peut en intéresser plus d’un, j’attends vos opinions. ;)

Juste pour info, il est un tout petit peu…interminable, mais la lecture est intéressante.


Vache à lait

LE HOLD-UP DES PSEUDO-SOCIALISTES SUR LA FRANCE

Des socialistes ? NON ! des « pseudo-socialistes ».

Le parti socialiste est depuis le congrès d’Epinay le refuge politique des manipulateurs.
Il a été infiltré par des leaders qui n’ont aucune conviction politique personnelle mais qui savent très bien que la volaille de gauche est facile à plumer avec des professions de foi bien senties, des discours de complaisance et une bonne dose de populisme.
Ralliés à Mitterrand, ce sont des « pseudo-socialistes », souvent sortis de l’ENA, qui rêvent de faire de la France une Enarchie, pour leur unique profit. Ils ont été ses complices et sont maintenant à la tête du parti.
Mitterrand a été un maître et nos éléphants actuels auront du mal à faire mieux.
Comme nous le savons, sa soif de pouvoir était énorme et son ego plus extraordinaire encore.
Une fois élu, sa réélection et en filigrane l’élection de ses amis, étaient ses principales préoccupations.

Lire la suite

Si le PS passe en 2012, ça sera……

Non seulement ce n’est pas moi qui le dit mais Jack Lang, mais en plus je ne vais pas dire le contraire au vu de tout ce qu’ils ont fait durant 14 ans dans le pays, et cette déclaration n’engage que moi! (Faut bien rire un peu, avec tout ce qui est dit sur le blog…). Bref, la vidéo est magnifique tant le lapsus est beau!!!


Lire la suite

Les impôts en France seraient injustes

Vous êtes étonnés? Quand on voit suivant l’article que la « France d’en bas » (quelle expression affreuse, vraiment!) paye proportionnellement plus d’impôts que la France de ceux qui ont « les bras longs et le porte-feuille ouvert », on comprend vite qu’il y a un gros problème…

Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez publient un livre et mettent en ligne un site pour dénoncer l’injustice du système fiscal français.

 

La tranche la plus élevée d’impôt sur le revenu est relevée de 40% à 41%, pour financer la réforme des retraites.Un coup de rabot de 10% est prévu sur des niches fiscales permettant de réduire l’impôt sur le revenu en faisant un choix d’investissement. Sont par exemple concernés le crédit d’impôt sur les équipements en faveur du développement durable, la réduction d’impôt au titre de certains investissements outre-mer ou de l’investissement locatif dans le neuf (dispositif « Scellier »).La réduiction d’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sera ramenée de 75 à 50% pour l’investissement direct ou indirect d’un particulier dans une PME, dans la limite de 45.000 euros.
REUTERS/Charles Platiau

Les cartes de crédit prépayées arrivent

Elles arrivent et permettrons aux « interdits bancaires » comme aux adolescents d’avoir une carte bancaire pour retirer au guichet comme pour payer un resto. Mais attention, si la vie est belle pour tous ces petits services qu’on nous propose si généreusement, il y a bel et bien une petite arnaque là dessous! Déjà, présenté comme cela on peut penser que c’est un magnifique moyen de blanchir de l’argent pour ceux qui ne connaissent pas le sens du mot « déclaré », mais la ces frais sont plutôt énormes, cela va de 2% à 7% de la somme payés, et 1 euro/retrait dans un distributeur. Vous payez pour tout, vous allez pouvoir le faire encore pour ces cartes!

Des cartes bancaires prépayées seront bientôt en vente chez les buralistes. Approuvez-vous ce concept?

 

Un distributeur de la Banque Postale à Paris.
Benoit Tessier / Reuters

Une carte de paiement accessible aux interdits bancaires comme aux ados? La carte prépayée va s’installer sur l’ensemble du territoire français, après avoir été testée en Corse pendant près de deux mois. Pour l’obtenir, inutile de prévoir des piles de justificatifs, ni même d’avoir un compte bancaire. Vide, elle coûte entre 8 et 15 euros et s’achète chez un buraliste, une station service ou un point presse. Il suffit après de la charger (de 10 à 500 euros) par chèque, virement ou espèces. La carte permet, comme n’importe quelle carte bancaire, de retirer de l’argent au guichet et de payer dans les commerces.

Attention néanmoins aux frais: les recharges de la carte sont facturées entre 2 et 7% du montant versé. Certaines de ces cartes prélèvent aussi 1 euro retrait au guichet.

Source de l’article et article complet: lexpansion.com

1 946 947 948 949 950 958