Climat : Deux ans d’absence … et pour cause, par Eaglefather…

Rapport d’étude. État des lieux sur le climat…

Pixabay

Comme vous le constaterez il y a un certain temps que je n’y ai plus apporté d’article, et pour cause. Depuis deux ans et demi j’apporte une aide technique à une équipe pluridisciplinaire qui travaille sur une étude portant sur des anomalies thermiques en milieu océanique.

Pourquoi ne concerne-t-elle pas l’aspect terrestre, et bien tout simplement parce que sur ce plan, il y a trop d’interférences thermiques dues en grosse partie à l’activité humaine.

Cette étude a débuté notamment par la problématique de la fonte des glaces arctiques et celles des glaciers montagnards.

Des anomalies thermiques en pagaille.

1° Les anomalies repérées durant ces deux ans, semblent pour la plupart provenir de l’activité sismo-volcanique du plancher océanique. Cette partie de la croûte terrestre étant très fine, possède une réactivité plus rapide et plus développée par rapport à celle dite continentale. Donc quel que soit le type d’activité qui s’y produit, entraîne aussitôt une élévation de la température de l’eau environnante.

L’eau ainsi surchauffée très soudainement, plus légère (peu/pas saline) remonte au gré des courants marins vers la surface tout en perdant progressivement des degrés. Durant ces 2 années nous avons constaté que le nombre de ces puits d’eau chaude, a augmenté par endroits. Certaines de ces sources ont même vu leur activité s’accroître ou s’étendre considérablement. Ce constat fut permis grâce à l’utilisation de satellites disposant de systèmes de repérage d’infrarouges, comme MTSAT, GOES et Meteosat, mais aussi de données mises à disposition provenant d’installations militaires ou privées comme NEODAAS, NCEO. La profondeur maximum prise en compte est de 7 m sous le niveau marin afin de préserver la fiabilité des données enregistrées, celles plus basses ne le permettant plus. Un autre moyen est utilisé, de petites sondes lestées jusqu’à profondeur maxi de leur résistance, nous ont permis une fois relâchées de suivre en simultané avec les images satellitaires, donc en temps réel, à la fois l’évolution des températures rencontrées, mais aussi la trajectoire qu’elles suivaient lors de la remontée en surface. C’est aussi de cette manière qu’il a été permis de clairement identifier la cause et l’origine de ces anomalies. Enfin, seules les températures nocturnes ont servi de base, celles diurnes ont fait quant à elles, l’objet d’équations par rapport à celles nocturnes afin de préserver l’équivalence.

Pixabay

La fonte se produit plus(+) par-dessous.

2° Les glaces polaires de même que celles des glaciers montagnards fondent plus vite, du moins à certains endroits, qu’à d’autres. En effet, une majeure partie d’entre-elles, fond par en-dessous et non par-dessus. En effet selon leurs rapports, certains prétendus « spécialistes », prétendent à qui veut le croire que les glaces polaires fondent par au-dessus sous l’action de la hausse des températures engendrée par l’action des GES. Or dans leurs dossiers, l’activité ou rayonnement calorifique du soleil, n’y est même pas pris en compte. De même que l’action des ondes électromagnétiques résiduelles provenant des EMC après leur franchissement de notre bouclier naturel. Qui plus est, on a parcouru plusieurs sites sur des milliers de km de glace et partout, je dis bien « partout », le constat est le même, la surface de ces glaces ne présente absolument pas de dégradations liées à une hausse de température dite sèche (t° non humide (vapeur)). En revanche, on retrouve une importante proportion de particules d’eau de mer, soit salée amenées par le vent, qui peut être violent et soutenu dans ces lieux, et généré par la modification de l’albédo, un cercle vicieux quoi !! Et en plus, comme tout le monde le sait le sel fait fondre la glace !! CQFD

pixabay

Outre cela, on s’est posé la question, pourquoi la fonte par-dessous, comment ça ce fait-il ? Et bien tout simplement parce que comme pour le fond des océans l’activité interne de notre planète est accrue. Ce processus est en voie d’élaboration avec la participation de deux nouvelles disciplines au sein du groupe, et pas n’importe lesquelles, elles traitent sur les champs magnétiques terrestres et solaires et sur l’activité solaire en elle-même. Il y a deux ans de ça à Hawaï, une équipe avait mis la main sur une particularité singulière et inhabituelle de la lave, les ferrugineux contenus étaient plus liquides qu’auparavant, ce qui implique que la température de fusion ayant augmenté, certains d’entre eux se sont liquéfiés d’avantage, et donc rendant la lave plus liquide et donc plus fluide qu’avant. L’implication de cette fluidité entre à la fois dans l’augmentation du volcanisme, mais aussi par une remontée plus aisée vers la surface, et alimente alors d’avantage les chambres magmatiques et donc de ce fait accroît du même coup le mécanisme des courants de convection dans les deux manteaux. Ces courants étant plus forts, ils auraient tendance à heurter plus fort aussi la lithosphère par-dessous. Cette action entraîne dès lors, la création d’une multitude de microfissures par lesquelles la chaleur et la lave remonte plus aisément vers la surface tout en fragilisant la lithosphère d’où une activité sismo-volcanique en augmentation partout sur la planète.

Pixabay

…/…

Lire la suite 

Auteur Eaglefather

40 commentaires

  • Eaglefeather Eaglefeather

    Ce matin j’ai fait les captures d’écran suivantes :
    Vent
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2018/01/Capture-1-Vent.jpg , vous y remarquerez qu’au milieu de l’Atlantique, une ligne où le vent y est peu présent, de 1 à 6 km/h et ce qu’à 10 m au-dessus du niveau marin. Cette ligne s’étend de la pointe sud du Groenland jusqu’aux Açores. Or si le Gulfstream (courant marin) était vraiment présent, de par les turbulences aériennes (dégagement d’air chaud) qu’il engendrerait cette ligne devrait être interrompue en son centre ! Or ce n’est pas le cas.
    Pression
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2018/01/Capture-2-pression.jpg , ici aussi alors qu’il s’agit de pressions atmosphériques (zones de haute ou basse pression) générées par les courants montants ou descendants dus aux températures ambiantes à partir du niveau 0, on constate exactement le même phénomène d’absence de colonne(s) d’air chaud susceptible de provenir du passage d’eau chaude au travers de l’océan !!!

    Ce phénomène d’absence de vents en Atlantique se produit quasi en permanence, de même que cette interruption de vent, et sont observés depuis 4 ans et s’intensifient d’année en année.

    • Ecomotard

      Selon un reportage que j’avais vu (je prends des pincettes) des scientifiques ont démontré que le Gulfstream s’est fréquemment inversé dans l’histoire.
      Leur démonstration s’appuyait sur la présence de vieux coquillages vivant exclusivement dans des températures sous-marines bien précises.

      Il y a aussi la théorie des dispersants pétroliers utilisés lors de la catastrophe de Deepwater (« BP, on t’oublie pas ! ») qui nuirait à l’écoulement mais ça semblait un peu fumeux.

    • JBL1960 JBL1960

      Merci EF car cela atteste, pour le moins, que la théorie du RCA s’effondre, mais surtout que la Doxa y reste agrippée notamment parce que ça lui permet d’emmener tous le monde dans une mauvaise direction alors qu’il conviendrait de faire des recherches différentes mais y peuvent pas dire : Oups, désolé on s’est gouré…
      Je sauvegarde cet article et ton lien dans mon dossier qui traite exclusivement ce sujet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/12/13/resume-sott-de-novembre-2017-infos/

    • .article35. .article35.

      Salut à tous.
      Ça c’est de l »info https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
      Merci Eaglefeather.
      Edit : j’ai fait le tour des liens proposés et fouillé un peu . Un vrai penseur a dit un jour que pour comprendre les mystères de l’Égypte antique ( entre autre) il fallait en plus des archéologues, associé des techniciens et des ingénieurs. Cette étude me pousse à penser de même .Peut être qu’une étude multidisciplinaire apporterait des réponses plus précises . Par exemple j’ai lu dans un des liens que la modification du rayonnement affectait les planètes possédant un noyau ferreux , à partir de là on peut supposer que les êtres vivants stockant le plus de cristaux de ferrite dans leurs organismes sont les plus sensibles à ce rayonnement . Dans la tradition le fer est associé à Mars, dieu de la guerre , et comme fait étrange plus le temps passe et plus les risques de guerre généralisée augmentent . De même que cela pourrait également pousser les plus « ferriques » d’entre nous à « péter les plombs » ce qui pourrait explique beaucoup de faits divers actuels . Fer..Mars…guerre…colère …
      Une vision élargie et globale donne toujours de meilleurs résultats qu’une vision tubulaire .

      • Eaglefeather Eaglefeather

        Bonsoir Article35,

        La pluridisciplinarité est de mise dans cette étude.

        Quant à l’association ferreux sur le mental, est intéressante à creuser, bien vu ! Et merci pour cette vision de la chose.

    • am

      J’adresse le bonsoir et tous mes vœux aux Moutons Enragés.
      Merci à Eaglefeather de cet article très intéressant et des liens qu’il fournit, mzeci d vos commentaires.
      Je suis attentivement le Gulf Stream quasiment tous les jours sur ce site depuis près de une dizaine d’année :
      https://earth.nullschool.net/#current/ocean/surface/currents/orthographic=-29.60,51.85,1105/loc=7.408,56.515
      et je confirme qu’avant il arrivait jusqu’aux cotes françaises et passait par la Manche … ce qui n’est plus le cas depuis longtemps et cet hiver il s’arrête pile sur cette ligne Groeland-Açores dont Eaglegeather parle.
      J’accorde beaucoup d’intérêt à la présence du Gulf Stream car il adoucit notre climat en europe de l’ouest et nous évite (évitait ?) les rigueurs de l’hiver canadien.

  • pierre_t

    Merci pour cet article qui montre bien que les versions officielles du changement climatique sont incomplètes !

    (Juste une suggestion, on peut remplacer « plus(+) » par « majoritairement »)

  • Ecomotard

    Cool de relever que les ME ont leurs véritables experts de haut vol.
    C’est autre chose que les chiens de garde de l’ORTF (invités par salamé, Cdansl’air, aplati, le lenglet adoubé par le bilderberg 2017…) et des 9 milliardaires (pujadas, brunet, elkrief, truchot…)

    • Kool

      As-tu quelques pistes d’effets domino possibles qui pourraient encore accélérer tout cela (ex: pour les glaciers de montagnes, la friction avec les roches vont encore accélérer la fonte, …) et de leurs possibles conséquences à court, moyen et long terme?
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Bonjour Kool,
      Pour ton premier lien, l’extinction dont il fait état « serait » les conséquences d’un sursaut gamma ! Mais pas n’importe où ! Selon certaines rumeurs dans les milieux concernés, les échanges d’informations, de données, etc, parlent d’une distance et un lieu bien précis (au million de kilomètres près) et toujours dans notre système, où une planète aurait pu être pulvérisée ! Comment ? Ben personne n’y était et n’y aurait pas survécu. Du moins s’il avait été sur la face exposée et une infime chance de l’autre côté. Des simulations sont en cours et ce, depuis une dizaine d’années pour pouvoir « essayer » d’identifier la position la plus adéquate par rapport aux indices matériaux recueillis. Seulement jusqu’ici, quand on croit y être arriver, à chaque fois la position de la Terre ne correspond pas et inversement !! RRR
      Bref, la possible absence d’O2, et la hausse des T° serait le fruit de cette exposition, mais les données se contrediraient parce que la Terre n’était pas dans les mêmes axes de rotations et d’évolutions que sont ceux d’aujourd’hui. Ce qui serait logique, puisqu’il y a toujours des erreurs dans bons nombres d’études et dans de nombreux domaines de l’étude de la Terre !

      Quant au deuxième lien, les mortalités de masse animales, cela reste le flou le plus total, reste celui d’une suppression totale d’O2 instantanée et courte due à des puits de méthane émanant des profondeurs, terrestres ou marines. De plus il reste le seul gaz venant du sol à avoir la propriété, de ne laisser aucune trace dans les organismes biologiques qui lui sont exposés.

      • Kool

        Merci EF,

        Merci, je ne savais pas qu’un sursaut gamma pouvait avoir lieu avec une planète. Dans ce cas-là, on pourrait même se demander si cela n’aurait pas pu venir d’un satellite (il est admis qu’il aurait pu y avoir deux lunes, d’où l’impact sur l’axe de rotation, etc…). Bref une hypothèse parmi d’autres…

        Pour le méthane, ce pourrait bien être les pets foireux à venir… C’est toi qui disait que ces poches de méthanes pourraient expliquer beaucoup des disparitions et autres bizarreries du triangle des Bermudes?

  • Simsi

    Salut EF, très heureux de te revoir parmi nous.

    Un tout grand merci pour ton travail.

    Est-ce que les résultats détaillés de l’équipe avec qui tu as travaillé seront disponibles et si oui, seront-ils proposés aux dirigeants de notre planète?

    Bàt

  • Ecomotard

    Je vais y aller de mon petit raisonnement car de mon point de vue et ayant fait un peu de thermodynamique, le réchauffement de la croûte terrestre se lie logiquement au réchauffement de l’atmosphère par les échanges thermiques.

    Pour essayer d’expliquer simplement on va être imaginatif :
    1) Imaginons un échange thermique sol / atmosphère nul.
    On recouvre le sol de la terre d’un super isolant bloquant la totalité des radiations, de la convection et de la conduction. Au bout d’un moment, la terre sera entièrement liquide (abstraction faite de l’absorption d’énergie par changement d’état solide / liquide qui pourrait laisser un peu de solide)
    2) Imaginons maintenant un échange thermique totale et sans apport d’énergie par le soleil.
    On enferme la terre dans un super frigo à – 50°C. Au bout d’un moment et commençant par sa surface, tout deviendra solide sauf le centre de la terre soumis à d’extrême pression, et encore.
    3) Partant de ces 2 extrêmes, on voit bien que l’échange thermique actuel + l’apport d’énergie du soleil nous donne un mix des 2.
    En considérant que tout ce bazar est un équilibre très précaire, tous se joue avec des pouièmes à l’échelle de l’homme.
    Donc, plus l’atmosphère se réchauffe, moins l’échange thermique sol / atmosphère est effectif ce qui refroidi moins la croûte terrestre. Par conséquence, ce très léger amoindrissement d’échange thermique aminci un peu la croûte terrestre (transformation de solide à liquide). Une croûte ainsi amincie (peut-être de seulement une dizaine de mètre) est donc plus fragile, et donc rompra plus facilement sous l’action des courants magmatiques. Et par conséquence ces ruptures entraînent une libération de chaleur dans les mers et donc l’atmosphère.
    Donc dans ma logique, les deux phénomènes sont liés. Encore une fois, ca se joue à pas grand-chose mais c’est certainement suffisant.
    J’en conclus que tout le monde à raison, sauf trump évidemment.

    La fonte de la glace par le bas est assez logique aussi quand on raisonne en échange thermique.
    L’échange thermique qui conduit au changement de phase solide/liquide est bien plus efficace par conduction avec un solide ou un liquide (terre ou mer) qu’avec un gaz (atmosphère). Reste l’échange thermique par radiation du soleil qui s’ajoute sur la surface de la glace et j’ai pas beaucoup de mal à croire que les 2 cumulés sont moindre que la conduction avec le sol.

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Salut Ecomotard,

      1 Pour te répondre à ce point, la croûte terrestre est une succession de couches de toutes sortes qui se sont accumulées au fil du temps (millions/milliards d’années) et pourtant, elle ne fond qu’à une certaine profondeur, et non dans des conditions uniformes.
      2 C’est ce qui se ou s’est produit avec certaines planètes les plus éloignées du soleil !!
      3 A consulter http://les-verites.skynetblogs.be/archive/2009/08/08/les-grandes-etapes-de-l-histoire-climatique.html
      Dans ce qui suit de ton raisonnement, rien n’est acquis et preuve en est dans le lien ci-avant, aux conditions identiques les conséquences peuvent être très différentes, voir en opposition.

      En effet et là je plussoye sans réserve, tout et absolument tout dans « l’univers entier », tout n’est qu’équilibre !
      Mais il faut à tout prix d’y reprendre notre « JUSTE DIMENSION » et de stopper l’idée pour le moins « PRÉTENTIEUSE » qu’à notre « échelle » nous sommes capables de le bouleverser. Certes sur Terre il y aura des conséquences de nos actes/non actes, mais elles seront précisément en « lien » avec des événements et phénomènes totalement naturels dont nous en ignorons « encore » l(‘)a (im)portance.

      Enfin sur le dernier paragraphe, ton échange thermique est insensé. Simplement pour deux raisons toutes simples, 1 on parle en milliers de km² de surface de glace ou de glace qui recouvr(e)ait une surface d’eau (douce) où les courants marins sont quasi inexistants ! 2 l’épaisseur de cette glace constitue un isolant (à l’instar des igloo) ! Or on constate aussi bien en Arctique(*) qu’en Antarctique(**) des écoulements d’eau douce sous des couches de 2 à 8m (*) et de 20 m à 4 km (**) et cela sans activité volcanique à moins de 100 km du point de relevé et à minimum 30 km de tous rivages !

      Bien à toi.

  • gneu

    Bonjour Eaglefeather (et les autres),

    saurais-tu répondre à cette énigme : mais où est passée l’eau ?

    En effet, à quelques rares exceptions près, la plupart des glaciers de montagne reculent (sauf en Nouvelle-Zélande par exemple). De même, les calottes glacières aux pôles se réduisent de volume.

    Cependant, on ne note pas d’élévation du niveau des océans. (Mon grand-père habite au bord de la mer et depuis 80 ans, il arrime son canot au même rocher et il peut vous assurer que, modulo les marrées bien sûr, le niveau moyen de la mer ne s’est pas élevé d’un seul cm !)

    D’où une question toute simple : où est passée l’eau des glaciers ?

    Partout dans le monde, les paysages semblent s’assécher : apparition de tourbières là il y avait des grands lacs, disparition de la mer d’Aral, recul des glaciers, sécheresses intenses et plus fréquentes (Californie, Sud de la France en ce moment) etc. J’ai bien compris que le problème n’est pas un réchauffement mais plutôt une modification notable des précipitations. Il reste encore quelques rares zones qui subissent des précipitations et inondations mais globalement, tout s’assèche ! Donc : où passe l’eau ? Elle ne peut pas disparaître, il me semble que la quantité globale de molécules d’eau H2O est constante sur la planète non ?

    Pour moi, cette question est capitale. Alors si vous avez des idées…

    • Celastrus

      Peut-être ici vous trouverez des réponses,
      avec des images de partout dans le monde
      Je vous suggère à partir de juin jusqu’à novembre 2017
      mais même quelques avant vous trouverez certains témoignages en images
      https://www.youtube.com/results?search_query=R%C3%A9sum%C3%A9+SOTT+2017

      • Eaglefeather Eaglefeather

        Bonsoir Celastrus,

        Dans la même veine que ton lien Youtube, il y a derrière le site suivant un travail titanesque et hélas pas toujours apprécié à sa juste valeur, les chroniques de Météo-Paris dont le lien est : http://www.meteo-paris.com/chronique.

        En dehors de tout attachement scientifique, ce site offre une bibliothèque par année, d’une très vaste partie des événements météorologiques de France mais aussi d’ailleurs, qui ont fait l’objet d’un recensement des archives municipales et régionales.

        En compulsant le contenu de ce site, vous comprendrez, je le souhaite, que nombreux sont des événements prétendus climatiques d’aujourd’hui, ne sont que météorologiques et ce depuis 1850 première année prise en compte sur ce site.

      • Celastrus

        Eaglefeather,
        J’ai pris le temps de bien consulter ton article,
        remarquable,
        merci …

    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD

      Sur ce site très scientifique, je lis : « Evolution du niveau moyen des mers du globe à proximité des côtes selon les mesures marégraphiques gérées par le PSMSL UK, de 1870 à 2007. La hausse est à peu près constante depuis 1870 et représente + 1,8 mm/an environ. D’autres perçoivent une légère accélération quadratique… »
      http://pensee-unique.fr/indicateurs.html#niveau

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Bonsoir Gneu,

      Y répondre non, sans la moindre preuve ! Mais des indices donnés par des analyses des sols et sous-sols, tendent à mettre la puce à l’oreille, comme quoi l’eau s’infiltrerait dans le sous-sol, mais aussi sous forme de vapeur s’évaporant dans l’atmosphère. Certains évoquent même une forme de cristallisation dans les couches profondes à la frontière entre le manteau supérieur et la lithosphère.
      L’évaporation me semble la plus raisonnable des hypothèses, gardant en mémoire l’épisode « dit » biblique du déluge. Des traces de déplacements massifs et long en temps, de sédiments sur les versant andins, (dé)montrent qu’un tel événement d’une grande ampleur s’y est produit après une longue période fertile ! Et depuis c’est de l’aridité qui persiste exemple le désert d’Atacama où la simple averse le fait refleurir instantanément mais éphémère.

      • gneu

        merci à toi pour ces pistes.

        L’infiltration de l’eau dans le sous-sol, j’y crois ! En effet, on a extrait je ne sais combien de millions de tonnes de pétrole et de gaz un peu partout laissant ainsi béantes d’immenses poches souterraines. Ces réservoirs peuvent rester vide (enfin disons plutôt pleins d’air) ou se remplir de certaines eaux d’infiltration.
        Dans cette hypothèse, la sécheresse de la surface s’expliquerait par notre abus d’extraction d’énergies fossiles… On n’a que ce qu’on mérite !

        Concernant une augmentation de l’évaporation, je reste encore sceptique. Cela entrainerait une augmentation de la masse nuageuse et donc des précipitations, ce que ne confirme aucune étude à ma connaissance.

        Et enfin, le déluge… ah, le déluge, présent dans toutes les religions, dans les écrits de toutes les civilisations anciennes… Ce truc a vraiment dû être énorme pour marquer autant les esprits ! Personnellement, j’ai une explication très plausible : un déluge est provoqué lorsqu’une planète traverse la queue d’une comète ! Cela provoque d’immenses retombées d’eau. Et c’est sûrement pour cela que nous avons des océans sur notre planète ; elle a traversé la queue d’une comète il y a très longtemps ! C’est tout simple, il suffisait d’y penser !

        Au plaisir de poursuivre cette discussion !

      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD

        Si je puis me permettre, j’ai proposé une théorie sur le mécanisme du déluge basée sur la physique et les forces connues. Cette théorie est résumée dans ce document :
        http://andre.gagnoud.free.fr/BIBLIOGRAPHIES/La_BIBLE_face_a_la_SCIENCE/Daniel_Pignard_-_20010609%20_-_Recherche_sur_le_Deluge_et_la_Derive_des_Continents_-_Resume.pdf

    • Eaglefeather Eaglefeather

      En effet pour la montée du niveau marin, j’ai vécu de nombreuses années sur différents littorales (rivages) Mer du Nord et Pacifique Nord, où là même les Anciens ne constatons la moindre montée hormis les marées qui elles-mêmes n’augmentent guère.

      • Kool

        Par contre dans la mer d’Oman, les anciens disent clairement qu’ils ont perdu (par endroit plat) 50 mètres de rivages en même pas 50 ans. Maintenant le gouvernement indien construit des brises lames et cela marche (comme à la côte) car même leur digue de rochers se faisait avaler.

  • Celastrus

    Sur le thème des golf streams, il existe ce site qui est à connaitre, qui permet de bien visualiser l’affaiblissement du golf stream nord, il est relativement mis à jour, (avec la souris se positionner sur les pôles),
    il faut patienter pour l’actualisation de l’affichage après chaque manip.
    https://www.netweather.tv/charts-and-data/global-jetstream#2018/01/05/0600Z/jetstream/surface/level/overlay=jetstream/orthographic=-116.44,67.74,262

    Le lien entre les bombardements de particules cosmiques de l’univers, les vagues géomagnétiques du soleil, les interactions avec les approches ou alignements avec des planètes de l’entourage sont autant d’influences sur la magnétosphère, et sur tous les sous systèmes qui en découlent, (courants d’airs, golf stream, courants sous-marins, noyau terrestre, mouvements sismiques, activité volcanique, danses des températures, fontes de glaciers, et de régions entières en antarctique etc),
    comme une horlogerie complexe, où tout est lié, d’une manière non apparente, du moins jusqu’à, récemment, en tous cas, en ce qui concerne la science.
    Même le ralentissement de l’activité solaire (phénomène de minimum solaire)a une influence sur la Terre, au delà du climat et des températures, par exemple sur la rotation du noyau terrestre, les mouvements sismiques, les volcans, et toute l’horloge.
    Que nous soyons à l’intérieur d’un processus d’affaiblissement du champs magnétique terrestre, en vue d’une inversion progressive des pôles magnétiques n’est pas si farfelue que cela.
    Qu’un élément de l’horlogerie soit en mis mouvement et tous les éléments se mettent en mouvement, car tous magnétiquement, étroitement liés, c’est peut-être pour cela qu’en janvier 2018, on assiste à un blizzard mémorable et à ce spectacle :

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Bonsoir Celastrus,

      Attention de ne pas confondre entre Gulfstream (courant marin > sous-marin) et Jetstream (courant d’air puissant de très haute altitude).
      Quant au reste notamment ton approche sur les perturbations des champs magnétiques cela devient effectivement une évidence dans son interaction. Le seul souci avec ces champ magnétiques, qu’il soit solaire ou terrestre et l’affaiblissement de ce dernier, la mentalité au sein des autorités scientifiques en fait, un déni, une censure et quiconque s’y aventure sans accréditations de sa part se voit considérer comme dissident !! Le bannissement de communauté n’est jamais très loin non plus (D’où le peu d’études et donc de publications sur le sujet) CQFD

      • Celastrus

        Bonsoir,
        merci, tu as raison, j’ai confondu, c’est bien à JetStream que je pensais …

        Pour les scientifiques, comme dans le milieu de la médecine ou de big-pharma
        le milieu de l’art, des psy, de la politique ou des médias etc …et dans tellement d’autres
        l’importance de se « conformer » à la volonté du « clan »,
        je ne suis pas né avec ce logiciel et il n’a jamais pu s’installer

        Il est fascinant de voir comment certaines anciennes civilisations étaient bien au fait de certaines de ces « interactions » et comment celles-ci venaient influencer différents aspects du rythme de la nature.
        également certains écrits anciens « spirituels »

      • Eaglefeather Eaglefeather

        Re Bonsoir Celastrus,

        Un héritage qui aurait pu faire avancer notre compréhension de certains phénomènes d’aujourd’hui, un savoir inestimable et remontant loin dans l’histoire des Peuples Premiers, a été dilapidé et anéanti par la seule volonté d’une religion, l’or et la conversion religieuse. D’autres et ailleurs ont aussi subi ce même carnage. mais dans leur majorité, la religion en fut l’origine et ça continue encore de nos jours !!

        L’humanité ne sera consciente de sa bêtise, que le jour où, elle se verra s’éteinte !

      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD

        « la mentalité au sein des autorités scientifiques en fait, un déni, une censure et quiconque s’y aventure sans accréditations de sa part se voit considérer comme dissident !! Le bannissement de communauté n’est jamais très loin non plus (D’où le peu d’études et donc de publications sur le sujet) »

        Un Etat digne de ce nom ne devrait pas tolérer cela. Trump montre la voie en bousculant fortement les faux scientifiques. Il faudra un jour qu’ils paient les vies brisées qu’ils ont occasionnées par leur prétention à éloigner toute science qui ne leur convient pas.

  • Grand marabout Grand marabout

    toujours aussi passionnant de te lire,Eagle
    c’est complet dans l’analyse
    merci à toi , ainsi qu’à tes collaborateurs
    pour ce super boulot!

  • Celastrus

    Une façon de voir l’Influence du champs magnétique de la terre et du soleil sur l’être humain

Laisser un commentaire