Dans l’ombre des Grands Projets Nuisibles et Imposés : l’esquisse d’un monde sans dette?…

Voilà un article qui mériterait un débat. Le partage, la solidarité, une autre économie possible, encore faut-il qu’il y ait motivation pour que les choses changent. Les « couillus » qui sont sur le terrain, œuvrent dans ce sens.. Lutter contre ses projets pharaoniques et inutiles qui endettent un peu plus la population, sans qu’elle en retire un bénéfice, devrait être une priorité.

Les Grands projets nuisibles et imposées (GPNI, aussi nommés « éléphants blancs » en Afrique) tels que l’aéroport de Notre Dame des Landes, la poubelle nucléaire de Bure, le projet d’autoroute CHB |1| en Belgique, ou le barrage INGA-3 en RDC, multiplient les mécontentements. A cause de leur non-sens écologique et financier, et aussi à cause du caractère anti-démocratique de ces projets. De plus en plus, on s’y oppose à cause du monde capitaliste et autoritaire qu’ils représentent.

Au-delà de la dette écologique et de la dette publique, ceux-ci sont d’autant plus intéressants pour le CADTM car les luttes qui s’y déroulent sont parfois porteuses d’alternatives concrètes. Nous avons pu en discuter le 14 octobre à Bruxelles, lors d’une rencontre de 8h contre les GPNIs à l’initiative du journal Kairos.

Le 14 octobre, les membres d’une dizaine de collectifs en lutte contre des GPNIs en Belgique, ainsi que des camarades de Notre-dames-des-landes, des médias libres belges, et une trentaine de militant.e.s étaient présent.e.s pour collectiviser les réflexions et débattre des modes d’action concernant les résistances à ces projets : quel est le rôle de l’expertise ? Comment se manifeste-elle au sein de nos luttes ? Quel rapport avec les moyens d’action légaux ou illégaux ? Quelles stratégies de mobilisation ? Quelles perspectives futures ? Comment sortir du NIMBY |2| ? Et à quelles difficultés faisons-nous face ?

Une présentation des différentes luttes nous a permis de trouver des traits communs, comme le fait que ces luttes se définissent souvent par un rejet du capitalisme et de sa logique de prédation territoriale. Les partenariats publics privés (PPP), la notion perverse qui prétend qu’il peut y avoir un partenariat bénéfique entre les intérêts privés et les peuples, sont souvent présents dans ces projets. On trouve aussi généralement dans ces luttes une affirmation du bien commun : les communs, souvent oubliés (comme par exemple des sentiers de forêt) naissent ou sont reconnus dans les luttes qui les défendent, et la prise de conscience de leur importance grandit parallèlement à la destruction qui les menace.

Il est nécessaire de reconnaître également les contradictions diverses qui les traversent, notamment en terme de modes d’action ou d’idéologie. Ces différences, pourtant, témoignent des richesses de ces luttes et peuvent renforcer un mouvement plus large, plutôt que d’amener des tensions contre-productives qui affaiblissent les débats et collectifs en lutte. Il est donc extrêmement important de re-politiser ces luttes, pour une approche plus globale, sortant du NIMBY qui ne fait que déplacer les problèmes. Il faut repenser les questions, et s’éloigner des « voulons-nous un complexe industriel ici ? » pour se demander plutôt « voulons-nous d’un tel complexe, où qu’il soit ? », en somme, de quel monde voulons nous, de quel modèle ne voulons nous pas ?

En effet, derrières ces projets et combats souvent localisés (telle ou telle route, telle usine, tel centre commercial), se cachent des logiques plus globales. C’est là, nous explique nos camarades des médias libres, que les médias mainstream sont trompeurs : ils parlent en effet de ces luttes de façon isolée, mais ne font pas le lien. Pourtant, elles sont les conséquences de l’extractivisme généralisé, d’une emprise grandissante du privé, d’une bétonisation de la nature, et d’une recherche aveugle du profit, de la croissance, qui finit souvent par endetter les États ou les villes et détruire définitivement des écosystèmes indispensables à la survie de l’humanité et de nombreuses espèces. Rien de surprenant quand on considère que les grands noms des services publics et des groupes industriels à l’avant-poste des GPNIs sont aussi les détenteurs de nombreux groupes de presse.

Au-delà de ce contrôle, l’autocensure souvent inconsciente pratiquée par les journalistes est le plus souvent le résultat d’un manque de remise en question de la croissance, et laisse peu de place à un vrai regard critique dans la presse. C’est pourtant bien la logique capitaliste qu’il faut dénoncer, et ce, urgemment et largement. De cette journée est ressorti une claire envie d’agir ensemble, et plus généralement, de désobéir. Désobéir car ce système n’est pas fait pour la grande majorité. S’il est légal, il n’est pas pour autant légitime. Il ne cherche pas à satisfaire l’intérêt général mais des intérêts particuliers. Face à la logique de ce système, désobéir ne signifie pas forcément prendre part à de dangereuses actions illégales. L’illégalité se traduit parfois par coller un autocollant, par se promener ou planter des patates sur une friche destinée à une méga prison, où d’y vivre, tout simplement.

Le temps manquait durant cette journée pour aborder tous les aspects qui nous tiennent à cœur. Même si pas assez souvent mis en avant, n’oublions pas que l’endettement public à long terme, presque toujours illégitime, et bien souvent illégal, odieux et insoutenable, est un enjeu central de ces projets.

A Notre-Dame-des-Landes, l’État s’était engagé à prendre en charge, avec les collectivités locales, environ la moitié des 556 milliards d’euros -largement sous-estimés- que coûterait le projet. L’État assumerait également les risques liés à un manque de rentabilité (plafond de profit minimal) ou à un éventuel abandon. Ce dernier paraît désormais plausible et coûterait, d’après certain.e.s opposant.e.s, 150 à 250 millions aux finances publiques |3|. Même dans des petites villes de 5 000 habitant.e.s comme Tilff en Belgique, ceux-ci se mobilisent depuis des années pour éviter la construction d’un pont extravagant qui endetterait la communauté de plusieurs millions, alors qu’un maximum de 3 millions d’euros suffirait largement à la construction d’un pont satisfaisant les besoins des usagers.

Ces projets se multiplient également à cause de la vente de terres et biens publics au privé (SNCB |4|, terres agricoles publiques, bois communaux, terrains urbains à bâtir,…), afin d’essayer de renflouer les caisses de l’État Belge endetté |5|. Parallèlement, on assiste à une baisse des services publics à la charge de l’État. En Afrique, de nombreux mégaprojets (centrales électriques, complexes hospitaliers de luxe, stades de foot, projets miniers ou touristiques) sont à l’origine d’une augmentation de la dette publique alors qu’ils ne profiteront que très rarement aux populations et auront de graves conséquences environnementales.

Le projet INGA-3 en RDC par exemple produirait plus d’électricité pour le secteur industriel privé, l’Afrique du sud et l’Italie que pour les Congolais. Au Maroc, au nom du capitalisme vert et du tourisme, de nombreux projets expulsent paysan.ne.s et populations locales de leurs terres et assèchent les oasis. On pense notamment à la centrale solaire de Ouarzazate, financé entre autre par la Banque mondiale et la KfZ (banque de développement allemande). En plus d’une consommation d’eau insensée et d’un endettement public considérable pour les Marocains, l’électricité sera en majeur partie destinée à l’Europe |6| ! Ces projets profitent souvent à des entreprises privées étrangères qui en assurent la gestion, et sont assurées en cas d’abandon, alors que ce sont les États africains qui en assumeront les conséquences.

Cet endettement, qui sera porté par la population, est bien souvent le résultat de décisions prises sans consultation, où il est évident que des intérêts privés sont priorisés par rapport aux humains et à la nature. Au-delà de leur légitimité démocratique (dû au caractère souvent imposé de ces projets), ces luttes contre les GPNIs sont parfois, comme à Notre Dame des Landes (contre l’aéroport), à Roybon (contre un aqua-parc), à Aachen (contre une megaprison), en Andalousie (contre la privatisation des terres) ou encore au Brésil (contre la privatisation des terres et l’agriculture productiviste), porteuses de propositions de sociétés solidaires, s’opposant à travers leur pratiques au quotidien à la logique prédatrice et capitaliste de ces projets. Contre ces projets et leur monde, elles nous proposent l’esquisse d’un monde plus juste, d’un monde sans dette.

Tournons-nous par exemple vers les ZADs (Zone A Défendre, réappropriation de l’acronyme Zone d’Aménagement Différée) de Notre-dame-des-Landes ou Bure, et plus largement, vers les communautés autogérées et le large réseau, certes informel mais intense, qui les connecte. Toutes ces communautés ne sont pas nécessairement en lutte contre un grand projet spécifique, mais en lutte contre un « grand » projet de société productiviste et consumériste lui aussi imposé. Elles s’opposent, finalement, à une société vivant à crédit : littéralement, à travers les emprunts divers qui enferment les États dans des rapports de domination et les individus dans des cycles infernaux de dettes privées, mais aussi envers la terre, et envers les peuples du Sud continuellement exploités (voir dette écologique). Ces communautés, souvent caractérisées par un degré d’illégalité et une affinité pour la désobéissance, peuvent explorer différentes formes du vivre ensemble en dehors des contraintes légales.

En effet, les différentes occupations de territoires s’opposant au GPNIs – les ZADs – sont plus que des stratégies pour obtenir l’abandon de projets, elles sont des fins en soi, où s’articulent et fleurissent, parfois sur le long terme, différentes façons de vivre en communauté, de se réunir, d’habiter, mais surtout d’échanger et de pourvoir à ses besoins. Elles sont en général solidaires et autogérées, caractérisées par l’entre-aide, le recyclage, la recherche de la souveraineté alimentaire, la logique du prix libre, la collectivisation, les échanges et le partage.

Plus précisément, on y voit une réinvention radicale des relations politiques, économiques et sociales. Il y a donc, à l’intérieur de celles-ci, un désir d’apprendre à vivre autrement, et de mettre en pratique des formes d’organisation qui permettent à toutes et tous d’avoir accès à ce dont il ou elle a besoin, sans devoir passer par l’endettement, soit-il financier ou moral. Comme le revendiquent depuis des années les occupant.e.s de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, il s’agit aussi de construire une contre-économie parallèle |7|. On y note entre autres l’existence du non-marché |8|, de boulangeries, de collectifs de semences, de cantines, d’une forgerie, de divers ateliers ou encore de friperies gratuites.

Cette contre-économie est également à l’œuvre globalement, entre ces différentes communautés, de la France au Mexique ou encore de l’Allemagne au Rojava, qui se soutiennent à travers des échanges de vivres et de connaissances, des chantiers collectifs, des événements de soutien, des mobilisations, le partage d’outils et d’expertise, des formes de financement participatifs et autogérés… Ces pratiques économiques permettent d’atteindre une certaine autonomie politique, qui participe concrètement à la mise en œuvre d’une autre réalité économique, libre de domination, gouvernée par l’entre-aide, et les échanges solidaires plutôt que compétitifs. Cette réalité existe déjà à l’échelle mondiale, adaptée aux besoins et écosystèmes locaux mais faisant partie d’une communauté et logique de solidarité et résistance globale, sans pour autant se vanter d’un quelconque « système ». On peut également imaginer de tels rapports complémentaires et solidaires entre villes et pays |9|.

Comme l’écrivent de façon passionnante Gibson-Graham depuis plus de 10 ans dans leur critique féministe du capitalisme, il est temps d’arrêter de considérer l’économie comme unique et fondamentalement capitaliste : il existe en fait de nombreuses autres pratiques économiques invisibles (ou plutôt, invisibilisées) qu’on peut appeler anticapitalistes, ou tout simplement non capitalistes. Celles-ci forment la plus grande partie des échanges entre les gens (faire un cadeau, prendre soin de ses enfants, voler, faire pousser ses légumes, profiter d’un coucher de soleil, accueillir des amis, recycler, partager, échanger, être bénévole) et montrent qu’il y a en fait des économies diverses, en dehors des rapports capitalistes |10|. On peut par exemple penser aux « économies de subsistance », qui, plus qu’une recherche constante de moyens de survie, sont plutôt le résultat d’un refus d‘accumulation, comme nous le montrent Pierre Clastres |11| ou David Graeber |12|. Il est donc nécessaire de visibiliser ces pratiques afin de montrer que d’autres réalités économiques sont non seulement possibles, mais existent déjà. A côté de l’audit de la dette suivi de répudiations des dettes illégitimes, du plaidoyer politique et autres actions d’une extrême importance pour en finir avec la domination par la dette, c’est également dans ces luttes et communautés que nous devons chercher, soutenir, et mettre en place des solutions.

Camille Bruneau

Notes

|1| Liaison autoroutière de Cerexhe-Heuseux à Beaufays, qui, au dela de travaux écologiquement ravageurs, coûterait aux alentours d’un milliard d’euros, coût que la Wallonie seule est censé assumer. http://www.algo.be/CHB/

|2| Not In My Backyard : notion faisant références aux luttes s’opposant aux projets car ils sont près de chez eux, mais manquant d’une réflexion plus globale

|3| http://www.liberation.fr/france/201…

|4| La SNCB, actuellement le plus grand propriétaire foncier belge public vend son patrimoine qui se trouve principalement en zones constructibles. https://www.lecho.be/dossier/sncb/L…
Ces ventes vont faire voir le jour à des hôtels, des parkings, des centres commerciaux et sont déjà à l’origine d’expulsions.
Voir également : https://fr.socialisme.be/32073/non-…

|5| Au long terme, on ne peut pas parler de gains du coté de l’état mais plutôt de profits privés.

|6| Lucile Daumas, http://www.cadtm.org/Le-secteur-de-…
Lucile Daumas, Accaparement de terres et de l’eau au Maroc, http://www.cadtm.org/Accaparement-d…

|7| Construire la zad : paroles publiques depuis le mouvement d’occupation de la zad de Notre-Dame-des-Landes, 2013-2015 https://zad.nadir.org/IMG/pdf/compi…

|8| Tout les vendredi, divers biens produits sur la ZAD (farine, yaourts, fromages, pain, légumes, confitures, haricots,…) sont mis à disposition au « non-marché ».

|9| Voir Doreen Massey, Geographies of solidarity, 2004, qui imagine des relations constructives entre Londres et Caracas

|10| Gibson-Graham, J. K. (2008), ’Diverse économies : performative practices for other worlds’’, Progress in Human Geography, 32 (5), 613-32.

|11| Clastres, P. (1974), La Société contre l’État (Les éditions de minuit)

|12| Graeber, D. (2004), ’Fragments of an anarchist anthropology’, (Chicago : Prickly Paradigm Press).

14 commentaires

  • Personne n’est interessé? Il n’y a pas foule, mais qui comprends le sens réel de cet article.?

  • M.G. M.G.

    Les luttes telles qu’elles sont menées aujourd’hui sont vaines, ou du moins les armes utilisées seront sans effets à long terme face à l’ivresse du capitalisme.

    Personnellement je ne considère plus qu’une seule option pour gagner le combat face la cupidité qui a gangrené notre société : ne plus s’opposer, mais lui tourner le dos !

    Cette démarche qui peut sembler au premier abord lâche ou irresponsable est, à mon sens, le seul moyen de faire s’effondrer leur château de cartes, simplement en tournant le dos à tout ce que qui nous est vendu comme progrès, pour notre bien-être, et que par ailleurs nous considérons comme nuisible.

    Un exemple concret : laissons-les construire leur aéroport à NDDL, ne sacrifions pas notre énergie (ou notre vie) en vain, mais ne prenons tout simplement plus l’avion ! Comme le dit l’adage : ce qui ne se s’achète pas ne se vend pas. C’est certainement l’unique méthode, efficace et pacifique, permettant de faire reculer la folie qui s’est emparée d’une partie de l’humanité.

    Si nous refusons simplement d’acheter ou d’utiliser ce qui est contraire à notre éthique, au bien-être de l’humanité, à la préservation de notre terre, personne ne pourra nous y forcer et nous ferons alors plier ceux qui se prenaient jusque là pour les maîtres du monde. C’est le nombre qui fera la différence, alors déplaçons le combat du terrain vers les esprits en Informant ceux qui nous entourent, sans oublier pour autant d’explorer de nouvelles pistes pour un avenir plus juste …

    M.G.

  • Commençont aussi a utiliser des moyens d’échange qui ne profite pas aux banques et au reste du systeme.
    Une monnaie libre par exemple.

  • boubou38

    Tout à fait d’accord. Car de toute façon, à l’heure actuelle, il n’y a que méthodes pour survivre et avancer :
    – gagner + de monnaies nécessaire aux échanges => la croissance appel la croissance => déjà expérimenté ces dernières années et on connait le résultat …
    – dépenser – ou faire des économies des unités de valeur d’échanges actuelle => tourner le dos (@M.G ci dessus) et / ou échanger avec des unités qui n’ont aucuns liens avec l’unité d’échange dette (monnaie libre @Thierry65, unité de temps, dons …).

    Reste à propager ces fonctionnements destructeur du monde de la dette qui sont dans le 2ème point. Une fois compris c’est tellement évident, mais comment faire en sorte de le propager rapidement sans s’enfermer dans sa bulle (qui aurait un effet contraire …)…

    • Une vraie monnaie (utopie), équitable serait une monnaie basée sur le temps. Le temps (de vie) est la seule unité réellement commune a tous. Une heure de travail de l’un, valant une heure de travail de l’autre.
      Actuellement une heure de travail d’un financier rapporte beaucoup plus qu’une heure de travail d’un médecin ou que d’un mécano. Mais un financier a plus de chance de tuer des gens avec son argent que le médecin qui va soigner ou le mécano qui répare une ambulance.

  • flowfly

    Les monnaies locales sont de plus en plus nombreuses et n’alimentent pas rgand monde si ce n’est de faire vivre les acteurs locaux. Certaines monnaies sont même fondantes, empêchant de nombreuses dérives. A petite échelle, c’est très bien et ça fonctionne bien.

Laisser un commentaire