« Le chèque énergie ? Un chèque de la honte ! » L’édito de Charles SANNAT…

Quand ceux qui créent les problèmes, font semblant d’apporter les solutions…

Il y a quelques années, j’avais écrit l’un de mes premiers articles sur tous ces chèques de la honte qui sont autant de bons de rationnement que l’on jette, enfin que les élites mondialistes jettent avec mépris à la gueule du petit peuple et des sans-dents que nous sommes.

Ces chèques de la honte ne sont évidemment pas une réponse politique.
Ils ne constituent d’ailleurs pas une réponse politique.
Ils ne forment aucune stratégie de long terme.
Ils ne sont le fruit d’aucune vision.

Ils sont la honte. Les miettes jetées en pâture. Voilà ce que j’en disais à l’époque…
Les chèques de la Honte article de 2011 source le blog de Paul Jorion

« C’est la grande mode. À chaque problème de pouvoir d’achat, la fausse bonne idée d’un chèque correspondant est mise en place.

M. et Mme Toutlemonde ne peuvent plus se nourrir décemment à midi et voilà le chèque restaurant. M. et Mme Toutlemonde ne peuvent plus partir en vacances et payer les péages, et voici le chèque vacances. D’ailleurs, les péages d’autoroute sont une gabelle moderne versée à des sociétés privatisées ayant racheté une misère une infrastructure financée par les impôts de l’ensemble du peuple français pendant des décennies. Cette gabelle profite aux actionnaires, ce qui est normal. Il serait scandaleux bien sûr que la collectivité profite des sommes versées à chaque passage. Un actionnaire étant un être supérieur, il est normal de lui verser la dîme. Sachez-le, manants !

Puis, le chèque de rentrée car M. et Mme Toutlemonde ne peuvent plus payer les fournitures scolaires pour leurs enfants ni les habiller convenablement. Pour M. et Mme Classesupérieure, il y a le chèque emploi-service pour payer femme de ménage, nounou ou jardinier. Il ne faut pas oublier que M. et Mme Classesupérieure deviennent de moins en moins supérieurs. Seuls les mégas riches continuent à s’empiffrer.

Lorsque le prix de l’essence augmente, on évoque la possibilité d’un chèque essence. Pour le fioul domestique qui sert à se chauffer, il y a bien désormais le chèque chauffage. Certains esprits chagrins, dont je fais décidément partie, font bien remarquer que plus de 80 % du prix d’un litre de carburant sont des taxes mais chut… faisons un chèque.

Il ne faut pas oublier le chèque lire, pour acheter des livres, les chèques cadeaux que les entreprises utilisent à merveille en lieu et place d’une commission. Mon petit salarié, tu as très bien travaillé. Voici 50 € en chèque cadeau. Dis “merci patron ! ». J’en ai reçu quelques-uns de ces chèques « cadeaux ». Ils sont insupportables. Ils ne se mettent pas de côté (il y a une date de validité) et je ne dois vraiment pas avoir de chance car à chaque fois, ce que je veux acheter est toujours plus cher que le chèque dont je dispose. Donc je dépense plus et m’appauvris en réalité à chaque fois que j’en reçois un… Merci patron quoi ! Je vous passerai le détail qui consiste en différentes marques de chèques cadeaux qui sont valables chacun dans un type de magasins différent.

Comme l’École et l’éducation doivent devenir une marchandise comme les autres, des députés géniaux proposent un chèque éducation (M. et Mme Classesupérieure rajouteront certainement un peu de leur poche pour que leurs enfants accèdent aux meilleures écoles tandis que M. et Mme Toutlemonde qui ont un fils iront dans les écoles les moins chères et les moins bonnes, mais chut…).

Ces chèques que l’on reçoit, que l’on prend et qu’on utilise sont des chèques de la honte. Ils masquent le véritable problème.

Quel système économique souhaitons-nous ? Quel partage, quel contrat social ?

L’enjeu du pouvoir d’achat sera au centre de la campagne présidentielle de 2012. Il est fort probable qu’un candidat « audacieux » finisse par nous proposer un chèque Caddy pour faire nos courses toutes les semaines. Il ne faudra pas se méprendre. Ce chèque Caddy sera un mélange de soupe populaire moderne et de ticket de rationnement qui ne diront pas leur nom. Nous aurons alors atteint le fond.

Il occultera encore une fois l’absence du seul chèque utile, valable et indispensable… le chèque du salaire de fin de mois. Un emploi et un salaire permettant à M. et Mme Toutlemonde de vivre de leur travail.

Mais il devient tellement rare qu’un Petit Prince moderne pourrait demander… « dis, dessine-moi un travail ».

Le chèque énergie sera généralisé à 4 millions de ménages en 2018

Or, presque 7 ans après, alors que les prix de l’énergie montent uniquement parce que les taxes montent, et que nos gouvernements décident aussi d’augmenter les prix, de libéraliser comme on dit les prix par exemple de l’électricité qui n’en finira plus de monter comme tout le monde le sait pertinemment, on nous propose quoi ? Pas d’idée ? Non ? Évidemment, un nouveau chèque « énergie » qui, après avoir été mis en « expérimentation », sera « généralisé »…

Mais tout cela est d’une absurdité totale !

« La phase d’expérimentation du “chèque énergie” remis aux familles les plus démunies pour les aider à payer leur facture d’énergie a été concluante, a fait savoir lundi le ministère de la Transition écologique qui prévoit sa généralisation pour quatre millions de ménages en 2018.

Le chèque énergie, qui sera revalorisé en 2019 pour être porté à un montant annuel moyen de 200 euros par ménage, a été mis en place pour aider des familles à payer leurs factures d’énergie ainsi que des dépenses en rénovation énergétique.

En septembre, le ministre avait précisé que ce chèque concernait les ménages avec des revenus annuels de moins de 7 500 euros pour une personne seule et de 16 100 euros pour un couple avec deux enfants. »

Les domaines stratégiques doivent rester dans les prérogatives régaliennes d’un État puissant !

Soyons un peu sérieux.

Aucune entreprise privée n’aura jamais les moyens d’assurer des profits plantureux et les investissements nécessaires à un réseau autoroutier, électrique ou de chemins de fer.

Ces activités nécessitent des capitaux considérables et ne sont jamais fondamentalement rentables.

Si nous faisons un chèque énergie, c’est parce que nous avons privatisé les gains des autoroutes, d’EDF ou de la SNCF que l’on ouvre à la concurrence.

Dans le même temps, nous socialisons les pertes relatives à ces activités en faisant peser le coût du démantèlement de notre parc nucléaire sur la collectivité.

Puis, nous laissons augmenter les prix en refusant de les encadrer.

Quelques décrets suffiraient pour remettre un peu d’ordre dans la chienlit totale qui règne dans ce pays.
Des décrets que personne ne prendra car d’une part, les institutions européennes nous l’interdisent et que d’autre part, personne parmi les élites et dirigeants actuels ne souhaite défier le pouvoir de l’Europe car ils ont décidé par leur européisme intégral décidé de sacrifier la France et les Français.

Notre peuple, dans toute sa diversité, est massacré par le totalitarisme marchand européen.

Vive la France, et mort aux chèques de la honte et à la traîtrise qu’ils représentent, le peuple ne demande pas l’aumône, le peuple demande et réclame les moyens de sa dignité et de son honneur.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT pour Insolentiae

 

Voir:

 

Un commentaire

Laisser un commentaire