Les 11 principaux changements de style de vie pour prévenir la maladie d’Alzheimer et la démence….

Quel drame que cette maladie. Voir quelqu’un qui était intelligent, avait des responsabilités importantes, était poète à ses heures et, le voir atteint par cette dégénérescence mentale, sans que l’on puisse rien faire. Avec le temps les familles sont encore plus démunies et ça devient ingérable. Les quelques conseils donnés pour éviter, ne sont en fait que du bon sens.

Les 11 principaux changements de style de vie pour prévenir la maladie d’Alzheimer et la démence

La maladie d’Alzheimer est la 5ème cause de décès en France. En réalité, elle tue plus de personnes que le cancer du sein et le cancer de la prostate réuni (1).

Cependant, si vous comprenez vraiment la démence, vous pouvez changer votre style de vie pour protéger votre cerveau du déclin cognitif avant qu’il ne se produise.

Qu’est-ce que la démence

Selon l’Alzheimer’s Association: « La démence est un terme général pour un déclin de la capacité mentale assez grave pour interférer avec la vie quotidienne… La démence n’est pas une maladie spécifique. C’est un terme général qui décrit un large éventail de symptômes associés à un déclin de la mémoire ou des capacités de réflexion assez grave pour réduire la capacité d’une personne à effectuer des activités quotidiennes. » (2)

La démence se caractérise par une altération d’au moins deux de ces fonctions mentales :

  • Mémoire
  • Communication et langue
  • Capacité de se concentrer et de faire attention
  • Raisonnement et jugement
  • Perception visuelle

La démence est une maladie progressive, ce qui signifie qu’elle s’aggrave à mesure qu’elle progresse. Cela peut commencer par oublier où vous avez mis vos clés et peut finir par oublier votre famille ou en oublier de manger.

Au lieu de mettre l’accent sur la prévention de la maladie d’Alzheimer, la communauté médicale met l’accent sur le ralentissement de la progression de la maladie après son apparition avec des médicaments et une thérapie.

Cette maladie cause des dommages aux cellules du cerveau et interfère avec la communication cellulaire. Elle affecte la pensée, le jugement, les mouvements, le comportement et les sentiments.

Les facteurs de risque de démence comprennent (3) :

  • Blessures à la tête
  • Fonctionnement altéré de la thyroïde
  • Dépression
  • Faible activité physique
  • Obésité
  • Mauvaise alimentation et carences en vitamines
  • Certains médicaments
  • Taux de cholestérol élevé
  • Hypertension
  • Diabète
  • Utilisation d’alcool
  • Fumer
  • Vieillesse
  • Antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer

Si vous vous trouvez dans ces catégories de facteurs de risque, prendre des mesures maintenant pour prévenir la maladie d’Alzheimer peut améliorer votre fonction cognitive à un âge plus avancé.

D’autres types de la maladie comprennent (4) :

  • Démence vasculaire
  • Démence avec des corps de Lewy
  • Démence mixte
  • Maladie de Parkinson
  • Démence fronto-temporale
  • Maladie de Creutzfeldt-Jakob
  • Hydrocéphalie à pression normale
  • Maladie de Huntington
  • Syndrome de Wernicke-Korsakoff

Les premiers signes de la maladie d’Alzheimer incluent des difficultés à se souvenir des conversations récentes, des noms ou des lieux, ainsi que l’apathie et la dépression. Plus tard, les symptômes peuvent inclure une communication altérée, un jugement insuffisant, de la désorientation, de la confusion, des changements de comportement et des difficultés à parler, à avaler et à marcher.

La maladie d’Alzheimer se caractérise par des dépôts de bêta-amyloïde dans le cerveau, des brins torsadés de la protéine tau, ainsi que des dommages aux cellules nerveuses et à la mort.

Astuces naturelles pour prévenir la maladie d’Alzheimer

Si vous avez un risque élevé de démence ou si vous avez des antécédents familiaux de la maladie, il existe plusieurs choses que vous pouvez faire régulièrement pour réduire le risque de développer une démence.

Prévenir la maladie d’Alzheimer est simple, il suffit de se mettre au travail !

1. Arrêtez de fumer

Comme le dit Web MD: « Bien que le tabagisme soit depuis longtemps connu pour augmenter le risque de décès par cancer et maladies cardiaques, des chercheurs en Finlande disent qu’ils ont trouvé de bonnes raisons de croire que le tabagisme de plus de deux paquets de cigarettes tous les jours entre 50 et 60 ans augmente le risque de démence plus tard dans la vie. » (5)

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer : « les anciens fumeurs ou les personnes qui ont fumé moins d’un demi-paquet par jour ne semblent pas avoir un risque accru de développer une démence ».

Les chercheurs ont estimé que le risque accru est en partie dû au fait que le tabagisme contribue au stress oxydatif et à l’inflammation. Beaucoup d’autres études ont également confirmé le lien entre le tabagisme et la maladie d’Alzheimer (6,7).

Si vous avez de la difficulté à arrêter de fumer, il existe de nombreuses herbes naturelles qui peuvent soutenir vos efforts pour abandonner cette mauvaise habitude et éliminer certaines toxines dans vos poumons après avoir arrêté.

2. Soyez physiquement actif

L’activité physique a un impact positif sur chaque partie de votre corps, y compris votre cerveau. En fait, elle stimule la circulation de l’oxygène et des nutriments dans votre cerveau et aide à prévenir les facteurs de risque comme le diabète, l’hypertension et plus (8).

Dans une étude, des chercheurs de la clinique de Cleveland aux Etats-Unis ont recruté près de 100 hommes et femmes âgés de 65 à 89 ans, dont certains avaient des antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer. La moitié de ces participants étaient porteur du gène e4, qui augmentait considérablement leur risque de développer la maladie (9).

Les participants ont été divisés en quatre groupes :

  • Groupe e4-positif qui a fait de l’exercice
  • Groupe e4-positif qui n’a pas fait d’exercice
  • Groupe e4-négatif qui a fait de l’exercice
  • Groupe négatif e4 qui n’a pas fait d’exercice

Le groupe e4-positif qui n’a pas fait d’exercice a subit une atrophie significative de leur hippocampe en seulement 18 mois. En fait, la structure cérébrale avait diminué de 3% en moyenne. Le groupe e4 qui a fait de l’exercice n’a connu aucun changement dans leur hippocampe et les groupes e4 négatifs non plus.

Pour faire du bien à votre cerveau, faites de l’exercice de façon modérée au moins 3 fois par semaine et bougez au moins 30 minutes par jour. Essayez de marcher dans le quartier, de nager ou de faire du vélo afin de faire circuler votre sang.

3. Vitamine B

Les vitamines B réduisent le taux d’une molécule connue sous le nom d’homocystéine dans votre sang. L’homocystéine endommage le système vasculaire et peut conduire à des accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques et d’autres problèmes vasculaires. Ces maladies, à leur tour, ont un effet dévastateur sur votre cerveau. En outre, des niveaux élevés d’homocystéine initient des déficiences cognitives et une mauvaise performance cérébrale, augmentent votre risque de démence et augmentent le rétrécissement du cerveau (10).

En fait, des niveaux adéquats de vitamines B (acide folique, vitamines B6 et B12) ralentissent l’atrophie cérébrale chez les patients atteints de déficience cognitive légère. Une autre vitamine B, la thiamine, aide les cellules du cerveau à produire de l’énergie à partir du sucre pour assurer une bonne fonction cérébrale. La carence en thiamine est liée au syndrome de Korsakoff, un trouble de la mémoire chronique dans le cadre de la démence (11).

Réexaminez votre alimentation pour inclure plus d’aliments riches en vitamine B. La B12 est particulièrement importante pour les végétariens, qui peuvent avoir besoin de manger plus d’œufs et de se supplémenter.

4. Vitamine D

La carence en vitamine D est l’une des carences les plus répandues à notre époque, atteignant 40 à 75% de tous les adultes du monde entier. La vitamine est produite par votre corps lorsque votre peau est exposée à la lumière directe du soleil.

Cette vitamine est cruciale pour la santé mentale et la fonction cognitive. En fait, dans une étude de 6 ans portant sur 1 600 personnes âgées, il a été constaté que la carence en vitamine D était liée à la maladie d’Alzheimer.

« … ceux qui étaient gravement carencés en vitamine D étaient plus de deux fois plus susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer et la démence que ceux qui avaient des niveaux adéquats », a écrit Alzheimer’s.net sur l’étude (12).

Pour avoir votre part, marchez dehors et exposez votre peau (sans écran solaire) pendant au moins 15 minutes par jour.

5. Entraînez votre cerveau

Apprendre une nouvelle information oblige votre cerveau à se réorganiser pour faire de la place aux nouvelles connaissances. Il doit également créer de nouvelles voies neurologiques pour relier les informations nouvelles et existantes (13).

En fait, une étude canadienne a révélé que le bilinguisme soutient la fonction cognitive et retarde même le début de la démence chez les patients avec une maladie d’Alzheimer probable de 4 ans en moyenne. Pour d’autres sortes de démence, l’apparition a été retardée de 3 ans en moyenne.

Pour plus d’avantages, pratiquez des jeux stimulant le cerveau comme les mots croisés et les sudoku ou jouez à des jeux difficiles comme le scrabble et les échecs. Mieux encore, apprenez à jouer d’un nouvel instrument ou prenez des cours dans votre université locale.

6. Prévenez les traumatismes crâniens

…/…

Lire le suite de l’article et voir les sources

Publié par Aphadolie

Voir:

Transparence Santé : un site pour connaitre les liens d’intérêts de votre médecin

Aussi:

 

 

 

15 commentaires

Laisser un commentaire