« La peur des gens de perdre leur travail et le climat de terreur chez SFR »…

Charles Sannat partage volontiers, ses réflexions personnelles sur l’économie. Il avait été interviewé en Mai et avait donné son avis, sur la politique de Macron. Je vous mets l’interview en fin d’article.

C’est encore une fois la société SFR, qui fait partie de la galaxie Drahi, le grand manitou magnat de la presse-médias et des télécoms, à la tête d’un groupe dont la valeur est estimée à 50 milliards d’euros et également d’une dette de 50 milliards d’euros, qui fait parler d’elle.

Mon propos ici ne sera pas de « condamner » plus particulièrement SFR, mais de partir de ce qui se passe chez SFR pour en faire la nouvelle règle de la vie en société (commerciale) dans notre pays. La nouvelle norme de fonctionnement, de non-dialogue social, de violence managérial c’est SFR et tous… les autres qui font pareil !

On peut vous parler de diversité avec des trémolos dans la voix.
On peut vous parler harcèlement moral en bêlant.
On peut vous parler égalité hommes-femmes en pleurant.
On peut vous parler de RSE (responsabilité sociale et écolo) de l’entreprise la main sur le cœur.

La vérité, mes amis, c’est que vous êtes insignifiants.

Nous sommes insignifiants.

Je ne crois pas cela pour ce que vous êtes et que nous sommes tous : des êtres humains qui doivent bénéficier d’amour et de bienveillance.

Nous sommes insignifiants pour le totalitarisme marchand, piétaille sans importance pour les entreprises, pions sur l’échiquier du capitalisme mondial, esclaves consentants du spectacle mondialiste.

Ce système qui nous rend insignifiants nie donc l’humanité de tous. C’est ce que nous voyons encore à travers ce nouveau plan social largement prévisible et que j’avais évidemment évoqué dans ces colonnes comme étant une évidence.

Vous savez, c’est toujours la même politique de petits pas, d’itération. On le fait par étape.

SFR : nouvelle vague de licenciements 

Alors qu’Altice s’était engagé à conserver ses effectifs 3 ans, voici le délai de sursis terminé.
Voilà donc des salariés bientôt condamnés exécutés. Ce sont des milliers de postes qui seront supprimés. Et ce sera dans beaucoup d’entreprises la même chose.

« La débâcle continue chez SFR. L’opérateur s’apprête à lancer une nouvelle vague de licenciements, comme il l’avait annoncé il y a quelques mois. Les syndicats s’inquiètent du «climat de terreur et de crainte» qui s’intensifie au sein de l’entreprise depuis le rachat par Altice. »

La CFTC, CFE-CGC, CGT, UNSA et CFDT mettent en lumière une explosion des entretiens préalables chez SFR Distribution (structure détenant la plupart des boutiques SFR). Dans leur communiqué, ils pointent du doigt des motifs «futiles et subis» avec «des entretiens non-formalisés». Cela crée «un climat de terreur et de crainte» au sein de l’entreprise.

« Un climat de terreur et de crainte »

Et voilà ce que je retiens de cet article ou de ce que « remontent » les syndicats.
Les gens ont peur.
Tellement peur de perdre leur travail que c’est de la terreur.
Vous êtes nombreux à m’écrire. À me raconter ce qui se passe dans vos entreprises respectives. Même si je ne peux matériellement pas répondre à chacune et chacun de vous, ce qui ressort de vos courriers c’est que ce que l’on veut vous faire prendre pour des drames individuels ne sont en réalité qu’un immense drame collectif.

Celui des gains massifs de productivité qui laminent l’emploi, mais surtout l’histoire de la fin avec le communisme de la façade douce et paternaliste du système économique qui devient ce qu’il a toujours été : violent et abject.

Le problème c’est que nous ne nous sommes pas adaptés à cette nouvelle donne.

Et la première étape pour ne pas avoir peur, et je vous en ai un peu parlé hier, c’est de travailler son employabilité. Mais pas uniquement !

Il faut avoir une politique patrimoniale et une gestion financière personnelle visant une stratégie d’indépendance.

Pour vous affranchir de la peur mes amis, il faut économiser encore et encore car l’argent économisé vous affranchit et vous libère. La dépense et la consommation vous aliènent. L’épargne vous libère. C’est exactement en ce sens que « l’argent est un excellent serviteur mais un bien mauvais maître ». C’est exactement pour cette raison que je roule en Dacia. J’ai bon goût, je vous assure. Je serais « bien » au volant d’une belle Audi !

Le problème c’est que le besoin de possession vous rend dépendant d’une course infinie à l’échalote. Cette course au « train de vie » vous rend dépendant de vos revenus, de votre employeur. Quand la roue tourne, et elle tourne de plus en plus vite, alors c’est la peur, la crainte et comme cela est écrit carrément la « terreur ».

Aucun travail ou boulot ne doit vous terroriser !

Si vous êtes terrorisé à l’idée de perdre votre travail, c’est que vous n’avez pas pensé votre employabilité.

Si vous êtes terrorisé à l’idée de perdre votre travail, c’est que vous n’avez pas pensé votre liberté financière en épargnant.

Si vous êtes terrorisé à l’idée de perdre votre travail, c’est que vous n’avez pas pensé votre niveau de vie, vos dépenses et votre niveau de consommation.

Je sais, cela peut sembler un peu « dur ». Vous serez nombreux sans doute à vouloir m’écrire que « moi c’est différent je n’ai pas le choix ».

Avant de le faire… posez-vous quelques questions simples. Combien me coûte ma voiture ? Combien me coûte mon téléphone portable ? Mes abonnements télé/câble/Netflix ou Canal+ ? Combien me coûte mon logement ? Combien me coûtent mes restaurants chaque mois ?

Mes amis, nous sommes terrorisés quand on se sent prisonnier.

Si l’on veut s’épargner cette situation, alors il faut réduire drastiquement son train de vie pour ne pas être soumis à un niveau de dépenses.

Il faut penser et travailler son employabilité.

Il faut être en mouvement et anticiper.

Un employeur vous quitte ? 10 de retrouvés ! Encore faut-il savoir où chercher et comment.

La liberté et la sérénité, cela se mérite. Cela se construit. Patiemment. Dans la durée et avec constance.

Ce qui se passe chez SFR est la nouvelle tendance lourde. Ne vous laissez pas avoir. Ne soyez pas naïf, et n’attendez rien du politique… Vous savez, Drahi c’est aussi l’homme qui murmure à l’oreille de Macron, et puis désormais, comme vous avez pu le calculer hier, cela ne coûte plus très cher de vous licencier, même « abusivement ».

C’est à vous de prendre en compte dans vos réflexions et dans vos actions ces nouvelles réalités.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT pour Insolentiae

Interrogé par Alexandre Artamolov pour Pravda France, Charles Sannat détaille par le menu le plan de Macron, c’était en Mai 2017 juste après les élections…

Le plan économique de Macron conduira la France au désastre

Charles Sannat, rédacteur-en-chef de la page internet économico-financière INSOLENTIAE, ancien banquier et macro-économiste, nous livre tous les tenants et les aboutissants de la mondialisation totale de l’Hexagone concoctée par Emmanuel Macron. Selon notre interlocuteur, Macron se voue corps et âme à l’oeuvre de l’assujetissement de la France au grand capital mondial. Et il ne s’agit pas d’un complot parce que si complot il y a, il y a également un secret à garder. Or, ici tout s’opère au vu et au su de tout un chacun sans que l’on s’en soucie ou prête attention. Pour ce qui est de l’ensemble européen, selon C.Sannat, il engendrerait un autoritarisme sans pareils à l’échelle de la feue Union Soviétique.

Ce que pensent les français

Infographie: Six mois avec Macron : des réformes qui divisent | Statista Vous trouverez plus de statistiques sur Statista

20 commentaires

  • Bl@ck Sheep

    Je ne sais pas dans quel monde vit ce monsieur Sannat, mais certainement pas le notre, ou tout du moins celui de la majorité. En gros, ceux qui sont terrorisés le sont par leur seule faute. Leur faute de mal gérer leur budget, de ne pas économiser, de ne pas travailler leur employabilité.. On croirait entendre un discours tout droit sorti des instances officielles, culpabilisant et moralisateur au besoin. Tout ça pour quoi ? Nous vendre sa lettre de stratégies dont ne sait pas trop quoi faire, mais lui si.

    Il doit être bien naïf s’il pense qu’épargne et or sont des mesures pérennes et sans risques. Le jour où ses comptes seront vidés et son or réquisitionné, il ne lui restera plus que ses lettres pour se torcher.

    Le seul point où j’hésite, c’est de déterminer s’il est vraiment naïf ou simplement opportuniste. Dans tous les cas lui et ses analyses sont vraiment inutiles, voir contre productives, car partant d’un constat réel, elles finissent toujours sur une conclusion irréaliste et déconnectée de la réalité.

    • gnafron

      il est pourtant vrai que dans les mêmes conditions, certains auront des économies, d’autres des dettes https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

      • Bl@ck Sheep

        Certes, mais je connais beaucoup plus de personnes endettées que de personnes ayant la possibilité de mettre ne serai-ce que 100€ par mois de côté. Certes tu auras toujours des personnes qui seront incapables de « rationaliser » leur budget, mais pour la plupart c’est compter à l’euro près pour pas dépasser la limite de découvert.

        Il doit penser que tout le monde gagne son salaire, mais que peu le dépensent correctement : « J’ai une Dacia alors que je pourrai rouler en Audi mais je suis intelligent, moi, je met de l’argent de côté, alors achetez ma lettre et vous aussi vous agirez intelligemment ».

        Si franchement c’est pas être complètement à côté de la plaque, je sais pas ce que c’est..

    • engel

      Vous êtes abonné à sa lettre, ou vous parlez sans savoir?

      • Bl@ck Sheep

        Vu qu’il passe son temps à en parler, et au vu du fond de ses articles en règle générale, il n’est pas très compliqué de savoir à quoi s’attendre. Le souci ici n’est pas tant le contenu exact que la finalité : travailler son employabilité, trouver les « bons » investissement, etc, ça tourne surtout autour de comment jouer avec le système, en faisant croire que nous pouvons gagner cette bataille, ou au pire y laisser le moins de plumes possibles..

        En gros, comment utiliser le système pour notre intérêt personnel et surtout pas comment en sortir ou lutter contre.

        Je pense que ce monsieur n’imagine pas une seconde que le système peut se retourner d’un moment à l’autre contre lui. Que ce soit pour l’or (son gagne pain) en nous faisant croire que c’est une sécurité, ou pour l’emploi comme si c’était une fin en soi, ou une possibilité d’avenir pour le plus grand nombre. Il me fait penser à ces nombreux sites qui font tout pour vous vendre leur méthode pour devenir riche sans rien faire à part vendre à notre tour la méthode en question.

        Le jour où le système s’effondrera – et il est le premier à le rabâcher dans sa signature entre-autres – toutes ses petites astuces ne vaudront plus rien du tout. C’est ce constat qui me fait dire que s’il ne profite pas de la faiblesse des autres, il est sacrément naïf.

      • engel

        Bonjour,
        Pour le lire depuis ses débuts, je pense que vous appréhendez mal le personnage.
        Ses lettres font toujours dans le concret et l’applicable maintenant.

  • partisan

    Ce sannat peu se mettre ses révélation dans le cuq.
    Jusqu´a aujourd´hui il ne fait que révéler, prophétiser etc.
    Et s´il mettait la recette magique pour protéger du harcellement, ce serait pas mal, mais lui, il met en ligne ce qu´on lui dit !

    Je connais personellement la menace (on va vous virer), mais j´étais toujour en avance sur ces menaces et c´est moi qui ais démissionner.
    Et quand j´étais à mon compte, je travaillais de temp à autre avec certaines entreprises. Mais chaque menace, je l´ais parer en leur mentant que mon calendrier est rempli.
    Et la ou je travaillais avec les entreprises et avais un équipe sous moi, aucun n´a été renvoyer, parceque la, mon argument était (sans lui, la tache a accomplir n´est plus faisable).

    Chez sfr, ils sont quand-même fautif d´eux-même, parceque chacun rentre dans le cuq des supérieurs avec la croyance de ne jamais perdre son emploi. Eh oui, les entreprises en sont arriver au point que la loi (chacun pour soi) prenne son devant. En plus, la pluspart du peuple se laisse endoctriner par les merdias (solidarité). Il y a quand-même une différence entre (chacun pour soi et solidarité).

    • logic

      la recette magique est dans ses lignes ci-dessus !
      maitriser ses dépenses, faire des économies, et à partir de là la marge de manoeuvre devient considérable !
      se priver qq années pour accèder a la liberté est l’étape obligée dans le monde ou l’on vit, on a rien sans rien, c’est la base!

      • partisan

        ok, ce système n´est pas un système durable, mas si c´est ça sa recette magique, on va en arriver a apporter de l´argent pour avoir le droit de travailler, parceque moins de consommation n´amène qu´a freiner la production etc etc.
        Quand on gagne bien, cela ne veut pas dire qu´on doit acheter chaque merde, mais au moin on peut s´acheter de la qualitée durable.
        Pour moi, il est comme beaucoup qui diffuse leur révélations et prophéties.
        Et s´il faisait example !

  • Billou223

    Sur certains points, il n’a pas tout à fait tort, entre la pléthore d’abonnements et la voiture personnelle, pas forcément obligatoires… (Qu’on ne dise pas que c’est vital, ça l’est pour du cas par cas, celui qui vit et travaille en ville ou à côté, n’a pas besoin de voiture, un simple scooter peut suffire.)

    Je parle en connaissance de cause, je n’ai jamais eu de voiture, minimisé un max les dépenses mensuelles « optionnelles », j’ai économisés énormément grâce à ça, même à mi-temps, je mettais de l’argent de côté ! Avant d’être en couple, et seul, je suis resté dans un grand appart’ en colocation ce qui m’a permis d’économiser d’autant. Je n’ai pas jeté non plus mon argent dans les boîtes, et les bars ni me suis retrouvé à découvert, mois après mois…

    Beaucoup de gens se plaignent, mais veulent vivre au dessus de leurs moyens sans en avoir les moyens, profiter d’un confort dispensable, les seules excuses valables à être dans la merde, c’est d’être au bout du rouleau, en dépression, ou d’avoir une famille à charge et à nourrir, le reste, c’est du mytho, excepté pour les jeûnes sans aucune aide ni famille, qui n’ont pas droit au RSA.

    Franchement, ça peut sembler hautain dit comme ça, mais j’ai vraiment l’impression que la plupart des gens veulent toujours mettre la charrue avant les bœufs, au point de parfois même s’endetter.

  • GROS

    Parfois il plane un peu quand même, le Sannat. Et il croit que ses modèles de pensées sont applicables à tous, ce qui est une grosse baliverne.

    J’aime bien le lire (je le lis depuis quasiment ses débuts au Contrarien), j’aime bien prendre connaissance de son point de vue que je trouve souvent intéressant, mais je suis quand même assez fréquemment en désaccord avec lui.
    Ici, en l’occurrence, quand il dit qu’il faut réduire son train de vie, je lui opposerais que tout le monde n’a pas le choix de ses charges, en particulier quand ça implique les enfants. Alors autant il est souvent pertinent, autant sur ce coup je trouve que c’est vraiment un benêt.

    • logic

      si, on a toujours le choix, c’est bien là le problème….

      • GROS

        Ah ok. J’avais pas capté qu’on avait le choix de ne pas payer les pensions alimentaires définies par le jaf (pour ne prendre que cet exemple).
        J’avais pas capté qu’on pouvait se défaire de sa voiture et ne pas aller chercher son gamin quand on en a la garde.
        On a aussi le choix de ne pas payer des écoles spécialisées quand l’enfant a un profil particulier rendant l’école publique inadaptée.
        T’as raison, on a toujours le choix…
        Après tout, c’est qu’un gamin, son développement, on s’en fout, ca sera pas le dernier miséreux à avoir des troubles et à devenir un délinquant.

        Restez dans vos raisonnements égocentriques et déconnectés des réalités, ça a l’air de drôlement vous réussir…
        N’importe quoi.

    • logic

      Quant aux enfants, dans un autre pays que la france, je dirai que tu as sans doute raison, mais en france il y a la CAF et même la CMU voire la CMU complémentaire, donc aucun risque concernant les besoins fondamentaux de l’humain!
      Après, bien sûr il y a le superflu! et c’est là que commence l’esclavage….

    • engel

      Vivre c’est choisir.
      « Rien faire » est un choix.
      « J’ai pas le courage de faire un choix » est aussi un choix.
      « refuser de voir » un choix est toujours un choix.

      ….Oui, on a toujours le choix.

      • GROS

        Si on suppose ce point de vue selon lequel on a toujours le choix, ça n’empêche que faire le mauvais choix peut avoir de très graves conséquences.
        Le choix n’exempt pas des responsabilités : ça ne signifie pas pouvoir faire ce qu’on veut n’importe comment en toute impunité.
        Dans les faits et pragmatiquement, non, on n’a pas toujours le choix.

        Pour en revenir au sujet, on n’a pas toujours le choix de ses charges, et « réduire son train de vie d’affreux consommateur inconscient » relève d’une lubie d’un gars qui s’imagine le monde tel qu’il n’est pas.

  • logic

    En quelque lignes, Charles nous explique les bases de la non dépendance totale au système! c’est un bon début pour qui veut emprunter dans le futur le chemin de la liberté ! A méditer (pour les accroc a la conso)

    • partisan

      Une non dépendendance totale au système, est impossible.
      Imagine toi au moyen-âge et que tu rentre le foin avec un charriot. puis, une roue claque. Tu va rentrer le foin à pied pendant le reste de la saison, ou tu va faire réparer la roue, parceque le forgeron doit faire la finition.
      Tu pourra le faire toi-même, mais la il te faudra une enclume. Et celle-la ne tombera pas du ciel.

      Aller travailler rien que pour ne rien pouvoir économiser, oublie le. Et les riches se permettent chaque gadget ou quoi.
      Qu´il aillent jouer le bon dieu chez les riches, mais pas au simple citoyen.
      Tout son blabla, qu´il se le mette ou je pense !

  • verisheep

    Une analyse bien plus intéressante que celle de sannat-torium et son vieux monde, celle du comité invisible (après « l’insurrection qui vient »): « A nos amis ».
    On est loin des discussions de comptoir évoquées ici, au bar Le Terminus…

    Enfin un texte qui pousse à réfléchir et à se remettre en question, ça vous changera…
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2017/11/COMITE-INVISIBLE-A-nos-amis-La-Fabrique-20141.pdf

    Pour les retardataires:
    http://minhateca.com.br/gsul/Documentos/EPUB+FR/vrac/l*27insurrection+qui+vient+-+comite+invisible,1195731888.epub

    Il faut s’inscrire sur le site pour télécharger le second lien; beaucoup de ceux qui chialent pour leur « employabilité » ne le feront pas; tant mieux. Qu’ils crèvent en suivant les conseils de sannat, on a l’ouverture d’esprit qu’on mérite… C’est de la sélection naturelle.
    J’aurais pu vous mettre un lien direct mais cette plateforme mérite d’être popularisée, c’est l’équivalent de toubox [RIP], il serait idiot de se priver de la plus grosse bibliothèque mondiale gratuite.

    Bientôt la résurrection de la bibliothèque autonome de Verisheep… Enfin, quand j’aurai le temps… Et si vous êtes sages.

Laisser un commentaire