Crédit agricole et Société générale financent les très polluants sables bitumineux, selon plusieurs ONG…

J’ai l’air de radoter mais, CETA permettra l’exportation de ce désastreux pétrole, qui dévaste certaines provinces du Canada. Regardez l’image, on viole la Terre ! Rien n’est oublié pour rentabiliser au maximum. Et tant pis pour la planète. Nos banques, qui nous vampirisent le moindre euro en frais bien souvent inutiles à la limite de l’arnaque, financent ce désastre écologique. Nous n’avons pas, comme nos voisins allemands, la fibre suffisamment écolo pour descendre par milliers dans la rue, et demander des comptes. Nous préférons payer…. Triste peuple de moutons, nous qui avions une aura internationale de rebelles inconditionnels.. Normal me direz-vous, les moutons sont castrés, sinon ce seraient des béliers…

Selon un nouveau rapport publié jeudi 2 novembre par les Amis de la Terre France, BankTrack, Rainforest Action Network et neuf autres organisations, les grandes banques privées – en France Crédit Agricole, Société Générale et Natixis – continuent de financer le secteur des sables bitumineux à des niveaux bien supérieurs à ceux nécessaires pour respecter l’objectif climatique de 1,5 à 2 °C.

Trente-trois grandes banques ont accordé plus de 115 milliards de dollars de financements aux entreprises actives dans la production et le transport des sables bitumineux entre 2014 et 2017. « Très émetteurs de gaz à effet de serre, extrêmement coûteux à produire et difficilement reliés aux marchés, les sables bitumineux font aussi partie des énergies fossiles les plus dévastatrices pour le climat et les populations autochtones, alertent les organisations. Pourtant, bien que des alternatives moins coûteuses et plus rapides à déployer existent, les financements accordés par les banques à ce secteur sur les 3 premiers trimestres de 2017 sont déjà 50% supérieurs à ceux engagés en 2016. »

Le rapport analyse également les politiques adoptées par les banques sur le secteur des sables bitumineux. Sur les trente-trois banques, seules cinq ont commencé à restreindre certains financements aux projets de sables bitumineux et seules trois ont également pris des engagements portant sur les entreprises du secteur. « Parmi elles, BNP Paribas qui a établi une nouvelle norme pour les banques mondiales : en plus d’adopter des restrictions strictes au niveau de la production, BNP Paribas s’est aussi engagée à ne pas financer des projets de transport ou des entreprises très impliquées dans le transport de sables bitumineux », apprécient les organisations.

Relayé par ReporTerre

Un commentaire

Laisser un commentaire