8 mythes très courants sur la nutrition (démystifiés par la science)

La nutrition est pleine de non-sens…Malgré les progrès évidents de la science en nutrition, les vieux mythes ne semblent pas vouloir disparaître.

Voici 20 mythes communs sur la nutrition qui ont été démystifiés par la recherche scientifique.


Mythe 1 : L’alimentation saine est à faible teneur en gras, riche en glucides et contient beaucoup de céréales.

Il y a plusieurs décennies, on a conseillé à la population entière de consommer une nourriture faible en gras et riche en glucides (1).

À l’époque, pas une seule étude n’a démontré que ce régime pouvait effectivement prévenir les maladies courantes.

Depuis lors, de nombreuses études de qualité ont été effectuées, notamment l’Initiative pour la santé des Femmes, qui est la plus grande étude de l’histoire sur la nutrition.

Les résultats étaient clairs … ce régime n’entraîne pas de perte de poids, ne prévient pas le cancer et ne réduit pas le risque de maladie cardiaque (2345).

Conclusion : De nombreuses études ont été effectuées sur les régimes à faible teneur en matière grasse et riches en glucides. Ce régime n’a pratiquement aucun effet sur le poids corporel ou le risque de la maladie sur le long terme.

Mythe 2 : L’utilisation du sel doit être limitée afin de réduire la pression artérielle, la survenue des crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux

Le mythe du sel est toujours présent, même si il n’y a jamais eu de preuve scientifique à cela.

Bien que la réduction du sel puisse réduire la pression artérielle de 1-5 mm / Hg en moyenne, elle n’a aucun effet sur la survenue des crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux ou la mort (67).

Bien sûr, si vous avez une pathologie comme l’hypertension due au sel, vous pouvez être une exception (8).

Mais les conseils en santé publique qui stipulent que tout le monde devrait réduire sa consommation de sel (et manger une nourriture insipide et fade) ne reposent pas sur des preuves tangibles.

Conclusion : Malgré la réduction légère de la pression artérielle, la réduction du sel / sodium ne réduit pas le risque de survenue de crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux ou de la mort.

Mythe 3 : Il est préférable de manger beaucoup de petits repas pendant la journée pour « raviver la flamme du métabolisme »

On prétend souvent qu’il est préférable de manger beaucoup de petits repas tout au long de la journée pour conserver le métabolisme en marche.

Mais il est clair que les études sont en désaccord avec cette théorie. Manger 2-3 repas par jour a exactement le même effet sur les calories totales brûlées que manger 5-6 (ou plus) petits repas (910).

Manger fréquemment peut présenter des avantages pour certaines personnes (comme la prévention de la faim excessive), mais il est inexact que cela affecte la quantité de calories que nous brûlons.

Il y a des études montrant même que manger trop souvent peut être nuisible … une nouvelle étude sortie récemment montre que des repas plus fréquents ont considérablement augmenté la quantité de graisse abdominale et dans le foie sur un régime alimentaire riche en calories (11).

Conclusion : Il n’est pas vrai que manger beaucoup de petits repas conduit à une augmentation de la quantité de calories brûlées tout au long de la journée. Les repas fréquents peuvent même augmenter l’accumulation de graisses malsaines dans le ventre et le foie.

Mythe 4 : Les jaunes d’œufs doivent être évités car ils sont riches en cholestérol, ce qui entraîne des maladies cardiaques

On nous a recommandé de réduire la consommation des œufs entiers parce que les jaunes sont riches en cholestérol.

Cependant, des études ont montré que les œufs augmentent le taux du « bon » cholestérol et n’augmentent pas le risque de maladie cardiaque (14).

Un examen de 17 études portant sur un total de 263,938 participants a montré que la consommation d’œufs n’avait pas d’effet sur le risque de maladie cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral chez les personnes non diabétiques (15).

Cependant … gardez à l’esprit que certaines études ont trouvé un risque de crise cardiaque plus important chez les diabétiques qui consomment des œufs (16).

Les œufs entiers figurent vraiment parmi les aliments les plus nutritifs de la planète et presque tous les nutriments sont présents dans les jaunes d’œufs.

Dire aux gens de jeter les jaunes d’œufs est peut-être le conseil le plus ridicule dans l’histoire de la nutrition.

Conclusion : Bien que les œufs soient riches en cholestérol, ils n’augmentent pas la le risque de maladie cardiaque pour la majorité des gens.

Mythe 5 : Le blé entier est un des aliments les plus sains et constitue la partie essentielle d’une alimentation « équilibrée »

Le blé a fait partie de l’alimentation depuis très longtemps, mais la donne a changé en raison de l’altération génétique qui existe depuis les années 1960.

Le « nouveau » blé est nettement moins nutritif que les variétés plus anciennes (17).

Des études préliminaires ont montré que, par rapport au blé ancien, le blé moderne peut augmenter le taux de cholestérol et des marqueurs inflammatoires (1819).

Il provoque aussi des symptômes tels que la douleur, les ballonnements, la fatigue et l’altération de la qualité de vie des patients atteints du syndrome du côlon irritable (20).

Bien que quelques-unes des variétés plus anciennes comme l’engrain et le blé de Khorasan peuvent être relativement saines, le blé moderne ne l’est absolument pas.

En outre, il ne faut pas oublier que l’étiquette de « grains entiers » est une vaste fumisterie… ces grains ont généralement été pulvérisé en farine très fine, donc ils ont des effets métaboliques similaires aux grains raffinés.

Conclusion : Le blé que la plupart des gens consomment aujourd’hui est malsain. Il est moins nutritif et peut augmenter le taux de cholestérol et les marqueurs inflammatoires.

  • Découvrez également plus d’information sur la diététique à l’ancienne, pourquoi les aliments étaient plus nutritifs avant, et des idées de recettes à l’ancienne pour votre santé sur lesvieuxpots.com.

Mythe 6 : Consommer de la graisse fait grossir … donc, si vous voulez perdre du poids, vous devez manger moins de graisse

La graisse est la substance qui est sous notre peau, la rendant plus douce et gonflée.

Il semble donc logique que manger de la graisse nous engraissera davantage.

Toutefois, cela dépend entièrement du contexte. Les régimes riches en graisses et en glucides peuvent vous faire grossir, mais ce n’est pas spécifiquement à cause de la graisse.

En fait, les régimes alimentaires qui sont riches en matières grasses (mais faible en glucides) conduisent toujours à une plus grande perte de poids que les régimes à faible teneur en matières grasses … même lorsque les groupes ayant un régime à faible teneur en matières grasses restreignent le nombre de calories (353637).

Conclusion : Les effets « engraissants » des graisses alimentaires dépendent entièrement du contexte. Un régime alimentaire qui est riche en matières grasses mais faible en glucides conduit à plus de perte de poids qu’un régime à faible teneur en graisse.

Mythe 7 : Toutes les calories sont égales, le type d’aliment dont elles proviennent n’a pas d’importance

Il est tout simplement inexact de dire que « toutes les calories sont égales ».

Différents aliments passent par différentes voies métaboliques et ont des effets directs sur la combustion des graisses et des hormones et centres du cerveau qui régulent l’appétit (484950).

Un régime alimentaire riche en protéines par exemple peut augmenter le taux métabolique de 80 à 100 calories par jour et réduire de manière significative l’appétit (515253).

Dans une étude, un tel régime a entraîné le fait que les gens mangeaient automatiquement 441 moins de calories par jour. Ils ont également perdu 11 livres en 12 semaines, juste en ajoutant des protéines à leur régime alimentaire (54).

Il existe de nombreux autres exemples de différents aliments ayant des effets très différents sur la faim, les hormones et la santé. Parce qu’une calorie n’est pas qu’une calorie.

Conclusion : Toutes les calories ne sont pas les mêmes, parce que les différents aliments et macronutriments passent par différentes voies métaboliques. Elles ont des effets différents sur la faim, les hormones et la santé.

Mythe 8 : Les aliments faibles en matières grasses sont sains parce qu’ils sont plus faibles en calories et en graisses saturées

Lorsque les lignes directrices de l’alimentation à faible teneur en matières grasses sont sorties, les fabricants de produits alimentaires ont répondu avec toutes sortes d’ « aliments sains » à faible teneur en gras.

Le problème est que … ces aliments ont un goût horrible lorsque la graisse est retirée, de sorte que les fabricants de produits alimentaires ont ajouté tout un tas de sucres à la place.

La vérité est que l’excès de sucre est véritablement dangereux, tandis que la graisse naturellement présente dans les aliments ne l’est pas (5556).

Conclusion : Les aliments transformés à faible teneur en matière grasse ont tendance à être très riches en sucre, ce qui est très malsain par rapport à la graisse qui est naturellement présente dans certains aliments.

e conventionnelle aura l’effet inverse de ce qui était prévu!

Conclusion : De nombreuses études ont montré que consommer plus de protéines (pas moins) est liée à un risque réduit d’ostéoporose et de fractures.

Découvrez plus d’articles santé et diététique sur lesvieuxpots.com.

 

15 commentaires

  • Pignoufou

    Mythe 3. A contrario, il y a des jeunes simples qu’on peut appliquer. Comme jeûner pendant 16 heures, c’est à dire faire seulement deux repas dans la journée avec une intervalle de huit heures.
    Avoir faim, c’est une sensation désagréable, mais on s’y accommode vite et on finit par ne plus la ressentir.

    Un article parmi tant d’autres qui vante le jeûne intermittent.
    http://www.mangervivant.fr/jeune-intermittent-incroyables-bienfaits-detoxiner-purifier-corps/

    • partisan

      Longtemp avant le révolution industrielle, les gens se levaient faire le nécéssaire « arroser le jardin, nourrir le bétail, faire ses échanges etc » et allaient à nouveau se coucher/reposer. S´ils avaient faim, ils mangeaient quelque chose, et si non, ils mangeaient plus tard.
      De nos jours, c´est matin, midi, et le soir. Et quand je vois les gens qui trimballent leur bouteille d´eau avec eux comme s´ils devaient mourrir sans celle-la, l´on se demande à quel point ils sont laver de la tête

      • Pignoufou

        oups désolé! J’ai cliqué sur signaler au lieu de répondre.

        J’ai un bon ami qui vit comme ça. Ça existe encore et c’est pas un papy. Il se lève top pour ouvrir aux poules et faire différentes tâches comme aller aux champis. Après il se recouche et pionce un bon coup. En plus c’est un as de la récup, et du bricolage. Le nombres de coins qu’il connait, c’est hallucinant.

      • partisan

        @ Pignoufou

        Eh bien en voila encore un qui ne s´est pas laisser emballer de ce système malfoutue. Je le félicite. malheureusement ce genre de personne deviens dde plus en plus rare.

  • Lilith Lilith

    conclusion manger de tout sans excès évité la nourriture non transformée et surtout ne mangé que lorsque on a faim, après tout chacun a un bio-rythme et une biologie / culture alimentaire qui lui est propre.

  • Pour le blé, oui il faut bien entendu privilégier les farines complètes, mais comme indiquer elle pose des problèmes inflammatoires ou des allergies dont celle bien connue du gluten. Il faut donc préférer les farines d’épeautres.

    Ou d’autres céréales, comme les flocons d’avoines complètes qui constitue le meilleurs déjeuner qui soit.

    Pour les calories, il faut aussi tenir compte que 1 gr de protéine ou de glucide équivaut à 4 cal, tandis que 1 gr de lipide équivaut à 8 gr ! Il faut donc en tenir compte, même si comme indiquer les bonnes graisses sont nécessaire mais bien les compter sur sont taux de calories journalier pour ne pas dépasser son cotas.

    Pour le fait de manger plusieurs petits repas, ça n’a rien avoir avec le fait de bruler plus de calories, il est vrai que cela n’a aucune incidence. L’intérêt de fractionner en 6 à 7 repas plutôt que 3 ou 4 offre l’avantage de bloquer le catabolisme musculaire soit sa dégradation on reste en anabolisme. De plus ça évite les fringale qui peuvent conduire à dépasser son cotas calorique journalier.

    Bonne soirée à toute et à tous.

    Orné

    • partisan

      À vrai dire, c´est bien jolie d´avoir dévoiler ces mythes, mais vu que l´on se nourrit en mangeant avec diversitée, on ne va pas risquer a se manger malade. Qui va manger des oeufs p.ex. toute la soirée en télévisant ?
      Lilith le dis si bien, manger de tout sans excès.
      Mais bon, l´article se vaut à lire. Mais il me parait que ces scientifiques n´ont rien d´autre a faire.

      • Il est claire que chacun à ses spécificités et que l’on doit trouver ce qui nous convient le mieux selon notre propre morphologie et métabolisme.

        Mais il existe des grandes règles à respecter. l’ennui en diététique c’est qu’il y a beaucoup d’études qui se contredisent, tu as différentes école si je puis dire dont ils vont chacun défendre leur façon de voir.

        Pour les oeufs ou n’importe quel autres aliments, il s’agit de rester cohérent, on a jamais dit à personne d’en manger toutes la journée, même si dorénavant l’oeuf et si l’on puis dire réhabilité et n’a plus mauvaise réputation.

        Lorsque j’en mangeai je le réservai surtout pour le déjeuner avec mes flocons d’avoine et il est vrai que j’en consommais journellement et en bonne quantité genre 5 blancs d’œuf avec deux jaunes. Je n’ai jamais eu aucun problème, mais une fois encore le sport fait que. Une personne sédentaire ne devra pas en consommer autant.

        Il faut en effet diversifier, mais que des aliments de base et non transformé et idéalement bio. Et toujours faire attention de ne pas dépasser son ratio calorique. Respecter une bonne balance entre protéine/glucide/lipide qui doit être déterminé de préférence avec un diététicien en cas de soucis de poids ou autre.

        perso je suis plus ou moins 40/40/20 répartit sur 3500 cal, en hiver je peux monter à 4000 cal

        Orné

      • partisan

        Quand on était gosse, on mangeait sans se poser de questions.
        Après un bout de temp, l´on en est venu au stade de roter légèrerement (en douce à cause des autres). Mes parents disaient: tiens, quelqu´un qui devrait être rassasier. Eh oui, c´était juste, l´on remarquait qu´on était rassasier, vidait encore le reste de l´assiète, et se passait souvent même du dessert.
        Mais tous ces savoirs de nos ancêtres se perdent malheureusement.

  • sephiros

    6 à 7 repas par jour c’est vraiment beaucoup la digestion et se qui épuise le plus le corps et plus on mange moins on absorbe les aliments
    si ton but ces grossir pourquoi pas
    fait gaffe a tes organes sur le long terme

    • Il s’agit bien entendu de petits repas, le nombre de calorie journalier ne bouge pas, ni mon poids d’ailleurs.

      Pour augmenter son poids, il n’y a pas de miracle, il faut dépasser son cotas de calorie habituelle de façon graduelle pour éviter de prendre trop de tissus adipeux*, mais ce n’était pas le but de mon poste.

      J’aurai dû préciser que c’est une méthode qui ne s’adresse qu’aux personne qui pratiquent beaucoup de sport.

      Vu qu’il s’agit de petit repas, ça amène à des digestions très légère bien moins contraignante pour l’organisme que trois digestion pour des lourds repas. Cela a pour conséquence de baisser la tension artérielle et éviter le mauvais cholestérol.

      Je peux t’assurer que si tu n’as pas de problème de santé particulier et que tu suis un régime sensé, tes organes ne risque rien. Bien entendu un changement de régime ne s’effectue jamais sans l’avis d’un professionnel.

      Mon poste à pour but de compléter le mythe 3 de l’article qui pour moi est incomplet. L’ennui de ce genre d’article c’est qu’il répond toujours à la même règle, s’adresser à des personne sédentaire et travaillant dans des bureaux.

      (*) Et bien entendu en ayant une pratique sportive adaptée comme la musculation.

      Orné

  • logic

    mangez bio, varié et équilibré, et pour ceux qui veulent aller plus loin pour leur bien être, je conseille le régime suivant le groupe sanguin qui nous dit par exemple que le groupe A est plutôt végétarien par exemple….

    et surtout éviter l’intégrisme alimentaire qui s’il n’est pas maîtrisé vous amènera des carences

  • Pour compléter un peu, l’excellente série d’articles tirées du blog de Jacques Henry:
    https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/06/08/alimentation-et-sante-rumeurs-et-mensonges-1/

    Série en 6 articles, toutes sur son blog.

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif