RSA : lorsque la chasse aux pauvres tourne au harcèlement. Témoignage.

J’ai vu ce témoignage chez Mr Mondialisation, vous êtes nombreux à l’avoir signalé. Merci à tous.. Partagez…

Il y a quelques semaines, Mélanie*, allocataire du RSA, a subi une inspection surprise de la part de la Caisse d’Allocations Familiales. Elle a tenu à témoigner. Pourquoi ? « Etre allocataire du RSA, c’est survivre en étant « présumé coupable de fraude ». C’est être obligé de se mettre à nu pour prouver son innocence et avoir le droit de vivre. C’est culpabiliser d’exister et de devoir subir les pressions, les menaces et des contrôles. Or c’est notre vie et notre dignité qui sont dans la balance ! Cette situation doit changer. J’ai écrit ce message pour crier, car la coupe est pleine. Je ne veux plus vivre dans l’angoisse et les larmes ».

Cette réalité traumatisante reste pourtant peu connue de l’opinion publique souvent manipulée sur le sujet à des fins politiques. Mélanie, vivant dans une extrême précarité, risque aujourd’hui de perdre ses 470 euros mensuels qui lui permettaient de joindre les deux bouts.

En tant qu’allocataire du RSA (et non « bénéficiaire », comme on peut trop souvent le lire et l’entendre), Mélanie a été interrogée par surprise à son domicile pendant plus d’une heure par une inspectrice décidée à dénicher la moindre irrégularité, quitte à fouiller dans sa vie privée et suggérer des relations intimes avec son propriétaire. Par son témoignage, elle a tenu à dénoncer les méthodes utilisées, d’une grande violence psychologique, explique-t-elle. Alors que Mélanie est déjà fragilisée par sa situation, la tournure de son contrôle interpelle. « Le pauvre » semble jugé coupable par défaut de sa situation, et tout est fait pour lui enlever ses maigres moyens de subsistance. Que peut justifier une telle violence morale et de telles atteintes à la vie privée à l’égard de ceux qui souffrent de la précarité dans laquelle ils vivent ?

Son témoignage ne fait pas figure d’exception, à l’heure où de nombreuses régions déploient d’importants moyens pour surveiller les allocataires de près, souvent au prix de la dignité humaine. Pourtant, malgré toutes les fausses idées véhiculées, la fraude sociale est infiniment marginale en France, contrairement à la fraude fiscale qui se compte en dizaine de milliards d’euros. Mais voilà, les classes sociales visées par ces problématiques ne semblent pas les mêmes, pas plus que les moyens employés…

Témoignage de Mélanie : « Aucune aide sociale n’est gratuite. Tout se paye. Et nous le payons très cher »

 « C’est le matin, je suis dans la salle de bain. Mon téléphone sonne soudain : au bout du fil, l’inspectrice s’annonce et précise qu’elle est devant chez moi. Je n’en reviens pas. Je bredouille que je vais lui ouvrir, puis je raccroche. La personne qui m’héberge dort encore, épuisée à cause de ses soucis de santé. Je la réveille en catastrophe, j’ouvre les fenêtres tandis qu’elle se lève et file dans la salle de bain s’habiller. Je n’ai pas ce luxe et c’est en pyjama/sweet noirs que j’ouvre la porte à l’inspectrice.

Je lui serre la main et lui souhaite la bienvenue, honteuse de ne pas être présentable, et elle monte dans notre petit 40m² sous les combles. Sa première remarque est de signaler le manque de luminosité chez nous… Elle me montre sa carte, telle une agente de police, pour prouver la légitimité de son statut.

« Le but de son inspection est simple : déceler la moindre trace de fraude car nous sommes allocataires du Revenu de Solidarité Active »

Je m’excuse du désordre, profondément embarrassée de n’avoir pu préparer son arrivée, elle répond qu’il lui faut un endroit pour écrire. Je dois donc vider précipitamment de son contenu la minuscule table du salon qui me sert de bureau, afin qu’elle puisse s’installer. L’hébergeur sort enfin de la salle de bain, plus présentable que moi, et il fait la connaissance de l’inspectrice qui montre à nouveau sa carte.

Le but de son inspection (non avoué) est simple : déceler la moindre trace de fraude car nous sommes allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), si possible diminuer nos aides sociales, et démontrer par tous les moyens que nous méritons le statut « concubin » pour nous verser un seul RSA couple au lieu de deux individuels, alors que je suis hébergée à titre gratuit, et que tout appartient à l’hébergeur, aussi bien l’appartement que les meubles.

Pour commencer, je lui montre que mon hébergeur dort sur un lit dans le salon, tandis que je dors dans la chambre. Le fait que nous ayons deux lits séparés devait être un argument suffisant pour montrer que nous ne sommes pas concubins, d’après ce qu’on nous a répété. Mais l’inspectrice n’en a cure. Ce qu’elle veut, c’est déballer toute notre vie administrative, et connaître tous nos plus intimes secrets.

« Nous faisons preuve de bonne volonté et répondons à toutes les questions de l’inspectrice »

Elle nous fait alors remplir un questionnaire sur ce qu’est le concubinage d’un point de vue administratif, document que nous avons pourtant déjà rempli à l’occasion de courriers insistants et pénibles psychologiquement. Les questions sont peu claires et ambiguës, si bien qu’au fil de l’entretien, nous sommes amenés à changer de nombreuses fois nos réponses et à raturer partout. Plus tard, mon hébergeur me confiera qu’il a eu l’impression qu’elle tentait d’orienter légèrement nos réponses, comme si elle était déjà convaincue de notre mauvaise foi…

Malgré cela, nous faisons preuve de bonne volonté et répondons à toutes les questions de l’inspectrice, et nous lui présentons la dizaine de papiers qu’elle exige de chacun de nous : papiers d’identité, factures détaillées (téléphone, eau, électricité, internet), contrat du bail, d’assurance maladie, derniers contrats de travail, date et durée des derniers travaux, déclaration d’impôts, numéro d’inscription à Pôle Emploi, numéro d’immatriculation CAF, la reconnaissance de travailleur handicapé pour l’hébergeur, la date de ses opérations médicales, et son suivit professionnel par les services agréés. Nous étalons devant elle notre propre vie.

Enfin, elle exige de voir nos relevés bancaires en répétant plusieurs fois qu’elle est habilitée à le faire, ainsi qu’à revérifier « à tout moment » avec le service des Impôts, comme si elle s’attendait à des protestations de notre part. Mais nous n’en avons pas ; nous n’avons rien à cacher. Ainsi, elle inspecte en détail toutes nos maigres rentrées d’argent qu’elle questionne en détail et avec une sévérité manifeste, car avoir des rentrées sur nos relevés respectifs au milieu des nombreuses dépenses c’est mal, c’est suspect. Elle doit TOUT savoir, et elle note tout.

« Je suis en état de stress tout le long de l’entretien »

Le déballage de papiers (j’en ai certainement oublié) s’accompagne de questions personnelles. Elle veut connaître notre parcours : pourquoi je ne travaille plus, pourquoi je suis hébergée, qu’est-ce que je faisais avant ? Où ? Pourquoi ? Mon état de santé ? Ma famille ? Des enfants ? Des dettes ? Qu’est-ce que m’a conduit à vivre dans cette précarité extrême, celle où je n’ai pas d’emploi, et où je suis hébergée ? On ne sait jamais, j’aurais peut-être CHOISI de vivre de bonne grâce sur les aides de l’État… Les questions continuent. Recevons-nous nos courriers dans la même boite aux lettres ? Est-ce que je participe au paiement des factures/loyer/courses, etc (qui sont des critères de « concubinage » administratif) ?

Je suis en état de stress tout le long de l’entretien, et encore plus parce que je n’ai pas eu le temps de me préparer mentalement à cette épreuve qui s’est (odieusement) imposée. Mais je le dissimule autant que possible, de peur que cela nous sanctionne d’une quelconque façon. 1H30 à subir un interrogatoire forcé : nos aides sociales sont en jeu, et nous n’avons rien d’autre pour vivre.

Malgré tout, malgré la froideur de l’inspectrice, nous sommes polis, courtois, et je lui propose même à boire, ce qui provoque l’unique sourire qu’elle fera de l’entretien.

Nous avons l’occasion de nous expliquer, et nous disons tous les deux à notre manière qu’il nous est impossible de recevoir un « RSA couple » puisque nos comptes en banque sont séparés, et que nous souhaitons préserver au maximum l’indépendance de chacun. C’est d’autant plus important pour moi qui suis hébergée, parce que rien ne m’appartient dans l’appartement, et que j’ai déjà l’impression de ne pas exister. Nous lui disons aussi que nous sommes restés chacun entre 6 mois à 1 ans à attendre désespérément nos aides sociales. Et que ce n’est que grâce à d’autres personnes solidaires que nous avons échappé de peu à la rue.

Mon hébergeur, qui est reconnu handicapé, souffre beaucoup pendant l’entretien, notamment pour chercher les papiers demandés. Mais il prend sur lui et ne se plaint pas devant l’inspectrice. Je le vois souffrir sans pouvoir rien faire.

Et puis, soudain, tout se précipite. La fin arrive quand l’inspectrice demande à voir l’assurance habitation. Brusquement, elle émet une expression équivalente à une institutrice prenant un enfant en faute : elle a mis le doigt sur la chose qu’elle cherchait. Lors de la souscription de l’assurance habitation, l’assurance a demandé oralement au téléphone à mon hébergeur s’il y avait une autre personne dans son lieu de domicile, afin de l’assurer également en cas d’incendie ou de sinistre. Il n’a pas menti et a répondu par l’affirmative. Sur l’attestation, l’assurance me mentionne par défaut au statut de « concubine », alors que nous n’avons jamais rien spécifié de tel.

Je comprends alors que c’est terminé. L’inspectrice a trouvé ce qu’elle voulait. Elle range ses affaires et nous dit qu’elle va discuter de notre cas avec sa supérieure hiérarchique. A son ton, je devine que nous ne sommes pas gagnants… Je la raccompagne, lui sers la main et lui souhaite une bonne journée et un bon courage… Ce auquel elle ne répondra pas.

« Nous ne sommes RIEN »

Je remonte dans l’appartement, profondément secouée. C’est à ce moment que les larmes coulent. Je me sens victime d’un abus, d’un viol. De quel droit débarque-t-on chez les gens sans prévenir, exigeant qu’ils soient présents, disponibles et prêts pour encaisser une telle inspection intrusive ? Le fait d’avoir droit à des aides sociales en France fait de nous des indésirables par défaut, des voleurs et parasites de la société, des fraudeurs potentiels auxquels l’administration fait une chasse acharnée. Sans la protection du statut de travailleur (peu importe si nous sommes handicapés ou en incapacité de travail), nous ne sommes RIEN, nous ne valons RIEN, nous ne rapportons RIEN, et le bénévolat ne compte pas.

C’est épuisant, éprouvant, terrifiant, traumatisant d’être constamment traité comme un indésirable, malgré notre pauvreté manifeste. De devoir tout justifier en détail sous la menace. Comme si la précarité n’était pas déjà née d’une montagne de problèmes.

Non, nous n’avons visiblement rien à faire d’autre qu’endurer cette fouille administrative intrusive, sous prétexte que c’est « légal ». Mais nos sentiments derrière ? Où est l’humanité dans ces procédures odieuses et traumatisantes ? Oui, nous sommes harcelés ! Et quelqu’un de sensible, victime de cette situation se dira « on me préfère plutôt mort que vivant ! ». Chaque courrier administratif menaçant amène sont lot de larmes et de peurs, que ne comprennent que ceux qui le vivent. C’est insupportable !

Je vois beaucoup les médias subventionnés ainsi que les politiques véhiculer l’idée préconçue selon laquelle les pauvres sont des profiteurs des bonnes grâces de l’État. C’est ce que nous répètent incessamment les gens qui travaillent depuis toujours et qui n’ont jamais connu la précarité. Nous devons donc en plus culpabiliser d’être des « assistés ». C’est cette violence constante que nous subissons.

Mais AUCUNE aide sociale n’est gratuite. Tout se paye. Et nous le payons très cher. »


Témoignage recueilli par Mr Mondialisation

*Le prénom a été modifié afin de préserver l’anonymat de cette personne

Voir:

54 260 déchets évacués d’une plage : Nestlé, Unilever et P&G pointés du doigts

Le marché interdit » : comprendre l’enfumage de Carrefour sur les semences paysannes

Les métaux courent à l’épuisement et il est temps de s’en inquiéter (Vidéo)

 

 

66 commentaires

  • gnafron

    la chasse au pauvre, au singulier, comme si on disait la chasse au gibier d’eau https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • Joelarafale

      On me pompe 600 euros par mois pour alimenter des rsa. Je trouve les contrôles normaux.

      • Tres peremptoire comme propos.

        De la même manière on pourrait rétorquer que vous ne remboursiez seulement votre éducation ( école, soins, loisirs etslc…) et cotisez juste ce qu’il faut pour les routes utilisées, prpduits d’importations etc…

        De façon plus réaliste, rassurez vous les 600€ ne vont pas seulement pour ces salauds de Rsistes, une plus grande part est détournée par une autre caste de nantis assistés…

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • @ Joelarafale

        Purée, il y en a qui n’ont pas encore tout compris, c’est triste…. Je laisse la parole à Étienne Chouard qui l’explique bien mieux que moi : https://www.youtube.com/watch?v=AyeQXoMZe_k

        Akasha.

      • Joelarafale

        Dans cette affaire, nous n’avons que la version de la dame. Un contrôle le matin ? Probablement pas à 6H. Plutôt à 9 ou 10 h. Alors que faisaient ces 2 personnes encore au lit ?

        Des gens qui procrastinent il y en a toujours eu. Mais qu’un Etat délègue des contrôleurs afin de connaître l’emploi des deniers fraternellement versés, rien de plus normal.

        De même l’allocation de rentrée devrait être versée en bons d’achat. Cela éviterait d’exploser les ventes hifi/vidéo chez Auchan en septembre. Pour avoir ensuite des familles qui hurlent quand l’école demande l’achat d’un cahier de TD à 3 euros…

  • Il y a encore en France beaucoup trop de collabos. 39/45 n’est pas si loin.

  • prashanti

    Ben oui, songez donc, la La fraude sociale représente un coût vingt fois INFERIEUR à la fraude fiscale !

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fraude-fiscale-vs-fraude-sociale-190799

  • Panurgie

    Intéressant, je ne doute pas de la « violence » de cette inspection contre la fraude.

    Alors certes Mélanie semble souffrir du manque de reconnaissance, et de cette inspection d’une heure trente. Mais ce n’est qu’une heure trente et c’est rien comparé à ces milliers de français qui se lèvent chaque matin pour bosser la boule au ventre, ou ceux qui se cassent le dos depuis trente ans. Notre système est plus violent pour les travailleurs non qualifiés que pour les Rsaiste.

    Et puis pour ce qui est de la « violence » exercé par l’état Mélanie devrait se frotter au service de recouvrement des impôts, son inspectrice est un doux ange à côté…

    Je plains Mélanie mais ce n’est pas la première française que je plains.

    Le principe des inspections n’est pas choquant, elle survit grâce aux aides de l’état, l’état a donc droit de regard sur l’argent qu’il distribue. Après c’est en effet des sommes ridicules et ce n’est pas les fraudes derrières lesquelles l’état devrait courrir en priorité (mais il est plus simple de récupérer de l’argent sur les pauvres que sur les très riches).

    Bref dommage pour elle mais notre système est fondamentalement violent d’un point de vue économique, j’espère qu’elle s’en sortira, car je pense qu’une personne avec la tête sur les épaules et volontaire peut s’en sortir malgré tout.

    D’ailleurs certaines personnes au RSA le vivent plutôt bien, voir même choisissent de ne pas bosser par choix idéologique.

    • Bonjour,

      Je pense qu’il est de bon ton de bien faire la distinction entre des familles qui par leurs erreurs se sont retrouver au RSA, et ceux qui le choisissent par « idéologie ».

      Il y a beaucoup de jeunes qui se sont lancé trop tôt dans la vie à vouloir fonder une famille alors qu’ils n’avaient encore aucun plan de carrière et se retrouvent au RSA. Quand d’autres profitent bien du système pour ne pas en toucher une.

      D’autres qui n’ont d’autres choix d’accepter des boulots alimentaires pénible à bien des niveaux pour pouvoir vivre un peu près décemment et nourrir leur famille.

      Il y a un déséquilibre qui va encore plus se creuser avec les nouvelles lois du travail, il suffit de regarder le modèle allemand pour s’en rendre-compte, ou la plupart doivent prester trois voir quatre boulots pour avoir l’équivalent d’un temps plein, c’est ce qui va se passer en France dans un futur proche et ensuite se sera la Belgique.

      Avec en toile de fond des contrôles de plus en plus dure pour le travail au noir.

      Quand on sais que l’ancien gouvernement à supprimé un outil performant de contrôle d’invasion fiscal :
      [Honte
      – à vous de jouer !] Le gouvernement bloque en pleine nuit un outil
      anti-paradis fiscaux, par Christian Chavagneux (Mis à jour !)

      Et que l’actuel fait des cadeaux fiscaux aux milliardaires :
      Macron fait un cadeau de 2,3 milliards aux boursicoteurs… Pas grave, les sans-dents vont payer

      On se dit que finalement certains avaient vu juste avec les GOPPE.
      Bon bien entendu, on l’avais vu venir aussi. Mais on s’en fout, c’est la majorité qui aurait dû voir venir (soupire).

      Orné

      • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

        ☛ « l’ancien gouvernement à supprimé un outil performant de contrôle d’invasion fiscal »

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif M.G.

      • Voltigeur Voltigeur

        Orné le rouge et le gris foncé, cachent les titres!! Toujours tes « fioritures » pour mettre en évidence, encore faut il qu’elles soient adaptées..

      • Balou

        Volti https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

        Changer la couleur de fond dans le titre d’un message…
        Non je ne vois pas, non.
        Sans parler de la laideur du résultat, encore faut-il ce soit lisible… et ce, sur tous les écrans…

    • lumpenproletariat

      « certaines personnes au RSA le vivent plutôt bien »

      Pourquoi « être mal » ça fait parti du « contrat »… ?

      Ce qui est mis en évidence aussi dans ce témoignage c’est que QUAND ON EST AU RSA, ON EST SOIT UN BOULET ( faut se faire nourrir pour vivre avec quelqu’un qui bosse) OU IL EST OBLIGATOIRE DE VIVRE SEUL !!!

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      @Panurgie, parfois quand je te lis j’ai une irrépressible envie de rire … ou de gerber …

      M.G.

    • Balou

      M. de Panurge > Mais ce n’est qu’une heure trente…

      Tu n’as compris pauvre naze, ça montre ton absence d’empathie et comme dit M.G., ça donne envie de rire ou de gerber. Ce n’est pas une heure trente d’angoisse mais du matin au soir chaque jour, et sans doute bien plus après qu’avant cette inspection qui pourrait aussi bien se nommer perquisition administrative. Tu vas voir, bientôt à cause des cerveaux de molusques comme le tien, ils/elles pourront venir à 4 heures du matin pour prendre en flag les quelques fraudeurs. En traumatisant les autres. Panurgie, tu es un bon petit fils à papa, ça transpire dans quasiment chacune de tes éjaculations mentales..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

      M. de Panurge > …et c’est rien comparé à ces milliers de français qui se lèvent chaque matin pour bosser la boule au ventre, ou ceux qui se cassent le dos depuis trente ans.

      Pourquoi n’arrêtent-ils pas de bosser alors si c’est si dur ? Les esclaves volontaires n’ont pas à se plaindre. Ne savent-ils pas qu’il existe le Rsa avec lequel on peut bien vivre, comme tu le prétends ?

      • Bonjours Volti,

        Excuse-moi Volti, je pensais mettre du gris clair, je vois tout bablou* je n’ai pas encore dormis (sourires timide lol)

        (*) Bablou belgicisme qui signifie vue trouble.

        Orné

      • Voltigeur Voltigeur

        Le noir sur blanc que tous utilisent, est largement suffisant.

      • Balou

        Eh beh putaing, je l’ai échappé belle…https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      • Panurgie

        Balou je dis juste que y’a pire que son cas et notamment tout un tas de travailleurs précaires. En quoi est-ce un manque d’empathie ?

        Pour ce qui est de vivre au RSA certains le font par choix idéologique, j’ai jamais dit que c’était génial pour tous… Faut pas t’emballer comme ça mon garçon, tout le monde sait que le RSA est en majorité subit. J’ai plus de respect pour la mère de famille qui va trimer à l’usine, et qui subit aussi des violences, que pour la nana qui subit sa situation de rsaiste. Même si je respecte cette dernière c’est pas la première personne à plaindre dans notre société.

        Ah et si on court après les fraudes, on le fait pour toutes les fraudes, pour les riches et les pauvres. Ce n’est pas parce que une personne est pauvre qu’on doit lui passer ses fraudes….

        J’estime que l’état a droit de regard sur l’argent qu’il distribue, j’ai pas appelé au flicage des aides, qui s’il doit exister ne doit pas être trop dur.

        @ Lumpen: j’ai jamais dit qu’être mal est essentiel ou même bien, juste que son cas n’est pas forcément universel. Certains font le choix de ne pas bosser se mettent au RSA, dans ce cas tant mieux, la situation n’est pas subit, et c’est tout à fait respectable.

        Pour ce qui est de vivre seul au RSA je ne pense pas, ou alors j’ai pas vu les mêmes personnes que toi. Après c’est un autre débat….

        Orné: je sais bien et je fais la distinction. Sinon je suis d’accord avec toi, la loi travail va précariser encore plus la société, ce qui est fort dommage.

        MG: rigole tu te sentiras mieux après, je m’en voudrais si tu te rends malade. Surtout que je n’ai rien dit de choquant.

      • Balou

        C’est ça Panurgie, crées le Top 50 des personnes à plaindre.. ça t’occupera au lieu de ddc..https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • Charles Mortel

      Excellente analyse Panurgiehttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      • Volti tu dis :

        Le noir sur blanc que tous utilisent, est largement suffisant.

        D’accord Volti, ça marche ! C’est vrai que le gris c’est moche en plus (rires).

        Oui bablou heu balou, tu l’as échappé belle (rires).

  • soubiemyriam

    que la paix vous accompagne.

    La violence que ressent cette femme ce n’est pas le fait de l’inspection mais l’attitude des gens qui inspectent. Vous êtes traités comme un moins que rien, une serpillière sur laquelle on peut déverser tout son racisme. Le genre de violence qui peut facilement vous pousser dans une dépression.

    C’est un peu comme aller voir un clochard dans la rue et lui faire aumône en même que vous l’insulté et le rabaissé plus bas que terre.

    Il n’y a pas de gens condamnable et encore moins ceux que vous appelez les « rsaiste idéologique », Vivre avec 400 e c’est pas idéale ok! Si l’idée était de ne pas être l’esclave d’un patron qui se fera des couilles en or sur votre travail, ça devrait être salué et pas condamnable.

    Les seuls qui sont condamnable sont ceux qui ont les moyens de vivre tranquillement et qui fraude pour avoir de l’argent de poche. On en connait ici qui se permette de le faire alors qu’ils se vantent d’être aisés.

    • Tu as mieux répondu que je ne l’aurais fait. Si l’Etat contrôle un riche, une personnalité, il va y avoir un « dossier spécial » que seuls les chefs de service des impôts garderont dans leur bureau. Les agents n’y ont pas accès. Il y aura ensuite transaction pour que le riche s’en tire le mieux possible, pour étaler les paiements éventuellement,… Et en plus, celui-là, il peut se payer les avocats pour faire valoir ses droits, parfois en limite avec la loi. Comme les textes sont nombreux et parfois contradictoires, ce n’est pas trop difficile.

      Dans ce témoignage, on marque un mépris inqualifiable envers cette femme. Prendre un rendez-vous aurait déjà été plus acceptable. Ensuite, l’histoire ne dit pas si elle n’a pas déjà travaillé, payé des cents et des milles les impôts et tout le reste, travaillé avec la boule au ventre, fait un burn-out et enfin se retrouver dans cette situation.

      Et puis, le contrôle fiscal des particuliers et des entreprises, ça existe aussi. Est-ce que ceux-ci apprécient ? Pas davantage. Alors contrôle social ou fiscal, il y a des règles à respecter, et je ne suis pas sûre qu’il n’existe pas une déontologie pour le contrôle social comme il en existe une pour le contrôle fiscal.

      Cette pauvre inspectrice qui fait du zèle mériterait de se retrouver un jour dans la même situation. Un burn-out, c’est vite fait ! Alors elle deviendrait peut-être plus humaine ! Mais elle aura fait combien de victimes ?

  • Dans mon département
    2014 : 25 agents de contrôles RSA.
    2016 : Une centaine
    2017/2018: 200 à 300…

    Pendant ce temps là, au guichet évasion fiscale de Bercy, ils sont une dizaine.
    Pour faire les contrôles inspection du travail pareil, répression des fraudes itou.

    Le pire c’est les marchés publics. A Montpellier ils sont une quinzaine sur le papier…

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Leveilleur

    Il met arrivé d’avoir des avertissements de la CAF comme quoi il fallait que je me régularise et souvent par dénonciation du voisinage, et oui parce qu’il y a toujours des voisins envieux qui appellent les services CAF pour dénoncer des fraudes comme si c’était un crime de touché 250 euros de plus par mois pour survivre à deux.

    Il faut savoir qu’en couple le RSA est de 660 euros + 250 euros d’APL autrement dit c’est un bien maigre revenu surtout quand vous savez que les loyers ne sont pas de 250 euros et que vous devez donner de votre RSA pour payer la totalité du loyer.

    Quand vous avez un loyer de 350 euros, c’est jouable sans faire d’extra mais lorsque vous avez un loyer de 450 à 500 euros, faite le calcul, il vous reste à peine de quoi manger et plus rien pour payer votre électricité, votre eau, vos vêtements, vos chaussures, votre assurance maison, et ne parlons même pas d’avoir une voiture, de mettre de l’essence ou d’acheter des cigarettes.

    Non se déclarer en couple est, je l’affirme haut et fort, une véritable arnaque qui encourage encore plus la précarité et je comprends que les gens cherchent à survivre en refusant le plus longtemps possible de ne pas se déclarer en couple.

    Cependant il reste une solution pour ne pas être inquiété par les contrôleurs de la CAF, il faut avoir 2 chambres avec 2 lits et être déclaré comme colocataires, ainsi il n’y a aucune preuve qu’il y a fraude, c’est tout con mais ça marche.

    • Leveilleur, je ne dis surtout pas ce qui suis pour te contredire, mais pour apporter une autre vision des choses, entre le couple et le célibataire:
      Un couple a un seul loyer, un seul abonnement eau/électricité/internet éventuellement… Alors que le célibataire prend tout pour lui. Ceci peut expliquer sans doute le faible RSA du couple par rapport à celui, un peu moins faible, du célibataire.

      De plus, ceci pour info à tous, le RSA est calculé en fonction de ce que l’on peut avoir de côté. Si on a eu la chance d’avoir pu se faire quelques maigres économies avant de se retrouver dans cette situation, tout étant déclaré, on est un peu « perdant » (si on peut dire car on a au moins une petite sécurité, même si elle fond comme neige au soleil).

      • Leveilleur

        Biquette même avec un colocataire on partage le loyer, la nourriture, l’électricité, l’eau, les abonnements, internet etc.. pourtant ils reçoivent tout deux un RSA célibataires.

        Ils s’imaginent à la Caf que les couples sont toujours fourrés ensemble dans la même pièce de la maison et qu’il y a donc moins de dépense électrique au sein de la maison.

        C’est la seule raison mais c’est une mauvaise raison car pendant qu’un des deux amoureux prend une douche l’autre n’est pas forcement là avec lui et l’électricité tourne autant qu’en vivant avec un colocataire.

        Au contraire, je dis qu’ils devraient encourager les gens à vivre ensemble car chacun chez soit coûte beaucoup plus cher à la Caf.

  • En Belgique aussi on en est-là.

    D’ailleurs au niveau des contrôles on a été en avance sur vous, ce qui n’est pas une fierté.

    Cela démontre une chose c’est que chaque pays reçoivent des circulaire de l’UE et les appliquent au rythme et à la façon dont ils le décident, pourvu qu’elles soient appliquée à terme.

    La pression est de plus en plus énorme sur le salarié ou le allocataire qui doit rendre de plus en plus des comptes qui vont à l’encontre de la vie privée. Le salarié lui doit être de plus en plus « flexible » pour ne pas dire autre-chose.

    Le problème selon moi est que l’argent ne rend pas prisonnier que celui qui en possède, mais aussi celui qui n’en a pas assez, alors qu’elle est le choix le plus intelligent à faire ?

    Sans parler des extrêmes de tout quitter et de vivre sans argent ? Lorsqu’on doit ou on veut rester socialisé pour X raisons dont la plus importante celle de devoir éduquer des enfants ?

    Est-il raisonnable de « vivre au crochet de la société » ? Je le met entre guillemet car il s’agit d’une question et non d’une forme de jugement, je ne me le paramétrait pas.

    Il s’agit ici de simplement identifier la meilleur solution pour de un, vivre dignement, deuzio tout en gardant ses valeurs.

    J’attends vos réponses et suggestions.

    Question subsidiaire, selon-vous, à partir de quelle revenu mensuel pouvons-nous affirmer vivre dignement ? Pour par exemple une famille avec deux enfants (cas le plus classique)

    PS : Je ne parle pas de mon cas personnel pour ne pas interférer sur celle des autres.

    Orné

    • Voltigeur Voltigeur

      les cas autour de moi n’ont pas choisi, accidents de la vie, faillite, crise, divorce, rupture familiale, chaque cas a sa particularité et, ils aimeraient de loin pouvoir bosser, c’est galère de survivre avec si peu. Quant à ceux qui ont fait le choix volontairement, je n’en connais pas..

      • J’ai du mal à croire que des gens CHOISISSENT le RSA quand ils auraient le moyen de travailler. A moins de vivre isolé dans la montagne avec son jardin, son panneau solaire, son eau de source, et de vivre comme un ours. J’en connais, et c’est un choix de vie que peu sont prêts à endurer. Pour ceux-là, moi je dis bravo, ce n’est pas eux qui ruinent le pays et ils auraient des leçons à enseigner à certains.

        Et puis il y a les fraudeurs dont on parle jamais, comme moi, qui refusent de toucher le RSA auquel ils ont droit. Justement pour ne pas avoir à subir les contrôles, la mises à nu de votre vie et le jugement négatif autour de soi. C’est déjà assez humiliant de montrer sa carte CMU au médecin et à la pharmacie… Moi je veux bien offrir mon RSA à ceux qui en on plus besoin que moi. Quelle montant reste-t-il de « fraude » si on prend en compte tous ceux qui ne le réclament pas ? Je veux dire, si on déduit le montant « de fraude » du montant non réclamé, à combien se monte la vraie fraude ?

      • Panurgie

        Pourtant ça existe, j’en ai croisé plusieurs. Notamment dans les DOM, et y’a aussi ceux qui ont connus que ça: les mecs ont leurs petites maisons avec des poules, un petit potager, ils font un peu de boulot au black, ils s’entraident, etc… Ils ne sont pas malheureux, et ne cherchent pas forcément à bosser. Le RSA est problématique uniquement s’il est subit, et dans ce cas là il est source de souffrance.

        Mais chez les personnes en dessous de 40 ans, notamment les hommes il y’a pas mal de jobs, ils ne sont pas plaisants mais ils existent. Par exemple dans ma région actuelle: ça recrute dans l’hôtellerie, la restauration, la menuiserie, la plomberie, le nettoyage industriel, etc…
        Dans l’éducation pas mal de contrats ne sont pas attribués car trop peu rémunérateurs, donc les postes de contractuels sont vides…

        Bref c’est possible d’en sortir assez facilement, j’ai des copains qui ont été recrutés sans piston, avec juste le bac en poche. Le RSA n’est en rien une fatalité quand on est en forme avec la tête sur les épaules.

        Après l’accès à l’emploi est d’une inégalité totale, les mères célibataires, les seniors, les gens mal situés géographiquement, et même les obèses sont défavorisés. Mais une personne jeune peut s’en sortir aujourd’hui en France si elle est pas trop accidenté par la vie. Il ne faut pas être trop défaitiste.

      • engel

        Et bien moi, si
        Et pas qu’un peu, que j’en connais des cassos professionnels!

        Pour une famille dans mon village en on est à la 3eme génération d’assistés branleurs, sans compter qu’ils baisent comme des lapins dés 14 ans…faut dire que ça rapporte.

        Je pourrai aussi vous parler de mon voisin. Mais là, c’est encore pire.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    • La solidarité peut aisément remplacer l’argent.

      Les clandos que je connais ne touchent rien mais partage tout.

      La société individualiste consuméristes n’aime pas les arabes , car en famille, trop solidaire….

      Peut on faire sans argent lorsque l’on est seul sans communauté ?

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • Exemple de quartier:

        – chaque semaine , la femme la plus démunie voit arriver chez elle ses amis qui font chacunes quelques euros de courses.

        -des jeunes se regroupent pour se payer à plusieurs une voiture et assurances.

        -des moins jeunes vont acheter en quantité sur les marchés et revendent sans marge.

        -pas de frais de garderie ou de maison de retraite , surtout dans les communautés hyper clanniques.

        -certains au RSA se lève chaque matin pour amener leurs voisins au travail, contre une PAF…

        Etc, etc….

        Les solutions existent, encore faut il baisser son niveau de prétention sociale.

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • Thibaultraa

        C’est certain que « notre » individualisme est devenu un handicap.

      • JBL1960 JBL1960

        @ ADD = Merci de cet exemple concret, c’est cela, l’entraide comme facteur d’évolution, comme l’avait défini un certain Kropotkine.
        Sans oublier l’organisation comme principe de vie sociale : “L’autogestion généralisée est le plus court chemin vers l’abondance. Le travail y tend vers zéro, la créativité vers l’infini.” ► Raoul Vaneigem et comme l’avait défini, magistralement Errico Malatesta ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/16/lorganisation-principe-de-la-vie-sociale-par-errico-malatesta-via-r71/

        Pour avoir été en contact avec des gens d’AC qui nous ont aidé pour obtenir des bons alimentaire car le président du CCAS ne voulait pas, estimant qu’il y avait déjà les Restos du ♥, et surtout qu’il avait constaté que des gens faisaient le tour des associations et qu’en plus (j’habitais une petite ville de campagne) il pouvait faire le tour des fermes, et obtenir des œufs, du lait… Et pis, y’avait le vestiaire de la Croix-Rouge alors quoa…
        Et le regard des gens, les jugements.
        C’est à cette époque que mon époux a subi l’ablation d’une tumeur de la parotide + radiothérapie et bim, on avait déjà rien, ben là on savait qu’on était moins que rien.
        Et oui, on se sent des Inutiles, des parasites.
        Plus de boulot, plus de voiture, plus de CB pour couronner le tout…
        Alors, on en est un peu sorti, car mon époux à commencer très jeune à travailler et il perçoit une retraite + une petite complémentaire ayant été assimilé cadre quelques années = 1700 € en tout.
        Mais moi, je ne suis rien…
        Pas assez travaillé, et même si je pourrais travailler encore un peu = trop vieille, dents éparpillées…
        Donc, un tout petit peu envie de chialer en constatant, ne serait-ce qu’avec mon fils ben rien a changé et même empiré.
        Pas étonnée puisque le Système est ainsi fait qu’il est là pour nous broyer.
        Mais un peu de constater que certains préfèrent stigmatiser celui qui est déjà très mal plutôt que de chercher à mutualiser nos compétences pour ignorer l’État et créer les associations libres et confédérés…
        Voilà pourquoi je prétends souvent, qu’on a pas le cul sorti des ronces…
        JBL

    • Orné, n’oublie pas que, quand tu bosses, c’est la société qui vit à tes crochets !
      – Que font nombre de nos dirigeants (les parlementaires qui roupillent aux séances notamment) si ce n’est vivre à nos crochets ?
      – Combien d’années j’ai payé pour les gosses des autres, pour les retraités, pour les chômeurs, pour les allocataires en tous genres, pour les migrants, pour les malades, ………………..
      On appelle cela la solidarité. OK. Mais quand c’est nous qui en bénéficions, on appelle cela de l’abus, « vivre au crochet de la société »…

      Crois-moi, quand je voyais les paraboles aux fenêtres, les derniers smartphones dans les mains de gamins à qui on aurait donné deux sous, certains qui sont chez le toubib tous les 4 matins pour rien du tout, qui se paient des cures sans raison valable, … ça me faisait vraiment mal de me lever un mois et demi dans l’année juste pour payer les impôts ! Il fallait trouver cela « normal » !

      Et je ne voulais même pas m’y mettre, au RSA ! J’avais des scrupules !! Alors pour le moment, oui, j’en « profite », honteusement diraient certains. En attendant la retraite. Mais si un jour on me fait braire, je quitte la CAF quitte à me retrouver dans la rue ! Je ne supporterais pas ce qu’a vécu cette femme.

      • @ Biquette,

        Oui je travaille, j’ai été un salarié durant des années sur le statut employé.

        Depuis 2012 je suis indépendant, jamais plus je ne pourrais travailler pour un patron, question de tempérament. Je cotise aussi en temps que indépendant, ça ne me dérange pas dans une certaine mesure, c’est au système que j’en veux et certainement pas au bénéficiaires, J’ai mes convictions, mais je ne me permettrais jamais de juger autrui, je sais d’où je viens et je sais aussi pertinemment que jamais rien n’est acquit dans la vie, je ne suis pas un nantis et ne veut pas le devenir tout comme je ne voudrais pas à devoir me tracasser pour mes fins de mois.

        Si je le pourrais j’aiderais encore plus que je ne peut le faire, tout comme j’aimerais dans un avenir proche me rendre plus utile aux autres.

        Je suis indépendant, mais pas non plus 100 % satisfait de ma profession sans non plus cracher dans la soupe, je suis pleinement conscient de la chance que j’ai, mais je suis pas épanouis, j’aimerai me rendre plus utile, même si c’est pour gagner moins, j’ai des projets avec la miss qui nous permettra plus d’autonomie encore tout en étant plus au service des autres.

        Ce qui me révolte c’est les disparités qui existent dans notre société, un exemple extrême, un footballeur pro sans lui enlever les mérites et les efforts qui lui a permit d’être au sommet. Pourquoi certains vont jusqu’à gagner 250.000 E par mois ? Qu’est ce qui peut justifier un tel salaire malgré ses qualités ?

        Et d’un autre côté tu as des personnes aux potentiels et qualité humaine énorme qui se retrouve avec 300 E par mois, qu’est ce qui justifie qu’il gagne si peu ? Une broutille c’est carrément indécent de donner 600 balles à une personne en en plus pousse le bouchon à lui demander des comptes et l’harceler, c’est ignoble.

        Ce sont toutes ses choses qui m’écœure et bien plus encore, on vis dans un monde où on doit être à la fois fort psychologiquement tout en gardant ses valeurs humaines.

        Orné

    • DTC

      Orné,

      pour répondre à ta question: « Question subsidiaire, selon-vous, à partir de quelle revenu mensuel pouvons-nous affirmer vivre dignement ? Pour par exemple une famille avec deux enfants (cas le plus classique) », je pense que c’est complexe.

      Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte:
      -est-on locataire ou propriétaire?
      -si propriétaire, a t-on un crédit?
      -est-ce qu’on a de l’épargne pour faire tampon dans les moments de galère?
      -est-ce que les parents nous ont aidé ou nous aident (genre payé une voiture, le permis etc)
      -dans quelle « case » est-on d’un point de vue familial (famille recomposée ou pas par exemple)
      -le ménage a t-il besoin d’une voiture (ou de 2) pour aller travailler, aller à l’école, ou pas?

      Tout ça change la donne. Je connais beaucoup de gens qui s’en sortent très bien avec un RSA, mais ils ont une maison déjà payée et de l’épargne et aussi parfois un grand jardin productif. Cette population repeuple une partie de nos campagnes et je l’estime privilégiée (bien que « au RSA »).

      Dans notre foyer (locataires, sans épargne, en région désertifiée, loin d’une ville), nous avons estimé qu’il nous faut 1700 euros par mois pour tout payer (loyer, assurances, téléphone, internet, électricité, nourriture, carburant, eau ect etc) avec une moyenne de 2 adultes 2 enfants. Je dis 1700 euros tout compris (peut importe qu’il y ai des aides CAF ou pas – 1700 euros d’argent au final). Et encore, même avec une telle somme, on ne peut pas parer au galères, genre gros frais de bagnole…
      Voila, si ça peut te donner une idée.

      Les pistes:
      -éviter d’avoir un loyer à payer (tendre vers des solutions de cabanes etc)
      -éviter d’avoir des enfants (!!!) http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif enfin, on les aime quand même, mais ça coûte!!!
      -éviter d’avoir une ou des bagnoles ou en limiter le plus possible l’usage

      La bise

      • Bonsoir DTC,
        Merci pour ta réponse bien détaillée et assez réaliste, lorsque je résonne un peu comme toi, je tombe dans les mêmes estimations, entre un 1800 à 2000 Euro avec les mêmes critères que tu détails. Mais attention juste pour les frais, avec un tel budget on ne peut s’offrir rien de fun, ou de suivre une passion en général, peut être un sport pas trop coûteux un ou deux bouquins peut être, et c’est tout !

        Et le drame il est là pour moi, ce n’est pas une vie de devoir se privé (surtout quand on boss) et pire de devoir privé ses gosses, c’est pas humain et ce n’est pas ainsi que j’estime une société en évolution. Pire on régresse, l’argent est un frein pour tout aussi bien pour les joie de l’esprit que des bien matériel de base qui justement permettrait de nous libéré l’esprit des préoccupations bassement matériel.

        Ce qui nous permettrait de vivre plus libre, plus épanouis de nous occuper de la nature, sa faune et sa flore, ainsi que de progresser spirituellement pour effacer, la violence, la haine, le rejet de l’autre, arrêter de bouffer comme des « porcs », de marcher sur la gueule de l’autre pour « réussir dans la vie », etc…

        Tant que l’on restera prisonnier de l’argent comme source de pouvoir, on évoluera pas. n’oublions pas les lois universelles comme la causalité, ou le karma. Ainsi que les égrégore qui se nourrissent de nos lacunes créer par les mauvaises énergies.

        Orné

  • suzanna

    Ç’est la gestapo, y’a pas photo.

    Le pire c’est qu’aujourd’hui tous ces fonctionanires de la CAF par exemple, ne bossent plus que le matin et sous rendez-vous uniquement, ça bossent dure chez les nazis. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    • Ils sont obligés de fermer car augmentation du nombre de bénéficiaires à gere avec des suppressions de postes.

      Ce qui est scandaleux, je vais faire plaisir aux constitutionnalistes, c’est que l’égalité d’accès au droit n’est plus de mise, on est obligé de passer par le téléphone , qui est payant. Ceci me révolte.

      Astuce citoyenne: Vous voulez être sur que votre situation se débloquera?
      Prenez un rendez vous toutes les deux heures, efficacité prouvée.

      « -on vous recontactera pour la suite du dossier…
      -pas la peine , je vous verrais directement à 9h, 11h, 14h, et 16h…. »

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • Voltigeur Voltigeur

        Réservé aux « irréguliers » Si ce n’est une véritable pompe à l’arrivage massif, ça y ressemble ! Et combien vont souligner le fait qu’on baisse les aides aux français ? Pour ceux qui paient toujours plus impôts, ça a de quoi mettre en colère. Solidarité à deux vitesses..?
        L’aide médicale d’État va augmenter de 108 millions d’euros en 2018
        Selon le projet de loi de Finances 2018, le budget de l’aide médicale d’Etat qui couvre les personnes en situation irrégulière sera augmenté de 108 millions d’euros l’an prochain, à 910 millions d’euros au total. Le gouvernement promet en parallèle un “renforcement des dispositifs de contrôle et de lutte contre la fraude”.
        https://www.capital.fr/economie-politique/laide-medicale-detat-va-augmenter-de-108-millions-deuros-en-2018-1246495

      • Diviser pour mieux régner.

        Alors c’est horrible, mais perso , vu que cette ficelle vieille comme le monde fonctionne dans notre pays où tout le monde est allé à l’école pourtant, bah je me fait le spectateur affligé de toute cette m****.

        C’est cuit, Sarkozy a ouvert la boîte de Blackstone, Macron en est sorti.

        La dépense utile de l’année: Passeport.

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

        https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Blackstone_(banque)

  • sephiros

    bonjour
    en écoutant la majorité des gens dans la rue ,dans les entreprises on se demande si on ne née pas avec (une truelle) dans la main
    j’avais lu une fois que le travail été autrefois appeler esclavages sa a beaucoup changer depuis dans l’esprit des gens
    pour quel bénéfice au final du matériel dont on a besoin par manipulation de l’esprit
    de plus quand on déduit les heures de travail et ceux du sommeil il reste plus grand chose pour faire quelque chose
    ( le travail ne sert cas nous occuper pour ne pas réfléchir pour la majorité)

  • Pendant ce temps on accueille des réfugiés à la pelle et ça coûte pas mal de pognon. Il s’agit de faire pression sur le Français de souche moins désirable dans son propre pays. D’ailleurs si le gouvernement en quasi faillite cherche à faire des économies, pourquoi accueille-t-on des réfugiés par dizaine de milliers chaque année ? ….
    Pour en revenir à ce témoignage, cette personne a choisi de vivre avec très peu de revenus, pour des raisons personnelles. Il n’est pas facile de ne rien pouvoir s’offrir, s’acheter, etc.
    Donc aux yeux de certains c’est du profit mais encore une fois vivre avec si peu, si on peut appeler cela vivre dans la société actuelle, c’est très difficile.
    Je peux aussi comprendre la volonté de l’état de faire des contrôles, mais qu’ils aillent d’abord contrôler dans les cités chaudes certaines familles avec 5 ou 6 mômes qui ne parlent pas la langue …
    Mais pour ça il faut avoir du courage, c’est plus simple de s’en prendre à la petite française de souche isolée et sans défense et de la faire culpabiliser.
    Et si vraiment le gouvernement veut faire la chasse aux fraudeurs qu’il s’attaque à toutes ces sociétés blindées de pognon qui font de l’évasion fiscale. Pardon, « optimisation », les mots ont leur importance ….

  • Je tiens à porter à la connaissance des personnes dans le même cas que celui de ce témoignage que « Vivre ensemble ne veut pas dire vivre en couple », et qu’il y a une Jurisprudence sur ce point, publiée sur les échos : https://investir.lesechos.fr/placements/impots/actualites/fiscalite-1576815.php#xtor=CS1-14

  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD

    Ne pas oublier de rappeler à celui qui vous inspecte la fraude de la sécu envers la Constitution et envers les textes fondateurs de la sécu :

     » Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence. » (préambule de la Constitution de 1946 alinéa 11 encore en vigueur).
    Et le code de la sécu nous dit :
    Considérant qu’aux termes de l’article L 111-1 du code de la sécurité sociale “L’organisation de la sécurité sociale est fondée sur le principe de solidarité nationale ; elle garantit les travailleurs et leur famille contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain ; elle couvre également les charges de maternité et les charges de famille ; elle assure, pour tout autre personne et pour les membres de sa famille résidant sur le territoire français, la couverture des charges de maladie et de maternité ainsi que des charges de famille ; cette garantie s’exerce par l’affiliation des intéressés et leurs ayants droits à un régime obligatoire, ou, à défaut, par leur rattachement au régime de l’assurance personnelle”.
    Ces deux textes interdisent le ticket modérateur et rendent inutiles les mutuelles.
    Cela s’appelle un attentat à la Constitution et c’était à une époque puni par la loi (art 114 du code pénal).

  • g

    diviser pour mieux régner.
    ils ont gagné- nous avons beau en parler tout cela ne même à rien, même sur le site des moutons enragés car le mouton restera un mouton qu’il soit enragé ou pas.
    Tout le monde tire sa couverture à soi.
    Le rsa a été mis en place pour éviter une guerre sociale afin de temporiser les tensions du ventre. Tout cela a été mis en oeuvre pour moraliser le peuple qui se garde de par lui-même.
    en attendant l’évasion fiscale c’est 140milliards, et la fraude sociale 800millions trouver l’erreur – les français sont des veaux et se jalousent entre eux . pauvre France – les financiers se marrent, leur plan avance .

    https://www.youtube.com/watch?v=1yT0N4hTxOQ
    Tout notre mécanisme économique et financier a été orchestré pour avoir des gagnants (peu) et des perdants(de plus en plus) et des gens qui triment(beaucoup). Ils ont crée ce système pour diviser les gens du peuple entre eux tant que vous vous tapez dessus ils sont contents et leur plan avance. Donc pour changer ce système et qu’il devienne saint il faut que le peuple reprenne son intégrité ( car ce dernier est « corrupté » et programmé à tous les étages)
    La pire forme d’absurdité est d’accepter ce monde tel qu’il est aujourd’hui, et de ne pas lutter pour un monde comme il devrait être. Jacques Brel

    Le bordel de notre civilisation est du à notre manque d’impeccabilité dans tous les domaines de la vie.
    L’humanité mérite les tyrans qu’elle a!

    • engel

      Le RSA a surtout été mis en place pour que les cons votent socialo(dte gche)!
      Ceci afin que nos hommes politiques puissent bien s’engraisser et dépecer la France avec le consentement tacite de la masse lobotomisée devenue esclave du « susucre à son maître ».
      …Mais voilà, tout à un prix et tout se paye un jour.
      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      • g

        il n’ a pas de gauche ni de droite tu n’as tjrs rien compris . il y a un système qui broye tout sur son passage. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      • engel

        g,

        Certes certes…
        Mais mon dieu, faut-il être benet pour ne pas avoir compris que c’est exactement et clairement ce que j’ai écrit.
        En plus, prendre un ton condescendant pour l’écrire, ….cela fait beaucoup.

        Pas de doute, vous commencez fort pour vos premiers posts d’échange sur les ME.

        Bonne journée à vous.

    • laspirateur

      La grande fabrique de parasites cette saleté d’Europe nous pourri jusqu’à l’os. Et vous aimez ça hein bande de chiens! (Oups j’étais un instant dans la tête du Mac (ron) français)http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • logic

    Comme la souligné Le veilleur, pour toucher le RSA seul, il suffit d’avoir 2 chambres pour être en couple sous le même toît et de se déclarer colocataires, de toutes façon la notion de couple ne garanti pas la solidarité de nos jours!
    Par ailleurs, on voit souvent ce genre de témoignage, mais ce que l’on dit moins, c’est que nul n’est sensé ignorer la loi! Ce genre de déboire est juste le résultat du contraire !
    Le problème est que les gens sont tellement dépendant du système, qu’il ne vont jamais vérifier la loi…. c’est pourtant simple et écrit noir sur blanc sur le site « service public »…. et quand on connaît la loi, il est ensuite très facile de se prémunir de se genre d’aventure!!
    Quant au contrôle, il est tout de même normal que l’état contrôle la régularité des droits, sinon ce serait la porte ouverte a n’importe quoi…. mais bon, c’est pareil pour le chômage, les alloc, etc……
    Lisez les lois, et tout ira bien dans votre vie ;)

    Et n’oubliez pas que vous avez la chance de vivre dans un pays ou le social est encore géant!! comparer a d’autres pays… alors profiter de vos droits, car cela ne va certainement pas durer !

  • le Babalou

    RSA…ASS….mais!!….Quel est l’idiot ? qui à suggéré le « **revenu universel pour tous** » et qui ?? à voter l’Oligarqu’étron, (bon!…pour ceux qui ont encore leur carte électorales, d’asservis).
    Faites des provisions, armez vous (pas de patience) et ne buvez pas l’eau du robinet. COURAGE!…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • Rodz80

    Je suis atterré à la lecture de commentaires venant de gens qui ne sont jamais passés par la pauvreté….
    Et il ne faut pas oublier que les aides aux plus démunis ne se chiffrent qu’en millions, alors que les aides aux plus riches (déductions sur cotisations sociales, aides aux bas salaires, CICE, remises sur impôts, etc. sont offertes sans conditions, sans contrôles…. Voir par exemple le CICE; il est attribué avec le doux rêve qu’il permettrait des investissements pour créer des emplois…. Lol, il n’en est rien, et pourtant aucun contrôle, aucune obligation…. Et ces aides aux plus riches ne se chiffrent pas en millions mais en milliards… Au fait, savez vous qu’un milliard =1000 millions ? Connaissez vous le « coût » du RSA et des APL réunis ? Savez vous que ces maigres aides permettent de maintenir un pouvoir d’achat donc de consommation ? Avez-vous pensé à ceux qui perdent leur emploi du fait des calculs financiers de certains groupes qui licencient pour « délocaliser »… Perdre un emploi à une période de sa vie, perdre pied suite à une succession d’accidents de la vie sont rarement dépendants de la volonté de ceux qui en sont victimes… En revanche, supprimer des postes de travail, délocaliser sont des stratégies volontaires et calculées, au mépris de tout ce que la France offre en cadeaux fiscaux (CICE par exemple)….
    Les puissants s’amusent des aprioris des esprits inaptes à mobiliser le peu de connaissances pourtant accessibles à tous dès lors qu’on y met de la bonne volonté…. Pauvre France qui a pris le parti de respecter les puissants voraces et de leur servir toutes les richesses sur un plateau avec des courbettes, tout en méprisant les pauvres gens mis au banc de la société du fait de cette stratégie de dépendance aux salaires indécents….
    J’ai un petit salaire de smicard, mais je n’en ai pas honte, ce qui fait honte, c’est qu’un grand groupe sous-traite son service client à un Centre d’appels qui sous paye… EDF par exemple. C’est eux qui créent cette dégringolade des salaires, l’appauvrissement, c’est eux qui doivent avoir honte !
    Et je suis prêt à parier qu’après avoir empoché toutes les aides et déductions possibles et imaginables, ces gens là n’hésiteront pas une minute pour délocaliser quand Ils estimeront dans un futur plus ou moins lointain qu’ils pourront sous traiter en « officiel shore », parce que ça coûtera moins, ça rapportera plus aux actionnaires… Là, personne ne pourra, ni ne voudra récupérer les milliards offerts même si les promesses d’embauches n’auront pas été tenues, même si d’avantage de chômeurs se retrouveront à galérer avec de faibles aides, elles évidemment contrôlées avec zèle….
    Les Édits macronniens = ordonnances de casse du Code du Travail ne vont manifestement pas dans le sens des salariés les plus exposés à ce genre de magouilles puisque les gros groupes magouilleux qui avaient déjà du mal à en respecter les règles se voient désormais offrir « le droit à l’erreur » la possibilité de calculer à l’avance le coût du non respect de la loi, etc. en réduisant au maximum les indemnités, les possibilités de recours…. C’est open bar en France au marchandage de main d’œuvre ! On prend, on utilise sans scrupules à moindre coût, puis on jette…. Et visiblement, peu de personnes réagissent, ne semblent comprendre l’ampleur et les conséquences à court terme de cette casse des protections que nos aînés avaient mis des années à construire.

Laisser un commentaire