Le SBU torture la compagne d’un expert russe enquêtant sur le drame du MH17 – L’Ukraine veut-elle étouffer la vérité ?…

Cet avion MH17 abattu en plein vol, qui a fait 298 victimes innocentes, fait encore parler de lui… Merci Christelle Néant..

Dans l’Ukraine post Maïdan, l’enlèvement de civils innocents, leur emprisonnement sans charges réelles, puis leur torture pour leur extorquer des aveux bidons sont devenus monnaie courante. Mais dans certains cas, il faut chercher la cause réelle de ces enlèvements pour découvrir à quel point l’Ukraine est prête à tout pour dissimuler les cadavres qu’elle a dans ses placards.

Mi-août des informations sont parues en russe, indiquant qu’une femme de 29 ans, Darya Mastikasheva, vivant en Russie, avait été enlevée puis torturée par le SBU en Ukraine, alors qu’elle rendait visite à sa mère et à son fils.

Les premiers posts sur les réseaux sociaux se focalisaient sur elle, son triple titre de championne d’Ukraine de Taekwondo, ainsi que sa vie en Russie. L’Ukraine avait-elle décidé de faire de Darya un exemple pour tous les autres Ukrainiens qui osaient vivre chez « l’agresseur » ? C’est ce que laissaient penser les premières informations dont nous disposions.

Puis RT en russe a publié un article soulignant que Darya est la compagne de Sergueï Sokolov, expert au centre d’information fédéral Analyse et Sécurité à Moscou, et que sa capture et les tortures qu’elle a subies seraient en lien avec des enquêtes que mène son compagnon sur les connexions entre le SBU et le crime organisé (dixit Sokolov lui-même). Le SBU aurait même exigé de lui une rançon d’un million de dollars pour libérer sa compagne.

Tentative de le faire taire ou de s’enrichir sur le dos de Sokolov ? Pourquoi prendre autant de risques en enlevant la femme d’un homme russe aussi connu et potentiellement influent que Sergueï Sokolov ? Et surtout, un homme qui s’oppose à Poutine ? L’ennemi juré de l’Ukraine. Quelque chose semblait manquer dans l’explication fournie. Mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus.

Cette histoire sordide aurait pu en rester là et s’effacer des mémoires, comme beaucoup d’autres personnes enlevées et torturées par le SBU. Et alors que des personnes comme Vadim avaient fait appel à des organisations de défense des droits de l’homme en vain, de manière surprenante, le 15 septembre 2017, Human Rights Watch a publié un rapport sur ce que le SBU a fait subir à Darya.

Pourquoi HRW a-t-elle mis à peine un mois à parler de l’histoire de Darya, alors que celle de Vadim est en attente depuis un an ? Est-ce lié à la personne même de Sokolov, qui est un homme d’opposition connu en Russie et ailleurs, et qui a travaillé pour des gens importants en Russie ? Quoi qu’il en soit, quelque chose ou quelqu’un a poussé HRW à rédiger un rapport sur Darya à une vitesse assez rare pour être soulignée.

Ce rapport de HRW m’a poussée à replonger dans l’histoire de Darya, et trouver la raison derrière son arrestation arbitraire. Le nom de son compagnon me rappelait quelque chose, mais où l’avais-je vu ? Je vois défiler tellement d’informations sous mes yeux chaque jour que je n’arrivais plus à retrouver l’endroit où j’avais vu le sien.

Et alors que je discutais du cas de Darya avec un ami qui m’aide dans mes recherches sur le MH17, et qui a une mémoire phénoménale, il me rappelle alors que Sergueï Sokolov a enquêté sur le MH17 ! Il avait même été interviewé, entre autre par la BBC, concernant les résultats de ses recherches, qui concluaient à l’absence de toute trace de missile BUK sur le site du crash, et à la culpabilité de l’Ukraine et de la CIA dans le crash du MH17.

C’était justement dans un documentaire dédié au MH17 que j’avais vu apparaître Sokolov, à présent cela me revenait. Il avait montré une énorme quantité de documents à la BBC, qui n’avait gardé que cette vidéo, que Sokolov lui-même juge douteuse, prise soi-disant à l’intérieur d’un lanceur de missile BUK ukrainien, et dans laquelle on voit que l’équipage a échoué à faire partir le missile.

Voilà de quoi justifier aux yeux des autorités ukrainiennes l’enlèvement en pleine rue, la détention illégale et les tortures infligées à Darya. Après l’arrestation de sa compagne, Sergueï Sokolov se retrouvera d’ailleurs fiché dans le purgatoire du site Mirotvorets, pour « propagande anti-ukrainienne » et « manipulation d’informations d’intérêt public ».

Grâce au rapport d’HRW, à l’article de RT et à un article de OffGuardian, nous pouvons reconstituer le déroulement des événements.

…/…

Lire la suite

Auteur Christelle Néant pour DoniPress

2 commentaires