Comprendre les phénomènes d’effondrement de sociétés. Quel avenir pour la nôtre ? …

Comprendre les mécanismes pour y faire face. Emmanuel Prados nous l’explique très bien et surtout, nous donne une piste pour y faire face. Il ne tient qu’aux individus de bonne volonté et lucides, de s’unir et de se retrousser les manches, pour recréer un système pérenne. Visitez notre page Aide, projets, idées et solutions et participez…

Avons nous à faire à une combinaison passagère de crises liée à une redistribution globale des cartes ou sommes nous face à des phénomènes encore plus profonds comme un effondrement de société ?


De façon à mieux appréhender ces phénomènes et à les rendre plus palpables, nous présenterons tout d’abord les analyses scientifiques les plus saillantes qui décrivent les mécanismes en jeu. Nous nous interrogerons ensuite sur la situation actuelle de notre société contemporaine. Vérifie t-elle les caractéristiques pouvant engendrer un effondrement ?
Les choses sont-elles inéluctables ? Pouvons nous agir ?

Comprendre et Agir

Emmanuel Prados, Chercheur à l’INRIA, Équipe STEEP (Soutenabilité, Territoires, Environnement, Économie et Politique).

Plus d’infos sur cette conférence & programme 2017 ici : https://team.inria.fr/steep/seminars/les-conferences-debats-comprendre-et-agir/

 

15 commentaires

  • gnafron

    avec le nombre de fondus que l’on trimballe, il est certain que notre société actuelle sait fondre

    (je sors)

  • minotor

    C’est une démonstration qui commence déjà bien mal ! L’impression générale que montre ce tableau est pour le moins fantaisiste. Tout d’abord il manque une information primordiale : en combien de temps cette quantité est produite ? S’il faut une semaine ou un an pour la produire, le rendement au m² n’est évidemment pas le même.
    Ensuite les chiffres eux-mêmes me paraissent totalement fantaisistes, et pourtant je ne suis pas un spécialiste : pour planter des patates moi-même, j’ai déjà pu calculer qu’on en peut en produire 3kg au m² avec des variétés communes comme la syrtema, qui est de plus une bonne pomme de terre. Et encore on peut en produire deux récoltes par an en mettant une primeure dès le mois de janvier et une seconde au mois d’avril, après la première récolte.
    Quand au boeuf de paturage, une rapide recherche permet de savoir qu’une vache donne en moyenne 269kg de viande comestible (sans les os, la peau et le gras). Donc suivant ces calculs il faudrait 269 * 269 (curieux d’ailleurs que ce soit le même chiffre) soit le nombre astronomique de 72321 m². Il faudrait donc plus de 7ha pour élever une vache ! A ce régime-là nous n’aurions pas assez de la surface du pays pour élever des vaches.
    Le chiffre utilisé dans l’agriculture traditionnelle pour le pâturage est de 1 vache à l’hectare. Soit 7 fois moins.

    Enfin, la viande et les légumes n’ont pas les mêmes valeurs nutritionnelles. On ne peut donc pas comparer les patates et les poulets, cela n’a aucun sens. Pour parler des pommes de terre, elles représentent 90 calories pour 100g alors que la viande de boeuf en fait 500. De plus la viande contient 20% de protéines, là où les pommes de terre en contiennent 3%. Sans parler des lipides qui sont très rares dans les fruits et légumes. Si vous voulez des lipides il faut produire du tournesol, des olives, du colza… Et il faut en produire pas mal. Au moins 4kg d’olives pour 1l d’huile par exemple.

    Donc concrètement, ce genre d’infos anxiogènes ne sert qu’à vendre du papier et ne règle aucun problème, au contraire, car on arrive vite sur de fausses solutions comme de manger des carottes râpées parce que ça prend moins de place au sol. La question à se poser c’est comment optimiser tout ça de façon à pouvoir manger de façon équilibrée et en arrêtant les pratiques agro-industrielles irresponsables. Le mieux est de s’y mettre soi-même et de faire son propre potager. Ce sera toujours ça de fait.
    Enfin les civilisations disparaissent, mais pas les humains. Il reste ceux qui ont pu s’adapter. A vous de choisir dans quel camp vous serez le jour où…

  • GROS

    Chouette, encore une fin du monde. Ça manquait…

  • Vous reprendrez bien une bonne grosse part de Pessimism porn ? C’est la maison qui offre…

    Akasha.

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    L’effondrement de notre civilisation est similaire à celui du WTC, il est totalement contrôlé. A chacun de définir sa propre place, à l’intérieur ou à l’extérieur des tours, mais tôt ou tard il n’y aura plus que des débris au sol …

    M.G.

  • Grand marabout Grand marabout

    le systeme..
    S’il survit, il PEUT éventuellement parvenir à assurer un faible niveau de souffrances mentales et physiques, mais seulement après être passé par une longue et douloureuse période d’ajustements, et après avoir réduit les êtres humains et toutes les créatures vivantes à de simples rouages, des produits calibrés de la machine sociale.

    si le système perdure, les conséquences sont inéluctables : Il n’y a aucun moyen de reformer ou modifier le système de façon à l’empêcher de dépouiller les hommes de leur dignité et de leur autonomie.

    Si le système s’effondre, les conséquences seront dramatiques. Mais plus le système se développera, plus désastreux seront les effets de sa destruction, et donc il vaut mieux qu’il s’effondre au plus vite.
    ….
    l’homme moderne est englué dans un réseau de lois et réglementations, et ce fait est du aux manœuvres de personnes inaccessibles qu’il ne peut influencer.

    Ce n’est pas accidentel ou le résultat de l’arbitraire de bureaucrates arrogants. Ceci est nécessaire et inévitable dans toute société technologiquement avancée.

    Le système SE DOIT de régir de près les comportements humains. Au travail, les gens doivent faire ce qu’on leur dit de faire, sans quoi la production sombrerait dans le chaos.

    Les bureaucraties DOIVENT fonctionner suivant des règles rigides. Permettre une certaine latitude aux bureaucrates de bas niveau désorganiserait le système et amènerait des dysfonctionnements dus aux différentes façons dont les bureaucrates exerceraient cette autonomie.

    Il est vrai que quelques limitations à la liberté pourraient être éliminées, mais , la mise en coupe réglée de nos vie par de grandes organisations est nécessaire au bon fonctionnement de la société techno-industrielle.

    Le résultat en est un sentiment de perte de pouvoir pour l’individu moyen.
    Il est possible,toutefois, que les réglementations explicites seront progressivement remplacées par des moyens psychologiques qui nous ferons faire ce que le système veut que nous fassions (Propagande, techniques d’éducation,programmes de « santé mentale », …).
    ….
    Le système DOIT forcer les gens à se comporter d’une manière qui s’éloigne de plus en plus des schémas naturels du comportement humain.

    Le développement constant de la Technologie ne fera qu’aggraver la situation.

    >Manifeste de l’Unabomber,Auteur Théodore Kaczynski

    http://www.inlibroveritas.net/oeuvres/10699/manifeste-de-l-unabomber-theodore-kaczynski#pf2

  • sombre

    Y’a d’autres informations « sympathique » sur ce site :
    http://www.Viande.info
    ou encore ici ;
    https://jancovici.com/transition-energetique/occupation-des-sols/la-planete-entiere-pourrait-elle-manger-bio/
    https://www.notre-planete.info/actualites/actu_2202_surconsommation_viande.php

    Pour ce qui est des commentaires de certains : Essayer de citer des sources pour une fois, ça changerais. C’est pas parcequ’on comprend pas un tableau et ce qu’il implique qu’il est nécessairement faux.
    En temps normal, j’aurais pris la peine de faire une longue réponse à certains mais franchement je fatigue. C’est comme jouer aux échecs avec un pigeon :  » il va renverser les pièces, chier sur le plateau et à la fin se pavaner comme si il avait gagner ».

    @ Volti : merci pour l’article !