Le peuple Libyen réclame la libération de la Jamahiriya ….

La Libye jadis riche et prospère grâce à Mouammar Kadhafi, aujourd’hui ravagée, attend la venue de son fils Saïf-Al-Islam Kadhafi, pour retrouver la paix. Va-t-il faire aussi bien que son père pour stabiliser son pays s’il arrive au pouvoir ? Une information de Thom Aldrin d’Eveil français.

Drapeau national de la Jamahiriya

Dans le plus parfait silence des médias occidentaux mais dans les explosions de feux d’artifice pacifistes, des centaines de milliers de Libyens se sont rassemblés ce vendredi 1er septembre pour célébrer la libération de la Libye du 1er septembre 1969.


Un coup d’État non sanglant, organisé par des « officiers unionistes libres » guidés par Mouammar Kadhafi, avait fait tomber ce jour-là, lundi 1er septembre 1969, date restée dans la mémoire de tous les libyens, la monarchie du roi El-Mahdi El-Senussi Idris 1er, placé en 1951 à la tête du pays par les anglais et les américains, au moment de l’accès à l’indépendance.

Les manifestations pacifiques en mémoire de Kadhafi auront eu lieu dès fin 2011 et se traduiront déjà par des tirs de feux d’artifice. Depuis l’annonce de la condamnation de Saïf-Al-Islam Kadhafi en 2015, ces rassemblements se sont multipliés en nombre et en quantité malgré une loi qui interdit tout regroupement public pour Kadhafi en Libye. Depuis quelques mois et tout particulièrement en ce jour du 48ème anniversaire de la révolution de 1969, l’on assiste à une nette amplification de ces mouvements populaires dans toute la Libye, que l’on a pu observer dans plus d’une centaine de villes, cités ou bourgades ; sont ainsi concernés : la plus grande part du sud libyen – Brak el Shati, Sebba, Ubari Ghat, la région de Warfefana, Zenten, Al Azaziya, la région de Misratta – Zliten -, à l’est, Tobrouk et Benghazi, mais aussi la Tripolitaine – la banlieue de Tripoli et certains quartiers éloignés du centre, trop dangereux – et enfin toutes les localités proches de la frontière tunisienne.

Certains observateurs considèrent que 80% des 2 000 tribus libyennes soutiennent ou prennent l’initiative de ces manifestations en mémoire de Mouammar Kadhafi et en soutien de son fils Saïf-Al-Islam, dont une part de plus importante de la population attend qu’il arrive au plus vite au pouvoir après sa libération en mars dernier par la milice de Zintane. Et ceci se passe tout autant dans les zones tenues officiellement par le Général Haftar que dans celles tenues par les milices takfiristes des Frères Musulmans. Mais aucun média occidental ne parle aujourd’hui de ces rassemblements massifs : l’omerta médiatique semble ici fonctionner parfaitement. Sans doute faut-il dire que cette émergence d’un véritable mouvement populaire a de quoi prendre au dépourvu, surprendre et inquiéter les chancelleries occidentales.

Il semble bien que ces manifestations montrent que la plus grande part du peuple libyen est resté fidèle à la Jamahiriya Arabe Libyenne aujourd’hui considérée comme occupée par des puissances étrangères et souhaite sa libération rapide, de manière à pouvoir pacifier cette Libye qui était par le passé le pays le plus riche d’Afrique.

Bien évidemment ces rassemblements populaires se développent comme conséquence directe de la situation catastrophique du pays : la manne pétrolière ne profite plus aujourd’hui au peuple libyen comme c’était très concrètement le cas à l’époque de la Jamahiriya Arabe Libyenne mais à des milices mafieuses et à des consortium de sociétés étrangères, au premier rang les compagnies pétrolières.

Selon certains de nos interlocuteurs, ce qui s’est passé en ce vendredi 1er septembre 2017 dans le pays réel était chose impensable il y encore un an, du fait de la présence des milices takfiristes sur la plus grande part du territoire : il y a deux ans, lors des premiers rassemblements de soutien à la famille de Kadhafi, il y eu plusieurs centaines de morts, suite à la violente rpression du pouvoir en place et des milices mafieuses.

Répression cachée au monde entier par les média occidentaux. Ceux-là même qui prétendaient début 2011 que Kadhafi massacrait sa population pour justifier l’intervention de l’Otan, les bombardements de l’aviation française et de l’Otan et la mort de Mouammar Kadhafi.

Que vont-ils raconter désormais pour cacher aux opinions publiques que les tribus libyennes tout autant que les populations urbaines n’ont d’autre souhait désormais que celui-ci : le retour à la prospérité et à la paix civile, grâce à la libération de la Jamahirya Arabe, ce modèle inspirant de véritable démocratie populaire qui avait su offrir aux populations libyennes de toutes origines une grande part des richesses du pétrole aujourd’hui confisquées par les occupants étrangers et leurs séides locaux ?

Yoda, avec nos correspondants sur place. Samedi 2 septembre 2017, 23 h 45.

Source MathabaMédia

6 commentaires

Laisser un commentaire