Stationnement payant : Indigo et Urbis gagnent le marché des PV à Paris

Un pas de plus vers le racket avec, de plus en plus de voitures et de moins en moins de place, une équation juteuse pour Urbis et Indigo, leader mondial des parkings qui ont décroché le jackpot soit, 1500 Pv x 35€ minimum= 52 500€/heure x 8 heures = 420 000€ en une seule journée. 1500PV à l’heure nous dit Capital. Et les « pervenches au chômage ou au recyclage? »… Merci Maître Confucius.

La commission d’appel d’offres de la Ville a choisi les deux entreprises qui contrôleront le stationnement payant dès 2018. Indigo et Urbis Park se partagent les 145 000 places de stationnement en surface de Paris.

Finies les pervenches, place aux salariés des sociétés de parking Indigo et Urbis Park. La commission d’appel d’offres de la Ville de Paris vient de choisir ces deux entreprises pour gérer, à partir du 1er janvier 2018, les 145 000 places de stationnement en surface de la capitale, comme l’a révélé « Les Echos ». Ce choix doit encore être validé par les élus du Conseil de Paris, et, en attendant, la Ville « ne commente pas la procédure en cours ».

Ce qui n’a pas empêché Indigo de se réjouir publiquement. « Nous avons reçu la confirmation mardi soir, indique Maxime Autran, directeur général adjoint de Streeteo, filiale d’Indigo en charge du stationnement de voirie. Nous avons été retenus pour deux lots, qui correspondent aux arrondissements 1 à 7, 11 à 16, et au 20e, soit 97 000 places. » Indigo, ex-Vinci Park, gère déjà le stationnement de surface de certaines capitales comme Londres, Bruxelles et Madrid.

Urbis Park, de son côté, contrôlera le stationnement dans les 8e, 9e, 10e, 17e, 18e, et 19e arrondissements. Ce gestionnaire de parkings a été racheté fin 2016 par le transporteur Transdev dont il est une filiale à 100 %.

Des centaines de recrutements

Les deux prestataires devraient donner un sacré coup de jeune au contrôle du stationnement. Des centaines d’employés, vêtus du nouvel uniforme gris, vont être recrutés par Indigo et Urbis pour prendre la place des traditionnelles pervenches, affectées à d’autres fonctions sur la voie publique. Munis de smartphones, se déplaçant éventuellement en trottinettes, ces nouveaux agents devront aussi être beaucoup plus efficaces.

Actuellement, seul 10 % des automobilistes parisiens payent leur stationnement, contre environ 85 % à Madrid par exemple…/…

Lire l’article complet

Source Le-Parisien

Voir sur Capital.fr

 

 

7 commentaires