[MàJ] Permaculture ! La corruption du meilleur engendre le pire….

À l’heure où tout se vend, un coup de gueule magistral de Sylvain Rochex et Mathilde Anstett de www.descolarisation.org, pourquoi ? Ils s’en prennent à un film censé promouvoir la permaculture, mais qui en vérité, ne promeut que le sacro-saint système soi-disant éducatif et surtout marchand, en faisant payer très cher, ce qui est à la disposition de tous. La permaculture est une façon de faire ancestrale, en communion avec la Nature, pas besoin de diplôme, de CAP. De l’observation, du bon sens et l’amour de la Terre sont les garants de la réussite. C’est aussi la persévérance qui donnera des résultats, il faut le temps que l’équilibre se crée. J’ai tenu à mettre le texte, car la vidéo a été bloquée pour cause de droits d’auteurs musicaux… En fin d’article je vous ai mis la présentation de la vidéo…

Mise à jour rajout en fin d’article, de la vidéo de l’émission avec Sylvain. Il y a un blanc entre les minutes 10’57 à 12’38. Pour ne pas contrevenir aux droits d’auteurs.

Le documentaire « L’Éveil de la permaculture » est en fait un film propagande sur l’éveil du business et de la scolarisation de la permaculture.

Affiche du film détournée

En salle depuis le mois d’avril, le documentaire « L’Éveil de la permaculture » est en fait un film promotionnel au bénéfice de ceux qui tentent de récupérer et de corrompre la permaculture.

On ne pensait pas que ça serait possible tant la permaculture représente le dernier espoir pour l’humanité et la dernière révolution possible. Mais apparemment, comme on nous a toujours volé les révolutions, certains tentent de voler y compris celle de la dernière chance.

La permaculture invite chacun de nous, par l’évidence du soin et de l’attention, à agrader son environnement immédiat pour bâtir des écosystèmes auto-fertiles, permanents et nourriciers, en boostant toutes les synergies possibles à l’intérieur du vivant et en prenant pour modèle la forêt.

Mais la permaculture est en train d’être pervertie par le business et par sa scolarisation / institutionnalisation.

On avait déjà nos « profs » qui se prennent pour Dieu, mais voilà une nouvelle génération de profs avec les dents encore plus longues qui prétend carrément posséder les savoirs liés aux synergies dans le cosmos.​
Je ne pensais vraiment pas que la permaculture serait récupérée tant cette recherche de synergie concours de fait à l’autonomie individuelle et collective, et à des systèmes humains communautaires. Eh bien, non, des gens sont en train d’accomplir l’impossible, c’est-à-dire de rendre hétéronome l’autonomie elle-même. C’est pourquoi le film est gorgé jusqu’à la lie de contradictions (toutes les deux minutes, on dit une chose et son contraire). Il s’agit sans doute d’un film pour dire toute la schizophrénie qui caractérise les individus de cette fin de civilisation.

L’esthétique du documentaire — au lieu d’être celle du jardin d’Éden — est intégralement celle de « la formation » et de la scolarisation à fond les manettes. Une quantité dingue de plans sur des stylos-bics et des cahiers ; une quantité quasi totale de situations d’enseignements avec la dichotomie prof/élève est surexploitée. Situations scolaires et scolarisantes en pagaille, quand la permaculture est justement DÉSCOLARISATION, et désinstitutionnalisation des rapports, pour que les richesses de chacun puissent s’épanouir et pour qu’aucun frein ne soit mis à l’agradation !

La permaculture invite à un foisonnement à l’horizontal à l’instar de ce qui se passe dans la nature, chaque espèce pouvant jouer sa partition. Mais là non, on a des chefs de files qui s’engraissent et qui profitent du travail de fourmis de tous leurs « stagiaires ». Ils peuvent effectivement avoir des lieux exceptionnels puisqu’ils arrivent constamment à avoir des ouvriers qui payent très cher pour pouvoir œuvrer chez eux. Ça doit sûrement être ça le tout dernier stade du capitalisme : avoir des ouvriers qui payent très cher pour travailler.

Ce documentaire montre aussi (et apparemment malgré lui) ce qu’est une institutionnalisation larvée… Ils disent que tout ceci se développe « hors-institution », alors que les briques qui sont progressivement assemblées sont les fondations classiques de toutes les institutionnalisations du passé. Tout se met en place pour les futurs processus de distinction, de légitimation, LABEL (étymos : divisions, lambeaux), hiérarchies et autres, car toutes ces choses sont déjà là, larvées, en creux, prêtes à bondir à la gorge du monde (une fois de plus).
Un jargon et des concepts inutiles sont créés de toutes pièces pour faire montre d’une complexité/technicité et d’une nécessaire capitalisation du savoir.
Alors que la permaculture s’ancre dans le présent et va directement du cœur à la main. Le concept qui a la palme de l’enfumage et de l’énergie diabolique est celui de « DESIGN »… Quelle HORREUR !
Ce mot « Design » cache Prométhée et Descartes. Le drame de notre civilisation est notre tempérament et mœurs prométhéens et cartésiens.
Le « design », en permaculture, nous invite à quitter le jardin, pour sortir papier, stylo et ordinateur pour modéliser, planifier, prévoir, de façon démiurgique et prométhéenne comme si l’être humain pouvait connaître et appréhender (et donc prévoir) l’infini des interactions du vivant. Qui peut réellement dire ce que l’implantation d’un groseillier à tel endroit va faire sur l’angélique, l’ortie, le tilleul et toutes les autres espèces et toute la biologie, la physique et la chimie à proximité ?? Personne !!! Sauf Dieu ! Donc, personne !!

​La permaculture, la vraie, pas celle de ces marchands du temple, est épiméthéenne totalement. Elle nous invite justement à retrouver en nous, en vertu d’un processus de réminiscence (ANAMNÉSIS), la pulsation originelle, pour aller du cœur à la main. Bref, exactement l’inverse du cartésianisme ou de l’attitude prométhéenne. La permaculture invite à l’humilité ! Qu’on m’explique l’humilité de ces nouveaux gourous-marchands !

La permaculture, c’est retrouver LES ÉVIDENCES à partir de ce qu’il y a de plus intime en chacun de nous (qui vient du fond des âges). Et des gens sont en train de s’organiser pour couvrir les évidences d’un voile, pour que nous devions ensuite payer pour que le voile soit levé par fragments microscopiques.
A chaque révolution, on reprend le chemin des évidences, et des êtres se dressent pour faire obstruction, ou pour nous conduire dans des labyrinthes et des impasses. Ça suffit !! Je pensais que les chiffres à notre époque concernant les destructions du vivant suffiraient à ne plus voir ce genre de comportement revenir pour cette dernière révolution.
Eh bien si ! Ils reviennent ! Ils vont vous parler de Design, de PDC, de Keyline et de Keypoint, de techniques, de diplôme de permaculture, d’université de la permaculture et de leur stage à 1000 Euros etc.. Ils vont donner naissance à des leaders charismatiques qui se prennent pour Dieu et vous enfument pour leur portefeuille. Et ils vont vous faire raquer raquer et encore raquer, distribuant chaque miette de savoir contre rémunération. « L’aliment favori de la chèvre est le frêne » : gling ! 10 cents d’euros ! « Le saule est le premier à s’épanouir pour les abeilles au printemps » gling ! Encore 10 cents ! « La poule mange des vers de terre » gling ! 10 cents !
Pendant des générations, les papys montraient comment greffer, ou autres savoirs, et aujourd’hui, la marchandisation du monde ayant terminé son œuvre diabolique, les techniques de greffes sont vendues comme le reste !

Alors que la permaculture devait signer la fin de la rareté dans la diffusion du savoir, des gens sont en train d’organiser sa rareté avec toutes les techniques modernes à leur disposition (y compris, la propagande de masse via ce film).

Mais ils sont encore un peu dans l’œuf. Il faut donc les tuer dans l’œuf (tuer leur business et leur tentative de scolarisation), avant que ne fleurisse par exemple, le Label « Permaculture » sur les produits des supermarchés, et avant que l’État — éternel complice/instrument des pourris —vienne s’immiscer pour mettre en place un système de validation/légitimation pour venir distinguer les « vrais permaculteurs » (ceux qui ne troublent pas le système capitaliste et l’ordre établi) des « faux » (anarchistes, désobéissants, un peu trop libres).
Et l’État avec la distribution du fric arrive toujours à ses fins, c’est (aussi) pour ça qu’il faut sortir la permaculture des logiques de fric !

Mais putain, on est encore en train de nous voler la Révolution.

Le film est sous-titré : « et si la révolution s’inspirait de la nature ».

Pourtant quand une digue saute dans la nature, il n’y a pas de retour-arrière possible. La digue a sauté ! Aucune espèce de plante va tenter de canaliser le flux pour son profit en matière d’irrigation…

La permaculture, c’est la nature qui se révolte. Le sauvage en nous. J’invite tous les sauvages de la terre à ravager les business de tous ces vendeurs de stages de permaculture à 1000 Euros les 10 jours. J’invite tous les sauvages de la terre à ravager le mouvement de scolarisation de la permaculture au profit d’une continuation du mouvement général de Déscolarisation tous azimuts. J’invite tous les sauvages de la terre à se rassembler pour faire de la permaculture ensemble gratuitement, intégralement gratuitement.

Je joints la chanson de Vaneigem qui dit que nos révolutions sont trahies. Mais maintenant ça suffit ! http://www.descolarisation.org/laviesecoule.mp3

Nous (comme beaucoup d’autres qui ne sont évidemment pas dans ce documentaire de propagande), organisons là où nous vivons des partages de connaissances permaculturelles pour ZÉRO EURO par jour.

Car l’énergie du cosmos, l’énergie de la permaculture, est celle de la grâce, celle de la gratuité !
Gros bisous
Sylvain Rochex – www.descolarisation.org
Présentation de la vidéo malheureusement bloquée

Sauter entre 10’57 à 12’38.

« C’est l’histoire de l’humanité.
Elle s’abîme, elle fonce vers l’abîme.
De révolution en révolution, elle tente à chaque fois de se redresser, de retrouver l’Évidence de la pulsation intime du cosmos.
Mais à chaque fois, les révolutions sont récupérées, détournées, corrompues.La permaculture, c’est le nom donné à la dernière révolution de l’humanité. « Dernière », en date, mais aussi FINALE, parce que les destructions sont allées vraiment trop loin. La permaculture, c’est donc le nom donné au dernier coup de volant possible pour l’humanité avant son extinction.Chose vraiment étrange et surprenante une poignée d’individus sont en train d’essayer de récupérer égoïstement LA TOUTE DERNIÈRE RÉVOLUTION DE L’HUMANITÉ (ET FINALE).
On ne pensait pas, depuis les astres, que des gens oseraient se récupérer même la der des ders ! »

Bisou,

Sylvain

14 commentaires

  • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

    Merci Sylvain pour ce coup de gueule et cette mise au point nécessaire. Malheureusement il y aura bien à l’avenir deux permacultures, celle des amoureux de la nature et de la liberté et celle des businessmans. Je me joins à toi pour lutter contre cette nauséabonde perma-dictature qui pointe son nez …

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif Bonne journée
    M.G.

  • dereco

    Il est mieux que le film soit peu visible et de ne pas en parler.
    Il est logique que tout ce qui est intéressant soit récupéré et utilisé, comme le fonctionnement naturel de la vie sur terre depuis 4 milliards d’années, qui a pris 3,4 milliards d’années pour parvenir à avoir de l’oxygène et la vie multicellulaire, plantes et animaux en équilibre actuel, dynamique très complexe. Il n’y a pas besoin de terme comme permaculture pour qualifier toute la vie réelle interdépendante sur terre, qui assure le renouvellement de l’oxygène et la suppression du CO2 des volcans qui, sans la vie, donnerait une pression de plus de 50 atmosphère de CO2, comme sur Vénus (100 Bars et 430°C ).

    Il y a plein de solutions originales qui ne sont jamais utilisées ni encore moins récupérées.
    Exemple garder la chaleur solaire canicule de l’été gaspillée en ce moment pour se chauffer en hiver avec cette même chaleur gratuitement et sans pollution, pour des serres écolos ou des maisons.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_solaire_de_Drake_Landing
    http://www.dlsc.ca
    C’est complétement ignoré et méprisé, et pourtant toutes les serres d’hiver en permaculture ou non, pourraient être ainsi chauffées gratuitement sans aucun combustible, ni CO2, ni pollution, juste avec la chaleur de l’été conservée pour l’hiver.

    Lorsque je vois tous mes voisins qui ratatinent razibus tout à coups de tondeuses et tailles haies, même les délicieuses framboises avec orties, qui poussent librement chez moi et vont même se promener chez mes voisins, en se faufilant sous les clôtures gratuitement, l’idée de permaculture ne semble pas pénétrer dans leur cerveau.

    • Voltigeur Voltigeur

      Entre nous, il n’y a pas que le film qui devrait être zappé! certains commentaires dont le tien idem!
      Tu as réfléchis au message ? NON! Tu as un avis sur tout, mais ne développe rien.

      • dereco

        Si, je développe autre chose que des idéologies arbitraires, dogmatiques, totalitaires typiques de nombreux sur les moutons, en rappelant des faits réels essentiels que vous oubliez.

        La vie renouvelle l’oxygène que nous respirons tous les 200mille ans, depuis 600millions d’années, en stockant sous terre des carburants variés, capables de bruler tout l’oxygène que nous respirons, ce qui explique que le pétrole est inépuisable en 2017, alors qu’en 1973 on nous prédisait la disparition du pétrole avant l’an 2000.
        Ces carburants font exploser le CO2 qui nous chauffe partout sur terre, partout, arctique, antarctique, équateurs, etc..

        Je ramasse plein de framboises sauvages en ce moment, un mois en avance par rapport à il y a40 ans, pour les mêmes framboises ( à cause du CO2 ), alors que mes voisins me demandent comment avoir des framboises,
        Je leur répond qu’il suffit de les laisser se promener avec les orties, sans les tondre, pour avoir un jardin forêt vierge de fruits délicieux.

        La vie stocke le CO2 émis par la terre, en calcaires sur des kilomètres d’épaisseur, CO2 qui sinon aurait une pression de plus de 50 atmosphère comme sur Vénus, à 430°C et 100Bars, fait trop oublié et fondamental pour notre existence.

        Comme Trump vous pouvez signer une pétition, que Vénus et la Terre ne sont pas chauffées par leur CO2, négation absurde de la réalité prouvée et vérifiée.

      • Voltigeur Voltigeur

        Et en bon français ça donne quoi ta tirade ? Je n’oublie aucun fait essentiel et j’ai depuis longtemps fait le constat que la chose la plus partagée sur la Terre c’est la connerie. On s’arrête à des dogmes établis, quitte à en mourir, si ça c’est pas de la connerie…. NI Dieu, Ni maître… ;)

  • logic

    le système récupère tout, c’est sur! tant qu’il y a de l’argent à faire….
    Mais bon, il ne faut pas s’alarmer pour si peu! la philosophie de la permaculture c’est surtout de sortir du système de dépendance, donc cela s’adresse surtout a ceux qui veulent sortir du système. Et pour cela, beaucoup de youtubeurs font par de leurs expériences et de leur savoir en matière de permaculture.
    Bien sur, pour les kinesthésique ils peuvent toujours aller faire des stages, qui d’ailleurs existent déjà depuis un moment et frôlent souvent les 1000 euros la semaine. Bien sur, cela parait cher et pas vraiment en accord avec l’esprit de la permaculture, mais bon, est-ce que 1000 euros est un investissement si important que ça compte tenu qu’il va vous permettre de devenir autonome alimentairement jusqu’à la fin de vos jours?

    • dereco

      Sur youtube il y a pas mal de délires qui attirent plein d’audience comme les mouvements perpétuels imaginaires et autres absurdités.
      Pour apprendre bien plus qu’avec ces cours payants, parfois loufoques, il vaut mieux apprendre par soi même en expérimentant, en créant, en lisant et vérifiant des articles scientifiques sérieux gratuits sur les interdépendances entre êtres vivants sur terre, dont la plus grande partie reste à découvrir.
      Mais c’est un effort plus dur que de subir passivement un cours de conditionnement.

      Par exemple on se complique trop la vie pour faire du compost, alors qu’il suffit d’enterrer ses déchets pour les voir devenir du compost spontanément, sans composteur du tout !
      Il faut laisser la vie vivre spontanément au lieu de tout vouloir contrôler contre la vie spontanée.
      Et alors vous avez beaucoup moins de travail pour cultiver, en liberté des plantes.
      Par exemple vous repiquez, bouturez, gratuitement tout ce qui pousse librement, au lieu de le jeter car mal placé.

      • logic

        quand on se tourne vers la philosophie de la permaculture, on est déja un être éveillé, et l’on a en règle général passé le stade du « couillon de base »

        Apprendre tout seul???? alors que des milliers d’humains sur terre on déblayé le chemin???? as-tu entendu parlé de l’intelligence collective?

        prendre le meilleurs des infos en triant, en faisant marché ton sens critique et ton bon sens va 100 fois plus vite.

        Bien sur qu’il faut experimenter, mais autant déja valider ce qui a été découvert!!! cela n’empêche en rien de créer par la suite!

      • logic

        par ailleurs, les humains n’ont pas tous les mêmes capacités d’apprentissage (visuel, auditifs, kinesthésique; etc…) et n’ont pas non plus les mêmes missions sur terre!!

        Je te conseille vivement de te renseigner sur la PNL, ainsi que sur le « HUMAN DESIGN » pour comprendre les différences qui construisent les humains….

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Il y aura également deux bio, l’une conçue et entretenue par les gros groupes industriels, l’autre petite et locale si… les premiers la laissent vivre.
    Ce qui est réconfortant c’est que de plus en plus de personnes commencent à voir dans leur jardin autre chose à faire qu’une pelouse à tondre.

    • dereco

      Il suffit de ne pas acheter, tous ensembles,  » l’une bio conçue et entretenue par les gros groupes industriels », comme moi, et cela changera, fini la malbouffe, les maladies absurdes,, comme la tomate chinoise du ketchup, décrite dans le livre l’Or Rouge.

  • laspirateur

    L’industrialisation qui a engendré une forte croissance démographique créera la perte des hommes et du vivant sur Terre. Cette folie de l’imaginaire de l’ère des Poissons a fait commettre à l’homme de graves erreurs après lesquels il ne courre même plus. Nous sommes pris au piège des erreurs du passé et quand bien même les dirigeants n’ont plus à cœur de sauver le vivant mais leur compte en banque, vous imaginez bien qu’il n’y a pas d’issue possible. L’homme allant vers la machine, la sublimant comme s’il devait être l’égal de la perfection d’un super calculateur. Non vraiment qui a voulu cela? Aimer la vie c’est aussi la renier et la sacrifier quand la compréhension n’atteint plus la lumière et se voit tiraillée par le mensonge permanent.
    La férocité de l’animal. Quand au bout de la chaîne alimentaire il n’y a plus personne, n’est-ce pas à l’espèce dominante de s’autoréguler?
    Je trouve d’une lâcheté infinie toutes ces classes dirigeantes de tous les pays qui n’ont pas voulu admettre ce fait. La Chine et l’adoption de la loi de l’enfant unique fut un progrès mais…
    Il est beau le gymnaste avec sa médaille autour du cou, loin très loin, trop loin voir intolérablement loin des préoccupation du monde du vivant.
    Tous ces athlètes sur leur machine ou à l’intérieur, tous ces milliers de gamers interconnectés, toute cette décadence bureau-chiatique, cette peste technologique qu’on nous a vendu, l’avons nous appréciée, sans doute suffisamment pour oublier que nous n’avions rien d’autre à faire pour vivre.
    Nous contemplons notre agonie chaque jour, voilà notre monde.
    Il faut être plus que fou pour aimer notre civilisation, il faut être vraiment aliéné par des dieux artificiels.

    Un empilement de cadavres sur une hauteur de 300 mètre à la place de la tour Eiffel serait une belle oeuvre non? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif