Ex-banquier Ablyazov condamné à 20 ans par contumace par le tribunal kazakh…

L’oligarque bankster Ablyazov, a-t-il été protégé par le pays où il a trouvé refuge, en l’occurrence la France qui l’a libéré ? Le triste sire et ses comparses, qui ont ruiné pas mal de clients de leur banque ont été condamnés par contumace, par le tribunal interdisciplinaire de Moscou. Les demandes d’extradition à la France, sont restées lettres mortes. Une belle brochette de pourris. Nous avions relaté les faits en 2013 (Benji) et, certaines de nos banques, BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale déjà pas en grande forme, y ont laissé des plumes.. Je remercie mon correspondant Q.D . On attend d’en savoir plus dans les médias officiels, qui n’ont pas jugé utile à ce jour, de suivre l’affaire..


MOSCOU, 7 juin (RAPSI) – La Cour d’interdisciplinaire spécialisée d’Almaty a condamné mercredi l’ex-président de la banque BTA du Kazakhstan Mukhtar Ablyazov à 20 ans de prison par contumace pour détournement de fonds et d’organisation d’un gang criminel.

Le tribunal a également ordonné la confiscation de la propriété d’Ablyazov, l’ex-Directeur des questions de prêt Kairat Sadykov a été condamné à 15 ans de prison et saisie d’actifs.  L’ ancien président du conseil, Saduakas Mamesh et ancien vice-président du conseil d’administration, Zhaksylyk Zharimbetov a été condamné à cinq ans de prison avec sursis.

Selon l’acte d’accusation, Ablyazov a organisé un groupe criminel pour détourner les fonds de la BTA Bank. Les procureurs ont affirmé que les sociétés contrôlées par Ablyazov avaient acheté les actions de la banque sur de l’argent provenant de prêts reçus illégalement par la banque. Par conséquent, Ablyazov et ses complices «ont augmenté le stock bancaire». L’augmentation du capital de la banque a donné l’impression de la bonne santé de BTA Bank et a attiré les investisseurs et les déposants, selon les procureurs. Le montant total des dommages causés a dépassé 7,5 milliards de dollars.

Zharimbetov a plaidé coupable de ces accusations, alors que Sadykov et Mamesh se sont déclarés coupables en partie.

Fait intéressant, Ablyazov est également accusé de détournement de fonds, de falsification de documents et d’abus de fonctions en Russie. Il a été condamné par contumace.

L’ex-président de la BTA Bank a fui vers le Royaume-Uni après que le gouvernement kazakh a acquis une participation dans BTA Bank en 2009 et que la banque était sous le contrôle de son fonds souverain Samruk-Kazyna.

On lui a accordé l’asile politique en Grande-Bretagne en 2011. Cependant, il est fugitif depuis février 2012.

Son lieu de résidence est resté inconnu jusqu’à son arrestation le 31 juillet 2013 près de Cannes, en France. Le Kazakhstan, la Russie et l’Ukraine demandent tous son extradition.***

En octobre 2015, les autorités françaises ont approuvé l’extradition d’Ablyazov en Russie. En décembre 2016, le Conseil d’État français, le plus haut organe administratif du gouvernement, a annulé la décision du Premier ministre d’extrader Ablyazov et a libéré le tyran de la prison.

Sources :

CONTEXT

*** Copie de l’e-mail reçu

Moukhtar Abliazov est un oligarque et ancien ministre kazakh, actuellement poursuivi au Royaume-Uni, au Kazakhstan, en Ukraine et en Russie, pour avoir détourné à son profit près de 10 milliards de dollars lorsqu’il présidait la banque kazakhe BTA, afin de les dissimuler dans des comptes off-shore, flouant au passage des milliers de citoyens kazakhs qui avaient confiance dans sa gestion de l’entreprise. Lorsque ces faits ont été découverts par les autorités, M. Abliazov s’est enfui au Royaume-Uni, croyant ainsi pouvoir échapper à la justice.

La BTA s’est alors tournée vers la Haute Cour de Justice de Londres, qui a fini par infliger une peine de 22 mois de prison pour outrage à la cour à l’oligarque, en février 2012, avant de le condamner à rembourser plus de 4 milliards de dollars volés à la banque lors de deux procès distincts, en 2012 et 2013. M. Abliazov a alors à nouveau pris la fuite, cette fois pour la France, à l’aide d’un passeport diplomatique de la République Centrafricaine.

La Russie, où Moukhtar Abliazov est accusé d’avoir fait transiter 5 milliards d’actifs appartenant à la BTA, avant de les dissimuler dans des paradis fiscaux, a alors formulé une demande d’extradition. Celle-ci a été validée par la Cour de Cassation, puis par le Premier ministre français en 2015, ouvrant la voie à l’extradition de M. Abliazov. C’était sans compter la campagne de communication menée auprès des grands médias par les avocats de l’oligarque, qui sont parvenus à convaincre le Conseil d’Etat de faire annuler le décret d’extradition, arguant que leur client était victime de persécutions politiques.

Dernière étape en date, que nous voulions porter à votre connaissance, Moukhtar Abliazov a été condamné mercredi dernier à 20 ans de prison par le tribunal pénal d’Almaty, pour détournement de fonds et participation à un groupe criminel organisé. Cette condamnation a été complétement passée sous silence par les « grands » médias français – en France, seul Asianews.fr s’est penché sur le sujet à ce jour. Il y aurait pourtant beaucoup à dire sur l’oligarque, qui bénéficie aujourd’hui d’une impunité totale, malgré les multiples condamnations judiciaires dont il fait l’objet, au Royaume-Uni comme au Kazakhstan.

Chargé par la banque BTA d’apporter aux médias et sites d’informations français toutes les informations qu’ils jugeront utiles sur le déroulé de l’affaire, je me tiens à votre entière disposition pour répondre à vos questions. Je joins également à cet email la dépêche publiée le semaine dernière par l’agence russe RAPSI News*** au sujet de la condamnation de l’oligarque, convaincu que les actions d’Abliazov et le silence embarrassé des autorités françaises ne manqueront pas d’intéresser vos lecteurs.

Cordialement

Q.D

*** C’est l’article posté et traduit, avec l’aide de Google

 

4 commentaires