Électricité, gaz : les dérives commerciales des fournisseurs pointées du doigt…

Une alerte sur les pratiques douteuses, des « représentants » des fournisseurs d’énergie. Cibles privilégiées, ceux qui sont en difficultés. Payés aux contrats, ils mentent sur les « bonnes affaires » proposées. Soyez vigilants..

Le médiateur national de l’énergie publie mardi son bilan annuel. Plusieurs fournisseurs de gaz et d’électricité sont montrés du doigt pour leurs pratiques répréhensibles.

C’est un document très attendu. Le médiateur national de l’énergie publie mardi son bilan annuel. Une excellente photographie de la manière dont les consommateurs perçoivent la libéralisation du secteur, avec ses avantages et ses dérapages car le médiateur est le canal privilégié pour enregistrer les insatisfactions des ménages.

Les chiffres de l’année écoulée sont d’ailleurs éloquents: tandis que plus de 2 millions de consommateurs ont été renseignés par les outils du médiateur (site Internet et numéro vert 0 800 112 212), 12.260 litiges ont été enregistrés et 3183 recommandations de solutions ont été émises. Cette densité des appels et des procédures étayent naturellement l’avis général du médiateur qui est que «la confiance dans le marché de l’énergie doit être renforcée».

» Gaz, électricité: la bataille commerciale fait rage

Parmi les dossiers les plus délicats relevés l’année dernière, le médiateur national de l’énergie pointe les dérives du démarchage à domicile. Les plaintes sur les pratiques commerciales ont dépassé la barre des 9% du volume total des réclamations. «Nous constatons de vrais abus, qui sont d’autant plus dommageables qu’ils concernent une population qui ne dispose pas forcément de tous les arguments pour parer ce genre de comportements», explique Jean Gaubert, le médiateur. Autrement dit, des personnes en proie à des difficultés économiques et sociales importantes sont une cible de choix pour des démarcheurs peu scrupuleux qui multiplient les approximations pour faire croire aux prospects qu’ils vont réaliser une excellente affaire.

» Le médiateur national de l’énergie défend les tarifs réglementés

Engie et Eni dans la ligne de mire

«Certes, les personnes concernées disposent toujours d’un délai pour se rétracter mais là encore, les choses ne sont pas toujours correctement expliquées», poursuit Jean Gaubert. Les assertions du médiateur visant ces arguments trompeurs, ces pratiques commerciales agressives et ces ventes forcées ne sont pas noyées dans une masse de reproches adressées en général au secteur. Au contraire, deux opérateurs en particulier sont ciblés par le médiateur car ils pratiquent le démarchage à domicile : il s’agit en premier lieu du géant Engie (ex-GDF Suez) et également de l’italien Eni, qui fait partie des fournisseurs alternatifs les plus dynamiques. Après la communication du médiateur ce matin, il sera intéressant de voir la réaction des entreprises incriminées.

» Les consommateurs de plus en plus vigilants sur les prix de l’énergie

«Dans ce dossier, on connaît déjà le type de réponses qui peut être formulé, avance Jean Gaubert, les fournisseurs affirment ainsi qu’ils font appel à des prestataires pour ces opérations de démarchage et qu’ils ne sont pas responsables d’éventuelles dérives, qu’ils ne cautionnent sous aucun prétexte.» Mais le médiateur rappelle aussitôt que les représentants des sociétés de démarchage n’étant souvent rémunérées qu’en fonction des contrats signés, ils s’exposent naturellement à des dérives pour faire signer des contrats à tout prix. «Telles que les choses se présentent aujourd’hui, il serait sans doute opportun de mettre un terme à ce type de procédures dans la commercialisation des ventes d’énergie.» En attendant, le médiateur regrette une nouvelle fois de ne pas avoir un rôle décisionnaire dans ce dossier. Autrement dit, il ne peut légalement pas instruire ces litiges en médiation, ce qui limite forcément son impact.

» Électricité, gaz: les particuliers au cœur de la bataille entre opérateurs

» Le médiateur de l’énergie alerte sur des risques accrus de coupures de gaz et d’électricité

Source Le Figaro

Voir aussi:

TTIP: les Etats-Unis « ouverts » à la reprise des discussions avec l’UE

L’opposition vénézuélienne veut une enquête sur Goldman Sachs

5 commentaires

  • dereco

    Agressifs ces démarcheurs qui veulent vous imposer un contrat ENI de force, sonnant à répétition, voulant entrer, voulant avoir vos factures de gaz, etc..,
    surtout si vous êtes vieux.
    J’en ai renvoyé en leur disant que leur baratin puait l’arnaque, les rendant furieux .
    Mais au même moment, la mère d’une de mes belles filles s’est fait avoir en signant, abusée, et sa fille a du rentrer dans ENI pour bloquer cette arnaque, au lieu d’économie vous dépensez bien plus.
    http://www.rtl.be/info/vous/temoignages/vanessa-arnaquee-par-un-demarcheur-a-domicile-de-chez-eni-quels-sont-vos-droits-et-comment-gagner-de-l-argent-en-changeant-de-fournisseur–855014.aspx
    http://www.lesinformationsdieppoises.fr/2013/11/03/gaz-les-curieuses-methodes-d-eni/
    une multitude d’arnaques sur les faibles !

  • Bien sûr, ce sont des commerciaux. Il faut qu’ils vendent, donc ils vendent ! J’ai fait remarquer dans une grande enseigne qui proposait les contrats Engie, que ces contrats avaient un piège: celui d’obliger les consommateurs à laisser le libre accès de leur compteur aux gars d’EDF. Je sais, c’est déjà dans le contrat ancien avec EDF mais il est bien rappelé et nul, qui signe ce nouveau contrat, n’est censé l’ignorer.

    En tout cas, on trouve les pubs de cette boite partout !

  • dereco

    Tout progrès technique profite de l’ignorance des gens pour les voler !

    Avec VA remplaçant Watts réels, la consommation est multipliée par 2 à 4, pour l’éclairage, frigos, plaques de cuisson, four microondes, moteurs, tout appareil commercial ordinaire avec électronique et systèmes inductifs ou capacitif du type transformateurs, avec leur cosPhi voisin de 0,5 à 0,3 , car jamais on ne vous indique ce facteur cosPhi du tout !!
    Il faut exiger que ce facteur cosPhi soit partout indiqué dans le commerce, qui doit être égal pile à 1, 10% en moins c’est 10% de payé en plus en VA,
    une VRAIE ARNAQUE.
    Phi est l’angle entre courant et tension électriques, jamais égal à 0 ( ou cosPhi jamais égal à 1 ) pour tout appareil électronique usuel, lampe éco, fluo, à LED, même de chauffage s’il y a un régulateur électronique !!
    Seules les résistances pures sans la moindre électronique ont VA égal à Watts , tout autre vous fait payer facilement 2 à 3 fois plus !! .

    Techniquement le Linky pourrait mesurer des Watts aussi simplement, comme les anciens compteurs mécaniques, et on a pris VA juste pour voler les gens avec une puissance imaginaire jamais fournie du tout.

  • dereco

    Preuve scientifique mesurée différence de VA et Watts sur LED avec alimentation selfiques inductives qui déphase I courant et V tension :
    http://www.my-led.fr/les_consommations_reelles_des_ampoules_a_led-gu10.php

    mesuré facteur 3 =1/cosphi=1/0,33 de fait entre 2 et 4 fois plus avec le linky en VA, suivant l’électronique alimentant.

    http://www.positron-libre.com/cours/electrotechnique/courant-alternatif/cos-phi-facteur-puissance.php
    Il faut pour diviser par 2, si selfique, leur ajouter un condensateur de moteur en parallèle de bonne valeur 0,57microfard pour 5W pour au moins 400V crête, valeur proportionnelle à la puissance ( deux fois plus pour le cas de 3 à 4 environ).
    Certaines LED sont capacitives alors il faut mettre une bobine en parallèle et pas un condensateur , cosphi négatif !!