L’industrie alimentaire cultive la planète….

Si on avait encore des illusions sur le changement climatique ! Et les agro-industriels participent par leurs pratiques, au saccage de la bio-diversité et au changement climatique. Jusqu’à quand ?

Les grands producteurs d’engrais chimiques assument avec succès l’approvisionnement alimentaire mondial et l’exploitent à des fins lucratives. Image: Stuart Rankin via Flickr

L’un des plus grands contributeurs au changement climatique est l’industrie agroalimentaire, mais la volonté politique de s’attaquer au problème est insuffisante.

LONDRES, 25 mai 2017 – L’industrie agroalimentaire et les grandes préoccupations agricoles alimentent le changement climatique et menacent de saper les efforts visant à alimenter la population croissante du monde, selon GRAIN,, une organisation qui soutient les petits agriculteurs.

Particulièrement choisis pour les critiques, les grands producteurs d’engrais chimiques qui ont eu accès aux négociations des Nations Unies sur les changements climatiques [United Nations talks on climate change]. GRAIN les accuse de se comporter comme les compagnies de combustibles fossiles dans les années 1990, poussant de fausses informations dans l’espoir de retarder l’action réelle sur le changement climatique.

La preuve est détaillée dans un livre – The Great Climate Robbery: comment le système alimentaire entraîne le changement climatique et ce que nous pouvons faire à ce sujet, publié par GRAIN. C’est un compte rendu complet de la campagne implacable et largement réussie des grandes entreprises pour reprendre l’approvisionnement alimentaire mondial et l’exploiter à des fins lucratives.

L’alimentation du monde

Les écrivains disent que les petites fermes ont été creusées dans moins d’un quart des terres agricoles du monde, mais elles continuent de produire la plupart des aliments du monde.

À moins que les petits agriculteurs ne soient protégés et que de plus en plus de terres soient retournées au genre de pratiques durables employées par les petits agriculteurs, il n’y a aucun espoir d’alimenter la population mondiale dans l’avenir, disent-ils.

En ce qui concerne le changement climatique, le livre détaille comment la marche de l’agriculture industrielle a créé une chaîne alimentaire qui est maintenant un gros émetteur de gaz à effet de serre. La hausse des plantations d’huile de palme pour les aliments transformés, la surutilisation des engrais et les longues distances produisent des voyages pour atteindre nos plaques produisant environ 50% de toutes les émissions de gaz à effet de serre humaines.

C’est une affirmation audacieuse, mais pas sans un témoignage remarquable. Chaque chapitre contient une longue liste de notes de bas de page citant des articles scientifiques et des rapports de l’ONU.

Au cours des 50 dernières années, 140 millions d’hectares, la taille de presque toutes les fermes en Inde, ont été pris en charge par quatre cultures cultivées dans de grandes plantations industrielles. Ce sont le soja, l’huile de palme, le colza et la canne à sucre

Le livre est approuvé par certains militants de grande envergure, y compris Naomi Klein,, qui dit: « Cela explique pourquoi la lutte pour arrêter le monde industriel des aliments est la même que la lutte pour une planète habitable et juste ».

Un autre militant pour les petits agriculteurs, le Dr Vandana Shiva, dit le livre montre «que l’agriculture industrielle est une partie importante de la crise climatique, et l’agriculture écologique à petite échelle est une solution importante. Elle nous avertit également des fausses solutions de ceux qui ont créé le problème – les Exxons de l’agriculture « .

Bien que les méthodes d’agriculture industrielle produisent seulement 11% -15% des émissions, le livre examine l’ensemble de l’activité alimentaire – du déboisement pour convertir les terres en terres agricoles, les industries du transport, de la transformation des aliments, les industries de la congélation et du commerce de détail et les déchets alimentaires éliminés.

Au cours des 50 dernières années, 140 millions d’hectares, la taille de presque toutes les fermes en Inde, ont été repris par quatre cultures cultivées dans de grandes plantations industrielles. Ce sont le soja, l’huile de palme, le colza et la canne à sucre.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, [UN’s Food and Agriculture Organisation] les petits agriculteurs produisent 80% de la nourriture dans les pays non industriels. Leur grand avantage, en plus de produire plus de nourriture dans une zone plus petite, est qu’ils fournissent aux marchés locaux des produits frais plutôt que des produits transformés, et moins de gaspillage.

Matière organique

Le livre décrit comment l’expansion des pratiques agricoles insoutenables au cours du siècle passé a entraîné la perte de grandes quantités de matière organique des sols. Cette perte est responsable de 25% à 40% des niveaux actuels de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

En rétablissant les pratiques durables des petits agriculteurs, cette matière organique pourrait être ramenée dans le sol, compensant jusqu’à 30% de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre, selon les auteurs.

Au lieu de cela, afin de contrer la perte de ce carbone provenant des sols, on utilise de plus en plus d’engrais chimique. Les insecticides et les herbicides sont versés sur la terre, appauvrissant la biodiversité.

La réduction des milles alimentaires et la concentration sur les produits frais sur les marchés locaux, plutôt que de transformer les aliments et de les transporter sur les supermarchés, réduiraient directement les émissions.

Le livre est un appel pour arracher le contrôle du géant agricole industriel dont il s’agit de faire des profits pour les actionnaires – de ne pas nourrir le monde – et de remettre les terres aux agriculteurs.

Les auteurs se plaignent qu’il n’y ait eu aucune volonté politique de contester le modèle dominant de production et de distribution d’aliments industriels. Les paysans ont le blâme de couper des arbres alors que la déforestation est conduite par les grandes entreprises qui cultivent des cultures industrielles, disent-ils. –

Source : Climate-News-Network  traduction Volti aidée par Google

4 commentaires

  • dereco

    Mangez bio sans aucune de ces saletés de malbouffe, même plus cher, vous économisez en médicaments bien plus, sans maladies, comme moi à courir des km plein de côtes et vous conservez vivant, les abeilles, et l’humus riche de la terre plein de vers.

  • SANTE

    Bonsoir,
    Pas de besoin de gros exploitants pour l’utilisation des pesticides:
    En faisant du vélo, j’ ai pris en photo un bidon vide sur la route à coté de champs et maisons.
    un produit symgenta:
    https://www.syngenta.fr/produits/recherche
    dommage qu’on ne puisse pas intégrer des photos
    Les exploitants agricoles français sont encore nombreux à utiliser des produits chimiques. Contrairement au début de l’utilisation des pesticides, ils sont au courant des effets sur l’environnement.

  • Veritas

    Et que dire de la multinationale Bayer qui a avalé le monopole Monsanto (Round-Up, Bhopal)! D’un côté, on t’empoisonne aux pesticides et herbicides et de l’autre, on te vend des médicaments pour te soigner de la dégradation de ton état de santé.

    Allez voir les actionnaires principaux de Bayer AG: des trust et des fonds d’investissement dont chacun ne contrôle pas plus de 4% des actions. C’est çà l’impérialisme: le système capitaliste rendu à son dernier stade de développement, soit les monopoles où l’on vit de la tonte de coupons et de la spéculation sur les actions.

    La production n’est pas organisée et « planifiée » en fonction de la vaste majorité de la population mais en fonction du profit maximum à faire et ce pour une infime partie de la population et au détriment de la vaste majorité de la population, soit les travailleurs.

    Vivement Octobre!

  • dereco

    « Un permis de contaminer sera-t-il bientôt délivré aux multinationales du toxique ?
    les gens devront d’abord souffrir avant qu’une substance puisse être interdite ce qui va à l’encontre même du principe de précaution qui est inscrit dans le droit européen. » alors que leurs souffrances actuelles réelles, obésité, cancers, etc.. sont niées, passées sous silence par mensonges des lobbys payant les scientifiques.
    http://actions.sumofus.org/a/non-a-la-proposition-scandaleuse-de-la-commission-europeenne-sur-les-perturbateurs-endocriniens?source=campaigns
    http://www.sumofus.org/fr/campaigns/
    http://actions.sumofus.org/a/bayer-bees-lawsuit-french
    si vous voulez conserver les abeilles ? ? ? ? ?
    « Bayer a déposé une plainte contre la Commission européenne pour qu’elle retire les restrictions imposées à l’utilisation de pesticides qui tuent des millions d’abeilles à travers le monde »
    ? vu le faible nombre de posts ?