Présidentielle de 2017: quel programme pour faire face au papy boom ?….

Au delà des sentiments, il y a la gestion de la masse grouillante que constitue le peuple. Lisez ce point de vue, il paraîtra cynique et dénué de sensibilité humaine mais, comme une ménagère doit gérer un budget, un président de la république doit en faire autant. Il devra prendre les mesures adéquates et, si ça n’est pas à notre goût, tant pis! Ces points de vue datent de 2015, tout ce discute dans les hautes sphères et se rejoint, quand on prend la peine d’assembler le puzzle.

Au moment où les uns et les autres fourbissent leurs argumentaires en vue de 2017, on ne saurait qu’être frappé de l’indifférence complète à gauche comme à droite au caractère historique du mandat présidentiel de 2017-2022, qui verra la structure démographique du pays basculer vers le papy-boom, avec toutes les conséquences que cela comporte. Les mêmes arguments de part et d’autre sont débattus : 35 heures, ISF, formation professionnelle, allocations, déficit, etc. Certes, tout cela est important, et il ne manque pas d’experts pour en débattre. Mais ces sujets sont sur la table depuis vingt ans, comme si les mandats succédaient au mandat sans que le pays pendant ce temps-là ne passe des caps historiques modifiant la donne en profondeur.

Appréhender le choc

Or la période 2017-2022 est une période-charnière de notre histoire. Au début de cette période, les premiers baby-boomers – qui sont aussi les plus nombreux – atteindront l’âge respectable de soixante-dix ans. En cinq ans, c’est toute une population qui sortira définitivement du marché du travail et entrera dans les eaux plus ou moins sereines de la retraite. Dans le même temps, la génération née en 2000 accédera à la majorité et pendant ces cinq ans devra se former, trouver un premier emploi, jeter les bases de son existence adulte. Dans cette période 2017-2022 se produira un choc d’une ampleur inédite : une génération nombreuse et en moyenne nantie deviendra totalement dépendante d’une génération soumise aux aléas de la mondialisation.

Anticiper l’inévitable

Certes, cette rupture est attendue avec impatience par ceux qui prédisent la résorption de fait du chômage, voire dès 2016, le dégonflement de la bulle immobilière. Mais qui ne voit les déséquilibres qu’apportera cette situation ? Est-elle socialement tolérable ? Le maintien du train de vie, des habitudes et du bien-être d’une génération nombreuse et éduquée, mais inactive risque clairement de faire basculer notre pays, en cinq ans, dans un modèle jamais vu et d’entraîner des réactions inédites. C’est cette situation, et ses conséquences, que le chef de l’État élu en 2017 aura à gérer et c’est à la façon de structurer les réponses à cet état de fait promis à durer qu’il devrait réfléchir dès maintenant. Les ajustements dont il est question sur les entreprises à replacer au cœur des préoccupations, sur la libéralisation de divers segments d’activité et même sur le dialogue social font figure de galéjades au regard du choc qui nous attend et qui va changer la face de notre pays.

Réformer le système de santé et des retraites

La seule vraie question est : quelle vision d’avenir de la France construire dans un pays dominé par une classe âgée et oisive ? Les réponses sont de plusieurs ordres. Elles regardent d’abord le système de santé et de retraite et le moyen de les rendre beaucoup plus souples et flexibles qu’ils ne le sont aujourd’hui afin de ne pas en faire peser tout le poids sur les populations actives. Il faut repenser l’hôpital dans une logique qui ne soit pas celle du toujours plus avec toujours moins. Il faut favoriser d’urgence abaisser le coût des soins, favoriser l’implantation de maisons de retraite accessibles aux plus modestes, revaloriser les métiers de la santé et écouter les soignants sur ces enjeux de moyen terme qu’ils voient déjà se profiler.

Organiser la relève

Elles concernent ensuite le marché du travail. L’oisiveté des baby-boomers va, dit-on, faire d’eux des consommateurs intensifs de services nouveaux porteurs d’emplois. Fort bien. Sait-on déjà lesquels ? Piloter l’innovation vers ce type de services est clef. Pour autant, il convient que l’emploi de demain ne se limite pas à servir des populations âgées. Il faudra aussi assurer la continuité du tissu économique, donc favoriser la transmission des entreprises, des propriétés agricoles, des commerces. Organiser la relève, l’encourager, la faciliter, voilà l’enjeu. La formation est au cœur de cette préoccupation, la fiscalité aussi.

Être solidaire

Elles concernent enfin les rapports de solidarité intergénérationnelle. Il n’est pas pensable que les actifs voient plus de la moitié du fruit de leur travail profiter aux oisifs. Il faudra donc inventer des manières soft pour les baby-boomers de continuer à contribuer à l’action économique et sociale sur d’autres modes : le numérique en particulier doit favoriser la transmission de leurs savoir-faire. Une forme de service civique peut même être envisagée. Enfin, il faut absolument lancer une réflexion globale sur la dépendance – sous tous ses aspects – afin d’identifier les meilleures manières de ne pas faire de la solidarité intergénérationnelle un fardeau insupportable.

C’est autour de ces questions fondamentales pour notre société que devrait se construire une vision présidentielle à même de penser la France du prochain demi-siècle, et non autour d’ajustements réglementaires bien en deçà des vrais enjeux.

Auteur Sylvain Fort associé-fondateur de Steele & Holt

articles associés: http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-127070-2017-2022-quel-programme-presidentiel-face-a-la-revolution-demographique-1101434.php

**Note**1- Favoriser la transmission des entreprises, des propriétés agricoles, des commerces. Va t-il falloir revoir le mode de transmission d’héritage ? On a eu des échos sur une loi dans ce sens, il me semble…

2- Il faut repenser l’hôpital dans une logique qui ne soit pas celle du toujours plus avec toujours moins. Il faut favoriser d’urgence abaisser le coût des soins, favoriser l’implantation de maisons de retraite accessibles aux plus modestes. Ça vous inspire quoi ?

3- quelle vision d’avenir de la France construire dans un pays dominé par une classe âgée et oisive ? Il va falloir gérer une masse d’inutiles qui coûtent cher..

Qui est Steele & Holt ? C’est une agence de conseils et…..

Tout est passé en revue, l’armée n’est pas en reste, voici le point de vue abordé, selon deux conceptions angélique/cynique, sur le Budget des armées: contre la culture du thermostat: Je vous rappelle que le Pdt Macron a dit qu’il allait augmenter le budget des armées, qui sont en piteux état, d’après l’auteur..

Extrait du point de vue de Sylvain Fort en 2015:

Au lieu de raisonner en coupes budgétaires nettes, il faudrait revenir à une vision pragmatique. Les opérations extérieures récentes (Afghanistan) ou en cours (Mali, Centrafrique) offrent des retours d’expérience parfois cruels. Qu’il s’agisse du matériel de base (les chaussures qui fondent sous la température), des moyens de transport (notamment les avions gros porteurs), mais aussi de la formation des soldats à des situations inédites et des leçons à tirer sur l’armement (notamment d’infanterie), le panorama est désormais clair, il est presque complet : nous savons ce que nous avons, nous savons aussi de quoi nous manquons. Il serait temps de passer à une vision pratique et de tenter, au moins, de définir un optimum à tendre, c’est-à-dire un niveau de budget militaire qui permette de disposer d’une armée équipée, compétente, apte à remplir sa tâche, qui est immense, et ce sur une base pluriannuelle et non en réservant aux soldats la surprise tous les ans de coupes imprévues.

Enfin, les opérations récentes ont démontré une réalité à laquelle il semble qu’il faille se résoudre pour longtemps : la France est seule. Elle est, avec le Royaume-Uni – dont les intérêts stratégiques sont loin de toujours converger avec les nôtres -, la seule puissance militaire européenne capable de mener des opérations ambitieuses pour la sauvegarde d’intérêts majeurs, qu’ils soient humanitaires, politiques ou économiques. Nous ne pouvons compter que sur nos propres forces. L’Europe de la défense, c’est nous : le premier ministre l’a redit récemment. Mais la France est seule et elle est vulnérable. Traiter cette question avec les lunettes d’un comptable en CDD n’est plus acceptable.

A l’heure où les soldats déployés sur notre territoire font état d’une certaine fatigue devant la rigueur et l’ampleur de leur tâche, faut-il leur répondre par des arguties comptables ou leur redire que la nation est attachée à leur travail, et prête à leur donner les moyens de le faire? Le choix semble clair.

 

21 commentaires

  • Chèvre intello

    « Présidentielle de 2017: quel programme pour faire face au papy boom ?…. »
    Pas français,
    « Présidentielles: quel programme face au papy boum ? »
    Français

  • Favoriser le réchauffement climatique pour multiplier les canicules…

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • . Ça vous inspire quoi ?

    Soleil vert. plus de pb de nourriture.

  • Leveilleur

    La délocalisation, la crise, les faillites d’entreprises ont précipité la destruction de notre société. Le chômage à atteint des proportions jamais égalé dans l’histoire de la France et les caisses de retraites seront bientôt vides faute de cotisants suffisamment nombreux pour que le cycle continue. Mais voilà, faute de ne plus avoir d’industries, la France ne crée plus d’argent.

    Paradoxalement, la France compte des millions de retraités qu’il faut rémunérer tous les mois et les réformes ne suffiront pas à payer tout ce petit monde, il faudra aussi faire des réformes par le haut. Seulement voilà les riches ne voudront pas payer pour les autres et partiront de France.

    Alors il ne restera plus au gouvernement qu’à faire des emprunts encore et encore pour payer les retraites jusqu’à que ça craque et qu’on ne puisse plus vivre ainsi. Autrement dit, si les réformes ne sont faites que pour les pauvres et les classes moyennes, il viendra un moment où ils n’y aura plus d’argent et une guerre civile apparaitra.

    Pauvre Macron, il ne va pas tarder à être pris entre deux étaux. D’abord par les exigences de la commission Européenne et ensuite par la triste réalité de la France avec les conséquences qui vont avec.

    Lui qui voulait être le roi de la réforme, du moins celle que ses prédécesseurs n’ont jamais osé faire par peur d’une guerre civile, là, il va être servie car aucuns Français ne souhaitera qu’on touche à ses acquis pour payer les retraites.

    En Allemagne, les Etats riches ne veulent plus payer pour les pauvres.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/02/05/en-allemagne-les-etats-riches-ne-veulent-plus-payer-pour-les-pauvres_1827562_3214.html

    Les retraites complémentaires épuisé en 2018.

    http://www.lefigaro.fr/retraite/2014/06/27/05004-20140627ARTFIG00386-les-retraites-complementaires-bientot-a-sec.php

    • lily

      @le veilleur

      et pendant ce temps là, notre ex président qui a gouverné pendant 5 ans aura sa retraite
      (si j’ai bien compris )d’environ 14000e par mois
      et certains futurs petits retraités en couple de mes voisins n’auront pas le droit au minimum contributif s’ils dépassent plus de 1200 e et qques à eux deux! par mois!
      Vrai ou faux???? si oui c’est dégueulasse sachant qu’une personne peut percevoir 800e mais un couple 1200e?
      j’ai dû mal à les croire.. Dans le sens contraire , je serai choquée.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      • ROSSEL

        Saviez-vous qu’une personne étrangère âgée de plus de 65 ans résidant en France depuis 10 ans et n’ayant jamais cotisé peut bénéficier d’une allocation de presque 800 euros/mois ? Ne sont pas concernés par ce délai de carence les ressortissants de l’UE et les algériens. Mes parents ont travaillé toute leur vie et leur retraite est à peine plus élevée. Entre les milliers de parasites hauts placés et les centaines de milliers d’assistés au ras des pâquerettes, ceux qui font tourner cette société seront bientôt à sec et n’auront plus aucun motif d’aller bosser.

      • Ayus-Ved

        Entièrement d’accord, c’est bien ça aussi le problème, société de parasites et ils sont à tous les niveaux.

        Certains individus connaissent mieux les lois françaises que le simple citoyen qui va au charbon tous les jours, et parce-que ce n’est pas dans sa mentalité de vivre en parasites.

      • ROSSEL

        Au passage,il y a aussi des étrangers qui ont travaillé et ont mérité leur retraite.

  • sombre

    La Réforme des Retraites Franck Lepage Gaël Tanguy
    J’ai tous de suite compris en regardant cette vidéo que la  » peur des retraites  » c’était un vaste enfumage politicien. Je vous conseil de le regarder, ca dure une 20ene de minute c’est précis, pédagogique, et drôle accésoirrement !
    https://www.youtube.com/watch?v=ZSC62xVEaVc

    Il y aura assez de richesses produites , il y aura même de l’excédent, pour payer les retraites, car pour faire simple : notre PIB augmente ! Le problème ce n’est pas LA RICHESSE , le problème c’est la répartition de cette dernière !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Produit_int%C3%A9rieur_brut_de_la_France
    je vous laisser regarder l’évolution de notre PIB … Pour faire clair : La france est pété de thunes. C’est ce que les politiciens s’échigne à vouloir enlever de l’esprit des gens. Mais pourtant, France, 5eme puissance économique mondial … débordons de pognons. C’est sur que la dite richesse est réparti n’importe comment : c’est le but en faite.
    Ce dont nous avons besoin, c’est de chasser les personnes cupides qui sont les gestionnaires de cette richesses. Et là, papyboom, babyboom, qu’importe : on verra bien vite qu’il y a largement de quoi faire ! Regardez la vidéo vous comprendrez…

  • ROSSEL

    Il ne faut pas rêver : il n’y aura pas de soulèvement populaire généralisé qui remettrait en cause les règles du jeu. Tout au plus éclateront par ci par là quelques émeutes vites réprimées par les forces de l’ordre appuyées occasionnellement par le lumpen-prolétariat plus ou moins basané armée de réserve du capitalisme. La Grèce nous enseigne notre avenir. La situation y est bien plus terrible que la nôtre (nous ne payons rien pour attendre) et cependant, avec l’aide des sociaux-traitres du genre Tsipras et autres gauchistes collabos, le Système s’y porte à merveille et met à sac le pays en toute impunité. Les occidentaux décérébrés et ramollis ne sont plus qu’un troupeau d’autruches espérant échapper à la maladie mais terrorisés par le médicament.
    https://www.youtube.com/watch?v=9i5ZXPaFdvY

    • lily

      oui Rossel mais étaient où aussi les syndicats quand les suicidés chez France Télécom (et autres) était à la mode
      disait l’autre c… d’ancien PDT…

      • ROSSEL

        Les syndicalistes de terrain essayent de faire leur boulot malgré l’apathie et la lâcheté des salariés. Les pontes eux se foutent du monde. Ils jouent le rôle que leur a dévolu les tireurs de ficelles (Soros, Attali, la finance …). Avant chaque mouvement social, tout est déjà négocié avec les organisations patronales et le gouvernement. Les grèves ne servent qu’à faire croire à un semblant d’opposition. Au moment des manifs contre la loi El Khomri les syndicats n’ont pas voulu bloquer l’euro 2016 au prétexte que le procédé serait impopulaire. Le pire est qu’ils n’avaient pas tord : les mêmes dont le destin est d’être réduits à moins que rien n’auraient pas supporté d’être privés de baballe. Ce peuple de veaux mérite son sort futur.
        L’élection de MLP aurait sans doute mis le pays en état insurrectionnel; tant mieux. La voie légale et pacifique n’est que de la vaseline appliquée par le Système. Cultiver son potager et se tenir à l’écart comme je le fais est certes utiles mais tôt ou tard les gentils jardiniers babas cools seront rattrapés par une réalité douloureuse et sanglante.

      • Voltigeur Voltigeur

        Malheureusement, la liberté ne se demande pas, elle se prend par tous les moyens.. ;)

  • .article35.

    Bonjour à tous.
    Le petit macro commence à sévir. Un coup de tondeuse pour les retraités considérés comme des nantis .
    « A partir de 1200€ de revenu mensuel, des millions de retraités vont voir leur CSG augmenter. Avec 1200€ de retraite, vous allez payer 245€ de CSG en plus par an, avec 1500€ ce sera 306€, pour 1700€ 346€ supplémentaires et pour 2000€ le montant à payer en plus sera de 408€ »
    http://reindicium.com/19312/9-millions-de-retraites-a-partir-de-1200-de-pension-mensuelle-vont-voir-leur-csg-augmenter/
    Un trouduc qui se balade en costards à 1600€ ça ose tout.

  • peyomou

    Si il y avait moins de chômeurs, le problème n’existerait pas, comme tant d’autres. le chômage est l’enfant chéri des possédants qui nous transforment en moutons grâce à cette arme fatale. Il faut du boulot en France, pour cela, l’avenir en commun est un programme ambitieux qui change la direction de la société. En se battant nous y arriverons petit à petit comme l’ oligarchie qui nous gouverne depuis 30 ans est arrivée à nous ruiner, petit à petit.

  • dereco

    Autrefois, comme montré en ce moment sur l’A3 avec la « bataille du charbon », il n’y avait pas de papy boom avec les mineurs silicosés morts juste à la retraite, du temps des « 30 glorieuses », bien dures, avec bien pire que Macron sur le travail, et grèves très dures, calmées à coups de mitrailleuses, dont peu se souviennent !!

    • Il serait judicieux de s’en souvenir pourtant, pour que l’histoire ne se répète pas justement…. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

      Je l’avais justement signaler que cette loi du travail écrit par Macron je rappelle et non El Khomri (elle est trop conne), à balayé d’un revers de la main plus d’un demi siècle de combat syndical pour gagner nos droits en matière de travail. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

      Akasha.

      • ROY

        En ce qui concerne la réforme des retraites, bis, bis, bis…:
        Ceci me fait penser à Ambroise Croizat un homme à ne jamais oublier : Au lendemain de la guerre, la France était bien évidemment endettée ce qui n’a pas été un obstacle pour Ambroise Croizat qui a mis sur pieds le système de retraites par répartition que nous connaissons, et qui est malmené pour des prétextes qui ne tiennent pas dans la réalité car des fonds pour assurer les retraites, voire compenser une partie de ces dernières, oui des fonds peuvent faire face aux besoins (1).
        Il faut revoir non pas le système de retraite mais toute la bande crapules qui gravitent autour des capitaux que versent les travailleurs.
        Il faut des investissements publics en rapport avec les besoins réels des français et non pas (et surtout pas ) se tourner vers un système par capitalisation qui est illusoire, et tenu par bien évidemment des personnages qui eux tirent profits des capitaux versés…c’est paradoxal: là où le public ne peut tirer des gains…le privé le peut ?…
        Il y a bien toute une manipulation des masses, c’est probant.
        Et, puis se retrouver un jour comme certains américains des U.S.A. sans un centime alors qu’ils ont versés aux fonds de pensions…c’est là le pire des risques, surtout avec les crapules qui détiennent les commandes…(on a vu avec Sarkozy qui tentait de casser les retraites afin de favoriser certains groupes privés (2)). Dès lors que les complémentaires sont gérés par des groupes privés ils ont un seul objectif : se faire de l’argent sur le dos des masses laborieuses.
        Quant aux versements de pensions…le temps nous laissera entrevoir bien des prétextes pour payer toujours moins mais favoriser toujours un peu plus les actionnaires…et si ça ne profite pas assez et bien il reste à programmer la faillite…comme c’est facile de tromper les citoyenset citoyennes.

        La seule vraie garantie de ressources pour les retraités se doit d’être une gestion scrupuleusement d’Etat.

        En ce qui concerne Ambroise Croizat:
        « …Il fut l’un des fondateurs de la Sécurité sociale[ et du système des retraites en France. Il fut également secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT et ministre du Travail et de la Sécurité sociale de 1945 à 1947. »
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Ambroise_Croizat

        1) Ne serait ce qu’investir les sommes perçues par les cotisations dans les valeurs immobilières, construire et gérer des biens immobiliers sont des apports réguliers et importants…les affairistes savent se faire des Milliards par jour alors pourquoi pas créer un office public de gestion immobilière (avec des capitaux provenant des cotisations – en partie du moins -…même si dans un premier temps il faudrait envisager probablement d’emprunter).

        2) Mais quand ça ne va plus…ils ssavent faire diversion :
        « …Guillaume Sarkozy démissionne de ses fonctions de délégué général du groupe de protection sociale. Il restera néanmoins au sein du groupe en tant que délégué général non exécutif à compter du 1 er janvier 2016… »
        https://www.lesechos.fr/15/12/2015/lesechos.fr/021560591409_guillaume-sarkozy-force-de-lacher-les-commandes-de-malakoff-mederic.htm

Laisser un commentaire