Cancer du pancréas, nouveau fléau : la médecine officielle dubitative…

Est ce que la nourriture peut lutter contre ce fléau qu’est le cancer ? Il semblerait que oui, les régimes cétogènes ont donné de bons résultats. Vous trouverez des idées de menus ICI , tiré de l’ouvrage de référence Céto cuisine, Thierry Souccar éditions & LaNutrition.fr, 22 €.

Photo © Patrice Massacret (Gratin à l’italienne) exemple de plat cétogène

Commentaire: Le nombre de personnes atteintes du cancer du pancréas est en augmentation constante et la médecine officielle ne sait pas trop pourquoi. Bah, aidons-là un peu. On sait que c’est un organe d’une importance extrême : c’est lui qui nous permet, par la production d’enzymes digestives versés dans l’intestin, en aval du travail fait par l’estomac, d’absorber peu ou prou les nutriments que notre nourriture est censée contenir.

Et puis, c’est aussi lui qui produit différentes hormones, dont l’insuline, qui régule le taux de sucre dans le sang… Oserions-nous suggérer l’idée que de mauvaises habitudes alimentaires agrémentées d’une pincée de pollution environnementale, chimique et génétique, sont probablement responsables de la catastrophe ? Que le pancréas, constamment et invraisemblablement stimulé par une vie entière passée à tenter de transformer des aliments industriels en quelque chose d’assimilable, s’épuise littéralement à la tâche ? Que la stimulation permanente d’insuline, liée à un régime basé sur les hydrates de carbone, le consume complètement ? Oui, preuves à l’appui :

Un colloque de l’Académie de médecine a été l’occasion de faire passer un message clé à propos de cette maladie de plus en plus fréquente : s’orienter vers un centre spécialisé est essentiel pour avoir les meilleures chances d’en réchapper.

C’est un redoutable tueur. Le cancer du pancréas est l’un des plus meurtriers de tous, avec des taux de survie très faibles, de 8% à cinq ans pour les hommes et de 7% pour les femmes, selon les dernières données de l’Institut national du cancer. Et surtout, le nombre de malades ne cesse d’augmenter. « Cette année, les décès par cancer du pancréas devraient même pour la première fois dépasser ceux causés par les cancers du sein, alors que cette pathologie touche un nombre beaucoup plus important de patients », souligne le professeur Daniel Jaeck, qui organisait le 14 mars un colloque à l’Académie de médecine sur le sujet. D’ici à 2030, le cancer du pancréas pourrait causer à lui seul jusqu’à 15 000 décès par an en France.

Un peu d’espoir aux malades

Mais ce qui inquiète le plus les médecins, c’est qu’ils ne savent toujours pas pourquoi cette maladie est de plus en plus fréquente, particulièrement dans les pays les plus développés. Parmi les facteurs de risque souvent évoqués : le tabac, l’alcool, l’obésité et, pour une faible part, la génétique. Mais ces différentes causes ne semblent expliquer qu’environ la moitié des cas constatés. Pour le reste ? Mystère, même si des recherches sont en cours. Difficile, dans ces conditions, de faire de la prévention.

D’où l’intérêt d’améliorer les traitements. On a enregistré de remarquables progrès ces cinq dernières années, qui devraient redonner un peu d’espoir aux malades. Dans l’imagerie, d’abord, qui permet d’affiner le diagnostic et de toujours mieux sélectionner ceux chez qui une opération chirurgicale a des chances d’aboutir. Elle est en effet nécessaire pour espérer guérir, mais n’est possible que pour 10% à 15% des patients au plus, car cette maladie est souvent découverte à des stades trop avancés.

Dans l’imagerie, d’abord, qui permet d’affiner le diagnostic et de toujours mieux sélectionner ceux chez qui une opération chirurgicale a des chances d’aboutir. Elle est en effet nécessaire pour espérer guérir, mais n’est possible que pour 10% à 15% des patients au plus, car cette maladie est souvent découverte à des stades trop avancés.

Source: L’Express relayé par SOTT

Commentaire: On pourra lire la suite de la publication ici. Il y a malgré tout des limites à ce que l’on peut s’infliger quand il s’agit d’article consensuel tiré de la presse mainstream où l’on conseille aux personnes soufrant du cancer du pancréas d’accélérer leur mise en bière de se faire soigner par quelques bonnes chimiothérapies, et dans les abattoirs hôpitaux appropriés.
Commentaire: On pourra lire la suite de la publication ICI. Il y a malgré tout des limites à ce que l’on peut s’infliger quand il s’agit d’article consensuel tiré de la presse mainstream où l’on conseille aux personnes soufrant du cancer du pancréas d’accélérer leur mise en bière de se faire soigner par quelques bonnes chimiothérapies, et dans les abattoirs hôpitaux appropriés.
Heureusement pour nous, beaucoup de choses ont un impact positifs énorme sur les cancers. La connaissance, en particulier :

Les commentaires sont de SOTT

4 commentaires

  • sombre

    @ volti : il y a un passage en double dans l’article !

    D’autres info sur cancer et alimentation :

    http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/cancer-red-meat/fr/

    -Viande rouge

    Après avoir soigneusement examiné la littérature scientifique accumulée, un Groupe de travail de 22 experts venus de 10 pays différents, réuni par le Programme des Monographies du CIRC, a classé la consommation de la viande rouge comme probablement cancérogène pour l’homme (Groupe 2A), sur la base d’indications limitées selon lesquelles la consommation de viande rouge induit le cancer chez l’homme, soutenues par de fortes indications d’ordre mécanistique militant en faveur d’un effet cancérogène.

    Cette association a principalement été observée pour ce qui concerne le cancer colorectal, mais d’autres associations ont également été observées pour les cancers du pancréas et de la prostate.

    -Viande transformée

    La viande transformée a été classée comme cancérogène pour l’homme (Groupe 1), sur la base d’indications suffisantes selon lesquelles la consommation de viande transformée provoque le cancer colorectal chez l’homme.

    La France fait partie des pays pour lesquels le risque de cancer du côlon-rectum est élevé, comme dans les autres pays d’Europe de l’Ouest, les États-Unis, l’Australie et, plus récemment, le Japon. En France, le cancer colorectal se situe, tous sexes confondus, au troisième rang des cancers les plus fréquents : le deuxième chez les femmes et le troisième chez les hommes. Il survient en grande majorité chez les personnes âgées de 50 ans et plus. D’après les estimations de différentes études, le nombre de cancers colorectaux devrait augmenter dans les prochaines années pour atteindre 45 000 nouveaux cas annuels en 2020.

    Nombre de nouveaux cas estimés de cancer colorectal en 2012 : 42 152 (23 226 hommes et 18 926 femmes).

    https://www.ligue-cancer.net/article/340_alcool-et-cancer

    Alcool et cancer lié :
    Cancer buccal et cancer du pharynx
    Cancer de l’oesophage
    Cancer du foie
    Cancer colorectal
    Cancer du pancréas (ce lien demeure controversé)
    Cancer du sein (de très fort soupçon)

    Tabac et cancer lié :
    Le tabac est responsable de cancers, de maladies respiratoires et de maladies cardiovasculaires :

    En se consumant, le tabac dégage de nombreuses substances toxiques, dont les goudrons, qui provoquent des cancers. Ce sont notamment les cancers du larynx, des bronches et de la bouche qui sont directement imputables à l’action du tabac. Pour d’autres cancers (voies digestives, vessie, voies urinaires, rein, œsophage, col de l’utérus), le tabac est un facteur favorisant certain. Globalement, on considère que plus de 30 % de l’ensemble des cancers dépendent du tabac.

    En deuxième lieu, la fumée de cigarette, du fait des nombreuses substances irritantes qu’elle contient, est responsable de maladies respiratoires comme la bronchopneumopathie chronique obstructive, laquelle peut évoluer vers une insuffisance respiratoire ; le tabagisme est également un facteur aggravant d’une maladie asthmatique.

    Enfin, le tabagisme est un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire en favorisant le développement de l’athérosclérose.
    https://www.ligue-cancer.net/article/339_tabac-et-cancer

    • dereco

      La viande grillée vite mais fortement avec plein de goudrons marrons ou noirs carbonisés en surface, comme on a souvent en restaurant ou chez soi, est très cancérigène par ces goudrons, aussi dangereux que les goudrons des cheminées,
      On ne le dit pas assez que c’est la manière de la cuire qui est criminel !!

  • Graine de piaf Graine de piaf

    pourquoi toujours traiter quand on peut prévenir ? bien sûr il y aura toujours des malades, le système immunitaire n’est pas toujours au top. mais si au lieu de se gaver de saloperies – pardon pour cette expression – les gens faisaient attention non seulement à leur alimentation mais à leur mode de vie, il y aurait beaucoup moins de cancers et autres joyeusetés.
    Manger bio. C’est cher disent certains, et la TV dernier modèle, et la voiture récente et les I.pod, smartphones x par le nombre de personnes dans une famille, petits gamins compris, les sorties ciné, le tabac, la malbouffe du Mc machin-chose, etc… ce n’est pas cher tout ça ? est-ce qu’une bonne et saine alimentation ne vaut pas mieux ? allons donc !

  • sephiros

    bonsoir
    a le cétogène je le prône souvent même si peu adhérent
    pour ma par mon grand père a fait du jardin toute sa vie il ne manger que ses légumes (3 gros congélateur)
    il élever ses poulet 200/ an ,lapin ,cochon
    ses achat en magasin été faible
    son plats favori les pattes (que ma grand mère fabrique maison)
    il est décédé l’année dernier ses organes interne été hs (dont le pancréas)
    il avait 89 ans (l’horloge biologique humaine et pour 140 ans il me semble)
    son cas ne permet pas de donnée un diagnostic
    au risque de me répéter je ne pense pas que les glucides soit si innocent que sa (les coups de bélier au corps sa fini par faire des dégâts a la longue)
    pour ma par si je mange de la charcuterie j’ai des bouton ,si je sent de la peinture le sucre de mon corps diminue rapidement, si je mange que des hydrate de carbone douleur au coeur si je mange des yaourts industriel idem
    enfin tout des petites chose qui sont la et cherche notre attention (souvent trop habituer on ne perçoit plus)
    si je mange des bonbon ou des gâteaux industriel mal au dent direct le corps n’en veut pas il prévient