La sortie de l’euro et le «projet peur» d’une partie de la presse….

Au delà de l’apocalypse annoncée si on sort de l’euro, il faut nous souvenir que nous avons vécu (pas trop mal) des décennies avec le Franc. C’était le bon temps de la baguette à un franc, alors qu’elle est pratiquement à un euro = 6,55957 francs. CQFD ??

La question de la sortie de l’Euro est aujourd’hui entrée dans le débat public, ce qui est une bonne chose. Elle est portée par quatre candidats à l’élection présidentielle française, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon (qui l’envisage au travers de son « Plan B »), Marine le Pen et François Asselineau.

Mais, elle y entre à travers des articles qui font partie de ce que les britanniques avaient appelé au printemps 2016 le « projet Peur » (ou Project Fear) lors du débat sur le BREXIT, c’est à dire des articles visant à effrayer l’électeur en lui décrivant des scénarios apocalyptiques.

Ce « projet Peur » a trouvé une première réalisation avec l’étude réalisée par l’Institut Montaigne (1), un « Think Tank » où l’on retrouve le Président d’AXA, qui soutient largement la candidature de François Fillon. Cette étude relève très largement de la désinformation, comme je l’ai montré dans ma note du 27 février (2).

L’institut Montaigne s’est fendu d’une réponse à cette note, initiative que je salue car elle montre, pour une fois, une réelle volonté de débat (3). Mais, ce débat est biaisée par la participation de cette institut à une campagne visant à peser sur les résultats de l’élection présidentielle à venir en affolant la population. Cela confirme que l’on est en plein « projet Peur », un projet qui s’est déployé une première fois au sujet du Brexit.

Le fond de cette réponse se réduit à une citation d’une agence de notation: « « Il n’y a pas d’ambiguïté (…) Si un émetteur ne respecte pas les termes du contrat passé avec ses créditeurs, y compris la devise dans laquelle les paiements sont effectués, nous déclarerions une situation de défaut », disait récemment Moritz Kraemer, directeur des notes souveraines chez Standard & Poors. On peut ignorer les agences de notation, il n’en reste pas moins que leurs avis sur le risque de crédit (donc de défaut) sont indispensables à une bonne gestion du risque par les investisseurs institutionnels (assurances, fonds de pension, banques). »

Rappelons qu’une longue jurisprudence de droit international, datant de l’entre-deux guerres, dit explicitement qu’un pays a le droit de changer sa monnaie et que, dans ce cas les dette libellées dans l’ancienne monnaie sont re-libellées dans la nouvelle monnaie, ce que l’on appelle la Lex Monetae. Que M. Kraemer affecte de l’ignorer est son affaire. Que M. Chaney prenne cette déclaration pour argent comptant, si l’on peut s’exprimer ainsi, est plus qu’étonnant. Nul n’ignore que certaines banques, certaines compagnies d’assurances et certaines agences ont intérêt au maintien de la monnaie unique. Ceci est parfaitement leur droit, mais implique de prendre avec des pincettes les déclarations de leurs dirigeants.

Admettons qu’en cas de sortie de l’Euro, l’agence Standard & Poors décide de déclarer un « défaut » de la France, elle ne sera pas suivie par d’autres agences, et surtout elle ne pourra trouver aucun tribunal de stature international pour faire valider sa décision. Car, les juristes savent bien que ce qui s’est passé en 1999 se rejouerait alors. Personne ne s’est posé le problème de la conversion des dettes émises en droit français du Franc à l’Euro, justement parce que l’on savait que c’était le droit le plus évident, le plus strict, de la France en tant qu’Etat souverain. Il en sera de même si nous sortons de l’Euro.

Il n’aura pas échappé aux lecteurs que des institutions autrement plus respectables qu’une agence de notation se sont largement décrédibilisée à propos du Brexit. La Banque d’Angleterre (BoA) avait émis avant le vote référendaire des avis absolument apocalyptique, pour reconnaître, par la suite, l’exagération de ses propos. Elle ne fut pas la seule à être prise « la main dans le sac » comme l’on dit encore dans le « projet Peur » (ou « project Fear ») qui consiste à vouloir affoler les électeurs avant un scrutin où les intérêts de ces institutions sont menacés. En un sens, c’est très exactement ce que fait M. Kraemer, mais aussi l’Institut Montaigne et relayant, de manière a-critique ses propos. Je maintiens donc dans leur totalité les propos que j’ai exprimés dans la note du 27 février.

Dès lors, faut-il s’étonner que l’Institut Montaigne intitule sa réponse « A propos du monde imaginaire de ceux qui prônent une sortie de l’euro », et fasse semblent d’oublier que nous avons vécu de longues, et parfois heureuses, années hors de l’Euro?

On voit que les rédacteurs des notes de l’Institut Montaigne, instruisent systématiquement « à charge » sur cette question. Car, sur le point soulevé par la citation de M. Kraemer, ils auraient pu aller interroger d’autres personnes, par exemple travaillant dans des banques spécialisées. C’est d’ailleurs ce que l’on avait fait en 2013, lors de la préparation de la note de la Fondation ResPublica intitulée Les Scenarii de la Dissolution de l’Euro (4) en allant interroger des banquiers spécialisés. Or, ces derniers nous avaient confirmés qu’il n’y aurait pas de problèmes légaux et qu’une sortie de l’Euro, avec redénomination de la dette (émise en droit français) ne pouvait nullement être assimilée à un défaut.

Nous savons, de plus, que les agences de notation comme Standard and Poors émettent des jugements qui sont très politisés. Ce fait est d’ailleurs reconnu par de nombreux pays, dont ceux composants l’Union européenne, la Chine et la Russie, puisque tous entendent créer leurs propres agences de notation. Quelle est donc la fiabilité de la déclaration de M. Kraemer? Elle est très proche de zéro. Ce n’est pas un problème spécifique, mais il eut été bon que M. Chaney en informe ses lecteurs. Ce qu’il n’a pas fait. On comprend alors que cette réponse n’en est pas une. Le débat est toujours refusé par ceux qui prétendent avoir la science infuse et ce quand bien même une longue liste (plus de 170 noms) de scientifiques avec titres et patentes (et même Prix Nobel) les contredit. Le nombre de textes portant sur la faillite de l’Euro et la nécessité de sortir de cette zone, et de la dissoudre, s’enrichit de mois en mois (5).

Certains de ces papiers traitent explicitement des points soulevés par M. Kraemer, mais de cela les lecteurs de M. Chaney n’en sauront rien. Car tel est bien la situation actuelle où n’importe qui depuis une position de prééminence auto-affirmée peut lancer les informations les plus biscornues et les plus fausses sans prendre la peine d’informer ses lecteurs de l’existence de travaux scientifiques les démentant.

Si, du moins, M. Chaney avait eu le courage de dire à ses lecteurs « Je suis contre la sortie de l’euro et n’attendez pas de moi d’observations objectives », cela serait admissible. Ce qui ne l’est pas c’est qu’il se couvre du nom d’un institut de recherches (privé par ailleurs…) pour exprimer ses idées. Il faut avoir le courage de ses opinions, qui sont par principe honorables. Mais chercher à les faire passer pour « vérité » scientifique alors qu’elles sont démenties par tant de travaux est une faute grave.

Auteur J. Sapir pour SpoutnikNews

Notes de références:

(1) http://www.institutmontaigne.org/presidentielle-2017/propositions/marinele-pen-europe-et-international-engager-un-referendum-sur-la-sortie-de-lunion-europeenne et http://www.institutmontaigne.org/presidentielle-2017/propositions/marine-le-pen-europe-et-international-sortir-de-leuro-et-restaurer-une-monnaie-nationale-le-franc.

(2) Sapir J., « Une sortie de l’Euro », 27 février 2017, note publiée sur RussEurope. A cette note il faut ajouter la note du 28 février

(3) Voir Chaney E., « A propos du monde imaginaire de ceux qui prônent une sortie de l’euro », Institut Montaigne, 2 mars 2017

(4) Les scénarii de dissolution de l’Euro, (avec P. Murer et C. Durand) Fondation ResPublica, Paris, septembre 2013

(5) Avec

Costas Lapavitsas and Theodore Mariolis Eurozone Failure and a New Path for Greece, EReNSEP | December 2016

Durand C. et Villemot S., Balance Sheets after the EMU: an Assessment of the Redenomination Risk, Working Paper, 2016-31, Paris, OFCE

BAGNAI Alberto et Christian Alexander MONGEAU OSPINA, « BACK TO THE FUTURE: MACROECONOMIC EFFECTS OF READOPTING A NATIONAL CURRENCY IN ITALY » contribution présentée au colloque de la conference Euro, markets and democracy, Montesilvano (Pescara, Italy), 8-9 Novembre 2014.

49 commentaires

  • Musashi Musashi

    Le principe ne semble pas nouveau et toujours enseigné à sciences po par exemple.

    « Quand nous posséderions la science la plus exacte, il est certains hommes qu’il ne nous serait
    pas facile de persuader en puisant notre discours à cette seule source; le discours selon la
    science appartient à l’enseignement, et il est impossible de l’employer ici, où les preuves et les discours doivent nécessairement en passer par les notions communes. » Aristote, La rhétorique

    L’un des objectifs est de persuader l’auditoire. Il y a trois registres de persuasion définis par Aristote et toujours d’actu :

    l’Ethos, le Pathos et le Logos (crédibilité, émotionnel, logique)

    • dereco

      « C’était le bon temps de la baguette à un franc », est faux, car j’ai connu la baguette à 0,1Franc et même cent fois moins à moins de 1 ancien Franc !!
      C’était le bon temps des pauvres, sous payés, mourant de froid avec l’Abbé Pierre en 54 et 1956 à -15°C pendant un mois dans des baraques en tôle de fer, sans la moindre isolation !!
      C’était le bon temps de l’inflation galopante, détruisant toutes vos économies de pauvre, avec le livret A rapportant 2 à 3 fois moins que l’inflation, un vrai vol des pauvres, à fond la caisse en moins d’un an !!
      Vous déraillez tous, et vous voulez que l’histoire recommence, suite à votre mémoire trouée de pré-Alzheimers, ( maladie causée par les aliments light et saletés qui vous empoisonnent sans que vous daignez en prendre conscience, qui vous empoisonneront encore plus dans un petit pays sans défense contre les puissants lobbys, qui feront fortune comme Soros, jonglant entre les bêtises incohérentes des petits pays ) qui oublie la réalité horrible réelle du passé !!

      Vous les souverainistes logiquement vous devez demander la souveraineté de la Catalogne, de la Bretagne, de la Corse, du pays Basque, de la Savoie, de la Normandie, du Dauphiné, etc.. avec des octrois partout à chaque ville , chaque pont, comme c’était il y a un peu plus d’un siècle !!

      Des petits pays se chamaillant, c’est l’idéal pour Poutine pour envahir et soumettre l’Europe à sa domination, dans un retour progressif aux frontières de l’URSS qui a bien commencé !!

      Vous déraillez tous fous inconscients !

      • Tyr

        C’est plutôt toi qui déraille, et même qui est parti en n’importe quoi.
        On parle d’un époque où la baguette valait un franc, on ne parle des périodes précédentes (qui était au pouvoir, d’ailleurs, à ce moment là?).

        L’inflation volait les gens. Parce qu’avec l’euro et son inflation qui n’existe pas, on s’en fout d’avoir des pompes à essence qui proposent le litre à 1,60euros, alors que les gens trouvaient scandaleux d’avoir le litre à 10 francs le litre et la colère était haute (1,50euros).
        C’est normal de voir la baguette de pain à 1,50 euros (dans certaines boulangeries parisiennes ce prix y est depuis de nombreuses années, et je ne parle pas des boulangeries de luxe mais bien du boulanger de quartier), c’est à dire 10 francs?

        Vouloir la souveraineté de la France, ce n’est pas vouloir l’idée totalitaire européiste de la souveraineté des régions qui seront toutes tellement insignifiantes dans le cloaque bruxellois qu’elles n’auront aucun pouvoir. Seule la nation est la structure suffisamment forte pour pouvoir être indépendante de ce machin qui n’a été voté par personne.

        Comme c’était il y a un peu plus d’un siècle? Le ridicule ne tue pas et ça te sauve la vie. Il y a un siècle on était en 1917 et un pays qui s’appelait la France luttait pour son existence.Révise ton histoire ou tes maths.

        Les frontières de l’URSS? Rien que ça? Si tu en es resté à la menace de la vilaine Union Soviétique qui menace l’europe, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi: tu as 25 ans de retard. Rien que ça

        • dereco

          Poutine est une vraie menace, car avec Poutine à la place de Gorbatchev, l’URSS serait aussi intacte que la Corèe du Nord et Poutine a bien commencé à envahir et à tester nos capacités de réagir pour revenir 30 ans en arrière !!
          Et la France petit pays de plus en plus petit n’a aucun poids face à la Chine et aux US avec une Europe aussi morcelée qu’en 1914 ou 1938, avec des pays pleins de souverainistes futur dictateurs.

  • alyson

    La sortie de l’euro n’est pas seulement le projet de la peur d’une partie de la presse, elle inquiète également les agences de notation : http://www.leguideboursier.com/actualite-boursiere/asset-l-hypothese-d-un-frexit-augmente-selon-moody-s-2017031111350.php .
    Le système commence à paniquer, car avec les prochaines élections qui s’annoncent en Europe, le projet Européen ne tient plus qu’a un fil ….

    • Je confirme:

      Famille aux Pays Bas: Project Fear autour de l’extrème droaaate NL, qui associe « boutons les arabes hors du pays » et  » sortie de l’UE. »
      D’ailleurs le Parlement en a parlé, de la sortie de l’UE.

      Famille en Suisse: préparation des entreprises, planifications d’implantations, boutage des actionnaires UE des grandes firmes etc..;

      Famille en Italie: De plus en plus d’universitaire, parlent ouvertement, dans leurs cours, de la sortie de l’UE de l’Italie dans les premiers et des bénéfices et risques. Le mouvement 5 stelles de B.Grillo prend de l’ampleur, bien plus que l’UPR.

      Famille en Hongrie: la crise migratoire est restée en travers des habitants, le discours europhobe y a une bien bien plus large audience que chez nous. Il semblerait qu’un parti plutot à gauche est en train de virer pour le HungrExit.

      Famille en Irlande: Le gouvernement irlandais attends de voir si il y aura le maintient de la zone Free Trade entre UK et UE, ce qui est bien parti. Comme quoi on peut sortir de l’UE tout en restant dans le marché commun!

      Famille en Espagne: la plupart des Espagnols se tapent ouvertement de la politique nationale, et d’autant plus la supra nationale. Les mairies et Généralitat semblent avoir gagné du pouvoir, notemment depuis la crise de 2008 et de l’Infante et son mari.
      Surtout les espagnols, si sociaux, si solidaires, mettent de plus en plus en place des solutions locales
      Exemple: au lieu d’attendre les éléctions et la trahison s’en suivant des promesses des uns et des autres, dans un village proche d’Alicante, les retraités sont rémunérés pour s’occuper des personnes handicapées et des enfants. Tout le monde est gagnant et en premier lieu l’Humain.

      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • Je n’ai pas de connaissance en économie, mais vue la situation, ça ne peut pas être pire. J’aspire à redevenir Française et cela passe par la souveraineté monétaire.

    • dereco

      Mais si Biquette en pré-Alzheimer jeune a perdu la mémoire du pire bien réelle du passé, pays en guerre absurdes avec des dictateurs fous inévitables, comme en Hongrie et retour de destructions totales, comme en Syrie, avec l’aide de Poutine, qui lui fait grossir la Russie en annexant les petits pays sans défense de l’Europe !
      La Hongrie a oublié la domination Russe !

      Vous êtes comme le petit chaperon qui ne voit pas le méchant loup déguisé !!

      • Tyr

        C’est vrai que l’europe, ce ne sont pas des dictateurs fous mais de grands démocrates élus par le peuple et… Tu peux me donner les résultats de l’élection du président de la commission européenne actuel, Jean claude juncker? Jamais vu de bulletin ou de choix, moi.

        Qui a détruit la Syrie, sinon les grand démoncrates européistes?

  • Musashi Musashi

    Important aussi de noter que la France est reconnue par l’onu comme spécialiste pour jouer la carte de la peur . Reconnaissance mondiale … s’il vous plait http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    http://www.numerama.com/politique/240376-le-rapporteur-special-de-lonu-sur-la-vie-privee-appelle-la-france-a-arreter-de-jouer-la-carte-de-la-peur.html

  • GROS

    C’était le bon temps de la baguette à un franc, alors qu’elle est pratiquement à un euro = 6,55957 francs. CQFD ??

    Comment ça, « CQFD » ? Heu… « CQFD » de rien du tout !
    Vous pensez vraiment qu’il n’y aurait pas eu d’inflation en restant au franc ? Non, mais vous rigolez, là ?
    C’est un peu oublier les fortes périodes d’inflation que l’on a vécues lors du franc, qui étaient même souvent bien plus fortes qu’avec l’Euro.
    Oui, il y a eu des abus sur les prix lors du passage à l’Euro, clairement. Oui, il y a eu de l’inflation. Mais faire croire que tout aurait été plus joyeux avec le franc, c’est mensonger.

    Le retour au franc, j’en suis convaincu, est une condition nécessaire à retrouver les leviers du libre choix de notre politique, mais absolument pas suffisante pour résoudre tous les soucis comme d’un coup de baguette magique. Je dirais même que ce n’est que le premier pas d’un long et pénible chemin de croix.

    Pour prendre un exemple : le retour au franc, en soi, ne résoudra absolument rien de nos problèmes de dettes. Mais il est sûr qu’on ne pourra élaborer aucun plan de résolution crédible sans un retour au franc.

  • Le veilleur

    Même pas peur, alors sortons de l’euro pour retrouver le Franc ! Les scénarios apocalyptiques du projet Peur ne sont valables que pour ceux qui ont beaucoup d’argent ou d’énormes intérêts en jeux mais pour tous autres sortir de l’euro est une libération car il faut bien le reconnaitre depuis que nous avons l’euro comme monnaie rien de va plus, les crises se sont succédées, le chômage ainsi que la pauvreté ont augmenté, autant dire que l’euro est une vaste arnaque pour tous les peuples.

    Aujourd’hui bon nombre de pays Européen parlent de retrouver leur monnaie nationale et de sortir de cette UE instauré uniquement pour le profit d’une minorité de banquiers, d’économistes ou de nantis non élus des peuples qui dirigent d’une main de fer sans compassion et sans jamais résoudre les problèmes de pauvreté que connaissent actuellement les pays et qu’au contraire nous pouvons constater que c’est toujours aussi catastrophique.

    Un exemple: Depuis l’euro, l’immobilié a explosée. Avant les années 2000 dans ma région vous pouviez acheter une maison avec 1 hectare de terrain pour 22.000 euros, aujourd’hui cette même maison coûterait 80.000 à 90.000 euros autant dire que c’est devenu impossible d’acheter et qu’il est de plus en plus difficile de se loger.

    Fin 1980 début 90 je payais 800 francs de loyer soit 121.96 euros par mois pour une maison avec jardin. Avec 200 francs soit 30.49 euros, une famille avec 1 enfant pouvez manger 1 semaine, aujourd’hui si vous allez à Leclerc faire vos courses, vous avez à peine de quoi manger 4 à 5 jours avec 100 euros et ne parlons pas de la baguette de pain qui est passée de 0.80 centimes de franc à 1 euro soit 6 fois plus et tout ça en 17 années seulement, autant dire que les plus modestes y ont perdu de passer à l’euro et n’on fait que s’appauvrir à cause d’une existence devenue trop chère.

    A ce stade là, Je comprends que nos usines soient obligés de fermer, les pays étrangers ne veulent plus rien nous acheter, nous sommes devenu trop cher et si nous ne revenons pas à un équilibre économique avec le reste du monde, la concurrence aura raison de notre effondrement.

    • dereco

      Et l’inflation était combien en 1980 à 1992 ? un vrai vol légal sur les livret A des pauvres !!
      13%,6 et encore sous estimée en vrai mensonge !!

      http://france-inflation.com/inflation-depuis-1901.php

      Vous vous rappelez des sicav monétaires pour riches, sinon tout était perdu vite !!

      Il y a pas mal dans ce site de jeunes en pré-Alzheimer, sans mémoire, comme ceux obèses aux USA, qui ont élu Trump et sa clique de riches, qui vont les empoisonner encore plus ( plus de lois sur l’eau, le pétrole, la malbouffe ) pour s’enrichir encore plus sur leur dos, et qui vont faire la guerre avec la Corée et la Chine, revenant à 1952, dans leur folie d’écervelés !!

  • Si nous en revenons au franc selon toute logique nous devrions voir baisser les prix et augmenter les salaires. Puisque le passage a l’euro a fait baisser les salaires et augmenter les prix

    • dereco

      « Si nous en revenons au franc selon toute logique nous devrions voir baisser les prix et augmenter les salaires. Puisque le passage a l’euro a fait baisser les salaires et augmenter les prix » est une vraie absurdité de quelqu’un qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez avec sa logique rudimentaire, car vu la défiance envers ce Franc ressuscité, l’inflation explosera, comme les prix, et donc aussi le nombre de pauvres, grugés par ce genre d’affirmation mensongère, les taux d’intérêts exploseront aussi, la France avec sa dette énorme sera déclarée en faillite, incapable de rembourser, donc le Franc perdra toute valeur, et tout ce qui est importé deviendra impossible à acheter trop cher, c’est à dire presque tout et vu que nous ne les fabriquons pas, il y a aura plus rien de tout ce que nous utilisons, en revenant aux tickets de rationnement !

      Cessez votre logique détraquée folle rudimentaire !!

  • Grand marabout Grand marabout

    on est dans une periode de REFLATION..
    La reflation est un terme qui exprime la reprise de l’inflation après une période de déflation. Cette relance de l’inflation se fait par la mise en place de certains instruments de politique économique comme, par exemple, par l’augmentation de la masse monétaire et par la réduction de la fiscalité ou encore par la baisse des taux d’intérêt. L’injection monétaire vise à doper l’économie. La reflation peut s’avérer très onéreuse pour les Etats, surtout si la reflation se fait par diminution des impôts.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • Bellerophon

    Un article de varmatin Publié le lundi 27 décembre 2010 Franc-Euro: notre enquête sur la hausse des prix

    Alors que l’euro entre dans sa dixième année, Nice-Matin compare les prix avant et après l’arrivée de la nouvelle monnaie. Tickets en main, la facture est bel et bien salée.

    Petite infographie de François-Philippe Langlade

    • Tyr

      96% sur les pommes de terre, 90% pour l’huile, 75% pour le pain, presque 70% pour les carottes…
      Pourquoi ne voit-on pas la hausse dans les chiffres officiels?
      Parce qu’il suffit de mettre dans le panier un téléviseur LCD et un ordinateur pour ne plus avoir d’augmentation. C’est pas magique, ça ?

      • Rainette

        Vous achetez combien de téléviseurs et de réfrigérateurs par mois ? On la voit bien là, l’arnaque.

      • dereco

        Avant il y a 50 ans, plus de 20% passait en nourriture, contre bien moins actuellement, et on doit revenir à cela pour manger bio sans poisons, alors qu’il y a bien plus de gadgets pour dépenser

        Une petite télé n’a pas changé de prix entre 1968 et actuellement !!
        et un téléphone portable ou ordinateur est passé de l’infini inimaginable en 1968 à 200€ typiques !

        Il est impossible de comparer vu les changements.

        On a oublié que le téléphone fixe marchait très mal vers 1970 !!

        • Rainette

          Et qu’il fallait attendre des années pour avoir le téléphone en campagne dans les années 70.
          Le matériel a tellement évolué qu’on ne peut pas vraiment comparer. Les réfrigérateurs des années 60 étaient in-cre-va-bles. Je viens de changer le mien, il avait à peine 10 ans. Et il parait que je ne dois pas me plaindre et qu’il y a pire http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif On n’avait pas encore inventé l’obsolescence programmée. Pour les téléviseurs, je suis un peu plus sceptique sur l’évolution des prix. Combien valaient les premiers téléviseurs couleurs ? Une fortune.
          Pour beaucoup de matériels les prix ont baissé mais la qualité aussi.
          Il est vrai aussi qu’on dépensait plus pour la nourriture mais on avait beaucoup moins de charges. Pas d’ordi, pas 2 ou 3 voitures par foyer, moins d’électro-ménager, moins de vacances à l’étranger… Bref, la vie n’est pas comparable.

Laisser un commentaire